Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck, 2016, 118 min.

Jean-Numa Ducange
p. 203-205

Texte intégral

1La réalisation du film de Raoul Peck constitue une heureuse surprise, quelques mois avant le bicentenaire de la naissance de Marx en mai 2018. En premier lieu parce que, en dépit du succès planétaire de son œuvre, personne n’avait jusqu’alors tenté l’expérience. Aucun cinéaste allemand ne s’était risqué à envisager tel projet ; ni l’URSS ni la RDA, où étaient pourtant affichés pendant des décennies des portraits de Marx et Engels aux quatre coins du pays, ne proposèrent un film sur les fondateurs du « socialisme scientifique ». Ceux qui déployèrent d’importants efforts pour mettre en scène à l’écran Lénine, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht n’eurent pas l’idée ou la possibilité de faire de même pour Marx. Paradoxe ? Peut-être l’héroïsme triomphal du « réalisme socialiste » était-il incompatible avec une restitution de la vie de Marx, volontiers « dandy », exilé et cosmopolite, ouvert à de multiples influences dans sa jeunesse et déjà fermement déterminé à triompher de ses adversaires.

2Est-ce la volonté de montrer prioritairement ce « jeune Marx » d’avant 1848 en plein bouillonnement intellectuel (plus à la mode que le Marx davantage politique et « scientifique » des années 1860-1880) qui a déterminé le choix de Peck, ou plus simplement un choix d’ordre chronologique, nous laissant espérer une suite au cinéma dans un futur proche ? L’avenir nous le dira. En l’état, ne boudons pas notre plaisir : commençant par une magnifique mise en scène du « vol de bois » dans la campagne allemande posant crûment une des questions phares du propos marxien – la propriété privée – et s’achevant à l’aube de la publication du Manifeste du parti communiste, paru peu de temps avant que l’Europe ne se couvre de barricades début 1848, Le Jeune Karl Marx réussit le parti d’offrir un film historique dense, globalement fidèle aux faits mais accessible à un large public connaissant mal la période. Les plus cinéphiles pourront estimer cette réalisation en retrait par rapport aux précédentes productions du réalisateur, esthétiquement plus audacieuses. Les moins sensibles à ces aspects pourront a contrario voir dans cette production une belle restitution des conditions matérielles et politiques de la première moitié du 19e siècle, souvent difficilement imaginables pour nos contemporains.

3L’objectif affiché, à l’heure des « mille marxismes » consécutifs à la chute de l’URSS, est bien de faire revivre Karl Marx grâce à l’image, en mettant en scène ses combats et passions qui, pour Peck (ce qui s’est largement vu à travers les multiples présentations et entretiens qu’il a donnés lors de la sortie du film), n’ont rien d’un objet froid ou d’un combat d’une autre époque. Il en ressort un véritable souffle, un jeu d’acteurs exceptionnel (interprétant Marx et Engels, les acteurs parlent trois langues : français, anglais, allemand) qui n’oublie pas les célèbres et féroces adversaires de Marx. Citons notamment Pierre-Joseph Proudhon et Wilhelm Weitling, magnifiquement restitués. Pour un public français, Weitling (à qui l’on vient de consacrer un monumental ouvrage en Allemagne), fort peu connu hormis chez les spécialistes, apparaît ici comme un concurrent essentiel et important. Par certains aspects, l’affrontement Marx-Weitling fut plus fondamental que le duel Proudhon-Marx, que tant de personnes aiment rejouer éternellement… sans se soucier des autres ! Weitling était un puissant orateur, populaire, théoriquement bien plus faible que Marx, mais aussi durablement influent.

4La vie privée occupe une bonne partie du film, sans excès, mais c’est là que l’on mesure combien les approches les plus dogmatiques du marxisme empêchaient probablement jadis le tournage d’un tel film : marié à une aristocrate désavouée, vivant un quotidien difficile mais bohème, passionné par l’évolution du monde social mais aussi fort soucieux de son rayonnement intellectuel, la vie de Marx ne pouvait être résumée à la grande épopée d’un défenseur purement désintéressé du prolétariat. Le tour de force ici réside peut-être finalement dans cette restitution sans complaisance du personnage, de ses hésitations et contradictions, de ses énervements et limites, tout en conservant une vision globale de la séquence qui lui fait jouer un rôle essentiel et central… Trop peut-être, jugeront ceux pour qui l’œuvre de Marx et sa postérité ont été exagérément jugées favorablement !

5Mais personne ne pourra reprocher au combattant qu’est Raoul Peck ses opinions et sa lecture, pour lui indissociables de l’évolution du capitalisme contemporain, dont il est un pourfendeur affiché. Son Jeune Karl Marx doit bien être vu comme un hommage, qui ne cède en rien à l’idolâtrie simpliste, dont hélas l’histoire du mouvement ouvrier a été parfois marquée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Numa Ducange, « Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck, 2016, 118 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 203-205.

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck, 2016, 118 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8554

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page