Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Confident royal (Victoria & Abdul), film de Stephen Frears, 2017, 107 min.

L’amitié inattendue entre la reine d’Angleterre et un jeune serviteur indien
Anne-Marie Bidaud
p. 205-207

Texte intégral

1Selon une étude statistique du British Film Institute, la reine Victoria est en passe de rivaliser avec Sherlock Holmes et James Bond comme figure iconique du cinéma britannique contemporain. Le dernier film consacré à un pan méconnu de sa vieillesse, Confident royal, confirme cette tendance. Nombre de films et de séries télévisées récents ne cessent en effet d’évoquer sa jeunesse, les débuts de son règne, son idylle et son mariage avec le prince Albert. En 1997, La Dame de Windsor rappelait sa réclusion de veuve solitaire, seulement égayée par un écuyer écossais roturier, Mr Brown. Cette amitié avait été considérée à l’époque comme un égarement de la vieille souveraine. Quelle était au juste la nature de leurs relations ? À la cour, on ne se gênait pas pour surnommer Victoria « Mrs Brown » (titre original du film).

2Vingt ans plus tard, Stephen Frears reprend la même actrice charismatique, Judi Dench, pour révéler un épisode quasi inconnu des dernières années de la reine : son intérêt improbable pour un jeune serviteur indien musulman, Abdul Karim, devenu son favori au grand dam de la cour, si inquiète de l’ascendant possible de ce « confident royal » qu’il fut un temps envisagé de déclarer la reine folle pour l’écarter du pouvoir. Cette relation embarrassante n’était pas connue du grand public avant la publication, en 2010, d’un ouvrage consacré à la correspondance inédite entre les deux protagonistes. Stephen Frears s’inspire « pour l’essentiel » de ces révélations. Nous sommes en 1887, le jubilé d’or consacre les cinquante ans de règne de Victoria, qui a alors 68 ans. Pour l’occasion, deux Indiens musulmans sont envoyés en Angleterre pour lui remettre une médaille commémorative. L’un d’eux, Karim Abdul, jeune (24 ans) et séduisant, accepte volontiers les rôles cumulés que lui offre la reine : secrétaire particulier, enseignant (il lui apprend les bases de l’hindi et de l’ourdou) et même guide spirituel.

3Un tel sujet permet à Stephen Frears de cumuler les genres. Son film se présente d’abord, surtout dans la première partie, comme une satire féroce des mœurs de la cour, empêtrée dans des rituels dépassés. L’Empire tremble sur ses bases, comme la jelly servie dans des compotiers d’argent lors des repas officiels. Les costumes luxueux habités par des fantoches – le futur Édouard VII en premier – témoignent d’un monde moribond. Le sentiment de supériorité de classe s’y double d’un racisme exacerbé à l’égard d’Abdul, parce que roturier et homme de couleur. Les relations de la reine et de son secrétaire représentent ainsi une double transgression : rejet des règles draconiennes auxquelles Victoria a été soumise dès son enfance, que son âge l’autorise à négliger, et en face, non-respect délibéré des interdits par Abdul (dès leur première rencontre, il la regarde droit dans les yeux, contrairement à ce qu’interdit l’étiquette).

4Ce film est surtout un « biopic », un portrait psychologique de Victoria, veuve depuis 1861, lasse des contraintes du pouvoir, souffrant de solitude affective et encore sensible aux charmes masculins. Se définissant elle-même, en toute lucidité, comme « une petite femme obèse, boiteuse, inélégante et acariâtre », elle va trouver en Abdul une source inespérée de renouveau et de liberté.

5Ces orientations assumées par Stephen Frears expliquent les quelques réserves que l’on pourrait formuler vis-à-vis de son film. Formellement irréprochable – les lumières, les décors, les reconstitutions de la vie à la cour sont impeccables, dans un style très BBC –, Confident royal transmet toutefois une image édulcorée du contexte historique. Certes, ce n’est pas son propos principal. Mais on a, par exemple, beaucoup de mal à croire que Victoria ignorait presque tout de la révolte des Cipayes qui, en 1857, mit à feu et à sang toute la colonie indienne pendant plus d’un an. Le personnage d’Abdul est également très idéalisé : capricieux, il exigeait des traitements de faveur ; tout en restant fidèle à la reine jusqu’à sa mort en 1901, c’était aussi un menteur opportuniste, qui obtint de nombreux avantages (terres, pensions… en Inde). Enfin, si la cour lui manifestait tant d’hostilité, le racisme n’était pas seul en cause : on pouvait le soupçonner d’être un agent de la Muslim Patriotic League, décidé à dresser Victoria contre les hindous en période de fortes tensions religieuses.

6En 2006 déjà, Stephen Frears avait consacré son film The Queen au portrait de la reine Elizabeth II confrontée à une situation de crise (le décès de la princesse Diana), qui l’obligea à subvertir les règles du protocole pour conserver sa souveraineté. Dans Confident royal, une séquence anthologique réinstaure également la légitimité royale menacée : alors que la cour s’apprête à la destituer pour maladie mentale, Victoria/Judi Dench, filmée en gros plan frontal, tient tête à ses opposants en leur rappelant son parcours exceptionnel, les obstacles qu’elle a dû vaincre, les devoirs écrasants de sa charge. L’ascendant de cette petite femme âgée est tel qu’ils baissent tous la tête en silence et abandonnent leur projet. Tout en restant un grand cinéaste souvent critique de la société anglaise, Stephen Frears réaffirme ainsi, de film en film, son attachement intangible à la monarchie britannique comme une évidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Confident royal (Victoria & Abdul), film de Stephen Frears, 2017, 107 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 205-207.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Confident royal (Victoria & Abdul), film de Stephen Frears, 2017, 107 min. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8559

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page