Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Trois hommes progressistes aux Nations unies

Chloé Maurel
p. 123-146

Résumé

Alors que l’ONU est souvent vue comme un organisme lointain, un « machin » dépersonnalisé et anonyme, j’ai choisi de rencontrer trois personnalités particulièrement humaines et qui ont comme point commun leur engagement pour faire agir les Nations unies au service du progrès social, des droits de l’homme et de l’aide aux peuples dans le besoin. Un Africain, Carlos Lopes (Guinée-Bissau), et deux Européens, le sociologue suisse Jean Ziegler et le syndicaliste français Bernard Thibault, ont développé dans ces entretiens les motivations de leur engagement aux Nations unies et leur jugement personnel sur l’action de cet organisme, souvent décrié, mais indispensable, car étant la plus démocratique des organisations internationales.

Haut de page

Texte intégral

Jean Ziegler, un humaniste au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

1Jean Ziegler est un sociologue suisse, auteur de nombreux livres. Il a été de 2000 à 2008 rapporteur auprès de l’ONU sur le droit à l’alimentation dans le monde, et depuis 2009 il est vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Il a publié, entre autres, en 2003 Le Droit à l’alimentation (Fayard), en 2005 L’Empire de la honte (Fayard), en 2016 Chemins d’espérance (Seuil), et en 2018 Le Capitalisme expliqué à ma petite fille, en espérant qu’elle en verra la fin (Seuil).

2Cette interview a été réalisée par Chloé Maurel le 14 février 2018.

3Chloé Maurel (CM) : Tout d’abord, pouvez-vous nous raconter comment vous en êtes venu à coopérer avec les Nations unies ?

4Jean Ziegler (JZ) : C’était dans les années 1960. Les Nations unies tentaient alors de régler l’effroyable crise au Congo. J’étais à Sciences Po et j’ai vu une affiche, qui disait que les Nations unies cherchaient des gens parlant français, mais n’étant ni belges ni français. Ainsi, j’ai été recruté et j’ai été pendant trois ans l’assistant de Brian Urquart, sous-secrétaire général adjoint des Nations unies. Ce dernier m’a profondément impressionné. Le projet de l’ONU m’a alors convaincu.

5CM : Quelles étaient vos idées à l’époque ?

6JZ : J’étais alors un marxiste pur et dur. Je lisais la revue Clarté. Et alors, l’idée de l’ONU s’est substituée à ma vision du monde centrée sur la lutte des classes. Mais je suis, tout au long de ces années et jusqu’à aujourd’hui, resté communiste.

7CM : Et cela vous a donc conduit à vous investir aux Nations unies dans le domaine des droits de l’homme ?

8JZ : Oui, je connaissais Kofi Annan depuis longtemps. Jeune, il était au Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) à Genève, tandis que je menais ma carrière universitaire dans la même ville.

9Je reviens en arrière pour expliquer la position de l’ONU par rapport aux droits de l’homme : en 1945, les 43 pays alliés étaient invités à la conférence de San Francisco. Mais les pères fondateurs de l’ONU n’ont pas pu se mettre d’accord sur les droits de l’homme. Les Américains défendaient l’idée de droits civils et politiques (par exemple la liberté de penser, la liberté de la presse), tandis que les Soviétiques défendaient l’idée de droits économiques et sociaux. L’ambassadeur ukrainien faisait remarquer : « Même les hommes libres peuvent mourir de faim », tandis que le représentant de l’Angleterre disait : « Nous ne voulons pas d’esclaves bien nourris ». On a mis en place une commission chargée d’élaborer une convention sur les droits de l’homme. Finalement, l’ONU n’a pu se mettre d’accord que sur une déclaration (c’est-à-dire un texte de moindre portée) : la « Déclaration universelle des droits de l’homme » (DUDH) de 1948 est marquée par l’héritage occidental. Seul son article 27 mentionne les droits économiques et sociaux.

10CM : Ensuite, il y a eu deux textes séparés qui ont été adoptés, en 1966 : le « Pacte sur les droits civils et politiques », promu par les États-Unis, et le « Pacte sur les droits économiques et sociaux », promu par l’URSS. Puis, dans les années plus récentes, depuis les années 1990, l’ONU a repris ses tentatives d’action normative dans le domaine des droits de l’homme...

11JZ : Oui. Boutros-Ghali a convoqué en 1993 une nouvelle conférence sur les droits de l’homme, à Vienne en Autriche, où les deux théories ont été fusionnées. La Déclaration de Vienne fusionne tous les droits de l’homme. Ils sont conçus désormais comme indivisibles, universels et interdépendants. Lors de ce vote, les États-Unis se sont abstenus. À partir de cette Déclaration de Vienne se sont créées des conventions, des rapporteurs spéciaux.

12CM : Oui, vous-même avez été nommé rapporteur spécial sur les droits de l’homme.

13JZ : En 2000, j’ai été nommé rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation. Je venais de publier le livre La faim dans le monde expliquée à mon fils. Kofi Annan a proposé mon nom pour être rapporteur spécial. J’ai exercé ce mandat de 2000 à 2008. Mon pays, la Suisse, n’était pas encore membre de l’ONU en 2000, elle y a adhéré seulement en 2002.

14J’ai fait partie du comité consultatif sur les droits de l’homme. Dans ce comité, on est proposé par son pays et élu par le Conseil. Nous recevons des mandats du Conseil, par exemple pour mettre en place une normativité internationale sur les sociétés transcontinentales privées.

15Jusqu’à maintenant, les droits de l’homme, tels qu’ils sont promus par l’ONU, prennent la forme d’interdits adressés aux États.

16CM : Qu’avez-vous fait dans ce comité ?

17JZ : On s’est rendu compte qu’avec la monopolisation du capital financier entre les mains de quelques sociétés transcontinentales privées, ces dernières échappent à tout contrôle normatif. Elles ont un pouvoir exorbitant, comme jamais un roi, un pape, n’en a eu. Elles fonctionnent avec pour seule stratégie la maximalisation du profit. Par exemple, Exxon Mobil a un chiffre d’affaires supérieur au PNB de tous les pays scandinaves réunis ; Google et Amazon ont ensemble un chiffre d’affaires supérieur au PNB allemand. Kofi Annan a perçu le problème. En 2005, au forum économique mondial de Davos, il a appelé à soumettre les sociétés transcontinentales privées à la normativité internationale. Mais sur la base du volontariat.

18CM : Oui, c’est le « pacte mondial », ou Global Compact.

19JZ : Kofi Annan a été très prudent. Il a donc commencé par ce projet du Global Compact, par lequel des multinationales s’engagent, sur une base volontaire, à suivre des principes de droits de l’homme. Plusieurs multinationales ont joué le jeu, ont créé des ombudsmen (défenseur des droits) ou des codes de conduite.

20Le rapport Business and human rights, publié alors par Kofi Annan, a prévu que l’adhésion des multinationales au Global Compact se traduirait par un principe d’autocontrôle. Mais cela s’est révélé d’une inefficacité totale ! Lorsqu’en 2006 Kofi Annan est parti, il a reconnu que le Global Compact était un échec.

21CM : Mais il y a eu d’autres initiatives récentes à l’ONU pour contrôler les multinationales.

22JZ : Deuxième étape, le Conseil des droits de l’homme a adopté une résolution qui stipule la responsabilité extraterritoriale des États. Ce qui signifie que les États sont désormais responsables de la conduite en matière de droits de l’homme des sociétés multinationales domiciliées chez eux. Par exemple, l’État suisse est désormais responsable d’éventuelles violations des droits de l’hommes de Nestlé en Colombie. Mais cette résolution reste lettre morte.

23Une nouveau combat est en cours à présent. L’Équateur, appuyé par les États de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique latine, veut qu’il y ait une convention internationale obligeant les sociétés transcontinentales privées à respecter les droits de l’homme.

24CM : Quels sont les principaux obstacles à une action efficace de l’ONU aujourd’hui ?

25JZ : Le problème clé de l’ONU est aujourd’hui celui du veto. Ce qui se passe en Syrie est un scandale absolu : il n’y a pas un casque bleu en Syrie, pas un corridor humanitaire, pas une interdiction de voler au-dessus des quartiers d’habitations. Il y a eu à huit reprises un veto russe, qui paralyse toute action de l’ONU.

26Au Darfour, il y a une effroyable guerre depuis quinze ans, avec des milliers de morts. Omar el-Béchir, dictateur islamiste à Khartoum, mène une guerre contre trois peuples africains à cause du pétrole dans leur sous-sol. Au Darfour, il n’y a aucun corridor humanitaire, pas d’intervention des casques bleus, à cause du veto chinois. En effet, la Chine a des intérêts pétroliers importants au Darfour. 11 % du pétrole importé par la Chine provient du Soudan.

27Dans le ghetto de Gaza vivent 1,8 million de personnes, enfermées par Israël depuis 2006. C’est la région la plus densément peuplée du monde, les gens y vivent dans des conditions indignes, il n’y a pas de médicaments... On a, ici encore, une paralysie totale de l’ONU à cause du veto américain !

28CM : Comment pourrait-on réformer cette situation de blocage ?

29JZ : Kofi Annan, dans son testament en 2006, a proposé un plan pour une réforme profonde du Conseil de sécurité de l’ONU. Il a lancé l’idée que les sièges permanents au Conseil de sécurité voyagent : pour l’Europe, que ce soit une fois l’Allemagne, une fois l’Italie, etc., au lieu de toujours la France et le Royaume-Uni ; pour l’Amérique, que ce soit à tour de rôle un pays de ce continent au lieu de toujours les États-Unis ; et pour l’Asie, à tour de rôle un pays asiatique au lieu de toujours la Chine. Il a aussi et surtout proposé que le droit de veto soit caduc dans des conflits où sont commis des crimes contre l’humanité. Or, en 2006, les grandes puissances ont mis ces propositions dans les tiroirs.

30CM : Mais aujourd’hui la France, je crois, a repris ces idées et les promeut ?

31JZ : Oui, aujourd’hui le Quai d’Orsay, ainsi que le Royaume-Uni et l’Allemagne ont mis en place des commissions qui examinent cette proposition de Kofi Annan pour réfléchir à sa mise en œuvre. En effet, l’effroyable guerre civile syrienne produit des effets dévastateurs pour les nations du Conseil de sécurité lui-même. Les djihadistes actuels sont une pure création de la guerre syrienne. Ces fous tuent dans le métro de Londres, au Bataclan à Paris, à Boston, à Moscou et à Berlin. La boucherie syrienne ne peut pas être arrêtée sans l’intervention de l’ONU. Pour libérer l’action de l’ONU, il faut supprimer le droit de veto !

32CM : Il y a aussi la situation des millions de réfugiés induits par la guerre de Syrie.

33JZ : Oui, c’est cette boucherie syrienne qui a chassé ces millions de réfugiés de leur domicile. La plupart des pays d’Europe refusent de les accueillir, violant ainsi le droit d’asile et détruisant par là les fondements moraux sur lesquels l’Union européenne a été construite. La résurrection de l’ONU est donc urgente ! Et cette résurrection dépend du réveil et de la pression de la société civile internationale.

Bernard Thibault, un militant de la cause des travailleurs au Bureau international du travail

34Bernard Thibault est ancien secrétaire général de la CGT (de 1999 à 2013). Depuis 2014, il a été élu administrateur au conseil d’administration du Bureau international du travail (BIT). En 2016, il a publié La troisième guerre mondiale est sociale, aux éditions de l’Atelier.

35Cette interview a été réalisée par Chloé Maurel le 26 février 2018.

36Chloé Maurel (CM) : Comment en êtes-vous venu à collaborer avec l’Organisation internationale du travail (OIT) ?

37Bernard Thibault (BT) : Dans le cadre de mes activités syndicales, j’ai eu pendant longtemps une ouverture à l’international, des échanges avec les syndicats des différents pays. Ensuite, je me suis pleinement investi au BIT depuis 2014. J’y ai été élu comme représentant des travailleurs.

38CM : À cette fonction, vous avez donc contribué à l’action normative de l’OIT ?

39BT : Oui. Au conseil d’administration du BIT, nous faisons régulièrement un bilan sur l’état de mise en œuvre de chaque convention. Depuis 2014, on n’a pas eu d’adoption de nouvelle convention. En juin 2018, on va en avoir une sur les violences faites aux femmes et aux hommes sur leur lieu de travail. Ce sera la 200e convention. Compte tenu de l’actualité, ce serait intéressant que l’OIT puisse marquer son intérêt et son action dans ce domaine.

  • 1 L’OIT est organisée sur une base tripartite, c’est-à-dire qu’elle regroupe à égalité des représenta (...)

40Concernant la surveillance des conventions, j’ai été désigné par deux fois dans un comité tripartite1 : quand une plainte est déposée auprès de l’OIT, venant le plus souvent des rangs syndicaux, relative au non-respect par un État de ses engagements internationaux au sujet d’une convention qu’il a ratifiée devant l’OIT, on mobilise des représentants des employeurs, des travailleurs et des États. À partir de ce moment-là, il y a plusieurs procédures possibles. Une des procédures consiste à désigner un comité tripartite pour traiter cette plainte. Un comité tripartite, comme son nom l’indique, est composé de trois personnes issues des trois collèges : un représentant des États, un représentant des travailleurs, un représentant des employeurs. Il m’est arrivé à deux reprises depuis 2014 d’être désigné pour être membre de ces comité tripartites, notamment pour une plainte sur le travail forcé concernant le Portugal. Le comité a la charge d’apprécier la véracité de cette plainte, de se prononcer sur la légitimité de ses motifs et de formuler un certain nombre de recommandations auprès des gouvernements, pour leur demander soit de modifier un texte législatif, soit de changer de comportement ou de réglementation, s’il s’avère que l’État n’est pas pleinement en règle avec ses engagements internationaux.

41CM : Et donc, dans les deux cas où vous avez participé, vous avez fait des recommandations aux États ?

42BT : Pour ce qui est du Portugal, on a fait la recommandation de discuter avec les syndicats. Il s’agissait d’une mise en cause sur le travail forcé, qu’une convention de l’OIT définit comme un travail sous contrainte. En l’occurrence, l’objet de la polémique était que l’État portugais, sous le gouvernement précédent, avait instauré un mécanisme qui obligeait des chômeurs à accepter des travaux d’intérêt général pour toucher les indemnités chômage. Or, il existe une jurisprudence de l’OIT, qui considère que dès lors que des travailleurs ont cotisé à une assurance chômage, ils ont le droit de toucher leurs allocations du seul fait d’avoir cotisé. On a donc rappelé cette règle au gouvernement portugais, en lui demandant de discuter avec les organisations syndicales pour mettre en place un système qui soit conforme à la convention.

43Les recommandations que produit l’OIT n’ont pas une valeur juridique contraignante directe, un peu au même titre que les résolutions des Nations unies. L’OIT peut exprimer des demandes plus ou moins explicites vis-à-vis d’un État, mais sans pouvoir de contrainte. Après, il reste une certaine pression morale. On est dans la même mécanique qu’à l’assemblée générale des Nations unies. Ce sont d’abord des ressorts diplomatiques.

44CM : Vous donnez d’autres exemples dans votre livre, par exemple la convention sur le repos hebdomadaire. Vous avez observé que cette convention contredit la loi Macron et vous avez donné l’exemple du contrat première embauche de 2006 en France, qui n’était pas conforme à la convention n° 158 de l’OIT.

45BT : Le gouvernement de monsieur De Villepin met en place à cette époque deux nouveaux types de contrat de travail pour des jeunes de moins de 26 ans : le contrat première embauche (CPE) et le contrat nouvelle embauche (CNE). La caractéristique de ces deux contrats consistait à permettre à l’employeur, pendant les deux premières années de contrat, des licenciements sans motif, ce qui est contraire à la convention 158 que la France a ratifiée et qui précise que tout licenciement doit être justifié. La France l’a ratifiée, ce qui veut dire qu’elle s’engage à ce que tout licenciement en France soit justifié, à la différence de l’Allemagne, qui n’a pas ratifié cette convention et où on peut licencier sans avoir de motif.

46Le CPE, lui, a été éliminé par la mobilisation des jeunes dans la rue. Le gouvernement l’avait retiré, mais avait maintenu le CNE. Donc il y a eu une plainte déposée à l’OIT contre le CNE par des syndicats français, notamment la CGT. L’OIT nous a alors donné raison, mais le gouvernement français n’en a pas tenu compte.

47Ce qui s’est passé par la suite, c’est qu’il y a eu des salariés employés sous ce contrat, qui ont été licenciés sans motif présenté par leurs employeurs. À partir de ce moment-là, on a saisi les prudhommes pour contester le licenciement en s’appuyant sur l’avis de l’OIT. Les prudhommes ont alors condamné les employeurs. Il y a eu 6 ou 7 condamnations. Le gouvernement français a constaté qu’il était dans une impasse, mais il a fallu ce long processus pour arriver à l’en persuader.

48CM : Et là, on voit bien que la convention de l’OIT a une utilité, qu’elle est efficace. Plus globalement, diriez-vous que ces conventions de l’OIT, en général, ont un impact important, ou que parfois les États ne les respectent pas et rien ne se passe ?

49BT : C’est tout l’objet de mon livre, qui consiste à la fois à faire un bilan de l’état des droits sociaux dans le monde, un état des lieux des différents processus des dispositions de l’OIT, pour proposer, en tout cas c’est mon parti pris, une appréciation politique sur l’efficacité de cette institution, à l’occasion de son 100e anniversaire en 2019.

50Quand on regarde la situation des droits sociaux dans le monde, on s’aperçoit d’une chose : si je devais résumer, je dirais que l’instabilité et la précarité se répandent et caractérisent de plus en plus la relation employés-employeurs. Parmi les chiffres que j’utilise souvent pour la caractériser, il y a le fait qu’un travailleur sur deux dans le monde exerce aujourd’hui un travail informel. Donc le travail informel reste considérable, alors que la mission de l’OIT est de mettre un cadre de réglementation du travail.

51Le plus préoccupant, c’est de constater qu’en terme de tendance, c’est la proportion de travailleurs informels qui progresse, ce qui va à l’encontre de notre objectif. C’est un premier constat.

52Le deuxième concerne les conventions dites « fondamentales » de l’OIT. Il y a huit conventions fondamentales qui, comme leur nom l’indique, sont considérées de portée universelle. Autrement dit, elles protègent des droits que tout État est tenu de faire respecter sur son territoire. Ce sont par exemple l’interdiction du travail des enfants, l’interdiction du travail forcé, le droit de négociation collective, droits qui ne sont pas simplement des droits sociaux, mais des droits humains. Cela touche plus largement à la protection de la dignité humaine. Or, aujourd’hui on voit les limites de ces conventions fondamentales. Prenons par exemple le travail des enfants : il y a encore 152 millions d’enfants au travail, un nombre qui a certes reculé, mais pas assez vite. Pour le travail forcé, on recense encore 40 millions de personnes qui en sont victimes, et s’agissant du droit à la liberté d’association, la moitié de la population du monde vit dans des pays où cela n’est pas autorisé. Donc, même à propos de droits dits fondamentaux, qualifiés d’universels, on voit qu’ils ne sont pas concrètement mis en œuvre. Pour certains États c’est un refus politique, pour d’autres c’est une incapacité à les mettre en œuvre, du fait de la faiblesse de leur administration. Il n’y a pas de surveillance, d’encadrement des conditions sociales dans ces États, c’est une réalité brutale.

53Pour les autres conventions, l’application est encore moins aisée, puisque la mécanique de leur mise en œuvre par les États sur leur propre territoire dépend de leur bon vouloir.

54La France est plutôt bien placée : avec 127 conventions de l’OIT ratifiées, elle est le deuxième pays après l’Espagne. Cela s’explique dans la mesure où le droit social français a parfois anticipé certaines conventions, par exemple avec la création de la sécurité sociale en 1945.

55Mais au niveau mondial, c’est décevant : aujourd’hui 74 % de la population du monde n’a pas de véritable système de protection sociale. Or dans le bilan du centenaire de l’OIT (1919-2019), je pointe les limites de ce mécanisme qui passe par une pression diplomatique, mais dont on voit bien qu’en certains points du territoire il n’est pas du tout appliqué.

56Surtout, je fais le parallèle, et c’est là qu’il y a un enjeu politique en soi, avec ce qui se passe au plan mondial sur les règles du commerce. Pour faire apprécier que, s’agissant des règles du commerce régies par l’OMC, il y a des règles précises, mais aussi une institution ayant un pouvoir de contrôle, avec des sanctions : l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’OMC. Or sur le plan social, l’OIT, quant à elle, n’a pas de pouvoir de sanction.

57Est-ce viable d’avoir d’un côté des règles commerciales qui doivent être respectées par tous, et de l’autre côté de ne pas avoir la même approche sur le plan social ?

58Il y a donc un phénomène de mise en compétition des travailleurs sur le plan social, qui se fait par le moins-disant social. Mécaniquement c’est une spirale négative. Donc je pars du terme de «sanctions» et je propose que l’OIT puisse infliger elle aussi des sanctions.

59CM : Donc ce serait des sanctions contre des États ou contre des multinationales ?

60BT : C’est effectivement un des aspects que je pointe dans ce bilan. Au bout de cent ans d’existence de l’OIT, on peut mesurer que tout dispositif repose sur les États. Donc l’OIT s’appuie sur ceux-ci pour prendre ses décisions. Les États s’engagent, ou ne s’engagent pas, pour mettre en œuvre les décisions de l’OIT. Cela était valable tant que les États étaient les principaux éléments moteurs de l’économie internationale. Mais aujourd’hui, de plus en plus, ce sont des entreprises multinationales qui dirigent l’économie internationale, entreprises qui, pour certaines d’entre elles, se jouent de cette compétition entre des niveaux de règlementation du travail plus ou moins élaborés.

61Ce sont ces entreprises qui tirent le meilleur parti de cette mise en compétition à l’échelle internationale. On voit de plus en plus de grandes entreprises avoir de plus en plus de capacités d’influence. En 2013, on considérait que la valeur boursière d’Apple était équivalente au budget de la France. Donc, quand ces grandes entreprises font part de projets d’investissement ou de désinvestissement pour certains pays, les États ont plutôt tendance à leur dérouler un tapis rouge.

62Aujourd’hui, on recense au niveau de l’OIT environ 80 000 multinationales. Elles emploient directement 200 millions de travailleurs, ce qui n’est pas considérable, mais ce sont des emplois directs. Si on essaie d’évaluer la masse des emplois qui dépendent des activités des multinationales aujourd’hui, cela représente un travailleur sur cinq dans le monde. D’ici une petite quinzaine d’années, la proportion va passer à 2 sur 5. Donc je pose aussi cette hypothèse : il faut certes continuer à suivre, accompagner les États, même les sanctionner s’ils refusent obstinément de promouvoir la politique sociale, mais surtout, à côté de cela, il faut désormais imaginer des dispositifs qui permettent de surveiller, voire sanctionner les multinationales.

63CM : Oui, c’est très important.

64BT : Certaines multinationales font des infractions à la législation du travail ; il y a aussi du travail d’enfants pour le compte de multinationales. Par des montages juridiques, et par le jeu de la sous-traitance, elles s’en dégagent. Ces montages juridiques sont faits pour échapper à la législation sociale. D’autres multinationales essaient de donner des gages en mettant en place la « responsabilité sociale », l’autocontrôle. À l’expérience, au bout de trente ans, le bilan qu’on peut en faire, c’est que naturellement c’est toujours mieux que les multinationales le fassent, mais on ne peut pas tout mettre sous l’autocontrôle. En règle générale, lorsque vous avez du droit, vous avez des règles et des sanctions pour ceux qui ne respectent pas le droit, mais il faut des instances de contrôle indépendantes.

65Donc, qui mieux que l’OIT, qui est une instance légitime, pourrait être cet instrument de surveillance et de contrôle des multinationales ? Dans le livre, je vais jusqu’à évoquer la mise en place d’un « label mondial » attribué à tout produit commercialisé dans le monde, attestant d’un certain degré de respect du droit social international. Cela dirait au consommateur dans quel environnement social a été fait le produit. On ne peut pas attendre que les entreprises s’auto-évaluent. Un label extérieur, par une entité dont la légitimité ne peut pas être remise en cause, me paraîtrait beaucoup plus pertinent. Ce serait aussi de nature à faire bouger les entreprises, dont certaines ne font pas beaucoup d’efforts. Si elles savaient que le consommateur est mieux informé sur leur comportement, elles percevraient immédiatement que cela pourrait avoir un impact.

66CM : Aussi, à propos de ces pistes que vous avez préconisées, pensez-vous que la direction de l’OIT et les États membres sont favorables à cela ?

67BT : Il faudrait une majorité d’États. Seuls les États sont susceptibles d’avoir le poids suffisant pour faire adopter une telle mesure, parce que cela nécessite une évolution statutaire. L’OIT est tripartite, et les représentants des employeurs ne sont pas d’accord.

68CM : Et les États-Unis sont contre ?

  • 2 « L’esprit de Philadelphie » désigne l’esprit de la Déclaration de Philadelphie de 1944, émise par (...)

69BT : Oui. Certaines multinationales ont déjà bougé et ont déjà passé des accords avec des représentants syndicaux mondiaux. Du côté des entreprises américaines, certaines d’entre elles ont bougé parce qu’elles ont perçu qu’elles pouvaient avoir un manque à gagner colossal si d’aventure des campagnes de presse contre leurs pratiques prenaient de l’ampleur, leur chiffre d’affaire en pâtirait. Or, le chiffre d’affaires est la colonne vertébrale de l’entreprise. Donc certaines ont pris les devants. Mais c’est au niveau des États que cette mission-là pourrait évoluer et, malheureusement aujourd’hui, je ne vois pas une majorité d’États se rapprochant de l’esprit de Philadelphie2. La question qui se pose aujourd’hui est : demain, la norme sera-t-elle l’absence de normes ?

70CM : Par exemple, certains enjeux sociaux actuels, comme la question des travailleurs détachés, appartiennent-ils aux questions que vous traitez à l’OIT ?

71BT : Pas en tant que tels, parce que ce sont des règles que les États de l’Union européenne se sont données quant à la manière d’échanger, de détacher des travailleurs d’un pays à un autre. Par contre, je remarque que, de manière spectaculaire, on a de plus en plus un droit européen qui peut déroger au droit mondial. Et, ça, c’est une aberration. Un des premiers principes du droit international, c’est la non-discrimination entre travailleurs : pour un même emploi, il doit y avoir, normalement, un traitement social égal. Donc on ne peut pas discriminer les gens en fonction de leur nationalité, de leur croyance, de leur couleur de peau, de leur sexe, etc. Il y a d’autres principes, notamment touchant aux migrants. Or, le travailleur détaché, par assimilation, peut être considéré comme un migrant. Dans les conventions de l’OIT, il est précisé qu’un travailleur migrant peut bénéficier du système de protection sociale du pays dans lequel il exerce son activité.

72La directive « détachement » déroge à cette règle mondiale. Cela reste un des points de friction qui, je crois, ne sera pas révisé. On restera au niveau de la législation de l’Union européenne avec un texte qui prévoit une mobilité des travailleurs au sein de l’Union, mais qui n’est pas conforme au droit international du travail.

73Certaines décisions de la Cour européenne de justice, parfois, ne sont pas conformes au droit international du travail. J’ai un exemple en tête : une décision de la Cour européenne de justice sur les affaires Laval et Vikings. Il s’agit d’un conflit du travail en Suède, où l’employeur avait demandé des dommages et intérêts suite à une grève, en considérant que la grève lui avait coûté de l’argent. Par définition, lorsqu’il y a une grève, une entreprise perd de l’argent. Donc les tribunaux suédois ne l’avaient pas suivi. Il a déposé un recours devant la Cour européenne de justice et celle-ci a considéré que le motif de la grève était disproportionné par rapport au préjudice économique subi. C’est tout à fait contraire aux conventions qui protègent la liberté syndicale. L’OIT n’a pas révisé ses statuts depuis qu’existe l’Union européenne, cela fait qu’aujourd’hui il y a tout un tas de mécanismes prévus pour se plaindre au sujet des États, mais aucune procédure pour se plaindre vis-à-vis de décisions d’institutions européennes. On ne peut pas déposer une plainte quand la Cour européenne de justice a pris une décision non conforme à la législation sociale internationale, ou parce que la Commission européenne produirait un texte non conforme au droit international du travail. Donc on est là dans un vide en termes de contre-pouvoir (car nous ne sommes pas reconnus par l’UE), qui ne nous est pas reconnu s’agissant de l’Union européenne.

74CM : Peut-être faudrait-il réviser ces dispositions ?

75BT : Oui, parce que cela provoque un vide incontestable, et du coup on a des États européens qui se réfugient derrière des décisions européennes pour se mettre en infraction vis-à-vis de conventions internationales.

76CM : Oui, c’est une situation préoccupante. Et vous préconisez aussi qu’on donne à l’OIT un droit de veto ?

77BT : Oui, cela relève à peu près de la même mécanique : trouver un moyen pour que certains États aient une pression accrue sur leurs épaules. Je suis aussi pragmatique, c’est-à-dire que je reconnais bien que des États prendront des décennies avant de mettre en place un standard social proche de celui de l’Union européenne. Il faut arriver à mettre un coup d’arrêt à des situations, arriver à avoir une action un peu plus forte que des déclarations répétées qui demandent à un État de se mettre en conformité avec la législation internationale du travail. Il faudrait imaginer une sorte de droit de veto qui mettrait en alerte sur la situation, avec des répercussions, mais de quel type ? Est-ce que cela aurait des effets sur le commerce international ? Il faudrait avoir un palier supplémentaire dans la pression à exercer sur les États.

78CM : Les pays du Sud, du G77, soutiennent-ils ces idées ?

79BT : Pas tous, non, et j’en suis parfois surpris. Par exemple, on évoquait à l’instant les multinationales, il y a une sorte de texte de l’OIT, qui n’est pas une convention, c’est une recommandation : on recommande aux États telle ou telle attitude dans tel ou tel domaine. Mais là, encore plus que pour les conventions, les États suivent ou ne suivent pas ces recommandations. On a eu un débat sur la responsabilité sociale des multinationales. Du côté des travailleurs, on pousse de plus en plus pour que les multinationales soient reconnues comme des acteurs économiques de premier plan, pour qu’elles doivent rendre des comptes. Il y a quelques années, l’OIT a chiffré que les profits produits par l’infraction à l’interdiction du travail des enfants et le travail forcé procuraient 150 milliards de dollars de profit illégal par an. Lors de la rédaction du mot « réglementation », un représentant du gouvernement indien – je rappelle qu’en Inde plus de 90 % du travail est informel – a affirmé qu’il ne fallait pas « alourdir » la règlementation internationale.

80Il y a aussi des gens pensant que plus on accélère les échanges commerciaux entre pays, plus cela va, mécaniquement, aboutir à un mieux-être social. Il est vrai que cela peut avoir des effets, mais si on n’introduit pas d’autres paramètres en place, il n’y a pas de mécanique naturelle en ce sens. Cela ne se produit pas.

81La preuve, on peut s’appuyer sur des rapports autres que ceux de l’OIT, car on a d’autres institutions qui s’expriment sur l’accroissement des inégalités.

82L’OIT a constaté que l’évolution des salaires aujourd’hui se traduit par une déflation salariale, car la redistribution des richesses aux travailleurs diminue. Il y a aussi un accroissement des inégalités entre ceux qui reçoivent de hauts salaires et la masse des salariés : ce qu’on distribue aux dirigeants est proportionnellement de plus en plus important. L’OIT dit : « Alerte ! ». C’est une tendance mondiale, et l’OIT alerte les États car, si cette tendance se poursuit, cela va aboutir à une grave déflation salariale qui va provoquer une explosion du chômage à l’échelle internationale.

83Donc cela montre bien que s’il n’y a pas de règlementation, l’échange commercial seul ne va pas répartir équitablement les richesses dans la population.

84CM : Donc toutes ces études, ces analyses que produit l’OIT sont importantes. Et peut-être faudrait-il arriver à ce qu’elles soient plus médiatisées ?

85BT : Je suis bien d’accord avec vous. C’est aussi une des motivations de mon livre. Je me suis aperçu, que, déjà avant d’y être investi, je ne connaissais pas l’institution, encore moins son histoire : d’où vient l’OIT ? sur quelles analyses politiques, pour quelles raisons les États ont-ils créé l’OIT ? L’idée était, à l’époque de sa fondation, que toute zone de pauvreté dans le monde représente une menace pour la prospérité de tous. Et si on regarde la carte du monde aujourd’hui, on voit bien que les zones de pauvreté sont les zones de tensions.

86C’est parce qu’on n’a pas mesuré la gravité des effets sociaux de la crise de 1929 que se sont développés les régimes xénophobes à l’origine du nazisme, qui a été le principal déclencheur de la Seconde Guerre mondiale. On ferait bien de se remémorer cela...

87Aujourd’hui, de nouveaux phénomènes viennent s’y ajouter : il s’agit des mesures liées au réchauffement climatique et l’OIT en a fait des analyses très précises. Le réchauffement climatique pourrait provoquer des mouvements de population considérables. Aujourd’hui, on a déjà le plus grand nombre de migrants à l’échelle mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale et le réchauffement climatique pourrait aggraver le problème. L’OIT a donc adopté des textes sur les migrants.

88CM : Et l’OIT mène aussi des actions concrètes d’assistance technique ?

89BT : Oui, il y a des actions tout à fait concrètes, mais objectivement, vous avez une série de pays pour qui c’est cent fois plus difficile que pour d’autres. En Jordanie, aujourd’hui, pour six millions d’habitants, il y a un million de réfugiés. Les zones menacées par les transformations climatiques sont aussi les zones les plus précaires et les plus misérables. On est dans une mécanique économique, une logique marchande, qui ne prend pas assez en compte les aspects humains.

90Aujourd’hui, il n’y a pas, malheureusement, une majorité de chefs d’État, de chefs politiques, qui soient suffisamment sensibles à cette argumentation. On a aussi les répercussions des difficultés des Nations unies.

91CM : On voit que les résolutions de l’ONU sur la Syrie, en 2017 et à plusieurs reprises, n’ont pas abouti...

92BT : Oui. On voit aujourd’hui des États qui décident de n’en faire qu’à leur tête par rapport à l’ONU.

93CM : Avez-vous l’impression que les Nations unies aujourd’hui n’ont pas assez de pouvoir, qu’il faudrait leur en donner davantage ?

94BT : Oui, tout à fait, à moins qu’on n’invente autre chose pour remplacer l’ONU. Il y a une réflexion qui s’ouvre à présent sous l’égide du secrétaire général des Nations unies, pour entamer un processus de réforme. L’ONU, c’est le dispositif que la communauté internationale a mis au point au sortir de la Seconde Guerre mondiale en se disant qu’il ne fallait pas qu’une telle chose se reproduise. Donc on s’est donné des institutions pour régler les différends autrement que par la guerre : se réunir autour d’une table et discuter, intervenir s’il y a un conflit pour éviter des violences et des massacres.

95Ou bien on réfléchit à améliorer le dispositif pour le renforcer, l’améliorer, ou... quelle est l’alternative ? Je ne vois pas. Avoir un conseil de sécurité basé sur les forces victorieuses de la Seconde Guerre mondiale, c’est anachronique. Le poids diplomatique d’un pays à l’ONU dépend aussi énormément de son poids économique et financier. On voit combien le commerce interfère avec la géopolitique et les droits humains. Il est regrettable qu’on fasse du commerce en fermant les yeux ou en tournant la tête, lorsqu’on le fait avec des pays dont on sait pertinemment qu’ils sont responsables d’infractions dans le domaine social. S’agissant des libertés aussi, cela vient interférer. On signe des accords commerciaux avec des pays comme le Qatar, mais en fermant les yeux sur le fait que le Qatar est l’un des pays où l’esclavage est la dominante qui caractérise les relations salariales. Alors, si des pays comme les nôtres, qui sont à l’avant-garde des droits sociaux, ne restent pas des éléments moteurs pour faire bouger les choses, qui va le faire ?

96Donc, il y a une faiblesse qui saute de plus en plus aux yeux, celle des Nations unies à agir efficacement et à concevoir le monde de demain dans un cadre multilatéral. Il ne faut pas seulement s’en remettre aux pays du G20, au FMI, à l’OMC.

97CM : Comptez-vous continuer à l’OIT ?

98BT : Oui, j’ai été élu pour 2014-2017 et j’ai été réélu pour trois ans, jusqu’en 2020.

99CM : Envisagez-vous, peut-être, d’intervenir à nouveau en France syndicalement, ou bien de vous lancer en politique ?

100BT : Non. Dans certains pays, compte tenu de leur histoire politique et sociale, des militants syndicaux se lancent ensuite en politique. Mais pas dans un pays comme la France, parce qu’on fonctionne sur la base de la Charte d’Amiens de 1906, relative à l’indépendance des syndicats par rapport aux partis politiques. Tous les syndicats français ont été nourris au lait de la Charte d’Amiens. Il y a des pays où ce sont les partis politiques qui ont créé des syndicats. Dans d’autres, ce sont les syndicats qui ont créé des partis politiques, je pense par exemple au TUC (Trade Union Congress) britannique. Ce n’est pas le cas en France.

Carlos Lopes, un économiste et fonctionnaire international africain

101Le Bissau-Guinéen Carlos Lopes est un économiste qui a longtemps travaillé aux Nations unies, pour le PNUD (programme des Nations unies pour le développement) à partir de 1988. Il a été notamment directeur des affaires politiques de l’ONU de 2005 à 2007, directeur exécutif de l’UNITAR (institut des Nations unies pour la formation et la recherche) de 2007 à 2012, et secrétaire exécutif de la commission économique pour l’Afrique de 2012 à 2016.

102Cet entretien a été réalisé en 2017 par Chloé Maurel, grâce à l’intermédiaire de Sonia De Almeida Lopes et de Johann Petitjean.

103Chloé Maurel (CM) : À la tête du PNUD, vous avez géré un budget d’un milliard de dollars : est-ce que le budget du PNUD vous paraît suffisant ou insuffisant ? Quelles sont les ressources financières du PNUD ? Les fonds de la Banque mondiale par exemple ? Des fonds extrabudgétaires ?

104Carlos Lopes (CL) : Le monde de l’aide au développement a énormément changé dans les vingt dernières années. L’importance de l’aide pour les pays africains, par exemple, a considérablement diminué. Des organismes comme le PNUD jouaient un rôle majeur, qui s’est effrité avec leurs propres succès. Á l’époque où j’étais au PNUD, les deux plus grands programmes étaient le programme global et celui du Brésil. J’ai eu la chance de gérer les deux et d’accumuler une expérience avec des budgets consistants. Les deux dépendaient de contributions non régulières, ce qui ne veut pas dire qu’elles étaient extrabudgétaires. Les ressources de ces grandes agences de développement ne se déterminent pas de la même façon qu’un budget contrôlé par les grandes commissions de supervision des États. C’est la raison pour laquelle des régimes spéciaux plus flexibles ont été mis en place. Aujourd’hui, avec environ 42 milliards de dollars d’aide publique au développement (APD) pour l’Afrique, nous sommes à un moment de grande perte d’importance de l’APD comme source principale de transformation économique.

105CM : Quels programmes avez-vous pu mener ou superviser avec succès dans le cadre du PNUD ?

106CL : La plus grande réussite au niveau global était peut-être le protocole de Montréal, dont les activités ont contribué à l’élimination des gaz à effet de serre ; ou au Brésil, le lancement du programme Bolsa Família, qui a universalisé l’accès à des bénéfices sociaux à travers des transferts basés sur une politique de discrimination positive. Mais j’ai aussi été associé à la construction du cadre de référence des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), qui ont focalisé les débats sur le développement jusqu’à 2015.

107CM : Quels autres programmes du PNUD ont été des échecs ? Pourquoi ?

108CL : L’explication des succès dans le monde du développement est un exercice assez difficile. Quant aux échecs, c’est encore plus difficile. Ce sont beaucoup de facteurs qui contribuent aux deux. Personnellement, j’ai mal vécu la perte de gains économiques et sociaux importants au Zimbabwe et plus récemment au Brésil, deux pays avec lesquels je me suis engagé profondément et qui ont, à un moment donné, réussi à faire des transformations sociales significatives.

109CM : En tant que résident représentant du PNUD au Brésil à partir de 2003, avez-vous pu agir en étroite collaboration avec le gouvernement brésilien ? Avec quels autres partenaires aussi ?

110CL : Le Brésil de 2003 était un immense laboratoire d’expérimentation de politiques publiques. Avec l’Institut d’études et recherches appliquées (IPEA), la plus grande boîte à penser du gouvernement fédéral brésilien, j’ai eu une relation très forte. J’ai même contribué à créer une revue conjointe avec l’institut Desafios (défis), qui servait de plateforme pour le débat sur les stratégies de développement. Mes relations fortes avec le gouvernement fédéral ont permis par la suite d’entamer une décentralisation des activités du PNUD aux États, avec l’ouverture de six bureaux décentralisés, une première mondiale. Avec le secteur privé, je travaillais sur la responsabilité sociale corporative et jusqu’à aujourd’hui je suis dans le conseil d’ETHOS, la plus grande entité du genre en Amérique latine, basée à São Paulo. J’ai aussi créé un organe de consultation avec la société civile et lancé le premier site au monde du PNUD contenant l’information sur tous les projets et appels d’offres, ainsi qu’une actualisation quotidienne des activités de l’organisation au Brésil.

111CM : Avez-vous, dans le cadre de vos programmes, reçu des fonds privés ? Que pensez-vous de l’idée que l’ONU reçoive des fonds privés pour exercer ses programmes ?

112CL : Toutes les agences reçoivent des fonds privés, mais avec des codes éthiques assez précis. Il n’y a absolument pas de raisons de considérer que le développement ne peut se faire qu’avec l’argent des États. À partir du moment où les garde-fous sont clairs, il faut élargir le panier le plus possible.

113Le Global Compact a souvent été objet de critiques, parce qu’il y avait trop d’aspects volontaires, permettant aux entreprises de profiter d’une association avec l’ONU sans qu’elles changent leurs pratiques incompatibles avec les idéaux de l’organisation. Je pense que s’il y a eu des débordements, ils ne sont pas attribuables à l’ONU. L’adhésion à une charte de principes de l’ONU se fait volontairement. S’il est prouvé qu’une quelconque entreprise est clairement en violation de ces principes, des mesures de démarcation sont prises. Souvent avec des hésitations, les grandes multinationales ont fini par prendre ce chemin. Que ce soit sur le VIH, le climat ou l’environnement, les pratiques commerciales des multinationales ont beaucoup changé.

114CM : Comme directeur des affaires politiques de l’ONU de 2005 à 2007, quelles sont les difficultés auxquelles vous avez été confronté ?

115CL : La période la plus exposée de ma carrière se situe pendant cette période-là. Tout d’abord, parce que j’ai appris à lier ma sensibilité politique globale avec mes intérêts pour la transformation et le développement. Deuxièmement, parce que j’ai travaillé aux côtés de Kofi Annan, et surtout dans ses deux dernières années comme secrétaire général. Et finalement, parce que c’était une période de grandes décisions globales qui ont marqué l’agenda du monde jusqu’à 2015.

116Les difficultés sont celles que tout le monde peut s’imaginer. Rallier 192 pays à des positions n’est pas facile. Les sensibilités des représentants de tous les acteurs doivent aussi être prises en compte. C’est une tâche difficile mais passionnante que de construire des ponts, des ententes, des consensus.

117CM : À la tête de l’UNITAR de 2007 à 2012, quelles réalisations avez-vous effectuées ? À votre avis, l’UNITAR remplit-il bien sa mission ?

118CL : L’UNITAR, pendant la période où je l’ai dirigé, a fait une percée remarquée dans le monde de la formation numérique. Cela a fait exploser le nombre de bénéficiaires et a pu montrer un côté innovant des Nations unies. L’UNITAR a été le premier à introduire des paiements de service par carte bancaire dans le système des Nations unies, le premier à utiliser des drones ou à cartographier et analyser par image satellitaire. Avec 30 000 bénéficiaires par an, c’est une petite merveille qui mérite d’être plus connue et appréciée. Le personnel de l’UNITAR a toujours montré une grande flexibilité, de l’esprit libre et de la résilience aussi.

119CM : L’UNITAR agit-il plutôt avec des universités des pays du Sud ? Pouvez-vous citer un exemple d’action concrète de l’UNITAR ?

120CL : L’UNITAR fait surtout de la formation de pointe pour professionnels actifs dans les domaines prioritaires des Nations unies. Par exemple, dans le domaine de la diplomatie, elle offre des cours qui sont indispensables pour la bonne gouvernance du système décisionnel multilatéral.

121CM : L’UNITAR fait des partenariats avec le secteur privé. Quel en est le bilan selon vous ?

122CL : Bien sûr, surtout dans les domaines de l’environnement et de la décentralisation locale à travers un réseau de centres sur les questions urbaines, l’expérience est bonne et salutaire. Quelques entreprises dans le domaine satellitaire fournissent des images à l’UNITAR gratuitement, pour l’analyse à des fins humanitaires.

123CM : Vous avez été à la tête de la commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) depuis 2012 : pensez-vous que cette commission joue un rôle pour aider au développement de l’Afrique ? Pouvez-vous donner des exemples précis ?

124CL : Il s’agit d’une structure qui se consacre fondamentalement à l’appui aux politiques publiques, dans le domaine économique en particulier. Avec une centaine de rapports par an et une multitude de plateformes de construction de consensus et standardisation, cette commission est, de loin, l’acteur le plus large dans le continent dans le cercle des boîtes à idées (think tanks). C’est surtout sa haute spécialisation dans des négociations internationales qui fait sa renommée. Que ce soit sur le climat, le commerce, la propriété intellectuelle, les transports, l’agriculture, jusqu’aux grands accords globaux comme l’Agenda 2030 des Nations unies ou l’Agenda 2063 de l’Union africaine, la CEA est souvent le principal bras technique des pays africains.

125J’étais très engagé personnellement dans trois grands chantiers : l’amélioration de la qualité, et donc de la fiabilité, des statistiques, la promotion de l’industrialisation et la lutte contre le trafic illicite de capitaux. Tous ces domaines ont beaucoup évolué ces dernières années et cette priorisation est maintenant partagée par presque tous les acteurs économiques du continent.

126La CEA, c’est aussi la coordination du système de développement des Nations unies au niveau régional, le maintien d’une bibliothèque-archives qui possède une des collections les plus importantes de l’histoire économique du continent et un centre de conférence de niveau international. Par exemple, une des réunions phares pour la construction de l’Agenda 2030, la conférence d’Addis-Abeba sur le financement du développement avec 11 500 participants, a eu lieu à la CEA.

127Au niveau national, la CEA intervient aussi, mais de manière très limitée. Il s’agit surtout d’appuyer les systèmes de planification, les choix stratégiques au niveau macro-économique et la production de données statistiques. Pour étoffer son arsenal d’appui, la CEA a un institut de formation situé à Dakar, l’IDEP, qui est justement focalisé sur ces mêmes domaines.

128CM : Quelles sont les relations entre la commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et l’Union africaine (UA) ?

129CL : Avec l’Union africaine et la Banque africaine de développement (BAD), la CEA constitue une troïka qu’on désigne par le terme « institutions panafricaines ». La CEA est la plus ancienne et les deux autres ont effectivement été créées à la CEA. L’UA a eu son premier sommet en 1963 et elle a tenu régulièrement ses sommets à Addis-Abeba jusqu’à l’inauguration, il y a cinq ans, de son nouveau siège. Par ailleurs, c’est une résolution des organes de la CEA qui a établi la BAD. Les relations sont donc très proches. Les leaders des trois institutions se voient régulièrement pour coordonner les actions et il y a un secrétariat commun pour les activités conjointes. Les grandes initiatives africaines ont normalement le sceau des trois institutions, comme par exemple l’Agenda 2063. La CEA est devenue une espèce de complément technique du système décisionnel de l’UA.

130CM : Est-ce que les Nations unies agissent suffisamment en faveur de l’Afrique selon vous ?

131CL : Dans le jeu des attributions, comme je l’ai dit auparavant, il est difficile de trouver des consensus. Les Nations unies font beaucoup pour le monde, et l’Afrique en fait partie. On a tendance à parler des Nations unies quand il s’agit de conflits, de paix et de questions humanitaires. Mais l’organisation est vaste et se trouve présente quelquefois là où on ne le soupçonne pas. Qui définit les couloirs de transports aériens ou maritimes, les codes radio pour les télécommunications, les standards pour les médicaments, les conventions sur les lois du travail ou l’harmonisation douanière ? Dans tellement de domaines, sans les Nations unies, il n’y aurait pas de communication ni même de fonctionnement.

132La tendance à réduire les Nations unies à ce que détermine le Conseil de sécurité est maladroite. Dans n’importe quel domaine du développement, son action touche beaucoup plus de gens, Afrique incluse.

133CM : L’Afrique est-elle suffisamment représentée et écoutée au Conseil de sécurité selon vous ? Êtes-vous pour une réforme du Conseil de sécurité ? Êtes-vous pour la suspension du droit de veto ?

134CL : La composition actuelle du Conseil reflète la réalité de 1945, pas celle d’aujourd’hui. Là-dessus tout le monde est d’accord. En plus, l’Afrique est le seul continent entier sans un seul membre permanent. Bien sûr, les Africains ne peuvent pas être contents ni accepter une telle gouvernance, d’autant plus que la majorité des cas soumis pour délibération au Conseil sont africains. Les Africains estiment par ailleurs que souvent le Conseil ne les entend pas suffisamment et passe outre l’opinion émise par des organes africains. La réforme du Conseil est un thème discuté depuis deux décennies sans que les progrès soient visibles. À chaque sommet de l’UA, les leaders insistent sur son urgence, mais pour l’instant on ne voit pas d’issue à l’horizon.

135CM : Pourquoi, selon vous, les actions et les organismes de l’ONU ne sont-ils pas assez connus dans l’opinion publique mondiale ?

136CL : Je ne suis pas d’accord pour dire que l’ONU n’est pas connue. C’est plutôt une marque connue par des segments de la population de forme différente. Si vous allez dans un camp de réfugiés géré par le HCR, tout le monde sait ce qu’est le HCR, si vous allez parler aux professionnels de l’éducation, ils savent ce qu’est l’UNESCO, n’importe quel médecin identifiera sans problème les règles de l’OMS et ainsi de suite. Dans un théâtre de guerre, les populations essaieront de se réfugier en cas de détresse là où il y a le drapeau bleu. Mais ce n’est pas une marque commerciale, unifiée comme Coca Cola ou Apple. Je crois que dans un monde où le marketing domine, on a un peu perdu le sens de ces différences.

137La campagne pour les OMD a mobilisé l’ensemble des pays de la planète. Une campagne de vaccination ou la réponse à Ebola mobilisent tous ceux qui ont à voir avec le problème ou sa solution. Je pense donc que l’ONU a le défi de gérer son image dans un monde plus communicatif, plutôt qu’un problème de reconnaissance.

138CM : Est-ce que le recrutement aux Nations unies vous paraît juste, ou bien opaque et clientéliste ? Pourquoi ?

139CL : Nous sommes en train de parler d’une structure qui recrute des milliers de gens par an. On va toujours trouver toutes sortes d’anecdotes hors contexte pour démontrer le clientélisme ou l’opacité. Si on fait appel à quelqu’un qui a fait ses preuves pour une tâche proche, on va dire qu’il s’agit de favoritisme. Si on fait un tri aveugle par ordinateur pour éviter le « piston », on va parler de manque de transparence. C’est un domaine dans lequel il faut toujours faire des gains d’efficacité, mais c’est une guerre difficile à gagner.

140CM : Est-ce que les Nations unies vous paraissent en crise aujourd’hui ? Pourquoi ?

141CL : Le monde est en crise de valeurs. On le voit par le manque de volonté pour maintenir des conventions qui ont été approuvées au fil des années, ou le manque d’ardeur pour en approfondir d’autres, par exemple dans le domaine de la prévention, des droits humains ou de l’écologie et des changements climatiques. Ceci est préoccupant pour l’ONU comme pour nous tous. Mais ce n’est pas une crise des Nations unies en tant que telle. Par contre, on peut dire que beaucoup d’institutions au sein du système onusien peinent ou refusent de s’adapter à des contextes complétement différents de ceux qu’elles avaient l’habitude de traiter. Des réformes sont nécessaires et urgentes. L’opinion publique a raison d’exiger davantage.

142CM : Que faudrait-il, selon vous, changer ou améliorer dans le fonctionnement des Nations unies ?

143CL : Le fonctionnement administratif est caduc et a besoin de réformes et de modernisation, à commencer par la gestion des ressources humaines. Les bureaucrates n’aiment pas la simplification, parce qu’elle enlève des pouvoirs cachés et des zones de confort. Il va falloir donc mener de tels changements avec la pression de l’opinion publique. Les priorités thématiques peuvent être correctes, mais nous sommes dans un monde digital qui oblige à des changements méthodologiques et d’approche.

Haut de page

Notes

1 L’OIT est organisée sur une base tripartite, c’est-à-dire qu’elle regroupe à égalité des représentants des travailleurs, des employeurs et des États.

2 « L’esprit de Philadelphie » désigne l’esprit de la Déclaration de Philadelphie de 1944, émise par l’OIT alors en exil, dans un esprit socialement progressiste. Cf. Alain Supiot, L’Esprit de Philadelphie, Paris, Seuil, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Trois hommes progressistes aux Nations unies », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 123-146.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Trois hommes progressistes aux Nations unies », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8815

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Historienne, chercheuse associée à l’École normale supérieure (IHMC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page