Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Hommage à Michel Vovelle

Anne Jollet
p. 120-122

Résumé

Michel Vovelle est décédé à Aix-en-Provence le 6 octobre 2018. Ce texte a été prononcé lors de la cérémonie funéraire à Aix-en-Provence par Anne Jollet, en tant que coordonnatrice de la rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

Haut de page

Texte intégral

1Si je parlais en mon nom propre, je parlerais du début, de ces rencontres fondatrices quand on a à peine plus de 20 ans, de ce formidable déploiement des ambitions de l’histoire, du respect délicat, de l’immense gentillesse d’un maître qui ne disjoignait pas, déjà, l’aventure des vies singulières, avec ses joies, ses peines, de ce que l’on vient chercher dans l’histoire. Il m’a accueillie, souhaitant parler des vignerons de Touraine, de leur attachement aux petites pièces de terre comme vecteur de la liberté, à un moment où lui-même cherchait plutôt du côté du « grenier », de cette formidable découverte des images, des caricatures dont il faisait alors le cœur d’une recherche de compréhension de l’ampleur des luttes symboliques. Avec une grande ouverture d’esprit, sans doute un peu dubitatif, mais avec la prudence qu’on lui connaissait quand l’essentiel n’était pas en cause, il a accompagné mon choix.

2En tant que directrice des Cahiers d’histoire, dont Michel était membre du conseil scientifique, je dirais un peu autrement.

3Je veux d’une part traduire l’intense émotion de beaucoup de lecteurs, lectrices, d’ami-es qui m’ont écrit pour raconter un souvenir, une lecture. Qui, parfois, sans avoir connu personnellement Michel Vovelle, disaient leur tristesse de la perte de quelqu’un ressenti comme un proche, comme un soutien. Qui disaient qu’il avait fait partie de toute une vie de lecteur d’histoire. Ainsi en va-t-il des grands auteurs. Des personnes d’horizons divers ont demandé des manifestations publiques d’admiration. Tant de gens ont lu Michel Vovelle, ont aimé l’entendre, en cours, en séminaires, en généreuses conférences ou, trop rarement, lors d’échanges radiophoniques. Tant de gens ont suivi avec passion la voie courageuse qu’il traçait d’une lecture de la Révolution par ceux qui l’aiment, comme il l’affirmait lui-même à la suite d’Alphonse Aulard.

4C’est au nom de ces expressions d’émotion, d’admiration disjointes, de gens d’âges, de sexes, de fonctions, de cultures historiennes différentes, que je prends la parole ici comme coordonnatrice du collectif de rédaction des Cahiers d’histoire. Au nom des lecteurs, lectrices, auteurs des Cahiers, qui veulent exprimer leur gratitude pour quelqu’un qui était présent dans nos choix, nos cheminements, sans que nous nous adressions beaucoup directement à lui. Paradoxe sur lequel les historiens, s’ils s’intéressent un jour à nous, diront mieux que nous. Nous devions publier un entretien. Ce ne sera pas le cas. Mais nous savons que Michel Vovelle avait installé ses interrogations dans un espace où nous développons les nôtres. Là où, pour toutes celles, tous ceux qui tentent de penser globalement les changements sociaux, de penser les effets de domination, héritiers plus ou moins de Marx, c’est difficile, ça fait mal. Pour lui, pour nous, pour tous les militants (mot terriblement guerrier en nos temps de soft power), ce qu’il regardait comme une cause, non pas perdue, mais reléguée, disons, sur les marges de l’histoire, la question de la « prise de conscience » et de son double, l’émancipation. Avec une pudeur surjouée, il aimait à dire cet embarras, à dire sans dire, à dire malgré tout, sachant que ce n’était pas se ranger du côté des triomphants. Comme il l’écrit dans son autobiographie, dans ces Mémoires vives ou perdues (titre où nous entendons si bien la voix de son auteur et sa malice, dont on ne savait jamais vraiment jusqu’à quel point elle était triste), comme il l’écrit donc à propos de cette question de nos savoirs, de notre travail historien et de son pourquoi, de cette question que l’on a du mal à nommer, « je devrais me retenir de citer » les mots de Pierre Vilar, travailler à la « prise de conscience ».

5Nous essaierons à l’avenir de ne pas nous retenir de citer Michel Vovelle, pour cette question laissée posée, pour son immense apport analytique de la « cave au grenier », pour cette autre question cruciale pour nous aussi, question cette fois de sa génération, qu’il a eu le courage d’ouvrir et de travailler et qui nous a laissé un petit espace dans lequel développer cette histoire que nous avons qualifiée, aux Cahiers d’histoire en 1996, de « critique ». Cette question autour de la façon de comprendre au mieux ce qui fait se mouvoir les humains, mus par des forces qui ne sont pas seulement celles de la « cave », celles des structures socio-économiques qu’a si bien étudiées l’histoire qui compte, dont il nous a transmis l’admiration et l’idée de sa nécessité. Mais aussi les forces du « grenier », ces forces du mental, qu’il a fait apparaître sous le nom de « mentalités », ces forces qu’il a traquées dans les formes de l’adhésion ou du refus religieux, dans les expressions de l’engagement politique, notamment dans ce grand moment d’expansion des pratiques, des idées, des représentations que fut la Révolution française. Comment « tenir tous les bouts », comme il aimait à dire de façon pragmatique. C’est bien de cela qu’il s’agit pour nous aussi. Comment non seulement, bien sûr, ne pas opposer, mais penser ensemble toutes ces formes de contraintes et d’affirmations, le poids des prix comme le poids des images. On ne va pas reprendre les « gros mots », comme il nous a dit souvent, néanmoins les réalités têtues sont là. Michel Vovelle nous a dit qu’il ne fallait pas déserter l’espace de cette tentative de synthèse et il nous a aidés à ne pas trop fléchir face à cette exigence, rendue si risquée dans les temps de déferlante libérale que nous avons subis en même temps que lui.

6Merci, cher professeur, pour l’obstination à camper là où il ne fallait pas être, à maintenir ouverte cette voie qui vise à penser globalement les sociétés comme des ensembles complexes, d’articulations d’individuel et de collectif, de forces à la fois contraires et complémentaires, des sociétés toujours en mouvement sous l’effet des luttes d’intérêts, de puissances objectivement contraires. Comme tu le disais, risquant encore un gros mot, de « luttes de classes » sans doute. Merci pour ces pistes de cheminement entre pensées neuves et pensées héritées, pour ces tissages de liens visant toujours à élargir le champ de nos compréhensions historiennes, pour cette valorisation du travail patient au ras des papiers qui disent la vie des gens, des gens les plus nombreux, du peuple, merci pour l’invention des belles sources, testaments, images, que l’on doit à ton propre travail acharné, merci pour l’alliage subtil des doutes qui font découvrir, qui attisent la pensée, arment la critique, et des certitudes fortes, notamment cette absolue certitude que notre travail d’historien donne des responsabilités au présent.

7Mots trop emphatiques, sans doute, pour dire la rigueur d’un engagement qui ne s’affichait pas en déclarations péremptoires, mais par la constance dans l’action, la persévérance dans les principes et des petits mots qui disaient à la fois l’ambition et la connaissance de ses limites. Ambition et connaissance des limites qui nous aident nous aussi à persévérer, notamment pour construire au mieux une revue d’histoire critique, mois après mois. De cette démarche morale, somme toute, aussi, grand merci. De connivence profondément, je me permets, cher maître (profitant déjà de l’absence, pourrais-tu dire, malicieux). Avec profonde gratitude et confiance dans les déploiements à venir de ces mille et mille mots mesurés que tu nous laisses et que nous partagerons autant que nous pourrons, cadeaux de bienvenue aux jeunes générations historiennes et citoyennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Hommage à Michel Vovelle  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 120-122.

Référence électronique

Anne Jollet, « Hommage à Michel Vovelle  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8943

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page