Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Journée Maitron 2018

Compte rendu de la journée d’études du 5 décembre 2018
Pascal Guillot
p. 115-117

Texte intégral

1Le 5 décembre 2018 a eu lieu une journée d’échanges scientifiques autour du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (Maitron) à la Bourse du travail de Paris. Fut aussi présenté le nouveau site internet du Maitron.

2Claude Pennetier, co-directeur du Dictionnaire, introduit la journée, qui s’ouvre par l’AG de l’Association des amis du Maitron. Les représentants d’associations départementales ou thématiques du Maitron prennent la parole pour faire part à l’assistance nombreuse des initiatives de l’année écoulée et des projets. Sont invités les historiens Gilles Manceron et Gérard Noiriel.

3Gilles Manceron, du comité central de la Ligue des droits de l’homme, évoque le projet en cours du site <histoirecoloniale.net>, lancé le 15 septembre dernier, faisant suite au Dictionnaire des fusillés et ayant pour ambition de recenser les militants enlevés, détenus clandestinement, torturés et parfois assassinés par l’armée française. Il évoque, après la reconnaissance par le président de la République le 13 septembre dernier de la responsabilité de la France dans la mort sous la torture de Maurice Audin, l’existence de « Maurice Audin par milliers ». Rejetant l’expression de « bataille d’Alger », il préfère relater la « grande répression contre la population civile ». Cet ambitieux projet cherche à restituer une identité aux indigènes. Les données proviennent surtout du fichier de la préfecture d’Alger, du service des liaisons nord-africaines (SLNA), avec ses quelque 850 fiches retrouvées à Aix-en-Provence, et d’ouvrages, telle la brochure Le Cahier vert. Cette base de données se nourrit aussi de témoignages déposés directement sur le site. L’historien fait alors part de sa surprise : une heure après l’ouverture du site, des dizaines de témoignages y ont afflué.

4Gérard Noiriel (EHESS, IRI) intervient ensuite sur « Le Maitron et l’histoire populaire de la France ». Il montre à quel point le Dictionnaire est une ressource fondamentale qui l’a inspiré. Ainsi, c’est grâce à lui qu’il a pu travailler sur les ouvriers de Longwy, loin de l’histoire rurale et de celle des grands hommes. Le Maitron a nourri sa façon de faire de l’histoire, et pas seulement l’objet, en contradiction avec l’histoire universitaire classique. Ce qui importe surtout avec le Maitron, c’est le collectif, la démarche collective, la prosopographie, et non pas l’histoire faite « par en haut ». L’historien revient sur sa définition du « populaire », qui ne se limite pas au mouvement ouvrier, et présente des contradictions. Cette histoire populaire constitue un combat et un enjeu civique. Les mutations des années 1980 (nouvelles formes de travail, fragmentation ouvrière, affaiblissement syndical, recomposition de la population active, importance des nouvelles technologies) ont conduit à appréhender le mouvement social sans jugement de valeur et articuler les différentes formes d’appartenance, permettant de travailler sur le féminisme, l’immigration, le post-colonial.

5Paul Boulland, chercheur au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS, Paris 1, CNRS) et codirecteur du Maitron, présente le nouveau site avec ses fonctionnalités inédites. La grande nouveauté consiste à construire des données autour des biographies, grâce notamment à l’aide de Barbara Bonazzi (CHS). À partir de mots-clés de départements ou de villes, on peut retrouver des itinéraires biographiques, on peut en quelque sorte géolocaliser les biographies. Pour le moment n’est cartographié (indexé géographiquement) que le corpus de la première période du Maitron, mais cela va s’étendre. Ainsi, on pourra travailler sur les lieux d’activité militante. De nouvelles thématiques voient le jour, comme les saint-simoniens (au nombre de 429 actuellement).

6On vise, à travers de nouvelles fonctionnalités, à s’adresser à un public plus large et renouvelé. Les rubriques en témoignent. Ainsi, « Échos d’histoire » permet de donner la parole aux historiens et de rendre compte de parutions. « Rebonds » porte sur l’actualité. Les nouveaux contenus amènent systématiquement vers les biographies. Un espace multimédia laisse une place à des vidéos. Le système se veut plus interactif : on peut signaler des compléments, voyager dans le dictionnaire et, en plus des rebonds, on peut « aller plus loin ». On dispose aussi d’un annuaire des auteurs, et la rubrique des « Équipes » s’enrichit des associations territoriales ou thématiques du Maitron avec des liens sur leurs propres sites. Enfin, un nouveau moteur de recherche sera opérant dès janvier de cette année. Désormais, en tout cas, le Maitron est entièrement accessible sans filtre, gratuitement.

7Bernard Stéphan, directeur des Éditions de l’Atelier, qui éditent le Dictionnaire, revient sur la fidélité des équipes du Maitron à sa maison d’édition, des Éditions ouvrières aux Éditions de l’Atelier, avec les mêmes valeurs. Il évoque l’ouverture du site sans paiement « sans cadre ni barrière ». Cette ouverture, complémentaire de l’édition papier (mais en rien concurrente), constitue une chance et participe au partage des savoirs. Ce partage est « l’aiguillon éditorial » de sa maison. Il insiste sur le fait de rendre l’usage du Maitron accessible à des publics nouveaux : collectivités locales, enseignants…

8Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, petit-fils de Jean Maitron, revient avec émotion sur l’héritage de son grand-père et dit sa fierté d’accompagner cette aventure. Il présente le Maitron à la fois comme un outil, un champ d’histoire sociale et une entreprise collective. Il estime que celle-ci participe pleinement de ce qui tient à cœur au CNRS, à savoir « la science participative et ouverte ».

9La journée se poursuit par une table ronde autour de « Après 68 : nouvelles mobilisations, nouveaux engagements, nouveaux militants ? », avec les contributions de Sophie Béroud, Renaud Bécot, François Prigent et Ismaïl Ferhat.

10Elle se clôture par l’attribution du prix Maitron de l’année 2018 à Gaëlle Boursier pour un mémoire de master intitulé « Nous ne resterons pas les bâtards de la métallurgie ». Histoire de la grève des Batignolles, janvier-mars 1971, Nantes, sous la direction de Gilles Richard. Nous reviendrons sur ce travail dans l’une de nos prochaines livraisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Journée Maitron 2018 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 115-117.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Journée Maitron 2018 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8949

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

Comité de rédaction des Cahiers d’histoire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page