Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Les communistes bisontins et le processus de décolonisation ou comment adapter la ligne nationale au contexte local : l’alliance avec les catholiques de gauche

Bénédicte Ponçot
p. 95-112

Résumé

Après la Seconde Guerre mondiale, à Besançon, ville moyenne et peu industrialisée de l’est de la France, l’influence du catholicisme reste forte. Ainsi le PCF connaît-il des résultats électoraux plus faibles que la moyenne française et la CGT est-elle fortement concurrencée par la CFTC. Pour autant, les militants communistes sont de tous les combats et les positions choisies sont fidèles à la ligne nationale. Mais la lutte anticolonialiste montre cependant des nuances et une certaine autonomie du local. Les communistes trouvent des alliés chez les catholiques de gauche bisontins. Lors du conflit indochinois, ils sont les principaux opposants, mais avec la guerre d’Algérie, les forces se rééquilibrent entre ces derniers et les catholiques de gauche. Très souvent, ils construisent ensemble leur opposition aux guerres coloniales. Des liens structurels et individuels se tissent, qui font naître une contestation plus commune qu’au niveau national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Martelli, Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Bobigny, Fo (...)

1Besançon, ville moyenne de l’est de la France (63 500 habitants en 1945), modérément industrialisée, est la préfecture d’un département où le bassin industriel est implanté plus au nord, autour de Montbéliard. Siège d’un des plus grands évêchés, l’influence de l’Église y reste forte. Le contexte est donc peu favorable au PCF. Dans les années 1950, ce dernier obtient des résultats électoraux aux environs de 10 %, loin de la puissance nationale du parti. Sur la totalité du Doubs, les effectifs sont modestes avec 1 050 cartes en 1954, placées majoritairement à Montbéliard1. Mais le PCF peut compter sur l’engagement de ses militants. Ces derniers sont sur tous les fronts, y compris celui de la lutte anticolonialiste.

2Celle-ci débute avec la guerre d’Indochine, qui coïncide avec l’affirmation du contexte de guerre froide. La fin de la guerre d’Algérie, en 1962, clôt le temps des mobilisations anticolonialistes. La ville participe, plus ou moins intensément, à ces enjeux qui la dépassent. En effet, bien que Besançon puisse paraître éloignée du processus de décolonisation, il ne lui est pas étranger. Ville de garnison, elle accueille des soldats coloniaux ou partant pour les colonies. Elle s’ouvre à la main-d’œuvre maghrébine et son université recrute outre-mer. Le PCF local prend ainsi en charge la lutte contre le conflit indochinois et investit pleinement celle qui est ensuite menée contre la guerre d’Algérie.

  • 2 On peut penser aux travaux du Britannique Edward Thompson, La Formation de la classe ouvrière, 1963 (...)
  • 3 Sur la guerre froide, Philippe Buton, Olivier Büttner, Michel Hastings, La guerre froide vue d’en b (...)
  • 4 Béatrice Dubell, Arthur Grosjean, Marianne Thivend (dir.), Des Lyonnais auprès des Algériens en gue (...)
  • 5 Pour une analyse plus complexe qui prenne en compte les différents acteurs (syndicalistes, immigrés (...)
  • 6 Bénédicte Ponçot a soutenu sa thèse de doctorat, Besançon à l’heure de la décolonisation, à l’unive (...)

3L’étude de ce combat participe à la construction d’une histoire « vue d’en bas ». Ce courant est né dans le monde anglo-saxon et vise à l’étude des « oubliés de l’histoire ». Aux États-Unis, cette bottom-up approach, qui se nourrit de sources comme l’entretien, privilégie de nouveaux acteurs (les minorités, les exploités) et fait émerger de nouvelles problématiques (autour de la notion de genre ou de race)2. La démarche française, apparue plus tardivement, est moins engagée. Elle cherche moins à donner systématiquement la parole aux opprimés et s’ouvre aux acteurs que l’on pourrait considérer comme secondaires ou ordinaires et s’intéresse aux espaces infranationaux3. Par ailleurs, notre réflexion prend appui sur les études qui se multiplient depuis le début des années 2000, mettant en relation la guerre d’Algérie et un territoire infranational4. Notre travail s’inscrit dans cette veine5 et il s’agit dès lors de mesurer en quoi le contexte local produit ou non des choix originaux. Ainsi, les communistes bisontins, durant ce processus de décolonisation, qui court de 1945 à 1962, reproduisent-ils fidèlement la ligne nationale ou font-ils preuve d’une certaine indépendance, impliquant une convergence avec d’autres courants de gauche, y compris « modérée », notamment en fin de conflit ? 6

Le PCF bisontin : un parti en situation de faiblesse

  • 7 Jean Minjoz, né en 1904, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, est élu maire socialiste de (...)
  • 8 Arch. dép. du Doubs (ADD) 1485w96 : renseignements généraux, rapport sur les élections municipales (...)
  • 9 ADD 53w7 : RG, rapport mensuel au préfet de mars 1948.

4À la Libération, le Doubs est l’un des départements qui restent favorables à la droite. Besançon effectue un choix iconoclaste en élisant un maire socialiste, Jean Minjoz7, sur une liste unitaire socialiste et communiste. Mais ce succès est provisoire. Si la SFIO domine la ville après une interruption entre 1947 et 1953, dès 1948, les communistes connaissent un irrémédiable effritement de leur position. Le Parti passe ainsi de 15 % des suffrages aux élections municipales de 1947 à 9,4 % lors de celles de 19538. De même, la CGT fait face à la concurrence de la CFTC. En 1948, pour l’ensemble du département, la CGT compte 19 475 adhérents, la CFTC 11 365 et la CGT-FO 4 6159. Localement, la section bisontine n’est pas non plus la plus importante : la force militante est au nord, dans le bassin de Montbéliard.

  • 10 Jean Minjoz peut ainsi être considéré comme le principal représentant local du « national molletism (...)
  • 11 ADD 118j9 : archives du PCF, élections municipales 1947, 1953, 1959. Tract du PCF du 15 mars 1959.
  • 12 ADD 118j11 : archives du PCF, référendums de 1958, 1961, 1962. Lettre de la SFIO du 5 décembre 1960
  • 13 Arch. mun. Besançon 25j30 : police politique, 1947-1952. Rapport du 23 septembre 1950.
  • 14 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur de 1955 à janvier (...)
  • 15 À Paris, le 7 novembre, une manifestation de soutien aux insurgés hongrois rassemble 30 000 personn (...)
  • 16 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur de 1955 à janvier (...)

5À cette relative faiblesse s’adjoint un isolement certain. La gestion commune de la mairie de 1945 à 1947 crée des liens qui induisent une rupture plus lente entre les gauches qu’au niveau national10. Mais à partir de 1949, les effets de la guerre froide accentuent la division. Les attaques sont très largement réciproques et violentes. La rupture est irréversible et Jean Minjoz fait preuve d’un fort anticommunisme jusqu’à la fin de son mandat en 1977. Malgré la bonne volonté du Parti radical11, la SFIO décline toutes les invitations du PCF12. L’isolement du parti sur la scène politique locale est donc bien réel. En 1950, l’animosité est si forte qu’une grenade est jetée dans ses locaux. Le PCF écrit à la SFIO et au MRP pour solliciter un soutien public. Les deux partis refusent13. De même, l’insurrection de Budapest et le soutien apporté par le PCF national et local à la répression soviétique raniment l’anticommunisme14. Ce dernier est tel que, dans la nuit du 7 au 8 novembre 1956, simultanément aux événements parisiens15, la permanence du PCF est mise à sac16.

  • 17 Arch. mun. Besançon 25j30 : police politique, 1947-1952. Rapport du 15 octobre 1950 : 800 à 900 per (...)
  • 18 Le Peuple comtois, 9 octobre 1949 et 10 juin 1950.

6Pour autant, cette faiblesse n’induit pas l’immobilisme. Le PCF bisontin est capable de réunir un nombre non négligeable de personnes, soit du fait de l’attractivité de l’invité, comme lors de la venue de Jacques Duclos, soit au moment des campagnes électorales17. Pour mener leur combat dans cet environnement plutôt hostile, les militants communistes bisontins choisissent de suivre fidèlement la ligne nationale, notamment sur les questions internationales. Ainsi, en 1949, Le Peuple comtois multiplie les articles contre Tito18. De même, les questions coloniales restent secondaires : lors de la guerre d’Indochine, la priorité est surtout donnée à la défense de la paix et donc à la condamnation de la politique américaine. Cependant, il ne s’agit pas non plus d’un suivisme total, les choix des communistes lors des guerres de décolonisation montrent également leur capacité à s’adapter au contexte local, voire à affirmer une certaine autonomie.

L’opposition à la guerre d’Indochine : mise en place d’une stratégie de lutte

  • 19 Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 198 (...)
  • 20 En 1946, la région de Montbéliard accueille trois camps de travailleurs indochinois, soit environ 6 (...)
  • 21 Le Peuple comtois, 26 juin, 2 et 9 octobre, 3 décembre 1949.
  • 22 Roger Martelli, Guillaume Nahon (dir.), Réunions du comité central du PCF, 1921-1977, t. 2, 1945-19 (...)
  • 23 ADD 340w163 : RG, surveillance du PCF, 1944-1953.
  • 24 Le Peuple comtois, 8 février 1950 : compte-rendu du congrès fédéral du PCF du Doubs.
  • 25 Le Peuple comtois, hebdomadaire communiste, est publié de 1944 à fin 1950.
  • 26 Ce militant communiste, marin envoyé en Indochine, dénonce la guerre par voie de tracts. Arrêté, il (...)
  • 27 ADD 340w163 : RG, surveillance du PCF, 1944-1953, 10 mai 1952.
  • 28 Propos de Georges Vagneron, membre de l’Union locale (UL) CGT. ADD 177j2, fonds Yvonne Bühler : com (...)
  • 29 Ces accords visent à reconnaître la souveraineté de la RFA et son intégration dans l’OTAN (Accord d (...)

7Sur l’échiquier national, le PCF est la seule force politique d’importance à mener la lutte contre la guerre d’Indochine19. Malgré des forces militantes limitées, les Bisontins participent à ce combat et l’appuient sur des événements locaux. Le Peuple comtois publie en 1948 les revendications des travailleurs vietnamiens de la région de Montbéliard20 et dénonce les départs de soldats franc-comtois21. Après le bureau politique du 20 janvier 1949 consacré au conflit22, la section bisontine est réactive. Les premières affiches datent de mars 1949 et sont nombreuses selon la police23. Cette préoccupation croît encore en 1950 : le congrès fédéral du Doubs condamne la guerre du Vietnam24 et en 1951 il n’y a quasiment pas une édition du Peuple Comtois qui ne s’y réfère ; le sujet devient la question internationale principale25. L’affaire Henri Martin occasionne nationalement26 et localement la mobilisation la plus forte et la plus visible du monde communiste. En mai 1952, la troupe « Les Pavés de Paris » est invitée à jouer la pièce Un drame à Toulon27, mais la préfecture interdit la représentation. Des protestations s’organisent. À Besançon, la police occupe la maison des syndicats alors même que « Les Allemands n’ont jamais pris la maison du peuple28 ». Après cette personnalisation de la lutte, qui renvoie tout autant à la défense d’un membre du groupe qu’à la dénonciation de la guerre d’Indochine, le mouvement s’essouffle et, conformément aux choix nationaux, la priorité est au combat contre les accords de Bonn et de Paris29.

  • 30 Le jour de la chute de Dien Bien Phu, le bureau politique publie : « Il dépend pour une grande part (...)
  • 31 ADD 177j1, fonds Yvonne Bühler : compte-rendu 8 mai 1954.
  • 32 ADD 340w150 : RG, notes mensuelles au préfet, mai et juin 1954 : tracts de L’Heure Lip (articles en (...)
  • 33 ADD 340w150 : RG, notes mensuelles au préfet, 28 mai 1954.

8La défaite de Dien Bien Phu en mai 1954 change la donne. Les communistes bisontins reprennent activement la lutte dans la foulée du national30. Dès le 8 mai, la CGT envisage télégrammes et délégations31. Genève est à moins de 200 km de Besançon ; l’effet frontière conduit à une campagne qui touche en profondeur militants et adhérents. Les cellules de quartier et leurs feuilles militantes, comme L’Heure Lip, se saisissent de la question32. Le 28 mai 1954, le Mouvement de la paix lance une pétition33 et désigne une délégation qui se rend à Genève pour y rencontrer Soviétiques, Chinois et Vietnamiens. Enfin, le PCF peut compter sur un nouvel allié.

  • 34 Daniel Hémery, « Décoloniser la France : le " syndrome indochinois " », dans Pascal Blanchard et Sa (...)
  • 35 Cahiers du GRMF (Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux populaires) : 14 numéros (...)
  • 36 Le MLP, né de l’Action catholique, n’hésite pas à transgresser les interdits ecclésiastiques, notam (...)
  • 37 Georges Minazzi, employé chez Peugeot et syndicaliste à la CFTC, se rapproche de la CGT lors de mou (...)
  • 38 ADD 7j4 : correspondances de la CFTC, 1945-1951. Maxime Roland est né en 1947. Représentant de la C (...)
  • 39 ADD 340w144 : RG, note d’information au préfet du 11 janvier 1952 : « L’influence du MLP à Besançon (...)

9La lutte contre la guerre d’Indochine conduit, en effet, à un rapprochement avec les catholiques de gauche. Si cette ouverture existe également au niveau national34, elle est précocement et fortement appliquée à Besançon. Nationalement, à l’automne 1950, le Mouvement populaire des familles se transforme en Mouvement de libération du peuple (MLP35) et rompt avec la hiérarchie catholique36. Localement, les premiers à engager cette démarche sont des adhérents de la CFTC, tout d’abord du bassin de Montbéliard avec à leur tête Georges Minazzi37, puis de Besançon avec Maxime Roland38. Le mouvement au départ semble confidentiel39. Cette situation est compensée par un fort activisme et la recherche d’alliés. Sur les questions coloniales, il n’y a guère alors que le PCF pour partager leur position.

  • 40 ADD 7j4 : correspondances de la CFTC, 1945-1951.
  • 41 Le Peuple comtois, le 4 septembre 1949, crée une chronique « Communistes et Catholiques » pour « il (...)
  • 42 ADD 177j2, fonds Yvonne Bühler : comptes rendus des réunions de l’UL et des cadres syndicaux de mai (...)
  • 43 Sur l’importance des militants catholiques du MLP dans le Mouvement de la paix, Sabine Rousseau, La (...)
  • 44 ADD 340w163 : surveillance du PCF, 1944-1953, 1 954 tracts et affiches. ADD 340w152 : RG, notes men (...)

10Des relations régulières s’instaurent dès la naissance du MLP40. Le Peuple comtois lui ouvre ses colonnes41. Le 21 avril 1951, il publie un « Appel à la paix » des femmes du MLP du Doubs. En 1952, le PCF propose une délégation commune à la préfecture lors de l’interdiction d’Un drame à Toulon42. Enfin, le comité bisontin du Mouvement de la paix, organisme satellite du PCF, accueille des chrétiens de gauche43. En fin de conflit, les actions deviennent communes. Une adhérente du MLP participe à la délégation genevoise et deux manifestations sont organisées en commun en juin et octobre 195444. Cette alliance, qui peut apparaître comme un moyen de combler la faiblesse communiste, est également créatrice d’une dynamique locale, véritable stratégie de lutte.

La guerre d’Algérie : le temps des rencontres

  • 45 Pour une étude plus globale et sur un temps plus long, Alain Ruscio, Les communistes et l’Algérie, (...)
  • 46 Formule de Thorez, discours d’Alger en février 1939.

11Le PCF est sans conteste le chef d’orchestre de l’opposition à la guerre d’Indochine. Avec celle d’Algérie, il reste au cœur des mobilisations, mais perd sa place dominante. Au niveau national45, le PCF reste longtemps sur une position ambiguë. D’une part, fidèle à la ligne de l’Internationale, il accompagne le mouvement nationaliste algérien. D’autre part, il peine à se détacher de la vision d’une « nation en formation46 » et n’affiche clairement le choix de l’indépendance qu’à partir de 1957.

  • 47 Le MTLD est l’héritier du Parti populaire algérien, fondé à Nanterre le 11 mars 1937. Dirigé par Me (...)
  • 48 ADD 340w145 : RG, notes d’information au préfet des 8, 9, 10 et 12 janvier 1953. Malgré le succès d (...)
  • 49 Bénédicte Ponçot, « Du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) au Front de lib (...)

12Néanmoins, le souci communiste de la question algérienne précède la guerre. Le 11 janvier 1953, Mohamed Mérar, secrétaire adjoint régional du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD47), venu de Montbéliard, propose avec Raymond Fallot, secrétaire du syndicat CGT du bâtiment à Besançon, une rencontre dont l’objectif est « vraisemblablement la création d’une section MTLD48 ». Mais cette solidarité entre syndicalistes français et nationalistes algériens ne perdure pas. Après le déclenchement de la guerre, le FLN encadre les immigrés bisontins49. Or, ce dernier n’est pas favorable à une alliance avec la CGT.

  • 50 ADD série 340w. Les rapports des RG au préfet soulignent la préoccupation et les doutes de l’opinio (...)
  • 51 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, de 1955 à janvier (...)
  • 52 ADD 118j27 : archives du PCF, Le Travailleur bisontin.

13Si le pessimisme de l’opinion publique est précoce50, la montée d’une réelle opposition à la guerre est plus lente et s’affirme lors de la campagne électorale des législatives de 1956. Après la victoire du Front républicain, il faut attendre le décret du 12 avril, qui maintient sous les drapeaux la classe 55-1, pour que celle-ci reprenne. Dès le 14, l’Union départementale (UD) CGT appelle à l’action. Mais l’année 1956 montre aussi l’incapacité des communistes à construire l’unité des opposants. L’expédition de Suez en donnait l’occasion mais, à l’automne, lors des événements de Hongrie, l’émotion est vive à Besançon51 chez les catholiques de gauche. Le soutien des communistes bisontins à l’intervention soviétique les discrédite pour un temps. L’unité s’effectue dès lors à l’initiative du monde étudiant, dominé par les jeunes catholiques. De plus, face aux hésitations communistes, les positions des catholiques de gauche sont plus fermes. Les élections cantonales de 1958 dévoilent le radicalisme de l’Union de la gauche socialiste (l’UGS succède au MLP, puis devient le PSU). Son programme proclame la nécessité de l’indépendance ; ses candidats bisontins ne se désistent pas au second tour au nom de la politique algérienne de la SFIO, alors que le PCF est sur une ligne plus traditionnelle de retrait unilatéral pour « battre la réaction52 ».

  • 53 ADD 118j9 : archives du PCF, pochette lutte antifasciste 1958. Série de tracts.
  • 54 Roger Martelli et Guillaume Nahon (dir.), op. cit., p. 102.
  • 55 ADD 1485w134 : RG, FEN, 1958-1965, pochette 1958. Rapports des 20 et 22 mai 1958.
  • 56 Ce mouvement unitaire se retrouve dans d’autres villes et donne lieu à différentes manifestations e (...)
  • 57 ADD 118j3 : archives du PCF, tracts syndicaux. Lettre mensuelle aux militants CGT du Doubs.
  • 58 Le même type d’actions se retrouvent dans d’autres départements. Marc Coppin, Alain Trogneux, « Fac (...)
  • 59 ADD 118j21 : archives du PCF, paix en Algérie et journée d’action du 17 octobre 1957 (certains docu (...)
  • 60 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur. Rapport du 28 avril (...)
  • 61 Témoignages de Charles Piaget (15 avril 2013), André Vagneron (3 avril 2013), Jean Ponçot (20 janvi (...)
  • 62 Sur le déroulement de la mobilisation nationale, voir Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, Anth (...)

14Pour autant, les communistes sont présents à tous les grands rendez-vous. En mai 1958, les plus actifs dans l’intersyndicale sont les adhérents de la CGT sur une double opposition aux « factieux » et au retour de De Gaulle53. Conformément aux décisions du comité central du 15 mai 195854, l’Union locale (UL) appelle à la constitution de comités de défense antifasciste dans chaque entreprise. Conjointement avec la Fédération de l’Éducation nationale (FEN), ils contribuent à un élargissement. La CFTC, la CGT-FO, la SFIO et le MRP, invités à rejoindre un mouvement unitaire, déclinent l’offre55. Mais en juin, dans différentes villes de la région, se crée un comité de défense des institutions républicaines qui, à Besançon, comprend la FEN, le Syndicat national des instituteurs (SNI), l’UGS, le Parti radical, la CGT, le PCF, l’Union des femmes françaises (UFF) et l’Association générale des étudiants de Besançon (AGEB), affiliée à l’UNEF56. La riposte à la « semaine des barricades » conduit à un nouveau rassemblement qui englobe la CFTC57. Les communistes retrouvent leur capacité à organiser la lutte. Le comité régional pour la paix en Algérie, basé à Audincourt, choisit un secrétaire communiste58 et l’intersyndicale fonctionne jusqu’à la fin de la guerre. C’est donc dans un climat unitaire que ces organisations affrontent le putsch des généraux. À Besançon, les réactions sont vives et massives59. Le 24 avril, l’intersyndicale appelle à cesser le travail de 17 h à 18 h. Le taux de grévistes atteint 90 % chez les ouvriers du Doubs60. Selon L’Est républicain, environ 4 000 Bisontins se rassemblent sur la place du 8 Septembre, dans le cœur historique de la ville. Chez les étudiants, les communistes, les adhérents du PSU, il existe une réelle crainte d’un renversement de la République61. Des rondes s’effectuent, des comités de vigilance sont mis en place et offrent un militantisme partagé. Enfin, après les violences policières du métro Charonne, le 12 février 1962, jour des obsèques des victimes62, environ 2 000 personnes défilent dans ce moment solennel. L’intersyndicale est à nouveau au grand complet ; le MRP, la SFIO et le PCF se trouvent côte à côte.

  • 63 ADD 118j27 : archives du PCF, pochette tracts 1963, 1964, 1965.
  • 64 ADD 118j12 : archives du PCF, bureau fédéral, cahier 1960 à 1968.
  • 65 La même spontanéité existe à Calais. Marc Coppin, « De Dunkerque à Montreuil-sur-Mer : un littoral (...)
  • 66 ADD 1542w7 : RG, OAS. Rapport manuscrit, 9 février 1962.
  • 67 Marc Heurgon, Histoire du PSU. 1, La fondation et la guerre d’Algérie (1958-1962), Paris, La Découv (...)
  • 68 ADD 118j9 : archives du PCF, OAS. Lettre de la fédération du Doubs du PSU au PCF.
  • 69 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur. Télégramme du 6 déce (...)
  • 70 Maurice Audin est un jeune mathématicien, membre du PCF, favorable à l’indépendance. Arrêté en juin (...)
  • 71 Le Comtois, 3 mars 1962.
  • 72 ADD 1542w5: RG, OAS. Le rapport du 3 mars 1962 stigmatise le PCF comme principal instigateur de la (...)

15Ce combat des communistes bisontins révèle quelques enseignements. D’une part, à partir de la fin 1959 et surtout à partir de 1960, le conflit algérien prend une place de plus en plus grande dans les préoccupations des communistes du Doubs. Les références se multiplient et indiquent que ce souci va au-delà d’un simple suivisme des consignes centrales. Un tract du 8 septembre 1959, qui fête la libération de Besançon, demande « la paix en Algérie ». En janvier 1960, Le Travailleur de Palente présente ses vœux, le premier d’entre eux étant « la paix en Algérie63 ». Enfin, les discussions internes du bureau fédéral sont également révélatrices. Les comptes rendus des mois de janvier, mars, juin, septembre et octobre 1960 mentionnent tous la guerre d’Algérie64. De même, les réactions à Charonne sont spontanées et n’attendent pas les directives nationales65. Dès le lendemain, l’intersyndicale CGT-CFTC des usines Peugeot demande aux ouvriers d’arrêter le travail. Des tracts de l’AGEB et de l’UEC appellent à la grève des cours66. D’autre part, la fin du conflit montre la faiblesse et la force du monde communiste. Il ne peut à lui seul organiser de grandes protestations, comme le montre l’échec de la journée anti-OAS du 6 décembre 1961. Bien que les tensions soient moindres qu’au niveau national67, le PCF se retrouve seul, car le PSU décline l’invitation68. En revanche, la journée de manifestation nationale du 19 décembre, associant l’intersyndicale, le PCF et le PSU, est un succès69. Mais le PCF, en étant l’initiateur des comités antifascistes, est au cœur de la forte réactivité bisontine. En mars 1962, le colonel Trinquier, l’un des responsables de la bataille d’Alger et défenseur de l’Algérie française, est attendu à Besançon. La mobilisation est rapide grâce aux outils mis en place dès 1957-1958 : intersyndicale et comité de défense républicaine. L’intersyndicale, le PSU, le PCF et le comité Audin70 publient une motion de protestation71. Le comité de défense républicaine, lui, appelle à manifester et provoque l’annulation de la réunion72.

Lutte anticolonialiste et nuances entre choix locaux et nationaux : l’exemple de l’Algérie

16L’engagement anticolonialiste des communistes bisontins montre donc, dès la guerre d’Indochine, une capacité à adapter la ligne nationale au contexte local, notamment en s’alliant activement avec les catholiques de gauche. De plus, la guerre d’Algérie révèle un parti parfois critique vis-à-vis des choix centraux.

  • 73 Entretien avec André Vagneron, 3 avril 2013. André Vagneron, membre des Jeunesses socialistes, rejo (...)
  • 74 Le vote des pouvoirs spéciaux provoque une certaine opposition et des protestations dans le Parti. (...)
  • 75 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, 11 avril 1956.
  • 76 ADD 118j27 : archives du PCF, tracts 1963-1964-1965.
  • 77 Arch. mun. Besançon, 224w2 : rapport journalier de police 1955-1957, 21 avril 1956.
  • 78 Jean-Jacques Becker, « L’intérêt bien compris du Parti communiste français », dans Jean-Pierre Riou (...)
  • 79 ADD 118j6 : archives du PCF, Paix en Algérie.
  • 80 Roger Martelli, « Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’h (...)

17Face au vote des pouvoirs spéciaux, le PCF du Doubs, s’il ne remet pas en cause officiellement les choix nationaux, semble dubitatif. André Vagneron73 se souvient de Louis Garnier, alors député, lui avouant en privé ses doutes74. Les RG notent également « l’étonnement » de certains militants75. L’hésitation entre soutien au gouvernement Mollet et positions anticolonialistes transparaît lors du meeting du 21 avril 1956. Le tract l’annonçant condamne explicitement la guerre, mais lors de la réunion76, Louis Garnier, plus nuancé, justifie le vote de « confiance77 ». Ces débats chez les communistes bisontins illustrent les vives discussions au sein des instances nationales78. De plus, le PCF bisontin poursuit sa stratégie d’alliance avec les catholiques de gauche. Lors de l’organisation de la Journée nationale pour la paix en Algérie du 17 octobre 1957, le parti propose au MLP et à la CFTC79 d’y participer. En cela, la ligne locale diffère quelque peu de celle du niveau national. Maurice Thorez est très réticent à la collaboration avec la « nouvelle gauche », contrairement à d’autres dirigeants comme Laurent Casanova80. Un espace et une manifestation illustrent les nuances bisontines.

  • 81 Jean Charles, né en 1937, s’inscrit en histoire à la faculté des lettres de Besançon. Il adhère au (...)
  • 82 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 74.
  • 83 Bénédicte Ponçot, « Les étudiants de Besançon : un engagement anticolonialiste précoce et intense » (...)
  • 84 Archives diocésaines 4367 : JEC. Rapport de Jean Ponçot.
  • 85 Arch. mun. Besançon, 224w2 : rapport de police 1951-1957, rapport du 9 février 1956. Robert Barrat (...)
  • 86 Témoignage (20 mars 2013) du futur président du Sénégal Abdulaye Wade, responsable à l’époque de la (...)
  • 87 Arch. mun. Besançon 224w2 : rapports de police, 1955-1957, 7 mars 1956.
  • 88 Archives diocésaines 4367 : JEC. Rapport de Jean Ponçot.
  • 89 L’Union générale des étudiants musulmans algériens est née en février 1955 à Alger, mais son congrè (...)
  • 90 ADD 138j8, fonds privé Jean Charles : cahier du cercle de l’UEC. Invitation à une rencontre avec Je (...)
  • 91 ADD 138j8, fonds privé Jean Charles. L’AGEB est détenue par les « minos » pendant toute la période (...)
  • 92 En 1960 l’UEC regroupe 30 étudiants, en 1961 ses effectifs doublent. L’augmentation du nombre d’étu (...)

18À l’université, l’UEC fait de l’opposition à l’Algérie française son combat prioritaire. Autour de Jean Charles81, elle s’éloigne des positions nationales qui prônent plutôt une certaine prudence82. Elle crée alors des liens étroits avec les Étudiants d’outre-mer (EOM) et ceux de la Jeunesse étudiante chrétienne83. En 1956, un « groupe » autour des EOM comprend « des dirigeants de la Fédération protestante, du groupe Esprit, du MLP, de la cellule communiste, et de la JEC84 ». En février, des étudiants, des militants CFTC, MLP et communistes viennent écouter Robert Barrat, invité par la JEC85. En mars, une manifestation contre l’Algérie française, initiée par les Étudiants d’outre-mer86, rassemble jécistes, MLP et communistes87. Au départ informel, ce groupe se transforme en février 1957 en comité pour la défense des libertés et pour la paix en Algérie88. Dès sa création, celui-ci proteste contre l’arrestation du représentant de l’UGEMA89 bisontin, Mouhoub Si Amer. Tracts et actions se multiplient90. C’est enfin à son initiative que se constitue en juin 1957 un comité bisontin beaucoup plus large qui devient la base de l’intersyndicale. L’activité du comité perdure jusqu’à la fin de la guerre, en association avec les autres opposants. À l’université, ce premier cercle conduit à la naissance d’un « comité mino », chargé d’élaborer le programme de l’AG pour l’année 1957-195891. Mais il faut attendre le début des années 1960 pour qu’un membre de l’UEC participe au bureau de l’AGEB, qui reste majoritairement dans la mouvance catholique92.

  • 93 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964. Télégramm (...)
  • 94 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964, 8 novembr (...)
  • 95 Eithan Orkibi, « La manifestation du 27 octobre 1960 », Les Cahiers du GERME, n° 30, 2012-2013, p.  (...)
  • 96 L’Est républicain, 28 octobre 1960.
  • 97 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964. Télégramm (...)
  • 98 Catherine Le Guen, « La répression judiciaire : prétoires et prisons d’Ille-et-Vilaine », dans Raph (...)

19Les étudiants ne sont pas les seuls à s’émanciper des directives nationales. La manifestation du 27 octobre 196093, initiée par ces derniers, le démontre. Celle-ci ne résulte pas d’une réaction à des événements algériens précis, induisant une peur pour la République, mais d’une volonté commune de voir au plus vite s’inscrire dans les faits le principe d’autodétermination. Comme à Paris, elle est interdite par le préfet94. Alors que dans la capitale le meeting de la Mutualité remplace le défilé initialement prévu95, les Bisontins décident de maintenir leur cortège. Ils sont plus de 2 000 selon L’Est républicain96 à faire face au cordon de CRS qui bloque le passage et charge violemment par deux fois97. Cette manifestation dévoile la part d’autonomie des acteurs locaux et connaît une réelle ampleur. Le chiffre des manifestants est élevé comparativement aux 3 500 Nantais98. De plus, l’intersyndicale est au grand complet, car la CGT ne se désiste pas au dernier moment. Cette unité entre communistes et catholiques de gauche ne se retrouve pas à Paris. Le combat anticolonialiste bisontin est mené depuis plus de dix ans par un petit cercle d’hommes et de femmes qui se connaissent bien. La confiance mutuelle est suffisante pour que la CGT et le PCF bisontins dérogent à la ligne nationale.

La force des réseaux

20Ainsi, malgré leur faiblesse, les communistes bisontins ne sacrifient pas la lutte anticolonialiste à d’autres combats et assument parfois des choix qui leur sont propres.

  • 99 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, 1955-1957. Rappor (...)
  • 100 Julian Mischi, « Travail partisan et sociabilités populaires. Observations localisées de la politis (...)
  • 101 ADD 1688w5 : dossier personnel des RG sur Robert Charles. En 1951, il est secrétaire de l’UD CGT.
  • 102 Née en 1919, Yvonne Buhler devient en 1952 secrétaire administrative au siège de l’Union départemen (...)

21Cet engagement intense des militants provient certes de la fermeté de leur conviction et de leur appartenance à un parti qui, nationalement, représente une force incontestable. Mais il est également issu du tissu local. Le fonctionnement du monde communiste bisontin n’est pas original en soi. Les liens sont à la fois organiques et personnels. Les principaux dirigeants de la CGT sont aussi ceux du parti, ce qui n’empêche pas la centrale de prendre ses distances, comme ce fut le cas lors du soulèvement hongrois99. Le syndicalisme favorise une sociabilité qui échappe au parti100. Néanmoins, ce dernier constitue la « maison mère » et les responsables des autres structures en sont également membres. Il en va ainsi de Mauricette Vagneron de l’UFF, de Jean Charles de l’UEC ou encore de Marius Jacquemard pour le Mouvement de la paix. L’appartenance est parfois triple : André Vagneron est membre du PCF, de la CGT et du SNI. Le rôle de la parentèle s’avère également important. André est le fils de Georges, responsable cégétiste et communiste. Ce dernier est notamment l’un des fondateurs de la maison du Peuple, qui a abrité longtemps à Besançon les différents syndicats. Paul, le frère de Georges, était aussi militant communiste. Jean Charles, qui fonde l’UEC, est le fils de Robert, secrétaire de la CGT du Doubs, puis responsable du parti dans le Haut-Doubs101. La lutte s’effectue parfois en couple. Chez les Vagneron, Mauricette prend en charge l’UFF. Parmi les cégétistes, le couple Bühler s’impose avec Bernard et surtout Yvonne102, responsable de l’UL CGT. La vie familiale recouvre donc le militantisme.

  • 103 L’histoire vue d’en bas met en lumière l’adhésion de certains militants catholiques aux structures (...)
  • 104 Le candidat de l’UGS dans le canton Sud de Besançon est M. Rouyer, syndiqué à la CGT, anciennement (...)
  • 105 Le courant Reconstruction représentant l’aile gauche de la CFTC, favorable à la déconfessionnalista (...)
  • 106 Entretien avec Mauricette et André Vagneron, 3 avril 2013.

22Liens organiques et personnels existent également entre monde communiste et catholique de gauche. À Montbéliard, plusieurs responsables du MLP sont ou deviennent cégétistes, dont Georges Minazzi, fondateur du mouvement103. À Besançon se pratique la double adhésion, bien que plus rarement104. Mais le MLP bisontin reste plus indépendant de la mouvance communiste, d’une part parce que le mouvement Reconstruction105 est puissant à la CFTC bisontine, d’autre part parce qu’il accueille également des étudiants et des enseignants. Les rencontres entre les deux univers militants bisontins passent par les structures, notamment entre le PCF et le MLP, entre l’UEC et la JEC, entre la CGT et la CFTC. Pour autant, dans ce cercle qui met en jeu relativement peu d’hommes, le représentant du parti – communiste ou catholique – étant bien souvent celui du syndicat, des liens plus personnels se tissent. Ainsi le couple Vagneron a-t-il témoigné d’un réel respect pour l’engagement du couple Roland106.

  • 107 Le Comtois, 7 octobre 1963.
  • 108 Fonds privé André Vagneron. Tract signé par le comité anticolonialiste, AGEB, FEANF, Union national (...)
  • 109 ADD 1485w100 : RG, élections municipales des 14 et 21 mars 1963. Charles Piaget est né en 1928. Emp (...)
  • 110 Geneviève Lyet est la première étudiante élue au bureau de l’AGEB. Issue du monde catholique, membr (...)
  • 111 Le Comtois, 10 mars 1947, « L’affaire du Vietnam ». Les JS bisontines dénoncent « la mission civili (...)

23Dans cette section bisontine appartenant à une zone de faiblesse du PCF, la ligne suivie correspond le plus souvent à celle impulsée par le bureau national. L’opposition à la guerre d’Indochine respecte le rythme national et ne prend le pas sur l’opposition à l’atlantisme que lors de l’affaire Henri Martin et à la fin du conflit. Cependant, des éléments s’affirment qui révèlent des nuances par rapport aux choix nationaux. L’alliance avec les catholiques de gauche s’affiche déjà plus fortement. Celle-ci se renforce encore durant la guerre d’Algérie. Cette alliance n’est pas que stratégie et se fonde également sur des liens personnels. Ce combat mené conjointement entraîne des relations pérennes entre communistes et catholiques de gauche bisontins. Après la guerre d’Algérie, des luttes communes (PCF, PSU et AGEB) reprennent contre l’armement atomique107 et la guerre du Vietnam108. Et les élections municipales de 1965 consacrent l’alliance : PCF et PSU se présentent conjointement devant les électeurs. Les deux têtes de liste sont alors André Vagneron (PCF) et Maxime Roland (PSU). Charles Piaget109 est également présent au titre du PSU. Symbole de ces liens, Geneviève Charles, née Lyet, figure à la vingt-cinquième place110. Cette liste montre également combien l’opposition à la guerre d’Algérie constitue une école de lutte pour toute une génération. André Vagneron, adjoint communiste à la mairie de Besançon de 1977 à 1986, débute sa vie de militant aux Jeunesses socialistes, dont il devient le responsable local, en dénonçant la colonisation111. L’histoire de l’opposition du PCF bisontin aux conflits de décolonisation apporte donc un éclairage qui nuance le récit national. Des luttes anticolonialistes émergent des alliances électorales, des accords et des actions communes entre communistes et catholiques de gauche. Cette histoire « vue d’en bas » permet d’observer des phénomènes qui sont plus marginaux au niveau national. Elle prend ainsi une dimension heuristique et participe à l’exploration des possibles, qu’ils soient ou non advenus.

Haut de page

Notes

1 Roger Martelli, Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Bobigny, Fondation Gabriel Péri/Département de la Seine-Saint-Denis, 2010, p. 81.

2 On peut penser aux travaux du Britannique Edward Thompson, La Formation de la classe ouvrière, 1963, (éditions françaises : 1988, 2012) ou à ceux des Américain.e.s : Studs Terkel, Race. Histoires orales d’une obsession américaine (1992-2010) ; Markus Rediker, Les hors-la-loi de l’Atlantique : Pirates, mutins et flibustiers (2015-2017) ; Joan Wallach Scott, De l’utilité du genre (2012).

3 Sur la guerre froide, Philippe Buton, Olivier Büttner, Michel Hastings, La guerre froide vue d’en bas, Paris, CNRS Éditions, 2014 ; Michel Hastins, Sylvie Le Clech (dir.), La France en guerre froide : nouvelles questions, Dijon, EUD, 2015.

4 Béatrice Dubell, Arthur Grosjean, Marianne Thivend (dir.), Des Lyonnais auprès des Algériens en guerre, Saint-Denis, Éd. Bouchène, 2012 ; Yves Frey, La guerre d’Algérie en Alsace. Enquête sur les combattants de l’ombre, 1945-1965, Strasbourg, La Nuée bleue, 2003 ; Marc Coppin, La côte d’Opale en guerre d’Algérie : 1954-1962, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012 ; Raphaëlle Branche et Sylvie Thénault, La France en guerre, 1954-1962, Paris, Autrement, 2008.

5 Pour une analyse plus complexe qui prenne en compte les différents acteurs (syndicalistes, immigrés, étudiants, catholiques, etc.) : Bénédicte Ponçot, Besançon à l’heure de la décolonisation. Le processus de décolonisation vu d’une ville moyenne de province, de 1945 aux années 1960, thèse d’histoire (à paraître) dirigée par Jean Vigreux, université de Bourgogne-Franche-Comté, 2016. Lors de notre recherche, nous avons travaillé sur différentes sources : officielles (police, justice), partidaires, syndicales, ainsi que sur la presse régionale, nationale, etc. Nous avons effectué également une vingtaine d’entretiens.

6 Bénédicte Ponçot a soutenu sa thèse de doctorat, Besançon à l’heure de la décolonisation, à l’université de Bourgogne-Franche-Comté en 2016.

7 Jean Minjoz, né en 1904, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, est élu maire socialiste de Besançon à la Libération. Il perd son mandat en 1947, mais regagne la ville en 1953. Il reste un maire incontesté jusqu’en 1977. Il fut également sous-secrétaire d’État dans le gouvernement Léon Blum de 1946, secrétaire d’État dans ceux de Guy Mollet et Maurice Bourgès-Maunoury entre 1956 et 1957, et député du Doubs de 1945 à 1958.

8 Arch. dép. du Doubs (ADD) 1485w96 : renseignements généraux, rapport sur les élections municipales d’octobre 1947 et 1485w98 : élections municipales, avril-mai 1953.

9 ADD 53w7 : RG, rapport mensuel au préfet de mars 1948.

10 Jean Minjoz peut ainsi être considéré comme le principal représentant local du « national molletisme ». Sur cette attitude qui mêle anticommunisme et raidissement nationaliste et son implication dans le domaine colonial, Claude Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Armand Colin, 2012, p. 229.

11 ADD 118j9 : archives du PCF, élections municipales 1947, 1953, 1959. Tract du PCF du 15 mars 1959.

12 ADD 118j11 : archives du PCF, référendums de 1958, 1961, 1962. Lettre de la SFIO du 5 décembre 1960.

13 Arch. mun. Besançon 25j30 : police politique, 1947-1952. Rapport du 23 septembre 1950.

14 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur de 1955 à janvier 1957, novembre 1956.

15 À Paris, le 7 novembre, une manifestation de soutien aux insurgés hongrois rassemble 30 000 personnes et s’achève dans la soirée par l’attaque du siège du PCF et de l’Humanité. Sur les répercussions parisiennes des événements hongrois et l’anticommunisme qu’ils ont entraînés dans la rue et dans la presse, Jean-Pierre Bernard, « Novembre à Paris », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 1991, p. 68-81.

16 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur de 1955 à janvier 1957, 11 décembre 1956.

17 Arch. mun. Besançon 25j30 : police politique, 1947-1952. Rapport du 15 octobre 1950 : 800 à 900 personnes viennent écouter Jacques Duclos. Ramadier, invité par Minjoz, attire environ mille auditeurs (rapport du 18 novembre 1950). ADD 1485w119 : élections législatives 1945-1956, élection législative 1951. Rapport du 16 juin 1951. Le meeting du 15 juin 1951 à Besançon réunit 800 personnes en présence d’Édouard Finck, délégué du comité central.

18 Le Peuple comtois, 9 octobre 1949 et 10 juin 1950.

19 Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 1985.

20 En 1946, la région de Montbéliard accueille trois camps de travailleurs indochinois, soit environ 600 ouvriers employés sur les 14 000 présents en France. Ces travailleurs sont très bien organisés : leurs représentants interpellent les autorités françaises, distribuent des tracts et les grèves sont bien suivies.. Le Peuple comtois s’en fait l’écho les 8 février, 7 mars, 13 juin, 20 juin et 1er août 1948.

21 Le Peuple comtois, 26 juin, 2 et 9 octobre, 3 décembre 1949.

22 Roger Martelli, Guillaume Nahon (dir.), Réunions du comité central du PCF, 1921-1977, t. 2, 1945-1953, Fondation Gabriel Péri/Département de la Seine-Saint-Denis, 2009.

23 ADD 340w163 : RG, surveillance du PCF, 1944-1953.

24 Le Peuple comtois, 8 février 1950 : compte-rendu du congrès fédéral du PCF du Doubs.

25 Le Peuple comtois, hebdomadaire communiste, est publié de 1944 à fin 1950.

26 Ce militant communiste, marin envoyé en Indochine, dénonce la guerre par voie de tracts. Arrêté, il est condamné à 5 ans de réclusion pour sabotage. Le PCF organise une vaste campagne pour sa défense. Alain Ruscio (dir.), L’Affaire Henri Martin et la lutte contre la guerre d’Indochine : actes de la journée d’étude tenue à Paris, mairie du XIe, Montreuil, Le Temps des cerises, 2005.

27 ADD 340w163 : RG, surveillance du PCF, 1944-1953, 10 mai 1952.

28 Propos de Georges Vagneron, membre de l’Union locale (UL) CGT. ADD 177j2, fonds Yvonne Bühler : comptes rendus des réunions de l’UL, mai 1952.

29 Ces accords visent à reconnaître la souveraineté de la RFA et son intégration dans l’OTAN (Accord de Paris ratifié en mai 1955 par les États-Unis et les pays d’Europe de l’Ouest).

30 Le jour de la chute de Dien Bien Phu, le bureau politique publie : « Il dépend pour une grande part de la pression que les masses populaires de notre pays exerceront sur le gouvernement Laniel et son représentant à Genève, Georges Bidault, que soit mis fin à la guerre par un traité basé sur les principes d’indépendance nationale ». Cité par Alain Ruscio, « La fin de la guerre d’Indochine (1953-1954) vue par l’Humanité », Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, n° 92, 2003, p. 87-101.

31 ADD 177j1, fonds Yvonne Bühler : compte-rendu 8 mai 1954.

32 ADD 340w150 : RG, notes mensuelles au préfet, mai et juin 1954 : tracts de L’Heure Lip (articles en mai et en juin). Ce journal est écrit et distribué par les communistes dans le quartier ouvrier de Palente, construit à partir de 1952. Sa parution est régulière et son archivage n’est pas trop lacunaire.

33 ADD 340w150 : RG, notes mensuelles au préfet, 28 mai 1954.

34 Daniel Hémery, « Décoloniser la France : le " syndrome indochinois " », dans Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire, Culture impériale 1931-1961, Les colonies au cœur de la République, Paris, Autrement, 2004, p. 187.

35 Cahiers du GRMF (Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux populaires) : 14 numéros publiés de 1983 à 2006, dont : M. Chauvière (dir.), Une communauté brisée, regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951, Lille, Les cahiers du GRMF, 1995, p. 25-44.

36 Le MLP, né de l’Action catholique, n’hésite pas à transgresser les interdits ecclésiastiques, notamment en s’alliant au Parti communiste. L’humanisme chrétien qu’il revendique induit une contestation du système colonial lui-même. On retrouve ainsi au niveau bisontin ce christianisme militant, philocommuniste, qui gravite autour de l’équipe d’Esprit. En 1957, le parti se fond dans l’UGS, puis en 1960 dans le PSU. Entre le Doubs, la Loire-Atlantique et le Morbihan, les parcours militants montrent de fortes similitudes. Gilles Morin, « Le PSU breton : le poids des héritages », et Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François Pringent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas : réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950–années 1980), Rennes, PUR, 2009, p. 33-39 et 93-106.

37 Georges Minazzi, employé chez Peugeot et syndicaliste à la CFTC, se rapproche de la CGT lors de mouvements de grève. Les positions prises par le MLP font débat à la CFTC. La crise se solde en mai 1955 : trois délégués CFTC demandent leur adhésion à la CGT, dont Minazzi. Georges Minazzi, En marche, trente ans de lutte à Peugeot-Sochaux. L’itinéraire d’un militant, Paris, Syros, 1978.

38 ADD 7j4 : correspondances de la CFTC, 1945-1951. Maxime Roland est né en 1947. Représentant de la CFTC au collège technique de garçons pour la menuiserie-ébénisterie, il appartient au courant « Reconstruction » du syndicat. Il s’impose comme le leader charismatique des catholiques de gauche bisontins et anime ce courant au sein du MLP, de l’UGS, puis du PSU. Son épouse, Lucienne, se présente aux élections cantonales de 1958 au nom du MLP.

39 ADD 340w144 : RG, note d’information au préfet du 11 janvier 1952 : « L’influence du MLP à Besançon, qui est nulle  ».

40 ADD 7j4 : correspondances de la CFTC, 1945-1951.

41 Le Peuple comtois, le 4 septembre 1949, crée une chronique « Communistes et Catholiques » pour « illustrer la nécessité de l’union dans l’action des communistes et des catholiques ».

42 ADD 177j2, fonds Yvonne Bühler : comptes rendus des réunions de l’UL et des cadres syndicaux de mai 1952.

43 Sur l’importance des militants catholiques du MLP dans le Mouvement de la paix, Sabine Rousseau, La colombe et le napalm, des chrétiens français contre les guerres d’Indochine et du Vietnam, 1945-1975, Paris, CNRS Éditions, 2002, p. 82.

44 ADD 340w163 : surveillance du PCF, 1944-1953, 1 954 tracts et affiches. ADD 340w152 : RG, notes mensuelles d’information au préfet, 30 octobre et 2 novembre 1954.

45 Pour une étude plus globale et sur un temps plus long, Alain Ruscio, Les communistes et l’Algérie, des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962, Paris, La Découverte, à paraître début 2019.

46 Formule de Thorez, discours d’Alger en février 1939.

47 Le MTLD est l’héritier du Parti populaire algérien, fondé à Nanterre le 11 mars 1937. Dirigé par Messali Hadj, interdit par le gouvernement français en 1939, il renaît en octobre 1946 sous l’appellation MTLD et se prononce pour l’indépendance. En son sein, une nouvelle génération prône un passage à la lutte armée et fonde le FLN. Pierre Mendès-France dissout le MTLD le 5 novembre 1954. FLN et partisans de Messali Hadj, qui créent le Mouvement national algérien (MNA), s’opposent pour la direction du mouvement nationaliste. Cette guerre fratricide fait plusieurs milliers de morts.

48 ADD 340w145 : RG, notes d’information au préfet des 8, 9, 10 et 12 janvier 1953. Malgré le succès de cette réunion, l’activité de la cellule, si elle a existé, n’a pas été suffisamment puissante pour inquiéter les RG.

49 Bénédicte Ponçot, « Du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) au Front de libération nationale (FLN) : l’implantation croissante du mouvement nationaliste dans la population algérienne de métropole à travers l’exemple bisontin », Outre-Mers, 2e semestre 2017, p. 145-168.

50 ADD série 340w. Les rapports des RG au préfet soulignent la préoccupation et les doutes de l’opinion bisontine dès mai 1955. L’échelon bisontin apporte donc une nuance aux regards des analyses nationales, qui s’appuient sur les sondages. Charles-Robert Ageron, « L’opinion française devant la guerre d’Algérie », Revue française d’histoire d’outre-mer, t. 63, n° 231, 2e trimestre 1976, p. 256-285.

51 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, de 1955 à janvier 1957, décembre 1956.

52 ADD 118j27 : archives du PCF, Le Travailleur bisontin.

53 ADD 118j9 : archives du PCF, pochette lutte antifasciste 1958. Série de tracts.

54 Roger Martelli et Guillaume Nahon (dir.), op. cit., p. 102.

55 ADD 1485w134 : RG, FEN, 1958-1965, pochette 1958. Rapports des 20 et 22 mai 1958.

56 Ce mouvement unitaire se retrouve dans d’autres villes et donne lieu à différentes manifestations en juillet 1958 (Montluçon, Ivry, Limoges, etc.). Le Monde, 12 juillet 1958, « Des manifestations de défense républicaine se dérouleront dans plusieurs localités ».

57 ADD 118j3 : archives du PCF, tracts syndicaux. Lettre mensuelle aux militants CGT du Doubs.

58 Le même type d’actions se retrouvent dans d’autres départements. Marc Coppin, Alain Trogneux, « Face au putsch », dans Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault (dir.), op. cit., p. 215.

59 ADD 118j21 : archives du PCF, paix en Algérie et journée d’action du 17 octobre 1957 (certains documents du PCF figurent dans des pochettes ou cartons sans correspondance chronologique précise).

60 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur. Rapport du 28 avril 1961.

61 Témoignages de Charles Piaget (15 avril 2013), André Vagneron (3 avril 2013), Jean Ponçot (20 janvier 2013).

62 Sur le déroulement de la mobilisation nationale, voir Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

63 ADD 118j27 : archives du PCF, pochette tracts 1963, 1964, 1965.

64 ADD 118j12 : archives du PCF, bureau fédéral, cahier 1960 à 1968.

65 La même spontanéité existe à Calais. Marc Coppin, « De Dunkerque à Montreuil-sur-Mer : un littoral ouvrier contre la guerre d’Algérie », dans Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault (dir.), op. cit., p. 204.

66 ADD 1542w7 : RG, OAS. Rapport manuscrit, 9 février 1962.

67 Marc Heurgon, Histoire du PSU. 1, La fondation et la guerre d’Algérie (1958-1962), Paris, La Découverte, 1994, p. 134-137.

68 ADD 118j9 : archives du PCF, OAS. Lettre de la fédération du Doubs du PSU au PCF.

69 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur. Télégramme du 6 décembre et rapport du 11 décembre 1961.

70 Maurice Audin est un jeune mathématicien, membre du PCF, favorable à l’indépendance. Arrêté en juin 1957, torturé, il meurt lors de sa détention. Le comité de soutien, créé à la suite de la disparition, donne naissance à des comités Audin, qui dénoncent l’usage de la torture et la guerre d’Algérie. À Besançon, il est animé par François Châtelet, le fils d’André qui fut le président du premier comité Audin.

71 Le Comtois, 3 mars 1962.

72 ADD 1542w5: RG, OAS. Le rapport du 3 mars 1962 stigmatise le PCF comme principal instigateur de la contre-manifestation.

73 Entretien avec André Vagneron, 3 avril 2013. André Vagneron, membre des Jeunesses socialistes, rejoint le PCF après leur dissolution. Instituteur, il prend des responsabilités au SNI et à la CGT. Il devient l’un des principaux responsables communistes à Besançon. Membre du secrétariat fédéral du Doubs de 1965 à 1975, il est adjoint au maire socialiste Robert Schwint de 1977 à 1986. André Vagneron, Souvenirs d’un communiste du Doubs, Besançon, Les Cahiers des amis de la maison du Peuple, 2012.

74 Le vote des pouvoirs spéciaux provoque une certaine opposition et des protestations dans le Parti. Claude Liauzu, Histoire de l’anticolonialisme en France du XVIe siècle à nos jours, Paris, Armand Colin, 2012, p. 232.

75 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, 11 avril 1956.

76 ADD 118j27 : archives du PCF, tracts 1963-1964-1965.

77 Arch. mun. Besançon, 224w2 : rapport journalier de police 1955-1957, 21 avril 1956.

78 Jean-Jacques Becker, « L’intérêt bien compris du Parti communiste français », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990, p. 238-240.

79 ADD 118j6 : archives du PCF, Paix en Algérie.

80 Roger Martelli, « Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 112-113, 2010, p. 45-55.

81 Jean Charles, né en 1937, s’inscrit en histoire à la faculté des lettres de Besançon. Il adhère au PCF en janvier 1954 et fonde l’UEC tout en militant à l’UNEF. Durant la guerre d’Algérie il est un fervent défenseur de l’unité d’action avec les étudiants catholiques. Il est membre du comité de la fédération communiste de 1959 à 1974. Spécialiste du syndicalisme CGTU, il fut enseignant à l’université de Franche-Comté.

82 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 74.

83 Bénédicte Ponçot, « Les étudiants de Besançon : un engagement anticolonialiste précoce et intense », Vingtième siècle. Revue d’histoire, avril-juin 2017, n° 234, p. 85-99.

84 Archives diocésaines 4367 : JEC. Rapport de Jean Ponçot.

85 Arch. mun. Besançon, 224w2 : rapport de police 1951-1957, rapport du 9 février 1956. Robert Barrat est catholique, journaliste, rédacteur en chef de Témoignage chrétien en 1946, et militant anticolonialiste. En 1955, après la parution d’un reportage dans France-Observateur relatant sa rencontre avec des responsables FLN, il est arrêté puis libéré. En novembre 1955, il participe à la fondation du comité d’action des intellectuels contre la guerre d’Algérie. Robert Barrat, Un journaliste au cœur de la guerre d’Algérie (1954-1962), La Tour d’Aigues, L’Aube, 2001.

86 Témoignage (20 mars 2013) du futur président du Sénégal Abdulaye Wade, responsable à l’époque de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) et Archives diocésaines de Besançon : 4367, pochette JEC, Jean Ponçot, 2e trimestre 1956.

87 Arch. mun. Besançon 224w2 : rapports de police, 1955-1957, 7 mars 1956.

88 Archives diocésaines 4367 : JEC. Rapport de Jean Ponçot.

89 L’Union générale des étudiants musulmans algériens est née en février 1955 à Alger, mais son congrès constitutif a lieu à Paris en juillet 1955. L’UGEMA rassemble donc les étudiants algériens aussi bien en France qu’à Alger. La ligne de l’UGEMA s’inscrit dans celle du FLN. Perquisitions et arrestations se déroulent dès 1955. En mai 1956 une grève illimitée des cours et des examens est déclenchée en accord avec le FLN. En janvier 1958, le gouvernement français dissout l’UGEMA. Guy Pervillé, « Les étudiants algériens en guerre », <http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=135>.

90 ADD 138j8, fonds privé Jean Charles : cahier du cercle de l’UEC. Invitation à une rencontre avec Jean Carbonare, de retour d’Algérie, lettre adressée au président du Conseil et aux députés, etc.

91 ADD 138j8, fonds privé Jean Charles. L’AGEB est détenue par les « minos » pendant toute la période de la décolonisation, sauf pendant l’année 1956-1957. La « mino » correspond à la fraction minoritaire de l’UNEF, qui dans l’après-guerre est favorable à une certaine politisation du syndicalisme étudiant. Au début de la guerre d’Algérie, face à la direction « majo » qui sous couvert d’apolitisme défend l’Algérie française, les « minos » s’opposent au conflit. Devenus majoritaires au sein de l’UNEF à partir de 1956 et gardant leur appellation, ils entraînent le syndicat étudiant dans l’opposition à la guerre d’Algérie. Alain Monchablon, « La querelle majos/minos et la guerre d’Algérie », Les Cahiers du GERME, n° 30, 2012-2013, p. 51-53.

92 En 1960 l’UEC regroupe 30 étudiants, en 1961 ses effectifs doublent. L’augmentation du nombre d’étudiants n’explique pas à elle seule cette hausse, bien que celle-ci reste faible (1,35 % en 1960-1961 et 2,08 % en 1961-1962). Joël Cantaut, Le Monde étudiant bisontin face au problème algérien, 1954-1962, mémoire de maîtrise, Besançon, université de Franche-Comté, 1988, p. 212-213. Alain Monchablon, « Syndicalisme étudiant et génération algérienne », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Paris, Institut d’histoire du temps présent, 1988, p. 124.

93 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964. Télégramme du 27 octobre 1960 à 11 h 55.

94 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964, 8 novembre 1960.

95 Eithan Orkibi, « La manifestation du 27 octobre 1960 », Les Cahiers du GERME, n° 30, 2012-2013, p. 46-50.

96 L’Est républicain, 28 octobre 1960.

97 Arch. nat. 19770128/13 : rapport mensuel du préfet au ministre de l’Intérieur, 1960-1964. Télégramme du 27 octobre 1960 à 20 h 20.

98 Catherine Le Guen, « La répression judiciaire : prétoires et prisons d’Ille-et-Vilaine », dans Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault (dir.), op. cit., p. 343.

99 Arch. nat. F/1cIII/1264 : rapports mensuels du préfet au ministre de l’Intérieur, 1955-1957. Rapport du 11 décembre 1956 : « La CGT a expliqué à ses troupes qu’elle avait évité de prendre position dans l’affaire hongroise », la centrale se concentrant alors sur une ligne revendicatrice au niveau social.

100 Julian Mischi, « Travail partisan et sociabilités populaires. Observations localisées de la politisation communiste », Politix, vol. 16, n° 63, 2003, p. 100-102.

101 ADD 1688w5 : dossier personnel des RG sur Robert Charles. En 1951, il est secrétaire de l’UD CGT.

102 Née en 1919, Yvonne Buhler devient en 1952 secrétaire administrative au siège de l’Union départementale à Besançon. À partir de 1956, elle devient secrétaire de l’Union locale et assume une part de la direction de l’Union départementale pour le sud du département. Membre du PCF, elle est élue au bureau fédéral de 1957 à 1959.

103 L’histoire vue d’en bas met en lumière l’adhésion de certains militants catholiques aux structures communistes. Dans le pays de Montbéliard, le cas de Georges Minazzi n’est pas isolé. Nicolas Hatzfeld, « Engagements en mouvance : l’action sociale et politique de catholiques à Sochaux-Montbéliard (années 1950-années 1990) », Trabalho apresentado no colôquio, Syndicats ou associations en France : concurrence ou complémentarité, 2004.

104 Le candidat de l’UGS dans le canton Sud de Besançon est M. Rouyer, syndiqué à la CGT, anciennement à la CFDT, et membre du MLP. ADD 1485w107 : RG, élections cantonales 20 et 27 avril 1958, notes biographiques.

105 Le courant Reconstruction représentant l’aile gauche de la CFTC, favorable à la déconfessionnalistation, est mené par Paul Vignaux et localement par Maxime Roland.

106 Entretien avec Mauricette et André Vagneron, 3 avril 2013.

107 Le Comtois, 7 octobre 1963.

108 Fonds privé André Vagneron. Tract signé par le comité anticolonialiste, AGEB, FEANF, Union nationale des étudiants marocains (UNEM), SNI, FEN, CGT, PC, PSU, UEC, Mouvement de la paix, UFF. Tract non daté, mais classé dans la pochette 1965.

109 ADD 1485w100 : RG, élections municipales des 14 et 21 mars 1963. Charles Piaget est né en 1928. Employé chez Lip depuis 1946, il est représentant du personnel pour la CFTC pendant la guerre d’Algérie. Il participe à toutes les manifestations contre celle-ci et mène la mobilisation au sein de l’usine. Membre de l’Action catholique ouvrière, il participe à l’aventure politique des catholiques de gauche en étant membre de l’UGS, puis du PSU. C’est dans ces années qu’il commence sa vie militante, qui le mènera à la conduite de la lutte des Lip dans les années 1970.

110 Geneviève Lyet est la première étudiante élue au bureau de l’AGEB. Issue du monde catholique, membre de la Jeunesse étudiante chrétienne féminine, elle épouse Jean Charles. ADD 1485w100 : RG, élections municipales des 14 et 21 mars 1963. Liste d’Union ouvrière et démocratique.

111 Le Comtois, 10 mars 1947, « L’affaire du Vietnam ». Les JS bisontines dénoncent « la mission civilisatrice (...) quelles vérités sordides se cachent sous ces mensonges tapageurs », « les possédants français » et « les militaires réactionnaires » qui « ont tout fait pour saboter ces accords ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Ponçot, « Les communistes bisontins et le processus de décolonisation ou comment adapter la ligne nationale au contexte local : l’alliance avec les catholiques de gauche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 95-112.

Référence électronique

Bénédicte Ponçot, « Les communistes bisontins et le processus de décolonisation ou comment adapter la ligne nationale au contexte local : l’alliance avec les catholiques de gauche », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8955

Haut de page

Auteur

Bénédicte Ponçot

Université de Bourgogne-Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page