Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marc Braham et Guillaume Carré, Les maisons en fer Duclos. Une expérience première ?

Virton, Imprimerie Michel frères, 2017, 178 p.
Georges Vayrou
Référence(s) :

Marc Braham et Guillaume Carré, Les maisons en fer Duclos. Une expérience première ?, préface de Bertrand Lemoine, Virton, Imprimerie Michel frères, 2017, 178 p.

Texte intégral

1Le troisième âge du fer

2Ce livre abondamment illustré de photographies et de dessins soigneusement exécutés nous fait découvrir un aspect méconnu de l’histoire de l’architecture et de la construction : les maisons tout en fer. Comme l’indiquent les auteurs, cette terminologie est réservée « aux maisons dont tous les éléments, structuraux et non structuraux, sont en fer ou, par extension, en fonte ou en acier. (…) Non seulement l’ossature primaire, (…) mais aussi l’ossature secondaire, les murs extérieurs – leur paroi extérieure au moins –, la couverture et même parfois les murs intérieurs » (p. 11). La conception et la construction des maisons de fer sont « l’aboutissement logique et inéluctable, au milieu du XIXe siècle, de toute une série d’inventions et de mises au point techniques » (p. 31), conjuguées avec « un besoin important de constructions de types divers, dû à des circonstances nouvelles… » (p. 9). Nous découvrons ensuite Bibiano Duclos, « l’homme et l’entrepreneur parisien » (p. 39), « le fabricant de maisons en fer » (p. 51).

3On retiendra de la belle synthèse historique, technique, mais passionnante, qui ouvre le livre, la dernière partie, qui montre comment « l’explosion de l’usage du verre » a contribué a promouvoir le fer : « le métal se contentant de sections beaucoup plus réduites que les autres matériaux, engendrait ainsi la transparence… » (p. 20). Par ailleurs, les auteurs insistent sur l’importance de l’invention de la tôle ondulée (1829), puis des tôles embouties (1869), qui permirent la création de « maisons tout métal », c’est-à-dire comprenant non seulement l’ossature, mais également l’enveloppe (toiture et parois). Il a fallu aussi inventer la galvanisation (1837), qui assurait la protection contre la corrosion atmosphérique. « Toutes ces avancées technologiques ont permis à la maison en fer démontable et transportable de voir le jour au milieu du XIXe siècle » (p. 26). Encore fallait-il que la demande suive l’offre.

4« Divers événements du début du XIXe siècle ont créé un besoin important de petites baraques, plus rarement de maisons légères, démontables, transportables, préfabriquées dans les pays industrialisés et expédiées vers les terrains demandeurs », expliquent les auteurs (p. 26), qui citent notamment les guerres napoléoniennes et les « lazarets militaires » qui utilisaient encore le bois et la toile de tente. Mais « la voie s’ouvrait cependant ainsi au métal avec ses qualités indéniables » (idem). Vinrent ensuite les ruées vers l’or, les courants d’émigration et les colonisations, « l’établissement des colonies dépassant largement la capacité locale de production » (p. 11). D’une manière générale, on associe à ces maisons de métal toute une série de constructions, généralement de petite taille, « telles que des villas, chalets, écoles, refuges, salles de réunion, mais aussi des casernes et même des églises » (p. 13). On pourra notamment contempler cette étonnante photographie de l’église Santa Barbara, construite de 1895 à 1897 à Santa Rosalia au Mexique selon le « système Duclos » (p. 11).

5Gustave Eiffel est sans doute la figure la plus emblématique de « ces constructeurs audacieux », à tel point que plusieurs communes s’enorgueillissent de posséder une maison Eiffel, un chalet Eiffel ou encore un château Eiffel. Exemples précis à l’appui, les auteurs démontrent qu’à l’instar de Vauban et de ses fortifications, Eiffel se voit attribuer la paternité de constructions dont l’origine est en fait incertaine (p. 9). L’Angleterre fut en pointe dans ce secteur, mais si « la France a été lente à emboîter le pas » (p. 27), il y eut de nombreuses tentatives plus ou moins fructueuses et l’ouvrage cite plusieurs concepteurs plus ou moins géniaux et… inconnus : Antoine Romand, qui propose en 1843 de produire des maisons à structure métallique (p. 27) ; Hector Horeau, qui établit « un concept de maisons métalliques pour la construction de villages montables en quelques semaines afin de répondre aux exigence de la colonisation en Algérie » (p. 28) ; A. Mongé, qui décrit « des maisons d’habitation pour la commission française au Mexique » (idem). Citons encore les Ateliers Moisan de Paris, qui ont « fabriqué des maisons préfabriquées avec pans de fer » pour la Guadeloupe, la Bolivie ou l’Uruguay (idem)…

6« Duclos n’est certes pas le seul constructeur de maisons en fer. D’autres concurrents, outre ceux déjà cités, comme Danly ou Forges d’Haumont, ont proposé des produits similaires, mais il est sans doute le constructeur français qui s’est le plus investi dans cette activité… » (p. 7). Voilà la raison pour laquelle nos auteurs ont réalisé cette monographie, malgré « des sources rares et dispersées » (idem).

7Bibiano Aristides Duclos naît au Brésil en 1853. Il revient en France autour de l’âge de vingt ans et suit des cours au collège Sainte-Barbe, commence une carrière professionnelle et obtient le diplôme d’ingénieur de l’École centrale en 1880 (p. 39 et 40). Il se présente alors comme « ingénieur-entrepreneur-constructeur » et lance son entreprise, qui sera de courte durée (faillite ?), poursuit une carrière de « notable » en Tunisie, puis à Paris et Reims, où il décède en 1925. Les auteurs tentent enfin un « inventaire des constructions » (p. 67) et une description des « systèmes de construction des maisons démontables-transportables », basée sur une étude des deux brevets déposés par Duclos (p. 123).

8L’histoire des maisons de fer pourrait bien ainsi constituer une branche de l’histoire coloniale ! Mais au moins également un bon exemple de « l’industrialisation » de la production, qui « entraîne inévitablement une nécessité de standardisation et préfabrication » (p. 27). Un livre inédit et précieux, au moins pour ses riches et originales illustrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Vayrou, « Marc Braham et Guillaume Carré, Les maisons en fer Duclos. Une expérience première ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9013

Haut de page

Auteur

Georges Vayrou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page