Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Damien Cuvillier (dessin et couleurs), Bertrand Galic et Kris, Nuit noire sur Brest, septembre 1937. La guerre d’Espagne s’invite en Bretagne

Futuropolis, 2016, 80 p.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Damien Cuvillier (dessin et couleurs), Bertrand Galic et Kris, Nuit noire sur Brest, septembre 1937. La guerre d’Espagne s’invite en Bretagne, Futuropolis, 2016, 80 p.

Texte intégral

1Ceux qui suivent depuis quelques années le travail de Kris auront sûrement remarqué que c’est la deuxième fois que le scénariste, petit-fils d’un résistant et militant communiste brestois, situe son histoire dans un Finistère marqué par les combats ouvriers. La première planche de Nuit noire sur Brest est un évident clin d’œil à celle d’Un homme est mort, co-écrite avec Étienne Davodeau et sortie dix ans plus tôt : même plan large sur un bateau de pêche et cartouches en écho, situant le début de l’intrigue un dimanche, au large de la rade de Brest.

2Le récit, très fidèle au déroulement des faits, relève cette fois-ci encore du documentaire historique, mais peut également très bien se lire comme une savoureuse intrigue d’espionnage, avec ses arcanes, ses faux-semblants et ses mystères. Le soir du 29 août 1937, des pêcheurs éberlués découvrent le C-2, un sous-marin républicain espagnol qui vient de faire surface en mer d’Iroise, face au fort de Bertheaume. Fuyant le port de Santander investi par les troupes franquistes, le commandant Ferrando a choisi de gagner la France où il espère faire réparer son bâtiment, affaibli par une grave avarie de machine. Les autorités brestoises lui refusent néanmoins cette assistance technique, pour ne pas violer le principe de neutralité dans la guerre civile espagnole adopté par le gouvernement du Front populaire.

3Contraints à séjourner indéfiniment dans le port, le submersible et son équipage deviennent dès lors l’enjeu d’une compétition sans merci entre les nationalistes espagnols, désireux de s’emparer du vaisseau, et leurs adversaires républicains, prêts à tout pour les en empêcher. Sur cette rivalité ibérique viennent se greffer les affrontements politiques hexagonaux, entre les milieux fascisants (le PSF, la Cagoule), engagés aux côtés des putschistes, et une coalition de militants communistes et anarchistes, unis à Brest pour parer la menace d’un coup de force des sbires de Franco.

4Les scénaristes parviennent à ne pas perdre le lecteur dans cet imbroglio compliqué, en construisant leur récit autour de personnages solidement campés, comme le commandant du sous-marin, Ferrando, à la loyauté fragile, le peu scrupuleux chef des renseignements franquistes, Julian Troncoso, la séduisante Mingua, une entraîneuse que les nationalistes vont utiliser pour faire basculer Ferrando dans leur camp, et surtout le très énigmatique et audacieux agent X-10, un brin séducteur, dépêché sur place pour déjouer l’opération... La place des scènes nocturnes dans l’album, métaphore d’un jeu trouble et secret, justifie le titre choisi tandis que, d’une façon générale, les nuances de couleurs restituent particulièrement bien les ambiances indécises, de l’ocre rougeoyant du dancing, où se croisent et s’épient les protagonistes, à la grisaille bleutée des ciels de l’automne armoricain, en passant par la faible lumière verdâtre de la cabine du C-2.

5À la fin de l’album, neuf pages de commentaires historiques contextualisent l’histoire. Elles sont dues à Patrick Gourlay, dont l’ouvrage Nuit franquiste sur Brest 2 a fourni l’essentiel du matériau historique aux auteurs de la BD. Ce texte offre un précieux complément en répondant à la plupart des questions laissées en suspens par le récit. Il permet notamment d’en savoir un peu plus sur le rôle des milieux militants brestois, les communistes se chargeant de la surveillance armée du sous-marin qui, n’ayant pas été autorisé à s’amarrer dans l’arsenal ou le port de guerre, restait donc très vulnérable. Ce sont eux aussi qui fournirent les pistolets aux sous-mariniers considérés comme les plus fiables. En revanche, toute la clarté n’est pas faite autour de l’agent X-10, dont l’identité reste inconnue, mais dont on comprend qu’il était employé par le nouveau service secret de la CNT (le SIC, Servicio de Información y de Coordinación). Certains de ses confrères avaient réussi à infiltrer les renseignements franquistes et purent ainsi lui transmettre les noms des membres du commando formé par Troncoso. Ces derniers, habitués à mener en France des opérations visant à décrédibiliser les républicains devant l’opinion, bénéficiaient sur place du soutien actif des mouvements fascistes, comme la Cagoule : l’organisation terroriste et farouchement anticommuniste monnayait son aide et ses informations contre des armes et des explosifs et alla jusqu’à fournir des hommes au commando de Brest.

6Grâce à la rouerie de X-10, au soutien des militants français et à la résistance farouche d’une partie de l’équipage, l’entreprise franquiste échoua piteusement et les membres du commando, après avoir perdu l’un des leurs, durent prendre la fuite en catastrophe. Le dossier final nous relate la destinée ultérieure du sous-marin : escorté jusqu’à Saint-Nazaire pour y être réparé, le C-2 passe secrètement sous le commandement d’un officier soviétique, Nikolaï Pavlovitch. Il subit néanmoins de nouvelles tentatives franquistes de sabotage ou de débauchage de son équipage, en vain. Après une purge des marins, il parvient à prendre la mer et atteint Carthagène, en zone républicaine, en juin 1938.

7La figure de Troncoso correspond, quant à elle, à ce que les historiens rapportent du personnage. Sa superbe et son sentiment d’impunité sont illustrés par ses incessantes allées et venues, comme par sa volonté affichée de « faire un coup d’éclat dans un port de guerre français ». L’échec le contraint à quitter le pays, caché dans le coffre de la voiture diplomatique de l’ambassadeur d’Argentine, mais Troncoso n’hésite pourtant pas à se présenter au commissariat d’Hendaye pour exiger que son chauffeur personnel, arrêté avec d’autres membres du commando en fuite, soit libéré ! Il aurait, dit-on, été surpris que sa démarche le conduise lui aussi au cachot, sur ordre direct du ministre de l’Intérieur, Marx Dormoy. La justice française se montrera néanmoins bien clémente envers Troncoso et ses hommes. Sans doute l’évolution de la situation espagnole et internationale y était-elle pour beaucoup : le gouvernement français trouvait manifestement un intérêt à ménager ainsi le camp nationaliste, dont la victoire finale ne faisait plus guère de doute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Damien Cuvillier (dessin et couleurs), Bertrand Galic et Kris, Nuit noire sur Brest, septembre 1937. La guerre d’Espagne s’invite en Bretagne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9027

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page