Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Romain Jaouen, L’inspecteur et l’« inverti » : la police face aux sexualités masculines à Paris, 1919-1940

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 263 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Romain Jaouen, L’inspecteur et l’« inverti » : la police face aux sexualités masculines à Paris, 1919-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 263 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Romain Jaouen a pour origine un mémoire de master 2 soutenu en 2016. Il se propose très judicieusement d’étudier l’action de la police parisienne face à la visibilité croissante de la vie homosexuelle entre les deux guerres mondiales.

2Tout d’abord, Romain Jaouen analyse les institutions de police à l’origine des documents sources sur lesquels il appuie son travail de recherche.

  • 1 Le Code pénal mis en place le 12 février 1810 remplace celui de 1791. À cette occasion, la disparit (...)
  • 2 Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine, fin XVIIIe-milieu (...)
  • 3 Ibid., p. 152.
  • 4 Ibid., p. 224-226, ou Thierry Pastorello, « La sodomie masculine dans les pamphlets révolutionnaire (...)

3Les services de police surveillant les sexualités masculines relèvent de la police municipale et du cabinet du préfet (p. 59). Les dénominations et les attributions rappellent d’une part l’assimilation de l’homosexualité masculine aux fléaux sociaux urbains, comme la prostitution, et d’autre part la difficulté d’appréhender l’homosexualité non pénalisée en soi dans le Code pénal de 18101. Il y a donc nécessité pour les policiers de verbaliser les hommes pratiquant les rencontres dans les lieux publics pour des actes délictueux spécifiques : outrage public à la pudeur, vagabondage... Cependant, et Romain Jaouen le souligne, le contrôle de l’homosexualité masculine a des objectifs moraux (p. 57). L’auteur présente aussi un panorama des outils du Code pénal à la disposition des agents de la force publique, depuis la disparition du crime de sodomie du droit français en 1791. Il y a principalement les articles 330 à 334 du Code pénal de 1810. L’article 330 sanctionne les outrages publics à la pudeur et constitue une arme juridique contre les rencontres dans les lieux publics. La police doit pallier l’indétermination du droit (p. 80). Au 19e siècle, les actes de jurisprudence visaient à qualifier l’homosexualité masculine par un vocabulaire relevant du domaine de la morale. Il fallait prouver que la pédérastie comme nature prédisposait au crime2. Au cours de l’époque étudiée, l’auteur souligne combien le policier se plaint parfois de l’absence de délit spécifique d’homosexualité. La police vise à contrôler et limiter l’apparition des sexualités masculines dans le domaine public parisien. La répression des actes homosexuels dans le domaine public relève de ce que l’auteur nomme judicieusement « la police du quotidien ». Il s’agit de contrôles de routine. L’admonestation rappelle la mercuriale de la police parisienne du 18e siècle : le prévenu s’engageait à réformer son comportement et à ne plus fréquenter les promenades publiques3. Les faits de prostitution et de vagabondage des mineurs permettent également d’atteindre l’homosexualité parisienne au cours de l’entre-deux-guerres. L’incitation à la débauche des plus jeunes fut toujours un des grands arguments des entrepreneurs de morale pour légitimer une répression spécifique de l’homosexualité masculine4.

  • 5 Ce concept d’entrepreneur de morale fut utilisé et conçu principalement par le sociologue Howard Sa (...)
  • 6 Michael Sibalis, « Les espaces des homosexuels dans Paris avant Haussmann » dans Karen Bowie, La mo (...)
  • 7 Marcela Iacub, Par le trou de la serrure : une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, Pa (...)
  • 8 Thierry Pastorello, op. cit., p. 223. Voir aussi L. Chevalier, Classes laborieuses classes dangereu (...)
  • 9 Florence Tamagne, « Figures de l’étrange et de l’étranger : la peur de l’homosexuel(le) dans l’imag (...)

4La seconde partie de cet ouvrage porte sur la définition des déviances par la police. Comme le note Romain Jaouen, le policier défend une norme de genre (p. 135). En ce sens, il est un entrepreneur de morale, car il définit une norme qu’il fait appliquer5. Les hommes qu’il appréhende sont des exclus. L’exclusion sociale se caractérise par la relégation ou la marginalisation sociale d'individus ne correspondant pas ou plus au modèle dominant d'une société. Dans la ville se développent les subcultures homosexuelles, et ceci est visible à Paris dès le 18e siècle6. Leur appréhension par la police parisienne se base sur une diversité sociale du monde homosexuel parisien (p. 140), avec une surreprésentation dans ces sources des hommes des milieux populaires (p. 143). Il y a crainte par rapport à la visibilité du monde homosexuel, qui choque et laisse entrevoir une possible croissance inexorable de l’homosexualité masculine, dont la pratique est licite dans le domaine privé depuis 1791. Le policier veut donc rendre les pratiques homosexuelles invisibles dans le domaine public7. Au cours de la première partie du 19e siècle, la visibilité des lieux de rencontre et la publicité de certaines affaires, notamment par le journal La Gazette des tribunaux, visaient à entretenir la peur des fléaux sociaux, auxquels l’homosexualité était assimilée8. Romain Jaouen note une crainte pour l’ordre social, l’homosexualité étant perçue comme un cosmopolitisme corrupteur. Comme le note Florence Tamagne, « l’homosexuel, c’est toujours l’autre ». Au fil des siècles, l’homosexualité fut qualifiée de vice français, arabe, italien et allemand9, représentation soulignée par Romain Jaouen.

  • 10 Les séries CB contiennent les mains courantes des commissariats parisiens pour les années 1890, 190 (...)
  • 11 Voir Thierry Pastorello, op. cit., p. 204 : « Le Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle, dans s (...)
  • 12 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l’homosexualité da (...)
  • 13 Edmée Ollagnier, « Nicole Mosconi : de la croyance à la différence des sexes », Nouvelles questions (...)
  • 14 Dr Julien Chevalier, L’inversion sexuelle, Paris, G. Masson et Lyon, A. Storck, 1893, 520 p. Cet ou (...)
  • 15 Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport (...)

5Le policier, comme le montrent les sources consultées pour cet ouvrage, se pense comme un « spécialiste » de la pédérastie, ce qui est visible également dans les séries CB10 des archives de la préfecture de police de Paris : à travers certaines descriptions, nous percevons une volonté d’analyser les actes homosexuels dans les lieux publics avec un regard de spécialiste. Pourtant, ce discours ne peut pas être dissocié des analyses de la médecine. Le lien est réalisé dans cet ouvrage à travers la référence au discours de la médecine légale, notamment à Auguste-Ambroise Tardieu (1818-1879), le théoricien le plus important de ce courant médico-légal. Il détecte les « marques physiques et morales » de la pédérastie, marquant selon lui « une nature viciée et mauvaise » (p. 176). Le discours médico-légal sur les attentats aux mœurs, essentiellement moral11, influence la vision et les pratiques de la police surveillant les lieux de rencontre homosexuels12. Romain Jaouen fait aussi mention de la naissance de « l’inversion », pensée comme une inversion du sens sexuel biologique (p. 177). La différence des sexes est biologisée au 19e siècle13, toute variation devenant une anomalie psychiatrique14. Il y a aussi une différence de stigmatisation de la pédérastie active et passive. La pédérastie active est décrite comme une tare originelle, la personne semble prédestinée pour ce vice. La pédérastie passive a comme but unique l’intérêt, on ne l’envisage en rien comme une attirance ou un goût sexuel spécifique. Il y a ici un parallèle, et qui fut souvent établi au 19e siècle15, entre la prostitution et la pédérastie passive. Le discours policier s’alimente et partage certains points avec le discours médical, entre le pervers de nature non réformable et le pervers acquis réformable.

  • 16 Cette revue fut créée en 1924. Elle se nomme L’Inversion, ensuite L’Amitié. Le dernier numéro paraî (...)
  • 17 Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, précédée des Fondements de la métaphysique des mœurs(...)
  • 18 Bénédicte Lavaud-Legendre, Où sont passées les bonnes mœurs ?, Paris, PUF, Le Monde, 2005.
  • 19 Le médecin et militant pour la défense des homosexuels Magnus Hirschfeld soutiendra la thèse dite « (...)

6Enfin, un dernier chapitre de cet ouvrage porte sur les normes sexuelles dans la sphère publique. Les normes se construisent au cours de la confrontation avec les populations concernées. Cette partie aborde la prise de parole dans l’espace public. À ce titre, l’auteur traite de la première revue à se revendiquer porte-parole de l’homosexualité en France : Inversions16. Cette revue tente de contester le dogme de la normalité sexuelle et la signification morale attachée à cette norme. Ce périodique ne paraîtra que de 1924 à 1925, avant de tomber sous le coup d’une interdiction pour outrage aux bonnes mœurs. Cette notion de bonnes mœurs fut une arme redoutable contre l’émergence de l’homosexualité dans l’espace public. Les bonnes mœurs sont des comportements fondés sur des valeurs partagées, tendant à l’universalité. Nous pouvons établir un parallèle avec la définition kantienne de ce qui constitue un comportement moral : « Il faut qu’on puisse vouloir que la maxime de notre action soit une loi universelle17 ». Les bonnes mœurs en matière de sexualité signifient qu’il y a des comportements qui doivent être et d’autres qui existent18. Puis le droit à l’homosexualité va prendre la forme d’une affirmation de l’innéité du comportement homosexuel : pourquoi réprimer ce qui est inné et donc ne peut être modifié19 ?

  • 20 Le voisin allemand possède le fameux paragraphe 175, qui désigne spécifiquement « les actes sexuels (...)
  • 21 En 1960, l’amendement du député Paul Mirguet (1911-2001) classera l’homosexualité parmi les fléaux (...)

7L’ouvrage de Romain Jaouen est une excellente étude sur la police parisienne, dans son rapport quotidien au monde homosexuel masculin parisien pendant l’entre-deux-guerres. Il met en parallèle l’action des policiers et le cadre légal, en montrant bien les limites d’une action punitive dans le cas français20. Il souligne les permanences en matière de répression courante de l’homosexualité masculine, de même que les craintes récurrentes à son sujet21. Il pointe judicieusement le rôle du discours médical dans la définition et la stigmatisation de ce que l’on perçoit comme des déviances sexuelles et des menaces à l’ordre social.

Haut de page

Notes

1 Le Code pénal mis en place le 12 février 1810 remplace celui de 1791. À cette occasion, la disparition du crime de sodomie est confirmée.

2 Thierry Pastorello, Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine, fin XVIIIe-milieu XIXe siècle, thèse de doctorat, université Paris VII, 2009, p. 352.

3 Ibid., p. 152.

4 Ibid., p. 224-226, ou Thierry Pastorello, « La sodomie masculine dans les pamphlets révolutionnaires », Annales historiques de la Révolution française, n° 361, juillet-septembre 2010, p. 91-130.

5 Ce concept d’entrepreneur de morale fut utilisé et conçu principalement par le sociologue Howard Saül Becker : Howard Saül Becker, Outsider’s : études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1995.

6 Michael Sibalis, « Les espaces des homosexuels dans Paris avant Haussmann » dans Karen Bowie, La modernité avant Haussmann : formes de l’espace urbain à Paris, 1801-1853, Paris, Éd. Recherches, 2001, 407 p.

7 Marcela Iacub, Par le trou de la serrure : une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, Paris, Fayard, 2008, 352 p.

8 Thierry Pastorello, op. cit., p. 223. Voir aussi L. Chevalier, Classes laborieuses classes dangereuses : à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1984, p. 41.

9 Florence Tamagne, « Figures de l’étrange et de l’étranger : la peur de l’homosexuel(le) dans l’imaginaire occidental (1880-1945) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n° 109-2, 2002, p. 137-138.

10 Les séries CB contiennent les mains courantes des commissariats parisiens pour les années 1890, 1900, 1910.

11 Voir Thierry Pastorello, op. cit., p. 204 : « Le Grand dictionnaire Larousse du XIXe siècle, dans son article sur la pédérastie, fait référence à la médecine légale ».

12 Malick Briki, Psychiatrie et homosexualité : lectures médicales et juridiques de l’homosexualité dans les sociétés occidentales de 1850 à nos jours, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, p. 32.

13 Edmée Ollagnier, « Nicole Mosconi : de la croyance à la différence des sexes », Nouvelles questions féministes, vol. 36, n° 1, 2017, p. 142-147, p. 144.

14 Dr Julien Chevalier, L’inversion sexuelle, Paris, G. Masson et Lyon, A. Storck, 1893, 520 p. Cet ouvrage constitue la première thèse de médecine consacrée au concept d’inversion sexuelle. La sexualité est replacée dans le contexte de la constitution anatomique et ayant pour finalité la reproduction.

15 Alexandre Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l'hygiène publique, de la morale et de l'administration, Paris, Hachette, 1971, p. 72-73.

16 Cette revue fut créée en 1924. Elle se nomme L’Inversion, ensuite L’Amitié. Le dernier numéro paraît en avril 1925, car elle est sous le coup d’une condamnation pour atteinte aux bonnes mœurs.

17 Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, précédée des Fondements de la métaphysique des mœurs, Paris, Ladrange, 1848, 400 p., p. 62.

18 Bénédicte Lavaud-Legendre, Où sont passées les bonnes mœurs ?, Paris, PUF, Le Monde, 2005.

19 Le médecin et militant pour la défense des homosexuels Magnus Hirschfeld soutiendra la thèse dite « du troisième sexe » et d’une innéité de l’homosexualité, pour demander l’abrogation de la législation allemande anti-homosexuelle (paragraphe 175).

20 Le voisin allemand possède le fameux paragraphe 175, qui désigne spécifiquement « les actes sexuels contre nature ». Notons tout de même que le paragraphe 175 n’empêche pas qu’une vie homosexuelle florissante soit présente à Berlin jusqu’à l’arrivée des nazis au pouvoir.

21 En 1960, l’amendement du député Paul Mirguet (1911-2001) classera l’homosexualité parmi les fléaux sociaux, au même titre que la drogue et l’alcoolisme. On peut analyser cette disposition législative comme la traduction légale de représentations récurrentes depuis la fin du 18e siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Romain Jaouen, L’inspecteur et l’« inverti » : la police face aux sexualités masculines à Paris, 1919-1940 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9050

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page