Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Régis Schlagdenhauffen (dir.), Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale

Paris, Nouveau Monde éditions, 2017, 236 p.
Thierry Pastorello
Référence(s) :

Régis Schlagdenhauffen (dir.), Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2017, 236 p.

Texte intégral

  • 1 Thierry Pastorello, « Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels (...)

1Régis Schlagdenhauffen est maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses domaines de recherche portent sur les études de genre, l’histoire des sexualités et les études gays et lesbiennes. Il consacre ses recherches aux lieux de mémoire, ayant fait sa thèse sur la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire1. Il dirige, en collaboration avec Julie Le Gac, historienne et chercheuse au Centre national de la recherche scientifique, et Fabrice Virgili, historien et directeur de recherche au CNRS, un ouvrage consacré aux vécus homosexuels durant la Seconde Guerre mondiale. Cet ouvrage met en perspective la situation des gays et lesbiennes dans l’Allemagne nazie, mais aussi dans des pays occupés par le IIIe Reich (Autriche, protectorat de Bohême-Moravie, Alsace-Moselle), dans la Hongrie de l’amiral Miklos Horthy, l’Italie fasciste, et enfin d’autres pays : France durant l’occupation, Suède, Grande-Bretagne (à travers la question militaire) et URSS. Cet ouvrage met en perspective la répression légale, c’est-à-dire judiciaire et policière, mais aussi les vécus spécifiques à la situation politique de chaque pays.

2Régis Schlagdenhauffen est l’auteur du premier article : « Punir les homosexuels sous le IIIe Reich ». Il analyse à la fois le volume et les modalités de la répression anti-homosexuelle dans l’Allemagne national-socialiste. Sont abordés les cas de lieux emblématiques pour la déportation homosexuelle comme le camp de Sachsenhausen, situé au nord de Berlin, où furent déportés juifs, homosexuels et « asociaux ». Ce camp fut en activité de 1936 à 1945. À partir de juillet 1940, note l’auteur, tous les homosexuels ayant purgé une peine de prison pour homosexualité sont envoyés en camp pour prévenir leur récidive. Au cours de l’été 1942, la quasi-totalité des homosexuels de Sachsenhausen sont exterminés (p. 44). Cet article détaille l’exclusion et la criminalisation des homosexuels allemands de 1933 à 1945, avec une dureté plus spécifique envers les homosexuels masculins. Enfin, il aborde la difficulté pour les homosexuels, dans le contexte homophobe de l’après-guerre, de faire reconnaître leurs souffrances. Les dispositions spécifiques que les nazis avaient ajoutées au paragraphe 175 du Code pénal allemand, pénalisant les rapports homosexuels, ne furent abolies qu’en 1969. Le paragraphe 175 disparut en Allemagne en 1990. Dans ce contexte, la répression de l’homosexualité se poursuivit après-guerre.

3Le deuxième article, « L’Anschluss, une annexion sexuelle », a comme auteur Joachim Karl Kirchknopf, chercheur et spécialiste d’histoire de l’homosexualité en Autriche. La « fornication contre nature » est un crime dans le Code pénal autrichien de 1852, article 129LB. Après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938, les homosexuels autrichiens se voient appliquer le même traitement qu’en Allemagne. L’auteur démontre combien l’homosexualité masculine est surtout visée, car perçue comme une menace contre le corps du peuple : en fait une menace pour la natalité, tandis que les lesbiennes étaient jugées plus réformables. Cette différence était liée au statut de l’homme comme chef de famille. L’homosexualité masculine était donc jugée bien plus durement, car portant atteinte au statut dominant de l’homme.

4La troisième contribution est une étude correspondant à la situation des homosexuels dans le protectorat de Bohême-Moravie. Elle a pour auteur Jan Seidl, historien spécialiste de l’histoire de l’homosexualité dans les pays tchèques. La Bohême-Moravie sous occupation hitlérienne applique un système fondé sur l’ethnicité. La peine est plus sévère si on est considéré comme de sang allemand. Les personnes jugées comme membres du peuple allemand se voient appliquer le Code pénal du Reich, les autres tombent sous le coup du Code pénal autrichien. Ici aussi, on observe un accroissement de la répression de l’homosexualité masculine. De ce point de vue, l’auteur cite des cas précis où l’homosexualité intervient dans la condamnation, même si elle n’est pas seule en cause. Enfin, cet article démontre aussi combien la vie homosexuelle se poursuit et s’adapte à l’occupation nazie, ce qui démontre qu’une législation spécifique ou pas ne résume pas entièrement la situation des gays et lesbiennes. Bien d’autres formes de répression peuvent exister, car une absence de législation homophobe n’empêche pas la répression. Enfin, il faut évaluer l’éventuelle application d’une législation anti-homosexuelle, car même une société des plus homophobes peut accorder à chacun un espace de liberté au niveau de son intimité.

5Frédéric Stroh, chercheur au Centre Marc-Bloch de Berlin, travaille sur la justice allemande sous le IIIe Reich. Il aborde la situation des homosexuels alsaciens et mosellans au cours de la période de l’annexion allemande. Comme dans le cas de la Bohême-Moravie, nous constatons une croissance de la répression de l’homosexualité dans l’Alsace-Moselle annexée. La répression judiciaire s’accroît sensiblement à partir de l’introduction du Code pénal allemand, à partir de 1942. Il cite des chiffres précis concernant cette répression afin d’en démontrer l’ampleur. Notamment, il fait référence au camp de concentration de Schirmeck, situé dans le département du Bas-Rhin, prévu à l’origine pour les réfractaires au régime nazi. En fait, la vie quotidienne y fut particulièrement dure. Des recherches précises, et notamment celles de l’universitaire Arnaud Boulligny, aboutissent à un chiffre de 312 hommes internés pour homosexualité (p. 92). Frédéric Stroh souligne aussi le rôle d’une partie de la population locale, notamment d’anciens policiers et magistrats français, dans l’ampleur de la répression de l’homosexualité. Cette répression diffuse est difficile à évaluer, mais a pu jouer un rôle non négligeable.

  • 2 Voir Thierry Pastorello, Sodome à Paris : l’homosexualité masculine en construction, fin XVIIIe–mil (...)

6La sociologue Judit Takacs travaille sur les discriminations et plus particulièrement celles frappant les homosexuels. Elle propose une contribution concernant la situation des homosexuels dans la Hongrie de Miklos Horthy (1868-1957), régent du royaume de Hongrie de 1920 à 1944. L’homosexualité masculine est criminalisée en Hongrie jusqu’en 1961, comme « fornication contre nature » (article 241 du Code pénal austro-hongrois de 1878). Sa progression en milieu urbain, réelle ou fantasmée, préoccupe les entrepreneurs de morale : médecins, policiers… L’homosexualité est associée à la criminalité urbaine. Cette association entre criminalité et homosexualité est assez classique, nous l’avons déjà remarquée dans le Paris du début du 19e siècle2. Le service du travail en temps de guerre fut conçu dans le cadre de la politique antisémite du régime de l’amiral Horthy, en lien avec l’Allemagne. Il fut instauré en 1939 (p. 109), puis étendu à tous les hommes juifs âgés de 18 à 48 ans (p. 110). Ensuite, il fut appliqué aux homosexuels jugés les moins fiables au plan de la morale publique : ceux qui étaient trop « visibles ». 992 hommes étiquetés comme homosexuels furent victimes de cette procédure. L’auteure souligne d’ailleurs la difficulté à connaître le destin de ces hommes, du fait de la disparition des sources judiciaires. Ce problème de sources se pose à de nombreux historiens spécialistes de la question : l’homosexualité fut pendant très longtemps réprimée, mais l’accès aux archives s’avère compliqué, du fait de sa relative invisibilité.

  • 3 Georges Lachmann Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Éditions Ab (...)

7Quel fut le sort des homosexuels dans l’Italie fasciste ? Lorenzo Benadusi, professeur à l’université de Rome 3 et spécialiste d’histoire de l’homosexualité sous le fascisme, souligne qu’il faut avant tout examiner la représentation de la masculinité dans l’Italie mussolinienne, afin de comprendre le sort des homosexuels italiens sous le fascisme. Cette construction rigide de la masculinité fabrique ses propres contretypes3. Or, les homosexuels deviennent les contretypes parfaits, car jugés incompatibles avec un esprit viril et guerrier. Il fallait créer un « Italien nouveau », et le traitement de l’homosexualité s’inscrivait dans cet objectif. Donc, les homosexuels passifs étaient stigmatisés en priorité. Tout à la fois, ils dérogeaient et remettaient en cause la volonté mâle et virile prônée par le régime fasciste. C’est pourquoi dans l’armée, l’homosexuel « actif courageux » était vu avec beaucoup plus d’indulgence : il suffisait d’afficher une masculinité guerrière pour masquer son homosexualité. Avec la défaite, une certaine homosexualité masculine fut associée à la cruauté et au fascisme. Elle devient dans ce contexte une caractéristique sadienne.

8Michael Sibalis est professeur d’histoire contemporaine à l’université Wilfrid Laurier de Waterloo (Canada). Sa contribution porte sur la vie homosexuelle en France au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il remarque combien des homosexuels notoires se trouvent aussi bien dans la collaboration que du côté de la Résistance. De ce fait, l’homosexuel peut être emblématique du collaborateur et, en même temps, victime de l’homophobie des nazis. Il note la complexité de cette période : il y a un durcissement judiciaire sous le gouvernement de Vichy, avec l’instauration du délit d’homosexualité sur mineurs. Cependant, Paris voit se développer une sous-culture et une vie homosexuelles. Les années d’après-guerre, notamment les années 1950, sont des « années de plomb » pour les gays et lesbiennes car le délit d’homosexualité est maintenu et une forte homophobie règne dans la société française. Les homosexuels victimes de déportation devront attendre 2001 pour voir reconnaitre leurs souffrances.

9Arthur Clech, doctorant en histoire à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, travaille sur l’homosexualité dans le cadre soviétique. Il nous livre dans cette étude une réflexion sur la situation des homosexuels en URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Au préalable, l’auteur pointe le problème des sources, spécifique autant que majeur. Il souligne les diverses entraves à l’accès aux archives concernant les répressions de masse en URSS. Les bolcheviks dépénalisent l’homosexualité dans le Code pénal de 1922 et celui de 1926. Mais en mars 1934, l’homosexualité est de nouveau criminalisée. Le 23 mai 1934, Maxime Gorki justifie la criminalisation de l’homosexualité au nom de « la santé du prolétariat soviétique » (p. 159). L’homosexualité est associée à des fléaux sociaux comme la syphilis ou l’alcoolisme. L’homosexuel est vu par les psychiatres comme un malade, voire un traître. Arthur Clech cite des chiffres précis, qui permettent de mesurer l’ampleur de cette répression. À partir de juin 1941, avec la grande guerre patriotique, la désorganisation redonne une autonomie à la population. Il y aurait eu dans cette période une certaine licence sexuelle. Arthur Clech s’appuie sur les travaux de l’historien russe Oleg Boudnitski. Si on peut parler de « dégel » après la mort de Staline, Arthur Clech note que la législation antisodomie ne sera abrogée qu’en 1993.

  • 4 Thierry Pastorello, « Thierry Delessert, Les homosexuels sont un danger absolu : l’homosexualité ma (...)
  • 5 Pour cette collusion entre homophobie et antisémitisme dans un autre contexte, voir Pierre Gervais, (...)

10Quels furent la gestion et le contrôle de l’homosexualité en Suède au cours des années 1930 et 1940 ? Jens Rydström enseigne les études de genre à l’université de Lund en Suède. Il note, contrairement à l’image ouverte donnée par la politique suédoise en matière d’homosexualité, une intensification de la répression au cours de la guerre. Tout comme la politique vis-à-vis des juifs, l’auteur a le mérite de tordre le cou à une réputation de tolérance et d’ouverture de l’État et de la société suédois. L’homosexualité fut passible de deux années de travaux forcés jusqu’en 1944, au titre de la « fornication contre nature ». Si dans les années 1930 se pose la question de la dépénalisation, l’homosexualité n’en était pas moins perçue comme relevant du domaine médical, donc une pathologie. Cet exemple n’est pas sans évoquer le modèle suisse : en 1942, le Code pénal suisse dépénalise les relations homosexuelles entre adultes consentants, mais dans le même temps, l’homosexualité intéresse de plus en plus les psychiatres et le Code pénal militaire maintient une condamnation en soi4. Nous constatons dans l’exemple suédois les mêmes procédés de contrôle de l’homosexualité que dans d’autres pays : surveillance des urinoirs par la police, condamnations, placements en hôpitaux psychiatriques. L’auteur remarque aussi une hausse de l’homophobie couplée avec l’antisémitisme5, favorisée par les théories raciales nazies. Finalement, la dépénalisation aboutit à un contrôle accru de la sexualité : la répression sociale de l’homosexualité demeure importante.

11Franko Dota, doctorant à l’université de Zagreb, étudie l’histoire de l’homosexualité en Yougoslavie. Dans une contribution intitulée « Parcours contraires de partisans homosexuels yougoslaves », il compare les cas de deux partisans : celui d’un soldat communiste, musulman démasqué homosexuel, et celui de l’officier Josip Mardesic. Dans le cas du soldat, communiste et musulman, ce dernier fut exclu du Parti communiste, mais put continuer à se battre. L’officier Josip Mardesic fut condamné à mort en 1944, car jugé corrupteur des plus jeunes, de par son grade et l’autorité qu’il pouvait représenter. La comparaison de ces deux cas révèle la perception de l’homosexualité en Yougoslavie dans les années 1940, jugée contraire aux intérêts des classes laborieuses « saines ». L’homosexuel est corrupteur de la jeunesse : il s’agit là d’une accusation homophobe assez classique chez les responsables de la répression de l’homosexualité. C’est précisément ce rôle de corrupteur de soldats, prétendument innocents, qui valut à Josip Mardesic sa condamnation à mort.

12L’historienne britannique Emma Vickers, de l’université de Liverpool, consacre ses recherches à l’engagement des gays et lesbiennes dans les forces armées britanniques. Son article traite justement de la situation des homosexuels dans les forces armées britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Une relative tolérance semble régner : les homosexuels ne paraissent pas rejetés a priori ni faire l’objet d’une chasse particulière. Certaines pratiques homosexuelles occasionnelles semblent être acceptées, même si au regard de la loi les relations entre soldats étaient criminalisées, le droit civil proscrivant la sodomie. Emma Vickers compare les 1 428 condamnations (p. 219-220) pour « indécence » avec les six millions de personnes qui servirent dans les forces armées, afin de montrer que la répression de l’homosexualité dans l’armée britannique était en fait assez modérée.

13Cet ouvrage est important dans un débat qui reste encore en chantier au sein de l’université française. Les auteurs montrent la réalité de la répression de l’homosexualité, avec plus ou moins d’intensité, dans divers pays européens. L’homosexualité masculine semble être visée en premier car, pour beaucoup, elle remet en cause la hiérarchie des sexes. Cependant, les contributions montrent une réalité parfois en demi-teinte. Notons que l’étude de l’homosexualité par sa répression juridique risque de dresser un tableau partiellement réaliste. De même, l’absence de répression légale ne signifie pas qu’il n’y ait pas d’autres formes de répression tout aussi importantes : répression policière, médicale, de voisinage... Ces divers aspects rendent les recherches sur les homosexualités à la fois problématiques et passionnantes, car elles font intervenir des archives souvent de natures diverses : judiciaires, médicales, policières, mémoires personnelles…

Haut de page

Notes

1 Thierry Pastorello, « Régis Schlagdenhauffen, Triangle rose : la persécution nazie des homosexuels et sa mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 119, 2012, mis en ligne le 1er janvier 2014, consulté le 17 juillet 2017. URL : <http://chrhc.revues.org/2865>.

2 Voir Thierry Pastorello, Sodome à Paris : l’homosexualité masculine en construction, fin XVIIIe–milieu XIXe siècle, Grâne, Créaphis, 2011, 302 p.

3 Georges Lachmann Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, Éditions Abbeville, 1997, 215 p.

4 Thierry Pastorello, « Thierry Delessert, Les homosexuels sont un danger absolu : l’homosexualité masculine en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 119, 2012, mis en ligne le 1er janvier 2014, consulté le 20 juillet 2017. Ou voir Thierry Delessert, Les homosexuels sont un danger absolu : l’homosexualité masculine en Suisse durant la Seconde Guerre mondiale, Lausanne, Éd. Antipodes, 2012, 397 p.

5 Pour cette collusion entre homophobie et antisémitisme dans un autre contexte, voir Pierre Gervais, Romain Huret, Pauline Peretz, « Une relecture du “dossier secret” : homosexualité et antisémitisme dans l’affaire Dreyfus », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 55-1, n° 1, 2008, p 125-160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Régis Schlagdenhauffen (dir.), Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9062

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page