Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Allison Drew, We are No Longer in France. Communists in Colonial Algeria

Manchester, Manchester University Press, 2014, XV-311 p.
Denis-Constant Martin
Référence(s) :

Allison Drew, We are No Longer in France. Communists in Colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press, 2014, XV-311 p.

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Allison Drew, 1996, 1997, 2000, 2015 (voir bibliographie).

1Allison Drew, professeure émérite au département de sciences politiques de l’université de York, a mené pendant de longues années des recherches sur les mouvements nationalistes et anticolonialistes en Algérie et en Afrique du Sud, étudiant avec minutie le fonctionnement interne de diverses organisations et les échanges qui parfois se développèrent entre elles1. « Nous ne sommes plus en France », phrase tirée du rapport d’un envoyé du Parti communiste français (PCF) daté du 1er septembre 1925, signale d’emblée la difficulté à laquelle se trouvèrent confrontés les communistes algériens pour penser une voie communiste adaptée à la situation coloniale particulière de l’Algérie et pour la mettre en œuvre, alors qu’ils entretenaient des relations variables avec le PCF, le Komintern et les forces nationalistes, tout en étant soumis à une répression extrêmement brutale de la part des autorités françaises. Allison Drew confirme, en s’appuyant sur une documentation considérable, que la question de l’indépendance fut au cœur des débats et des affrontements qui les opposèrent. Elle montre également que, étroitement liés à celle-ci et soulevant des questions théoriques aussi bien que stratégiques, les problèmes touchant à la propriété foncière, à la place des campagnes dans la lutte et à la coordination des mouvements ruraux avec ceux qui se développaient en ville, traversent également toute la période couverte par cet ouvrage : des débuts de la colonisation à l’indépendance. Indépendance, conception de la nation, rapport à la terre, relations avec l’islam peignent ainsi la toile de fond sur laquelle se déroulèrent les combats des communistes algériens.

2Allison Drew a adopté un plan chronologique, qui s’ouvre sur la conquête coloniale et les résistances qu’elle déclenche : à la violence militaire s’ajoutent l’aliénation des terres, la dégradation de la position de la femme, le racisme ordinaire qui engendre les ségrégations sociales et spatiales. Au total, la conséquence en est la destruction d’un mode de vie (p. 23). En 1906 est créée une section algérienne de la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) ; en 1920, la majorité de ses représentants au congrès de Tours, des Européens, soutiennent la Section française de l’internationale communiste (SFIC), d’où sortent le PCF et sa fédération algérienne. Le Komintern lance très vite un appel à l’indépendance de l’Algérie, mais les communistes y sont dans un premier temps hostiles, bien que, dans l’hebdomadaire bilingue La Caserne/El Kasirna, certains le relaient dès 1922. Les communistes algériens sont donc, dans les années 1920, divisés dans leurs attitudes face au Komintern et au PCF. Ils sont décimés tant par des purges internes que par la répression qui s’abat sur eux. Cela n’empêche pas des militants de s’impliquer dans les luttes rurales : combats contre les expropriations qui aboutiront à leur arrêt, grèves de travailleurs agricoles. Cet investissement marque le début de l’implantation communiste dans la paysannerie, mais les liaisons avec les mobilisations urbaines demeurent faibles. En 1935, le Komintern propose la création d’un Parti communiste algérien (PCA), motion soutenue au 8ème congrès du PCF l’année suivante. Le PCA est lancé les 17 et 18 octobre 1935 à Bab el Oued par 129 délégués, 62 Algériens et 67 Européens ; il revendique 5 000 membres. Dans le contexte international de la seconde moitié des années 1930, il fait une priorité de l’opposition au fascisme, défini comme le plus féroce ennemi des peuples colonisés, la revendication floue d’une « Algérie libre » passant au second plan. Cette ambiguïté met le PCA dans une position difficile face au nationalisme mis en avant par l’Étoile nord-africaine (ENA), fondée en 1926 par un communiste, Hadj Ali Abd el-Kader, mais réorientée dans une direction plus nationaliste par Messali Hadj à partir de 1927. La conception de la nation algérienne va dès lors cristalliser les dissensions entre communistes et nationalistes. En 1939, Maurice Thorez se rend en Algérie et y affirme que cette colonie est en fait une « nation en formation ». Il en découle qu’elle peut prétendre à l’autodétermination sans que celle-ci implique nécessairement la séparation d’avec la France, position qui ne rencontre pas l’adhésion de tous les communistes algériens, mais aiguise le désaccord avec les nationalistes considérant que la nation est déjà constituée. La guerre, l’interdiction du PCA et du Parti du peuple algérien (PPA, lancé en 1937 pour remplacer l’ENA interdite) n’amenuisent pas cette opposition. En 1939, le PCA et le PPA sont proscrits et les militants des deux bords doivent passer dans la clandestinité. Le PCA est autorisé à nouveau en 1943, mais le PPA demeure interdit et il faudra attendre 1946 pour que Messali Hadj soit libéré. Il fondera alors le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). À la Libération, le PCA est le seul parti politique en Algérie à associer des Algériens et des Européens. Il continue de revendiquer en premier lieu les libertés politiques et civiques pour les Algériens et de considérer que l’indépendance n’est pas la priorité. De ce fait, en dépit d’une croissance du nombre de ses militants, il se trouve marginalisé dans la vie politique algérienne et perçu par beaucoup comme un parti français, d’autant plus que le PCF, qui siège au gouvernement, demeure hostile à l’indépendance. Les tensions entre communistes et nationalistes sont telles que, lorsqu’éclatent des violences dans l’Est, à Sétif, à Guelma, à Périgotville (Aïn El Kebira), le PCF voit dans ces événements une provocation fasciste et dénonce Messali Hadj, cependant que les communistes algériens appellent à l’amnistie des prisonniers politiques. Pourtant, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, la libération nationale passe au premier plan : lors du 6ème congrès, en 1952, les objectifs premiers deviennent le pain, la terre et l’indépendance nationale. Mais la lutte armée n’est pas envisagée, malgré l’intérêt que les militants algériens portent au conflit vietnamien qui a éclaté en 1946.

3Le déclenchement de l’insurrection le 1er novembre 1954 suscite des réactions diverses au sein du PCA : la direction condamne la violence répressive, mais les communistes ruraux soutiennent la lutte armée. En fait, très vite, le PCA décidera de soutenir les maquis, notamment dans les Aurès, par l’intermédiaire du Secours populaire algérien, puis constituera des unités armées autonomes, tout en refusant que le parti se fonde dans le Front de libération nationale (FLN). En dépit de l’interdiction du PCA en septembre 1955, la coopération avec le FLN s’intensifie et des combattants communistes intègrent l’Armée de libération nationale (ALN), ce qui entraîne un creusement du fossé entre le PCA et le PCF. L’hostilité au communisme demeure néanmoins vive à la base du FLN et les militants du PCA en sont souvent victimes : désarmés, démis de toute responsabilité, envoyés en missions particulièrement dangereuses, voire exécutés. Les communistes n’en continuent pas moins, malgré une répression féroce, à se battre, à diffuser leur propagande et, en particulier, à s’organiser en prison. Le 19 septembre 1958 est formé un Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) présidé par le modéré Ferhat Abbas. Le PCA le soutient, bien que ses dirigeants commencent à entrevoir les implications d’une militarisation du FLN qui prend le pas sur l’organisation de la société civile. Ainsi, en 1960, ils publient Notre peuple vaincra, document dans lequel sont réaffirmés le soutien au GPRA et la revendication d’une indépendance totale, mais où il est souligné que le succès de la lutte anticoloniale doit être fondé sur un processus politique. En 1962, après la signature des Accords d’Évian, le PCA publie son programme pour l’indépendance dans lequel il affirme son opposition à l’instauration d’un régime de parti unique : « Ainsi, le PCA défendait un système politique pluraliste qui intégrerait des partis bourgeois et petit-bourgeois aux côtés d’un parti communiste autonome » (p. 261). Dans la toute première période de l’indépendance, le PCA parvient à revenir dans l’espace public. Il relance notamment ses journaux, Alger républicain et Oran républicain, il attire des jeunes déçus par l’absence de démocratie dans le FLN, mais il est en butte aux attaques d’Ahmed Ben Bella, désigné président du Conseil par l’Assemblée nationale constituante, et se voit interdit une nouvelle fois, le FLN devenant parti unique. Il continuera à fonctionner dans la clandestinité, mais son influence disparaîtra progressivement. Le Parti de l’avant-garde socialiste perpétuera quelque temps clandestinement les idéaux communistes dans des organisations de masse, mais finira aussi par se diviser et, aujourd’hui, seul le Parti algérien pour la démocratie et le socialisme, parti des communistes d’Algérie, continue de maintenir le flambeau, sans grande influence sur la vie politique algérienne. Mais ceci est une autre histoire, que ne conte pas ici Allison Drew.

  • 2 La responsabilité du gouvernement français dans la disparition — la torture et l’exécution — de Mau (...)

4We are no Longer in France repose sur un énorme dépouillement d’archives, il complète et nuance sur certains points le livre d’Emmanuel Sivan (1976) et, plus généralement, les travaux sur le PCA, rares en français et encore plus en anglais. Il met en lumière la sous-estimation par les communistes français et surtout algériens de la puissance des idées nationalistes : « Les communistes ont surévalué l’anticolonialisme des travailleurs européens tout en minimisant l’effet que pouvaient avoir leurs conditions de vie meilleures sur leur conscience politique » (p. 232). L’idée de « nation en formation » n’était pas appuyée sur une bonne connaissance des réalités sociales algériennes et n’avait aucune efficacité mobilisatrice. Pris entre les pressions du Komintern, de l’Union soviétique et du PCF, en butte à la férocité des autorités coloniales et à l’hostilité des divers mouvements nationalistes, des messalistes au FLN, le PCA eut de grosses difficultés à apparaître aux yeux de la population colonisée comme un parti porteur d’avenir pour tous ceux qui résidaient en Algérie. Allison Drew a recensé et croisé une multiplicité de documents montrant qu’il participa cependant à la plupart des luttes émancipatrices, y compris à la guerre de libération, d’où il sortit à la fois vainqueur (en tant que force de combat) et vaincu (politiquement, par ceux qui prirent le pouvoir à l’indépendance). Outre les figures de ses martyrs2, il lui restera d’avoir pressenti l’évolution autoritaire, sinon la corruption généralisée, d’un État né de multiples contradictions opposant les Algériens aux forces coloniales, mais aussi les nationalistes et les anticolonialistes entre eux.

5Bibliographie

6Henri Alleg, La Question, Paris, Éditions de Minuit, 1958.

7Allison Drew, South Africa’s Radical Tradition ; A Documentary History, vol. 1, 1907-1950, Cape Town, Buchu, Mayibuye and University of Cape Town, 1996.

8Allison Drew, South Africa’s Radical Tradition ; A Documentary History, vol. 2, 1943-1964, Cape Town, Buchu, Mayibuye and University of Cape Town, 1997.

9Allison Drew, Discordant Comrades : Identities and Loyalties on the South African Left, Aldershot, Ashgate, 2000.

10Allison Drew, « Visions of liberation : The Algerian war of independence and its South African reverberations », Review of African Political Economy, 42 (143), 2015, p. 22-43.

11Emmanuel Sivan, Communisme et nationalisme en Algérie (1920-1962), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Allison Drew, 1996, 1997, 2000, 2015 (voir bibliographie).

2 La responsabilité du gouvernement français dans la disparition — la torture et l’exécution — de Maurice Audin a été reconnue par le président Macron le 13 septembre 2018. Les cas de Fernand Iveton (seul Européen guillotiné durant la guerre d’Algérie) et de Raymonde Peschard demeurent dans l’ombre. Cette dernière a été tuée lors d’une embuscade à Bordj Bou Arreridj, le ministre résident Robert Lacoste fit de sa mort « un titre de gloire » pour la France coloniale, mais elle fut célébrée comme chahida (martyre) par les autorités algériennes. Quant à Henri Alleg, il bénéficia d’une notoriété particulière à la suite de la publication de La Question (Alleg, 1958), le président François Hollande ayant seulement, à l’occasion de ses obsèques, salué la mémoire d’un « anticolonialiste ardent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis-Constant Martin, « Allison Drew, We are No Longer in France. Communists in Colonial Algeria », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9067

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page