Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Giulia Mensitieri, Le plus beau métier du monde. Dans les coulisses de la mode

Paris, La Découverte, 2018, 350 p.
Annie Burger-Roussennac
Référence(s) :

Giulia Mensitieri, Le plus beau métier du monde. Dans les coulisses de la mode, Paris, La Découverte, 2018, 350 p.

Texte intégral

  • 1 Soutenue en 2016 sous la direction de Michel Agier et de Jonathan Friedeman, deux spécialistes d’un (...)

1Cette enquête réalisée pour un doctorat d’anthropologie1 devrait intéresser tous les spécialistes de la mode et tous ceux qui cherchent à comprendre les logiques managériales néolibérales du capitalisme mondialisé. Omniprésentes dans le monde des travailleurs créatifs de la mode, elles détruisent la société salariale et le droit du travail, avec le consentement et la participation de travailleurs acquis à l’auto-entreprenariat. Ce processus et son dévoilement sont au centre de l’analyse et constituent l’apport majeur de l’ouvrage de Giulia Mensitieri.

  • 2 Elle désigne ainsi l’industrie mondialisée, l’univers symbolique et onirique qu’elle produit et le (...)

2Immergée à Paris et à Bruxelles dans le monde des travailleurs créatifs, la partie la plus prestigieuse du système-mode2, qui produit ses images et son imaginaire, l’anthropologue montre comment les différents éléments matériels et immatériels s’y articulent entre eux, se renforcent les uns les autres pour produire l’équilibre actuel, lequel interdit à ses acteurs d’en voir et d’en contester les logiques sous-jacentes : l’asymétrie des rétributions, qui assure à certains la part du lion et condamne tous les autres à la précarité et au travail gratuit, la violence structurelle des relations interpersonnelles traduite par la maltraitance, dont procèdent les burn out, les conduites addictives et les suicides, les dépendances (les dominations à l’œuvre) des créatifs envers les entreprises qui prospèrent grâce à leur travail.

  • 3 Ce terme anglais désigne le métier de styliste-photo. Il consiste à élaborer les « looks » mis en s (...)

3Les observations réalisées en situation, largement restituées, permettent au lecteur d’entrer dans les coulisses, sur les plateaux des shootings, comme stagiaire dans l’atelier d’un créateur belge et dans les coulisses d’un défilé de la fashion week. Elles montrent sous la façade étincelante restituée par les médias une masse de travail précaire et gratuit qui ne donne lieu à aucun mouvement social. Mia, la stylist3, son informatrice principale, les photographes, les mannequins débutants et confirmés, les journalistes des magazines de mode les plus réputés, les stylistes et les créateurs quand ils ne sont pas à la tête de grandes maisons, tous travaillent souvent quasi gratuitement en vertu d’une règle admise par tous : les travaux les plus prestigieux ne sont presque pas rémunérés. Or, seuls ceux-ci sont dignes d’être mentionnés dans leur book, le curriculum vitae d’un créatif de la mode, son sésame pour une carrière dans les grandes (et moins grandes) maisons de la mode. Les autres, qui permettent une vie normale de salarié, qualifiés de « commerciaux », sont dévalorisés et ne figurent jamais sur les CV.

4Tous les professionnels rencontrés analysent leur condition en termes de risque à courir, d’injustice inévitable, jamais en termes de droits. Tout se passe comme si dans leur monde la question des droits du travail n’avait pas lieu d’être. Elle est d’ailleurs évacuée dès la formation initiale donnée dans les grandes écoles de mode qui se sont développées depuis les années 1980. On y prépare sans état d’âme les créatifs aux formes de surtravail et de surexploitation qui règnent sur les shootings et durant les périodes de défilé. Les représentations du métier et le rêve poursuivi par tous renforcent ces convictions. Les créatifs s’estiment privilégiés, pensent qu’ils ont de la chance d’être là. « Everybody wants to be us », tout le monde veut être à notre place, aurait dit Anna Wintour, la puissante rédactrice en chef du Vogue États-Unis à son assistante. Ils espèrent que ces travaux mal payés ou gratuits déboucheront sur le « jackpot », un contrat mirifique avec une des grandes marques internationales et les grandes maisons dont bénéficient les stars de la profession, Karl Lagerfeld, Tom Pécheux, Terry Richardson, Kaia Gerber, sur lesquelles tous les projecteurs sont braqués. En attendant de tirer le gros lot de cette loterie où ils ne sont absolument pas égaux, ils se sentent très valorisés socialement par leur intégration au monde de la mode, car leurs métiers leur assurent un peu du prestige et de la visibilité liés à la surexposition actuelle de la mode, les font participer et carburer au rêve de la mode. Bénéficier de cet environnement constitue une forme de gain, de salaire invisible qui, s’il ne remplit pas le frigo, n’en reste pas moins recherché et manque fort quand les professionnels sont mis sur la touche par les agences dont ils dépendent.

5Pour espérer toucher ce « jackpot », il leur faut être capable de « tenir », être fort, pour pouvoir résister matériellement et psychiquement aux conséquences de la précarité, le frigo vide, les loyers impayés, les dettes qui s’accumulent, alors qu’on passe sa vie avec un pied dans les palaces où vous conduisent les séances de photos, que l’on est habillé de vêtements de marque, payés de ses propres deniers avec juste une remise de 20 %, mais nécessaires pour montrer que l’on partage les goûts esthétiques des élites économiques mondialisées. Seule une minorité, déjà nantie, disposant de capitaux pour tenir au quotidien, arrive à gérer ces tensions dans la durée. Nombreux sont celles et ceux qui quittent ce monde pour des métiers salariés des secteurs de la mode commerciale ou s’installent à leur compte. Giulia Mensitieri précise à la fin de son ouvrage que la plupart de ses témoins avaient jeté l’éponge à la fin de son enquête.

6Tenir passe par l’intériorisation d’une autre règle qui veut que la réussite dans le milieu ne dépende pas de ses compétences, mais de la motivation de chacun à se donner les moyens de réussir, de s’impliquer dans son métier, de rester jusqu’à point d’heure à l’atelier, sur le plateau, y compris s’il n’y a rien à faire, motivation que synthétisent, selon les professionnels, les mots « passion » et « engagement ». Entre la vie privée et la vie professionnelle, les barrières sont abolies et les espaces privés colonisés. Le métier devient toute la vie des personnes. Mais cela ne suffit pas encore pour réussir. C’est la personnalité in fine qui fait la différence, explique-t-on pour justifier le choix d’un mannequin, d’un styliste, d’un.e maquilleur.se ou d’un.e photographe. Embauche et renvoi dépendent de la capacité à incarner et à fabriquer une forme de personnalité valorisée, qualifiée de « cool ». Les traits de caractère en sont le sourire en toutes circonstances, la bonne humeur, la capacité à apporter une bonne ambiance sur le plateau, sur le défilé, dans l’atelier. Nommer les problèmes, se plaindre publiquement, revient dès lors à jouer les trouble-fête et à s’exclure. Le silence est de mise chez tous les aspirants. Sur les plateaux ne parlent que les personnes les plus consacrées. Le mannequin, la maquilleuse, le photographe débutants se taisent et subissent. Tous ceux qui aspirent à rester s’appliquent à jouer ce rôle, en toutes circonstances, quelles que soient les formes de maltraitance auxquelles ils ou elles sont confronté.es personnellement et ils ou elles y assistent pour les autres sans broncher ouvertement. Que l’assistante d’un créateur, alors qu’elle vient de cuisiner le repas pris ensemble dans l’atelier, fait de pâtes et d’une sauce industrielle, s’en dispense ostensiblement en arguant ouvertement qu’elle ne mange que de bonnes choses, du quinoa et des légumes, ne suscite pas de réaction. Qu’elle renvoie un stagiaire, sans préavis et avec une mauvaise notation, après qu’il ait demandé une fois à partir plus tôt, au motif qu’il n’était pas assez investi, non plus. Les stagiaires sont la main-d’œuvre gratuite sans laquelle rien n’est possible, mais on les oublie une première fois quand il est question de dîner ensemble pour fêter le défilé, puis une deuxième fois quand il est question de leur payer le taxi qui doit les ramener.

7Pour Giulia Mensitieri, ces réalités vécues de la précarité dépassent l’univers des créatifs de la mode. Elles témoignent d’une transformation anthropologique majeure, le passage de l’activité comme source de capital économique au travail qui doit donner du sens à une vie. L’auteur voit dans ce déplacement une forme de dictature qui dissout le citoyen dans l’individu et constitue de ce fait un risque majeur pour les démocraties. Sa démonstration par les multiples doubles contraintes mises en évidence est très convaincante.

Haut de page

Notes

1 Soutenue en 2016 sous la direction de Michel Agier et de Jonathan Friedeman, deux spécialistes d’une anthropologie de la mondialisation.

2 Elle désigne ainsi l’industrie mondialisée, l’univers symbolique et onirique qu’elle produit et le monde social des travailleurs du secteur.

3 Ce terme anglais désigne le métier de styliste-photo. Il consiste à élaborer les « looks » mis en scène par les reportages de mode, longtemps l’un des véhicules de l’imaginaire de la mode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « Giulia Mensitieri, Le plus beau métier du monde. Dans les coulisses de la mode », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9081

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page