Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marc Audebert, Géographie générale

Paris, Allia, 2017, 171 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Marc Audebert, Géographie générale, Paris, Allia, 2017, 171 p.

Texte intégral

1Marc Audebert, né en 1890, fut instituteur à Château-la-Vallière de 1910 à 1912, puis à Marcilly-sur-Maulne jusqu’en 1914. Il était en poste avec son épouse Charlotte Soulet. Formé à l’école normale d’instituteurs de Loches, il est mort sur le champ de bataille en octobre 1914. L’été précédent, Marc Audebert s’était attelé, « sur un grand livre de comptes à couverture noire et aux pages numérotées », à la rédaction d’une « Géographie générale avec des dessins soignés, comme des gravures ou des enluminures » (p. 7). Œuvre originale, manuscrit calligraphié, ce texte et les illustrations qui l’accompagnent sont un témoignage précieux de « l’histoire de l’enseignement de la géographie, autour de 1900 » (p. 7-8). La géographie fut au cœur des réformes républicaines de l’après-défaite de Sedan. La composition de Marc Audebert signale donc un intérêt renouvelé pour cette discipline, en même temps qu’une volonté de transmettre, très probablement à d’autres enseignants, une méthode pour mieux faire comprendre les enjeux d’une bonne connaissance de la géographie.

2Dans le chapitre d’ouverture, Audebert livre les grandes lignes de la pratique d’enseignement qui lui semble la plus efficace. Il faut renoncer, assure-t-il, à suivre la « théorie (…) des bassins et des lignes de faîte » (p. 2), car ce découpage est artificiel et ne rend pas compte partout du « ruissellement des eaux » (p. 2). Le point nodal de la méthode pédagogique réside dans le fait que « la géographie étant une science, elle doit être enseignée comme une science. L’étudier, c’est regarder, voir, comprendre » (p. 3). Il faut donc « instruire en intéressant » (p. 3). Prenant l’exemple d’un fleuve, Audebert suggère de centrer son propos sur « les seuls détails susceptibles de faire comprendre la nature et le volume de ses eaux, la direction de son cours, la forme ordinaire ou accidentelle de son lit » (p. 3-4). Cette maïeutique suppose une certaine économie dans le discours : il faut à tout prix éviter un enseignement « indigeste » (p. 4). Pour que les enfants perçoivent les faits géographiques, il faut en passer par la représentation : « vues géographiques » et « gravures » fourniront des points d’appui essentiels à l’apprentissage (p. 5). Il est également important de donner un « résumé ou un plan sommaire, accompagné d’un schéma en couleurs » pour la mémorisation. La modélisation est un point fort de l’enseignement prôné par Audebert ; il invite par exemple à reconstituer le « mouvement des dunes » dans la cour en usant de « sable fin », d’un « soufflet » et d’un « arrosoir » (p. 6). L’usage des craies de couleurs au tableau permet de fixer les représentations, de situer les éléments essentiels pour la compréhension (p. 7). Audebert n’oublie pas « l’appareil à projections lumineuses » (p. 7).

3L’instituteur fixe ensuite le programme des leçons à transmettre. Sa focale géographique est centrée sur les « régions naturelles » (p. 7) qui renvoient aux structures géologiques.

4Chacun des chapitres de ce cours s’ouvre sur des expériences potentielles à mener avec les élèves. Ainsi, lors de l’étude des « continents et océans » (p. 50), l’instituteur ou l’institutrice est enjoint d’utiliser « un cylindre assez haut, parcouru par un serpentin et réalisant ainsi le dispositif du réfrigérant d’un alambic », ce qui permet de visualiser, avec de la sciure de bois et des glaçons, les mouvements de convection océaniques (p. 51). De même, l’exploration des différents types de côtes est l’occasion de construire des modélisations distinctes dans le cours.

5Le plan général d’étude que propose Marc Audebert s’oppose à la « géographie de clocher » (p. 8) et s’emploie à élargir le regard des élèves sur l’espace géographique. C’est ainsi que les premières leçons sont consacrées à l’astronomie et qu’on y évoque aussi bien les comètes et les planètes que les nébuleuses. Par la suite, ce sont les outils permettant de se repérer dans l’espace (la boussole, la longitude, la latitude, p. 38-39) et de le représenter (le plan, la carte, p. 42- 47) qui sont abordés.

6La géographie terrestre occupe le reste du parcours pédagogique : structures continentales et fonds océaniques, mers, côtes, reliefs, eaux terrestres complètent un programme riche et dense. Un dernier titre, sans leçon, vient marquer l’interruption du travail : « rôle du glacier » (p. 123).

7Marc Audebert a probablement arrêté son projet pour partir à la guerre. Il n’en reviendra pas, laissant une œuvre singulière et originale. Dans sa volonté de donner à voir la géographie comme une science vivante et attrayante, dans son souci de dépayser les élèves et de leur ouvrir la voie d’une connaissance élargie des espaces, Marc Audebert a accompli un geste pédagogique fascinant. Qu’il puisse aujourd’hui faire l’objet d’une publication soignée le rend plus précieux encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Marc Audebert, Géographie générale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9098

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page