Navigation – Plan du site
DOSSIER

Être communiste en Algérie dans les années 1920 et 1930

Éloïse Dreure
p. 15-31

Résumé

Alors que je commençais, il y a maintenant deux ans, un travail de recherche sur le Parti communiste algérien, il m’est apparu que l’historiographie avait, jusque-là, essentiellement développé une histoire politique du mouvement communiste en Algérie et qu’il pouvait alors être intéressant de s’appliquer à en dresser une histoire davantage sociale. Je m’étais alors livrée à une expérience prosopographique en m’intéressant à un groupe spécifique de militants communistes algériens, les secrétaires régionaux de la fédération d’Algérie du PCF, puis les secrétaires du Parti communiste algérien. De premières questions avaient alors surgi, découlant de celle, fondamentale, de l’impact d’une société coloniale qui détermine tous les rapports sur ces militants. J’ai été tentée d’apporter des premiers éléments de réponse en observant la façon dont ils s’identifient comme communistes et vivent leur expérience militante en Algérie coloniale. Je voulais également savoir quelle place ils occupaient au sein du mouvement anticolonialiste ou anti-impérialiste et nationaliste. Enfin, je souhaitais observer la façon dont ils étaient parvenus à ouvrir un espace d’émancipation malgré la répression et la prégnance de la société coloniale. Tout cela, dans un jeu d’échelles entre Paris, Moscou et Alger. Bien sûr, cette étude reste celle d’un groupe réduit de militants, elle n’est qu’un exemple du travail prosopographique possible dans un cadre plus large d’étude du mouvement communiste en Algérie dans ses premières années. Néanmoins, elle peut être une première porte d’entrée, me semble-t-il, pour comprendre ce que signifie être communiste en Algérie dans les années 1920 et 1930.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Choukroun, Le Parti communiste en Algérie de 1920 à 1936, Lille, ANRT, 1985 ; Emmanuel Siva (...)
  • 2 Alain Ruscio, Nostalgérie, l’interminable histoire de l’OAS, Paris, La Découverte, 2015, p. 30.
  • 3 Allison Drew, We are no longer in France. Communists in Colonial Algeria, Manchester, Manchester Un (...)

1L’histoire politique du communisme en Algérie est connue grâce à des historiens qui en ont reconstitué l’organisation, les relations fluctuantes avec le mot d’ordre d’indépendance et avec les militants nationalistes, les échanges, parfois tumultueux, avec le Parti communiste français et l’Internationale communiste (IC). On pense ici en particulier aux travaux pionniers d’Emmanuel Sivan et de Jacques Choukroun1. Mais aussi précieux que soient ces travaux, ils n’ont pu, dans l’ensemble, bénéficier de l’ouverture des archives de l’Internationale communiste ou de celle des archives de surveillance, aujourd’hui rapatriées de Moscou et inventoriées. Sans nier leur apport exceptionnel à la connaissance de l’action du Parti communiste en Algérie, comme le signale Alain Ruscio, « l’histoire humaine de ce parti – différente de son histoire politique – reste à écrire2 ». René Gallissot, plus récemment, a mené un important travail sur le mouvement ouvrier au Maghreb et a dirigé le tome Algérie : engagements sociaux et question nationale du Dictionnaire du mouvement ouvrier, « le Maitron », qui regroupe 471 notices biographiques de responsables, de militants, de dirigeants. Enfin, en 2014, Allison Drew a signé un ouvrage qui, en se basant sur de multiples sources, dont celles de l’Internationale communiste, retrace une large histoire du communisme en Algérie coloniale, de ses début à 19623. Nos recherches rejoignent les siennes en cela qu’elles étudient également nombre de communistes que nous évoquerons dans cet article.

  • 4 Emmanuel Blanchard, Sylvie Thénault, « Quel monde du contact ? Pour une histoire sociale de l'Algér (...)
  • 5 Emmanuel Sivan (op. cit.) parle de « l’impossibilité du colonisateur de gauche ». Cette idée est re (...)

2Qui sont ces militants qui implantent et développent le Parti communiste dans ce territoire si particulier qu’est l’Algérie coloniale des années 1920 et 1930 ? Comment se placent-ils dans une société qu’on pourrait avoir la tentation de décrire comme binaire, divisée entre colonisés et colonisateurs ? Pourtant, l’existence même de ces militants communistes qui, en revendiquant l’indépendance avec plus ou moins de conviction selon les époques, se plaçant à la marge de la société des colonisateurs tout en ne pénétrant qu’avec difficulté, du moins dans un premier temps, ceux que l’on appelait alors les « indigènes », les colonisés, va à l’encontre de cette binarité. Leur expérience ouvre également la perspective d’un « monde de contact4 », sans qu’elle remette en cause l’existence d’une hiérarchie dans les populations de la colonie, et pourrait nous permettre de saisir de plus près ce que furent la vie et les interactions sociales en Algérie coloniale. Dans ce sens, qui furent ces cadres communistes, quelle est parmi eux la part des colonisés et celle des colonisateurs ? Et peut-on être à la fois communiste et colonisateur ? Cette question a fait débat, déjà, dans l’historiographie5. Enfin, quel est le processus de politisation de ces militants communistes ? Quelle est leur trajectoire, comment se construisent-ils et s’identifient-ils comme communistes ? Quels sont les parcours personnels qui les ont amenés à devenir cadres du parti ?

3Toutes ces interrogations doivent se poser dans le cadre d’un jeu d’échelles entre le parti en Algérie et ses tutelles que sont l’Internationale communiste à Moscou et le Parti communiste français à Paris, les échanges, parfois les frictions entre ces différents centres et les déplacements de militants, l’envoi d’outils de propagande nécessaires à la construction d’une culture commune et au respect de l’orthodoxie communiste.

L’Algérie, un territoire colonial

  • 6 Nous avons fait le choix pour cet article d’utiliser les mots de l’époque, bien qu’ils puissent nou (...)

4Si, dès 1830 et la conquête de l’Algérie, les autorités françaises ont affirmé que le territoire algérien était partie intégrante de la France et que les habitants de l’Algérie étaient sujets français, l’accession à la citoyenneté de ceux qu’on appelait alors les « musulmans » ou les « indigènes6 » a été continuellement repoussée. Officiellement, une politique d’assimilation devait permettre aux populations locales d’atteindre le statut de citoyen français. Dans les faits, les intérêts des colonisateurs primant sur ceux des populations locales, le Code de l’indigénat domine depuis 1881. Ce code ne donne aux « musulmans » que des droits minimes et un statut inférieur à celui des colons. La distinction entre les conquis et les conquérants instaure donc la domination politique, économique et sociale des Français sur les « indigènes ».

  • 7 René Gallissot, La République française et les indigènes, Algérie colonisée, Algérie algérienne, (1 (...)

5Entre ces « indigènes » et les citoyens français se dresse ainsi ce que René Gallissot appelle une « barrière coloniale », qui ne peut être perçue que comme « infériorisation et humiliation pour ceux qui la subissent7 ». Rappelons également que la propagande en faveur de l’indépendance de l’Algérie, considérée comme atteinte à la sécurité de l’État, est alors interdite. De la même manière, la propagande ou les réunions politiques en langue arabe sont illégales, contrairement à la métropole.

  • 8 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière, sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universit (...)

6Les formes d’action collective, les modes d’action des militants, les traditions auxquelles ils se rattachent ne sont pas identiques selon les territoires où le militantisme s’opère. S’il ne s’agit pas de minimiser le rôle de l’Internationale communiste et son travail d’encadrement des activités militantes8, il est nécessaire de prendre en compte le caractère particulier d’un territoire colonial.

  • 9 Alain Ruscio, op. cit., p. 30.

7Cette « barrière coloniale » a pesé sur l’action des communistes en Algérie et, en dépit de cela, comme le souligne Alain Ruscio9, le Parti communiste semble bien avoir été le seul parti politique qui ait réuni massivement des Européens et des « indigènes ». Qui sont ces communistes qui sont parvenus à ouvrir un espace d’émancipation, malgré la répression, dans un territoire où, à la notion de classe sociale, s’ajoute celle de domination coloniale ? Comment ce processus spécifique s’est-il mis en place ?

La méthode prosopographique

  • 10 Ces secrétaires sont alors rattachés à des fédérations communistes. À l’intérieur de ces fédération (...)
  • 11 Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part des militants, Paris, Éditi (...)

8Nous nous intéresserons, dans cet article, aux secrétaires régionaux du Parti communiste en Algérie10. L’idée est de faire ressurgir des militants locaux, longtemps délaissés face aux grandes figures, afin de mieux connaître le phénomène communiste, en s’inscrivant dans la lignée du travail entrepris par Claude Pennetier : « Comment faire l’histoire des courants de pensée et des organisations sans savoir qui relaie les idées et qui implante les partis et les syndicats ? Comment analyser les congrès sans prendre en compte l’expérience des délégués ? Comment étudier les grèves sans savoir qui en sont les animateurs11 ? » Il s’agit bien de faire ressurgir tout un peuple militant et de remettre l’activité humaine au centre de l’analyse historique.

  • 12 Christophe Charle, dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit, p. (...)
  • 13 Michelle Perrot dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit, p. 18

9Pour connaître ces militants, j’utiliserai la méthode prosopographique, telle que définie par Christophe Charle : « définir une population à partir d’un ou plusieurs critères et [à] établir à son propos un questionnaire biographique dont les diverses variables ou critères serviront à la décrire dans sa dynamique sociale, privée, publique, voire culturelle, idéologique ou politique selon la population et le questionnaire retenus12 ». Michelle Perrot a rappelé, quant à elle, qu’il s’agit bien d’un « véritable travail d’archive et d’élaboration méthodique, pas d’un travail hagiographique13 ».

  • 14 Julian Mischi, op. cit., p. 17.

10Ici, le choix a été fait d’un groupe restreint, constitué par la réalité militante, celui des secrétaires régionaux. En contact permanent avec les militants locaux, dont ils font parfois eux-mêmes partie, ils sont chargés de faire le lien entre ces militants et la direction du PCF, c’est-à-dire de faire appliquer les consignes, mais également de faire remonter les problèmes propres à chaque territoire. C’est à ce niveau local que s’opèrent les interactions entre les profanes et les professionnels, mais c’est également en suivant ces trajectoires militantes que l’on peut analyser comment l’organisation communiste se fonde et se transforme14. Si l’envie de s’approcher toujours plus de la base se fait sentir parmi les chercheurs, elle se heurte bien souvent au manque de sources.

11J’ai considéré que le fait même d’avoir été, à l’époque, désigné comme secrétaire régional en Algérie par le Parti communiste était un indice de sélection suffisant pour être intégré à ce corpus.

12Concernant l’Algérie, il convient néanmoins d’être prudent, puisque le territoire évolue plusieurs fois entre les années 1920 et les années 1930. De 1920 à 1925, le territoire algérien est constitué de trois fédérations qui correspondent aux départements d’Oran, d’Alger et de Constantine, avec trois secrétaires fédéraux et un secrétaire interfédéral. En 1925, les trois fédérations fusionnent en une seule région algérienne avec un ou plusieurs secrétaires régionaux. Enfin, en 1936, la région algérienne devient autonome et se transforme en Parti communiste algérien (PCA). Pour autant, je garderai dans le corpus les membres du secrétariat général du parti, en plus des secrétaires régionaux d’Oran, Alger et Constantine. En effet, l’autonomie du PCA est alors toute relative et la dépendance vis-à-vis du PCF reste évidente.

  • 15 En particulier le fonds dit « Fonds de Moscou », qui contient les archives de surveillance à l’enco (...)
  • 16 Ces archives, en particulier le sous-fonds 517-1 qui concerne la France, ont été valorisées par le (...)

13Comment repérer ces militants et réunir des informations à leur sujet ? Les archives policières15, avec les limites inhérentes à ce genre de sources, permettent d’avoir une certaine connaissance de l’organisation communiste et de la répression alors exercée. Les archives de l’Internationale communiste16, quant à elles, sont révélatrices des difficultés que traverse le parti en Algérie. Elles nous éclairent sur les relations entre la base en Algérie et les différents centres, que ce soit Paris, en particulier la commission coloniale, ou Moscou.

  • 17 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Le souffle d’Octobre 1917, l’engagement des communistes fra (...)

14Enfin et surtout, l’accès à certains dossiers biographiques permet de collecter des renseignements précieux sur les militants. Ces fiches apparaissent dans les années 1930, dans le contexte d’un renforcement de la surveillance quant à l’identité des cadres du PCF. Importée d’URSS, la méthode consiste en une série de questions, autant politiques que personnelles, qui doivent rendre possible le repérage d’éventuels éléments infiltrés, mais qui permettent également une bonne gestion des cadres, puisque chaque fiche est évaluée. Le questionnaire comprend plus d’une soixantaine de questions, dont les réponses sont rédigées sur du papier libre. Ce sont parfois de véritables récits de vie, qui rendent ces fiches précieuses pour l’historien17. Elles permettent alors de construire un véritable questionnement biographique, qui aide à mieux connaître des générations de militants. Il est ainsi possible d’analyser au mieux les parcours et les motivations de ces militants communistes.

15Mais l’application de cette analyse aux secrétaires régionaux d’Algérie soulève nombre de questions. Celle de l’origine géographique des militants, d’abord. Si le questionnaire permet de distinguer ceux nés en Algérie et ceux venant de métropole, c’est-à-dire à peu près un quart du corpus étudié, il convient également de différencier ceux qui migrent dans la colonie pour des motifs personnels et ceux qui y sont envoyés par le PCF, la plupart en fait. Mais cette question de l’origine géographique influe également sur l’analyse du parcours politique au sein du PCF. Si l’on relève l’année d’adhésion au parti, il s’agit également de préciser si cette adhésion se fait en métropole ou directement en Algérie. La question se pose alors de savoir s’il faut seulement s’intéresser à leur parcours en Algérie ou adopter l’idée que leurs activités politiques en métropole apportent des éclairages sur leurs activités en Algérie. De la même façon, faut-il cesser de s’intéresser à ces militants une fois qu’ils ont quitté l’Algérie, sachant qu’il est possible qu’ils y reviennent à un moment ou à un autre ?

16Par ailleurs, si l’on différencie dans un premier temps les militants d’origine européenne et ceux d’origine « musulmane », on s’aperçoit finalement que les militants « musulmans » ont pour la plupart fréquenté l’école française, ce qui les différencie de la majorité de la population « indigène » et les place d’emblée au sein d’une certaine élite parmi les colonisés.

17Enfin, comment définir et quantifier, dans un questionnaire prosopographique, les sentiments vis-à-vis de l’idée nouvelle d’une Algérie indépendante ?

Les débuts tumultueux du communisme en Algérie

  • 18 Charles-Robert Ageron, « Les communistes français devant la question algérienne de 1921 à 1924 », L (...)

18Les fédérations socialistes d’Algérie rallient massivement la Troisième Internationale en décembre 1920 au congrès de Tours. Suite à cela, le premier secrétaire interfédéral identifiable est un certain G. Maublanc18, élu lors du premier congrès fédéral d’Algérie en 1922. Maublanc évoque alors, ce qui est pour lui un problème, la question du dogme religieux chez les « musulmans », contre lequel il semble bien difficile de lutter afin de leur inculquer des idées communistes. Pour lui, comme pour la plupart de ses camarades, la politique coloniale de l’IC semble trop transgressive.

  • 19 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article162064>, notice MAUBLANC G. [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 1 (...)
  • 20 Au sujet de la SFIO en Algérie, voir Claire Marynower, L’Algérie à gauche, 1900-1962, Paris, PUF, 2 (...)

19Maxime Guillon lui succède. Il est sur les mêmes positions assimilationnistes19, héritées de la ligne et des pratiques de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO)20.

  • 21 René Gallissot, La République française et les indigènes, op. cit., p. 68.

20En Algérie française, les fédérations socialistes SFIO comptent 1 500 adhérents en 1919, presque tous européens21. La guerre y a accéléré la mobilisation du mouvement ouvrier ; les fonctionnaires et les salariés veulent pouvoir s’exprimer face aux riches colons. La fédération d’Algérie dépend alors de la Section française de l’Internationale communiste (SFIC), qui dépend elle-même de l’Internationale communiste.

  • 22 Archives de l’Internationale communiste, sous-fonds 517-1, 100, feuillets 8 à 15.

21Or, ces militants ont, semble-t-il, sous-estimé le critère déterminant qu’était alors la politique anticoloniale de l’IC, qui marquait une rupture avec les pratiques de la SFIO. En effet, si elle condamne les abus de la colonisation, la SFIO ne la remet jamais fondamentalement en cause. Or, la huitième des 21 conditions d’adhésion à l’Internationale communiste stipule que « tout parti appartenant à la Troisième Internationale a pour devoir de dévoiler impitoyablement les prouesses de ses impérialistes dans les colonies, d’exiger l’expulsion des colonies des impérialistes de la métropole… ». Il semblerait que les socialistes d’Algérie aient négligé l’importance de ces conditions au moment de leur ralliement à l’IC. En effet, en 1921, une enquête d’opinion menée par la SFIC auprès des fédérations d’Algérie révèle que, en ce qui concerne la question « indigène », l’idée qui domine chez ces communistes algériens et que l’on retrouve dans les articles de leur journal, La Lutte sociale, est celle de combattre les tendances nationalistes et de militer au contraire en faveur d’une politique assimilationniste. L’IC ne cesse alors d’appeler le PC à « combattre impitoyablement les tendances réactionnaires existant même parmi certains ouvriers et consistant à la limitation des indigènes22 ».

22L’exemple le plus connu de ce hiatus reste celui de la motion de Sidi-Bel-Abbès. En 1922, la section de Sidi-Bel-Abbès, une des plus importantes de la colonie, dirigée par Maxime Guillon, rédige un texte qui serait probablement resté confidentiel si la cellule ne l’avait pas fait remonter jusqu’à Moscou. Ce texte combine une affirmation de l’idéologie marxiste et une reprise de préjugés partagés par la communauté européenne à l’égard des « musulmans » ; il insiste sur le fait que la libération du prolétariat indigène de l’Afrique du Nord ne pourra se faire qu’après la révolution en métropole et qu’il est alors vital de ne pas abandonner les colonies.

  • 23 René Gallissot, op. cit., p. 27.
  • 24 Céline Marangé, « Le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh », dans Communisme 2013, Paris, Éditions Vend (...)

23Suite à cette motion, à Alger, le congrès interfédéral d’Afrique du Nord en adopte une dans le même esprit et nomme Maxime Guillon secrétaire fédéral23. Cette résolution sera condamnée par le IVe congrès de l’IC en 1922, où Trotski la dénoncera comme exprimant un point de vue purement esclavagiste24.

  • 25 Ahmed Koulakssis, Gilbert Meynier, « Sur le mouvement ouvrier et les communistes au lendemain de la (...)

24Il reste qu’il faut néanmoins être prudent face à ces événements. L’affaire de la motion Sidi-Bel-Abbès semble significative, car elle a été médiatisée, mais tous les militants algériens ne l’ont pas approuvée pour des raisons semblables et le communisme en Algérie, à cette époque, n’est pas forcément aussi monolithique qu’on peut le penser. Dans la lignée de Maublanc, certains se limitent à douter de la possibilité de la naissance d’un mouvement nationaliste à ce moment-là et pensent que la libération de l’Algérie ne pourra que faire suite à une révolution victorieuse en métropole25.

  • 26 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article114497>, notice GUILLON Maxime [GUILLON Marc-Helvey, (...)

25Quant à comprendre la désignation de Maxime Guillon, il semble nécessaire pour cela de retracer son itinéraire politique. Conseiller municipal à Sidi-Bel-Abbès, il fut une figure du socialisme en Algérie. Instituteur, syndicaliste, il a animé de grandes grèves avant la guerre et a monté à Bône la première fédération SFIO en 1907, avant de devenir le premier secrétaire de la fédération SFIO d’Algérie. Il crée également à cette époque ce qui deviendra le journal des communistes d’Algérie, La Lutte sociale26. Figure importante pour les militants, sa nomination en 1922 marque surtout l’absence de rupture des communistes algériens de la SFIC avec les pratiques de la SFIO. Les communistes sont alors issus de la communauté européenne et l’idée d’une Algérie sortant de la République française est pour eux difficilement imaginable. De plus, vivant en Algérie, ils se considèrent comme étant davantage compétents en ce qui concerne la colonie que les cadres de Moscou. Enfin, il ne faut peut-être pas sous-estimer la portée que peut avoir pour ces habitants d’Algérie l’idée de l’indépendance de la colonie.

  • 27 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157904>, notice LAURENS Louis [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 6 avril </http>

26On trouve à cette époque d’autres secrétaires ayant le même profil que Maxime Guillon : ils occupent une place sociale importante dans la société coloniale, qu’ils soient instituteurs ou médecins. Ils ont également en commun d’avoir été de grandes figures du socialisme en Algérie avant 1920 et de rester sur des positions assimilationnistes. Ainsi, Louis Laurens est médecin et responsable pendant quelques années de l’organe socialiste, puis communiste algérien27. Maxime Guillon et beaucoup d’autres militants en Algérie vont quitter le parti dès le début des années 1920, manifestant ainsi leur refus ou leur incompréhension de la ligne de la Troisième Internationale.

  • 28 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 185, feuillet 50.

27Suite à cela, et dès 1924, dans un contexte qui est également celui de la bolchévisation, c’est-à-dire d’une reprise en main des sections de l’Internationale communiste dans l’idée d’une révolution prochaine, la SFIC tente de réduire l’autonomie des communistes algériens. La commission coloniale est créée à Paris, en 1923. Elle insiste sur la nécessité de mener une véritable campagne de propagande auprès des « indigènes » d’Algérie pour non seulement les mobiliser, mais également les former et les sensibiliser à la lutte des classes28. Les communistes se heurteront alors à la difficulté d’entrer en contact avec une population indigène majoritairement rurale et au manque de militants capables de faire le lien avec cette population, ne serait-ce qu’en parlant sa langue. À cela s’ajoute une mauvaise volonté farouche de la part de certains militants européens.

  • 29 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 192.
  • 30 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6555>, notice MAZOYER Étienne, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 11 mars 2</http>
  • 31 Étienne Mazoyer travaillait lui-même aux chemins de fer algériens.
  • 32 Fonds de Moscou, carton 19940500/180, dossier 3143, feuillet 151.

28Suite au congrès de Lyon du PCF en 1924, la commission coloniale du Parti communiste décide alors de nommer un « délégué permanent de l’Algérie », qui occupera également une place de secrétaire interfédéral. Le choix se porte sur Étienne Mazoyer29. Ce dernier quittera lui aussi le parti en 1926 et 1927, après avoir été poursuivi pour provocation de militaires à la désobéissance durant la campagne contre les guerres du Rif et de Syrie, sans que l’on sache si cela a un lien30. Il ne semble pourtant pas avoir été exclu, puisqu’en septembre 1932 le secrétaire général de la Fédération des cheminots d’Alger31, également l’un des fondateurs de la section du PC d’Alger, assistera avec d’autres communistes à la pose d’une pierre commémorative sur la tombe de Mazoyer, décédé en 193132.

Le temps de la lutte pour l’indépendance

  • 33 Emmanuel Sivan, op. cit., p. 51.
  • 34 Insurrection des Rifains contre la présence française au Maroc. Voir sur ce sujet : Nicole Le Guenn (...)
  • 35 Vincent Courcelle-Labrousse, « La guerre du Rif », dans Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulo (...)
  • 36 Serge Wolikow, « Militants et dirigeants communistes face à l’emprisonnement politique », dans Mich (...)

29Au milieu des années 1920, les effectifs de la section algérienne de la SFIC diminuent en Algérie, pour ne plus compter en 1927, d’après Emmanuel Sivan, que 200 à 250 adhérents33. Deux facteurs sont à l’origine de cette baisse. D’abord, les éclaircissements idéologiques menés par la SFIC au sujet de l’indépendance de l’Algérie entraînent de nombreux départs, ainsi que de nombreuses exclusions. La deuxième raison est la forte répression qui accompagne la campagne contre la guerre du Rif34. La crainte est grande chez les militants d’être emprisonnés ou de perdre leur emploi. En effet, en 1925, l’entrée de la France dans cette guerre a pour conséquence la mise en place par l’IC d’une ligne anti-impérialiste, défendue également par la SFIC. Face à cette opposition, une vaste entreprise de répression est menée par le gouverneur général d’Algérie, Maurice Viollette. Cette répression est doublée par celle exercée par les employeurs à l’encontre des communistes35. La Lutte sociale est saisie plusieurs fois et la pression sur les « musulmans » s’intensifie. Mais la répression ne concerne pas que l’Algérie et, comme le souligne Serge Wolikow, l’emprisonnement est un thème omniprésent dans le discours communiste de l’entre-deux-guerres, car la SFIC s’y est trouvée confrontée plus que tout autre formation politique française. Les militants sont ainsi accusés d’atteinte à la sûreté intérieure ou extérieure de l’État et l’appartenance même à la SFIC est un facteur discriminant. Néanmoins, ces emprisonnements répétés n’empêchent pas la poursuite de l’activité révolutionnaire ; ils sont le signe même que les militants sont engagés autant que possible dans l’action, sans se soustraire à la justice et à ses sentences36.

  • 37 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 287.
  • 38 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151637, notice BIBOULET Pierre [Dictionnair (...)

30L’expérience de Pierre Biboulet, alors secrétaire de la fédération d’Alger, également ancien militant SFIO, témoigne des difficultés de l’époque. Alors qu’il est condamné à deux ans de prison pour encouragement de militaires à la désobéissance, il semble devoir se rendre à Paris, dans le même temps, pour s’expliquer sur les difficultés qu’il rencontre à faire appliquer de façon efficace le programme de l’IC pour l’Algérie37. Il quitte le parti à ce moment-là38.

  • 39 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 228.
  • 40 René Gallissot, op. cit.
  • 41 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 228.

31Les nominations des secrétaires régionaux faites ensuite en Algérie semblent significatives de cette volonté de rupture avec les pratiques de la SFIO et de clarification idéologique, impulsées par l’IC. On ne retrouve plus à ces postes de responsabilité, dans les années qui suivent, aucun militant de la génération précédente issue des rangs socialistes. La ligne défendue par l’IC est clairement anti-impérialiste : le mot d’ordre d’indépendance, ainsi que les divers slogans de l’IC, commencent réellement à s’implanter dans le milieu militant algérien39. De plus, la vigueur des jeunes communistes et un engagement syndical fort permettent de sauver le Parti communiste en Algérie40. Pour l’IC, il s’agit alors de former les militants « indigènes ». Elle crée en 1921 l’Université communiste des travailleurs d’Orient, où passeront, selon Bernard Pudal et Claude Pennetier, une trentaine d’Arabes et de Berbères natifs d’Algérie, repérables grâce aux autobiographies qu’ils ont rédigées à Moscou41.

32Généralement, trois militants siègent ensemble au secrétariat régional. Dans une volonté de promouvoir la mixité au sein du parti, un « musulman » occupe désormais presque systématiquement le poste de premier secrétaire, tout en étant secondé par des Européens. Parmi ceux-ci, on retrouve presque systématiquement un envoyé de la SFIC, lien entre le parti en Algérie et la commission coloniale à Paris, chargé de veiller à l’application des directives du centre dans la colonie.

  • 42 René Gallissot, op. cit., p. 87.
  • 43 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article106748>, notice CORMON Édouard, Ernest, dit JACQUES, dit Jacques PÉRAUD, par Jean Maitron et Claude Pennet</http> (...)
  • 44 Ibid.

33René Cazala42 et Édouard Cormon43 sont secrétaires dès la fin des années 1920. René Cazala, né en 1902, est donc particulièrement jeune lorsqu’il devient secrétaire. Il est menuisier et vient des Jeunesses communistes, dont il a été secrétaire à Alger depuis 1927. Il a passé deux ans en prison en 1925 pour désobéissance civile44. Édouard Cormon, du même âge que Cazala, 25 ou 26 ans à l’époque, arrive en Algérie à la fin des années 1920. Il est envoyé par la commission coloniale comme secrétaire de la région algérienne des JC et responsable de la liaison entre la commission coloniale et le secrétariat en Algérie.

  • 45 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151442>, notice BELARBI Sid-Ahmed dit BOUALEM [Dictionnaire Algérie] par Amar Benamrouche et René Gallisso</http> (...)

34À leurs côtés, le premier des « indigènes » à occuper le poste de premier secrétaire de la fédération d’Algérie semble être en 1928 Ahmed Belarbi45, qui est du point de vue de la loi française un « indigène », mais a fréquenté l’école française et a suivi une formation politique à Moscou.

35On voit ainsi la nette coupure avec le début des années 1920. Ces trois dirigeants sont jeunes, ils ont entre 23 et 29 ans et ils sont issus des Jeunesses communistes, ce qui témoigne d’un renouveau générationnel au sein du parti dans la colonie et d’un alignement manifeste sur les lignes de l’IC. Ils semblent être de milieux plus modestes que les responsables de la génération précédente, mais ils bénéficient comme leurs prédécesseurs d’une expérience syndicale. On retrouvera ce même type de profil jusqu’à la fin des années 1930.

  • 46 Cf. Benjamin Stora, « Messali Hadj et la création de l’Étoile nord-africaine en 1926 », dans Abderr (...)

36En ce qui concerne la question nationale, Ahmed Belarbi plaide pour la relance de l’action anticolonialiste en Algérie. En 1931, il sera à l’origine de la tentative de lancement d’un Parti nationaliste révolutionnaire (PNR) en Algérie, sorte de branche de l’Étoile nord-africaine (ENA46), présente en métropole. Mais le développement des mouvements nationalistes en Algérie à cette même époque et la rupture de l’ENA avec la SFIC signeront l’échec du PNR. Belarbi semble être écarté par Ferrat, alors responsable de la commission coloniale à Paris, qui lui impute la responsabilité des difficultés que rencontrent les communistes en Algérie. En effet, en 1934, les effectifs sont tombés à 150 membres et des vagues d’arrestations ont paralysé l’action militante déjà fragilisée par de nombreux départs.

37Les progrès théoriques qui sont faits sur la question nationale avec, par exemple, la reprise de plus en plus fréquente des slogans de l’IC, restent compliqués à mettre en pratique. Les communistes algériens, majoritairement européens, sont coupés des masses « musulmanes » et le mot d’ordre d’indépendance rencontre encore des résistances au sein des militants.

  • 47 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151716, notice BOUKORT Ben Ali ou Benali, é (...)
  • 48 Fonds de Moscou, carton 19940500/183, dossier 3167, feuillet 44.

38Ben Ali Boukhort47, qui remplace Belarbi, a une trentaine d’années. Lui aussi, bien qu’« indigène », est allé à l’école française. Il vient des Jeunesses communistes et a également fréquenté l’école d’Orient à Moscou. Son secrétariat sera marqué par deux années d’emprisonnement dans le sud algérien « pour actes d’hostilité contre la souveraineté française48 ». Il reprendra sa place en 1936.

  • 49 Idem.
  • 50 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151985>, notice RADIGUET Paul [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 6 janvie</http> (...)

39À ses côtés, l’Européen Paul Radiguet est envoyé de métropole par la commission coloniale en 1932, afin de réorganiser les cellules de l’Oranais. Il a également une trentaine d’années et est passé par les Jeunesses communistes. Il sera rapidement rappelé en métropole. D’après la police, c’est parce que « la propagande pendant les années qu’il a passées à Alger est restée sans résultat appréciable49 ». Arrêté huit jours pour avoir pris la parole dans un souk, d’après les témoignages de militants, il aurait laissé dans l’Oranais le souvenir d’un cadre autoritaire, sans que l’on exclue le fait que ce soit par maladresse. En 1933, il signe, dans les Cahiers du bolchevisme, un article tout à fait orthodoxe avec la ligne de mise en avant des luttes agraires du PC en Algérie : « Les paysans d’Algérie en lutte contre les occupations ». Il est néanmoins exclu du parti en 1935, d’abord, selon la direction du parti, « pour s’être laissé entraîner dans les luttes de fractions entre différents éléments douteux, non membres du parti », mais aussi pour avoir « eu une politique en Algérie qui aboutissait à la liquidation du mouvement révolutionnaire par la désagrégation et le sabotage50 ».

  • 51 Fonds de Moscou, carton 19940500/183, dossier 3153, feuillet 2.
  • 52 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 229.

40En 1934, Amar Ouzegane devient secrétaire adjoint. Âgé d’à peine 25 ans, venant lui aussi des Jeunesses communistes, il travaille aux PTT et a également fréquenté l’école française. Il est aussi secrétaire du comité algérois du Congrès musulman51 et syndiqué dès sa jeunesse à la CGTU. Bernard Pudal et Claude Pennetier, qui ont pu étudier le parcours d’Amar Ouzegane grâce à son passage à l’école d’Orient, notent que ce genre de cursus est rare en Algérie : « On y retrouve, comme pour les militants français, un capital scolaire postélémentaire primaire, de forts investissements culturels, un militantisme syndical dans la petite fonction publique, un engagement politique et, très vite, l’accès à d’importantes responsabilités syndicales et politiques52 ».

41On voit que tous les secrétaires « indigènes » du parti ont suivi le même type de parcours. Leur passage à l’école d’Orient témoigne de la nécessité, aux yeux de l’Internationale communiste, de former de jeunes militants afin qu’ils puissent diriger une Algérie devenue indépendante.

Le moment du Front populaire

  • 53 Jean Chaintron, Le vent soufflait devant ma porte, Paris, Seuil, 1993, p. 131.

42En remplacement de Paul Radiguet, Jean Chaintron est envoyé de métropole auprès de la région algérienne en 1935 par la SFIC, afin de travailler à en faire un parti indépendant53.

43Le 15 septembre 1935, il publie son premier article dans La Lutte sociale sous son pseudonyme, « Barthel ». Il s’agit en fait d’une circulaire adressée aux organisations communistes d’Algérie. Il y déclare que « la nation française n’est pas la nation du peuple d’Algérie, c’est la nation oppresseuse, c’est la nation de l’impérialisme qui, par le fer et par le feu, s’est annexé l’Algérie et qui courbe sous l’esclavage la nation algérienne ». À côté de la création d’un front antifasciste mené par les Européens, il préconise la création d’un front anti-impérialiste mené par les « indigènes ». Son action se traduit par une remontée importante des effectifs, qui atteignent 3 000 à l’été 1936. De plus, on constate parmi les nouveaux adhérents une forte proportion d’« indigènes ».

  • 54 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 230.

44Mais la période est marquée par une inflexion dans la politique algérienne. Après la ligne anti-impérialiste imposée par l’IC et défendue par la SFIC au moment de la guerre du Rif, les choses changent dès la fin de 1934 où, suite à la montée des fascismes en Europe et le déroulement de manifestations fascistes en Algérie, la revendication d’indépendance est mise en retrait au profit de l’affirmation de l’antifascisme54. En 1936, au moment de l’arrivée au pouvoir du Front populaire en France, le congrès fondateur du Parti communiste algérien (PCA) consacre cette ligne et rejette l’alliance avec les organisations nationalistes radicales comme l’Étoile nord-africaine.

  • 55 René Gallissot, op. cit., p. 117.

45Le PCA est constitué en parti indépendant en octobre 1936, mais l’influence et le contrôle du parti français restent cependant significatifs. On constate ainsi que Jean Chaintron est nommé secrétaire du parti, aux côtés de Ben Ali Boukhort, d’Amar Ouzegane et d’Élie Mignot. Ce dernier, arrivé en Algérie pour trouver du travail, avait été recruté par Chaintron55 et était devenu en 1935 secrétaire du rayon d’Alger.

46Néanmoins, dans le contexte du Front populaire, le recul sur le projet d’indépendance provoque de vives tensions. Si le Congrès musulman est créé, sorte de Front populaire pour les populations colonisées, il rassemble avec les communistes avant tout des organisations réformistes musulmanes comme les Oulémas ou la Fédération des élus. Cette réorientation conduit à de violents affrontements avec l’Étoile nord-africaine, à laquelle succède le Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj. Les militants musulmans, à la tête du PCA, militent pour le projet Blum-Viollette, dont les ambitions sont limitées, la mesure phare en étant l’abolition du Code de l’indigénat sans que la colonisation soit mise en cause. De plus, ces responsables dénoncent les agissements des nationalistes du PPA.

  • 56 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 242.

47Amar Ouzegane avait été auparavant défenseur de la stratégie des deux fronts préconisée par Chaintron et Ferrat, ce qui lui avait valu une mauvaise évaluation de la part de l’IC. La priorité qu’il a donnée à l’organisation et la mobilisation des « musulmans » d’Algérie est mise à mal par cette période du Front populaire. Devenu permanent du parti, il est alors affecté au suivi du Congrès musulman et il dénonce à son tour avec virulence l’action du PPA, ce qui n’empêche pas des rapports critiques de l’instructeur du PC, Robert Deloche56.

  • 57 Jean Chaintron, op. cit., p. 136.
  • 58 Jean Chaintron, op. cit., p. 145.
  • 59 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156937>, notice DELOCHE Robert [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 21 févr</http> (...)

48Dans son autobiographie, Jean Chaintron dira s’être rangé à ce moment-là à la politique antifasciste du parti57. Il fait alors confiance au gouvernement de Front populaire et à la réforme Blum-Viollette, tout en espérant que la coopération franco-musulmane ira « démocratiquement, par réformes successives, vers la pleine émancipation de l’Algérie ». Il dira également comprendre la frustration du peuple algérien58. Après le départ de Jean Chaintron pour l’Espagne à la fin de 1936, on note que si les différents envoyés du PC en Algérie n’y restent jamais longtemps, ils s’efforcent néanmoins d’appliquer avec une ferme volonté la politique de priorité d’union avec la France dans la lutte contre le fascisme. Robert Deloche devient secrétaire du PCA en 1937 et il est un parfait exemple de ce choix politique. Il n’a pas trente ans et n’est adhérent au PC que depuis 193259. À partir de 1938, on trouve à ses côtés Roland Rhaïs qui participe à l’élaboration du PCA en dessinant l’insigne : une faucille et un marteau sur fond de croissant.

  • 60 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24482>, notice LOZERAY Henri [LOZERAY Rodolphe, (...)
  • 61 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24034>, notice ESTORGES Paul par René Gallissot, version mise en ligne le 30 décembre 2008, dernière modi</http> (...)
  • 62 Allison Drew, op. cit., p. 97.

49On peut donc conclure que, jusqu’en 1939 et l’interdiction du parti, la situation traduit la volonté du PC de promouvoir de jeunes militants formés politiquement aux Jeunesses communistes ou à la CGTU et solidement dans la ligne du parti. Mais des résistances persistent face à ce tournant antifasciste. Au secrétariat de Constantine, d’après le témoignage de Henri Lozeray à la commission coloniale, un instituteur, Paul Estorges, aurait eu quelques difficultés à appliquer et comprendre la politique du parti. Lozeray est alors député communiste, vice-président de la commission de l’Algérie et des colonies60. Dans son rapport du 20 juin 1938 sur la situation dans la région communiste algérienne, Lozeray juge la pratique de Paul Estorges comme étant « restée sectaire », et précise qu’il n’arrive « que très difficilement à comprendre et à appliquer la politique du parti61 », acceptant mal ce qu’il considère comme l’abandon de la ligne anticoloniale62.

Conclusion

50Dans les années 1920 et 1930, le territoire colonial algérien est un territoire très spécifique. Il pose des questions très délicates durant toute la période pour les militants. Le PC en Algérie est alors un parti majoritairement européen, qui rencontre une réelle difficulté pour mobiliser les « musulmans ». L’évolution des secrétaires du parti en Algérie entre les années 1920 et 1930 témoigne de ces problématiques.

51Des anciens socialistes, figures importantes au début des années 1920, souvent réticents face à la question nouvelle de l’indépendance, on passe progressivement dans les années 1930 à des membres du secrétariat plus jeunes, bénéficiant d’une expérience syndicale et d’une expérience au sein des Jeunesses communistes. On trouve dans ces secrétariats quelques « musulmans », mais ceux-ci, instruits, se détachent d’emblée de la « masse musulmane ». Le lien avec la commission coloniale du PCF à Paris reste fort, puisqu’un envoyé de la commission coloniale siège également au secrétariat, même après l’autonomisation du Parti communiste algérien en 1936. En cette période du Front populaire, la revendication d’indépendance de l’Algérie, mise en avant lors de la guerre du Rif, recule face à la priorité donnée à l’antifascisme. Les relations avec les nationalistes se tendent, la question de l’indépendance redevient un sujet sensible et fait débat parmi les secrétaires.

52Bien sûr, l’étude du communisme en Algérie dans les années 1920 et 1930 ne doit pas se limiter à celle des secrétaires régionaux. Ces connaissances doivent évidemment être croisées avec l’étude d’autres groupes, comme les syndicalistes algériens ou les membres des Jeunesses communistes algériennes, et être sans cesse mises en perspective avec l’histoire du PCF et de l’IC. Néanmoins, il s’agit d’une première approche pour tenter de comprendre qui étaient ces militants et ce que signifiait être communiste en Algérie coloniale.

Haut de page

Notes

1 Jacques Choukroun, Le Parti communiste en Algérie de 1920 à 1936, Lille, ANRT, 1985 ; Emmanuel Sivan, Communisme et nationalisme en Algérie, 1920-1962, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976.

2 Alain Ruscio, Nostalgérie, l’interminable histoire de l’OAS, Paris, La Découverte, 2015, p. 30.

3 Allison Drew, We are no longer in France. Communists in Colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press, 2014.

4 Emmanuel Blanchard, Sylvie Thénault, « Quel monde du contact ? Pour une histoire sociale de l'Algérie pendant la période coloniale », Le Mouvement social, 2011/3, n° 236, p. 3-7.

5 Emmanuel Sivan (op. cit.) parle de « l’impossibilité du colonisateur de gauche ». Cette idée est remise en cause, entre autres, par Lucien Le Foll-Luciani, qui s’intéresse au parcours des juifs algériens dans la lutte anticoloniale : Lucien Le Foll-Luciani, Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale, Rennes, PUR, 2015.

6 Nous avons fait le choix pour cet article d’utiliser les mots de l’époque, bien qu’ils puissent nous heurter aujourd’hui. Dans les années 1920 et les années 1930, les colonisés sont désignés comme des « indigènes » ou des « musulmans » alors que, paradoxalement, ce sont les colons, appelés aussi « Français » et « Européens » qui se désignent eux-mêmes comme « Algériens ». Quant au terme « pied-noir », il est à bannir de cette étude puisqu’il n’apparaît que plus tard, au moment de la guerre d’Algérie.

7 René Gallissot, La République française et les indigènes, Algérie colonisée, Algérie algérienne, (1870-1962), Paris, Éditions de l’Atelier, 2006, p. 27.

8 Julian Mischi, Servir la classe ouvrière, sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 22.

9 Alain Ruscio, op. cit., p. 30.

10 Ces secrétaires sont alors rattachés à des fédérations communistes. À l’intérieur de ces fédérations/régions, on trouve les sections, les sous-sections, puis les cellules. En 1924, les fédérations deviennent des régions, les sections deviennent des rayons, les sous-sections des sous-rayons.

11 Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part des militants, Paris, Éditions de l’Atelier, 1996, p. 7.

12 Christophe Charle, dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit, p. 52.

13 Michelle Perrot dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit, p. 18

14 Julian Mischi, op. cit., p. 17.

15 En particulier le fonds dit « Fonds de Moscou », qui contient les archives de surveillance à l’encontre des communistes dans les années 1930, et le fonds F7 qui concerne les années 1920, présents aux Archives nationales de France, à Pierrefitte-sur-Seine.

16 Ces archives, en particulier le sous-fonds 517-1 qui concerne la France, ont été valorisées par le programme de recherche ANR Paprik@2f, porté par la MSH de Dijon. Elles sont désormais disponibles en ligne sur le portail Pandor : <https://pandor.u-bourgogne.fr/pages/paprika2f.html>. Toutes les archives de l’Internationale communiste citées proviennent de ce portail.

17 Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Le souffle d’Octobre 1917, l’engagement des communistes français, Paris, Éditions de l’Atelier, 2017.

18 Charles-Robert Ageron, « Les communistes français devant la question algérienne de 1921 à 1924 », Le Mouvement social, n° 78, janvier-mars 1972, p. 14.

19 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article162064>, notice MAUBLANC G. [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 1er août 2014.

20 Au sujet de la SFIO en Algérie, voir Claire Marynower, L’Algérie à gauche, 1900-1962, Paris, PUF, 2018.

21 René Gallissot, La République française et les indigènes, op. cit., p. 68.

22 Archives de l’Internationale communiste, sous-fonds 517-1, 100, feuillets 8 à 15.

23 René Gallissot, op. cit., p. 27.

24 Céline Marangé, « Le PCF, le Komintern et Ho Chi Minh », dans Communisme 2013, Paris, Éditions Vendémiaire, 2013, p. 53.

25 Ahmed Koulakssis, Gilbert Meynier, « Sur le mouvement ouvrier et les communistes au lendemain de la Première Guerre mondiale », Le Mouvement social, n° 130, 1985, p. 9.

26 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article114497>, notice GUILLON Maxime [GUILLON Marc-Helvey, Maxime], version mise en ligne le 24 novembre 2010.

27 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article157904>, notice LAURENS Louis [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 6 avril 2014.

28 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 185, feuillet 50.

29 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 192.

30 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article6555>, notice MAZOYER Étienne, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 11 mars 2012.

31 Étienne Mazoyer travaillait lui-même aux chemins de fer algériens.

32 Fonds de Moscou, carton 19940500/180, dossier 3143, feuillet 151.

33 Emmanuel Sivan, op. cit., p. 51.

34 Insurrection des Rifains contre la présence française au Maroc. Voir sur ce sujet : Nicole Le Guennec, « Le Parti communiste français et la guerre du Rif », Le Mouvement social, n° 78, 1972, p. 39–64, et Allison Drew, op. cit, p. 34 et 38-39.

35 Vincent Courcelle-Labrousse, « La guerre du Rif », dans Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2012.

36 Serge Wolikow, « Militants et dirigeants communistes face à l’emprisonnement politique », dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), op. cit., p. 105.

37 Archives de l’IC, sous-fonds 517-1, 287.

38 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151637>, notice BIBOULET Pierre [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 28 décembre 2013.

39 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 228.

40 René Gallissot, op. cit.

41 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 228.

42 René Gallissot, op. cit., p. 87.

43 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article106748>, notice CORMON Édouard, Ernest, dit JACQUES, dit Jacques PÉRAUD, par Jean Maitron et Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 novembre 2010.

44 Ibid.

45 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151442>, notice BELARBI Sid-Ahmed dit BOUALEM [Dictionnaire Algérie] par Amar Benamrouche et René Gallissot, version mise en ligne le 24 décembre 2013.

46 Cf. Benjamin Stora, « Messali Hadj et la création de l’Étoile nord-africaine en 1926 », dans Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault (dir.), op. cit.

47 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151716>, notice BOUKORT Ben Ali ou Benali, écrit aussi BOUKOURT Benali [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 30 décembre 2013, dernière modification le 15 avril 2015.

48 Fonds de Moscou, carton 19940500/183, dossier 3167, feuillet 44.

49 Idem.

50 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151985>, notice RADIGUET Paul [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 6 janvier 2014, dernière modification le 27 septembre 2018.

51 Fonds de Moscou, carton 19940500/183, dossier 3153, feuillet 2.

52 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 229.

53 Jean Chaintron, Le vent soufflait devant ma porte, Paris, Seuil, 1993, p. 131.

54 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 230.

55 René Gallissot, op. cit., p. 117.

56 Bernard Pudal, Claude Pennetier (dir.), op. cit., p. 242.

57 Jean Chaintron, op. cit., p. 136.

58 Jean Chaintron, op. cit., p. 145.

59 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article156937>, notice DELOCHE Robert [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 21 février 2014.

60 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24482>, notice LOZERAY Henri [LOZERAY Rodolphe, Henri] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 février 2009, dernière modification le 23 février 2011.

61 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24034>, notice ESTORGES Paul par René Gallissot, version mise en ligne le 30 décembre 2008, dernière modification le 29 janvier 2016.

62 Allison Drew, op. cit., p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloïse Dreure, « Être communiste en Algérie dans les années 1920 et 1930 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 15-31.

Référence électronique

Éloïse Dreure, « Être communiste en Algérie dans les années 1920 et 1930 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9166

Haut de page

Auteur

Éloïse Dreure

Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page