Navigation – Plan du site
DOSSIER

La Voix des soldats. Un réseau clandestin du Parti communiste algérien dans la guerre d’indépendance (1955-1957)

Pierre-Jean Le Foll-Luciani
p. 47-64

Résumé

Dans les premiers mois de la guerre d’indépendance algérienne, un réseau clandestin du Parti communiste algérien est constitué pour rédiger, confectionner et diffuser un journal à destination des soldats français : La Voix des soldats. À partir d’archives des autorités civiles et militaires françaises et de sources mémorielles et privées, cet article s’intéresse à la constitution et au fonctionnement de ce groupe clandestin original, mais aussi à la répression brutale subie par ses membres. À travers l’histoire de ce réseau, il s’agit aussi d’interroger les relations et les divergences entre communistes d’Algérie et de France autour d’une question cruciale : le « travail » à mener en direction des soldats du contingent.

Haut de page

Texte intégral

1Entre janvier 1956 et janvier 1957 circulent clandestinement sur le sol algérien neuf numéros d’un journal destiné aux soldats français, La Voix des soldats. Composé de deux à quatre pages, ce journal ne porte pas de signature, mais les autorités françaises émettent rapidement l’hypothèse – très vite confirmée – qu’il est rédigé, confectionné et diffusé par un réseau du Parti communiste algérien (PCA), interdit depuis septembre 1955. Composé d’au moins une cinquantaine de membres très majoritairement issus de familles européennes ou juives d’Algérie, ce réseau, constitué à partir de mai 1955, sort ses premiers tracts en octobre 1955 et reste actif jusqu’à son démantèlement par l’armée française en mars 1957.

  • 1 André Moine, Ma guerre d’Algérie, Paris, Éditions sociales, 1979, 231 p. ; Henri Alleg (dir.), La G (...)
  • 2 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.
  • 3 La Voix des soldats, n° 5, septembre 1956 (ANOM).
  • 4 Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 322-333.

2Dans des publications communistes des années 1970 et 1980, ce journal se voit accorder une importance qui semble sans commune mesure avec son rôle dans le cours de la guerre d’indépendance1. En 2007, l’ancien responsable du réseau soulignait a contrario la modestie de cette entreprise clandestine, en affirmant n’avoir jamais eu le moindre écho de la réception du journal parmi les soldats français2. D’autres anciens militants partageaient avec lui le sentiment d’avoir mené une action qui, si elle avait eu un coût très lourd sur leur existence, pouvait être qualifiée de symbolique. On peut toutefois considérer que l’activité de ce réseau fut un moment important de la guerre, non pas tant en elle-même que par ses conséquences répressives. Se voulant explicitement le pendant anticolonialiste de l’organe de l’armée française Le Bled3, La Voix des soldats fut pris très au sérieux par les autorités militaires, qui menèrent à son encontre une vaste opération qui aboutit, de proche en proche, à l’arrestation de militants d’autres secteurs du PCA clandestin, mais aussi de militants liés aux milieux du christianisme social et au Front de libération nationale (FLN). Survenu au cœur de la « grande répression d’Alger4 », ce démantèlement fut en outre marqué par un usage systématique de la torture, qui provoqua la mort de deux communistes, Omar Djeghri et Maurice Audin.

3À partir d’archives des autorités civiles et militaires et de sources mémorielles et privées, on s’intéressera d’abord à la constitution et au fonctionnement de ce réseau, qui se révèle à plusieurs titres original. On verra ensuite que l’histoire de ce groupe permet d’interroger les relations et les divergences entre communistes d’Algérie et de France autour d’une question cruciale : le « travail » à mener en direction des soldats du contingent. Enfin, on reviendra sur le démantèlement brutal du réseau et sur l’attitude de ses membres face à la répression.

Entre PCA, PCF et FLN, un réseau clandestin original

4Le réseau de La Voix des soldats présente plusieurs spécificités parmi les groupes communistes clandestins mis en place durant la guerre d’indépendance. La première tient au fait qu’il résulte d’une initiative commune du PCA et du Parti communiste français (PCF), alors que le PCF se tient de manière générale à distance des activités clandestines des communistes algériens. Cette association se concrétise au printemps et à l’été 1955 par des rencontres entre trois personnages. Le premier est André Moine. Né en 1909 en France et déporté comme communiste en 1941 en Algérie, il choisit d’y rester après la guerre et devient membre de la direction du PCA. Perçu par ses camarades algériens comme un représentant tacite du PCF au sein du PCA, et moins en phase avec le mouvement nationaliste et insurrectionnel que d’autres dirigeants, il se trouve marginalisé à partir du printemps 1955 par la direction du PCA, qui le charge toutefois de l’organisation matérielle de la propagande clandestine ; au même moment, la section d’outre-mer du PCF l’encourage à mettre en place un organe de propagande à destination des soldats français. Le deuxième personnage est Alfred Sepselevicius, dit Alfred Gerson. Né en 1928 dans une famille d’immigrés juifs lituaniens, ouvrier en région parisienne, il est chargé au début des années 1950 par le PCF du « travail » politique en direction de l’armée et de la diffusion du journal Soldat de France ; en juillet 1955, il est spécifiquement dépêché en Algérie par le PCF pour apporter son expérience aux militants du PCA. Le troisième personnage est Lucien Hanoun. Né dans une famille juive algérienne en 1914, il étudie en France sous le Front populaire et adhère au PCF, puis rejoint le PCA à son retour à Alger en 1940 ; chargé de la direction du réseau à partir de mai 1955, il s’entretient à plusieurs reprises à Paris avec les dirigeants de la section d’outre-mer du PCF.

  • 5 Hafid Khatib, 1er juillet 1956. L’accord FLN-PCA et l’intégration des « Combattants de la libératio (...)
  • 6 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 6 février 2007.

5La deuxième originalité tient aux relations de ce réseau avec le FLN. Au printemps 1956, les dirigeants des appareils politique et paramilitaire du PCA clandestin, Sadek Hadjerès et Bachir Hadj Ali, concluent avec deux dirigeants du FLN, Benyoucef Ben Khedda et Abbane Ramdane, un accord qui comporte deux volets principaux. D’une part, le PCA dissout ses groupes armés, dont les membres intègrent l’Armée de libération nationale (ALN) et rompent tout lien avec le PCA pour la durée de la guerre. D’autre part, le FLN accepte le maintien de l’organisation politique du PCA, qui soutient politiquement et matériellement le FLN-ALN5. C’est à la suite de cet accord qu’un envoyé de Benyoucef Ben Khedda, Arezki Oucharef, rencontre Lucien Hanoun et l’encourage à poursuivre la publication de La Voix des soldats. Bien que cela ne paraisse pas avoir été formulé explicitement à l’été 1956, Lucien Hanoun semble, à compter de cette date, être considéré comme un agent de l’ALN. C’est en tout cas ce qu’il dira avoir appris de la bouche d’Arezki Oucharef lorsqu’il l’a retrouvé en prison6.

6Dans les faits toutefois, La Voix des soldats est bien un réseau du PCA, dont la troisième originalité réside dans sa composition. Alors que les autres réseaux communistes comptent dans leurs rangs une partie de militants dits « musulmans », celui de La Voix des soldats est quasi exclusivement composé de militants dits « européens » – c’est-à-dire métropolitains ou français d’Algérie d’origine française, espagnole, italienne ou juive maghrébine –, ce qui témoigne à l’évidence d’une forme de division des tâches selon l’origine. Par ailleurs, les catégories intellectuelles sont surreprésentées au sein de ce groupe, même s’il reste, comme les autres réseaux du PCA, majoritairement composé d’ouvriers et d’employés. Enfin, les femmes, qui constituent certes moins de la moitié de ses membres, y sont plus nombreuses que dans d’autres réseaux. La répartition inégalitaire des tâches selon le sexe n’en est pas moins importante : les responsabilités de direction et de rédaction sont confiées à des hommes, tandis que les femmes sont chargées de la confection, de la diffusion et des liaisons, à l’image de l’employée de banque Lucie Coscas et de l’étudiante Éliette Loup, toutes deux nées en 1934 et agents de liaison respectivement de Lucien Hanoun et d’André Moine.

7L’histoire du recrutement est difficile à retracer, mais elle fait apparaître une quatrième particularité. Ayant été en partie constitué alors que le PCA était encore légal, le réseau comporte un nombre important de militants comparativement à d’autres réseaux. Surtout, bien que théoriquement régi par des règles de cloisonnement, il rassemble plusieurs sous-groupes dont les membres sont liés par une interconnaissance plus ou moins ancienne. La Librairie nouvelle d’Alger apparaît ainsi comme un lieu de sociabilité essentiel dans la constitution du réseau, notamment pour des jeunes femmes qui s’y fréquentent avant et pendant la guerre.

  • 7 Idem.
  • 8 Archives de la justice militaire (AJM) : réquisitoire définitif du parquet du tribunal permanent de (...)

8A priori, le réseau ne rassemble pas des militants à la recherche de modes d’actions radicaux. « Je ne me serais pas vu visant un membre de l’armée française avec mon fusil. […] J’étais bien à ma place à rédiger un journal, à trouver les arguments pour m’adresser aux fils du peuple de France7 », affirmait en 2007 Lucien Hanoun, qui se souvenait aussi de l’ironie, voire du mépris affichés à son égard courant 1956 par des étudiants communistes dont il apprendra plus tard l’engagement dans la fabrication d’explosifs. Des militants participant par ailleurs à la lutte armée jouent toutefois un rôle dans le réseau, particulièrement à Blida, où le groupe communiste des Combattants de la libération, versé à l’ALN durant l’été 1956, se charge non seulement d’actions armées et de l’organisation de la désertion de soldats, mais aussi de la diffusion du journal8. Entre l’ensemble des militants impliqués, la division des tâches est la suivante : une petite partie est chargée de collecter des informations ayant notamment trait à la situation des soldats et aux actions répressives de l’armée française ; les mêmes militants et quelques autres discutent du contenu du journal avec son principal rédacteur, Lucien Hanoun, remplacé après son arrestation par son collègue enseignant en histoire-géographie, Georges Torres ; d’autres militants, plus nombreux, sont chargés de la confection, de la reproduction et de la diffusion du journal dans toute l’Algérie ; les mêmes et d’autres, plus périphériques, assurent les transports et les « planques » du matériel et des militants recherchés.

  • 9 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

9Lucien Hanoun semble tout désigné pour diriger le réseau et rédiger le journal. Âgé de 41 ans en 1955, il est célibataire et sans enfant. Professeur de français rompu à l’exercice de l’écriture de tracts et d’articles politiques, il dispose en outre d’une première expérience d’organisation clandestine sous Vichy et connaît de nombreux militants de l’Algérois pour avoir dirigé la section de la Casbah, puis la « région » du PCA d’Alger. Par ailleurs, ayant servi cinq ans dans l’armée française, il a une connaissance concrète de l’institution militaire. Enfin, il a reçu lors de ses études une formation de communiste français et considère le PCF comme le « grand frère » et l’« éducateur » du PCA. Cette formation, couplée à l’éducation dispensée à l’école et dans sa famille, le fait porter aux nues ce qu’il nomme « le peuple de France », dans lequel il voit un vivier « progressiste » que les militants d’Algérie doivent considérer comme un allié mobilisable à divers titres dans leur lutte anticolonialiste9.

Alger, vers 1936. Lucien Hanoun entouré de sa demi-sœur, Armide Timsit, et de son demi-frère, Ulysse Timsit (archives privées).

Que dire aux soldats de l’armée française ? Le contenu de La Voix des soldats

  • 10 Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine. 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 198 (...)
  • 11 Marc Giovaninetti, « Le Parti communiste français et les soldats du contingent pendant la guerre d’ (...)
  • 12 Élie Mignot, « Soldat de France et l’intervention du PCF auprès des soldats du contingent », Cahier (...)

10Que dire aux soldats d’une armée engagée contre une insurrection anticoloniale ? Et quelle attitude les soldats communistes doivent-ils adopter à l’intérieur de cette armée ? La question s’est surtout posée pour les communistes algériens et français lors des guerres dites du Rif, d’Indochine et d’Algérie. Durant les guerres de décolonisation, la direction du PCF s’oppose à l’insoumission et à la désertion et n’encourage pas les refus d’obéissance, mais invite ses militants à « se comporter en communistes » à l’intérieur de l’armée. Des directives leur sont données à ce propos durant la guerre d’Indochine : il s’agit de mener un « travail de masse » au sein de l’armée, c’est-à-dire non seulement de se montrer attentif à l’état d’esprit et aux revendications matérielles des autres soldats, mais aussi, à l’exemple du marin Henri Martin dont l’action est exaltée par le PCF, d’y diffuser une propagande reprenant plus ou moins directement les mots d’ordre du parti sur la guerre10. Mais durant la guerre d’Algérie, où l’envoi du contingent induit pourtant une proportion bien plus importante de communistes dans l’armée, aucune directive ayant trait au « travail de masse » n’est donnée aux soldats par la direction du PCF. Cette dernière, qui exclut du parti les déserteurs, hésite en outre durant plusieurs mois à apporter son soutien au premier de la quarantaine de soldats communistes dits « du refus », Alban Liechti, arrêté en juillet 195611. Le PCF s’adresse cependant aux soldats à travers son journal clandestin Soldat de France. Ce dernier, dont la diffusion et le contenu restent à étudier, s’oppose à l’envoi du contingent, dénonce la colonisation et les méthodes de l’armée française et appelle à l’ouverture de négociations12.

  • 13 C’est notamment le cas de Hamou Kraba. Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Gouvernement général (...)
  • 14 Sur la propagande du FLN à destination des soldats français, voir Charles-Robert Ageron, « La “guer (...)
  • 15 « À propos des attitudes respectives des jeunes Algériens et des jeunes Français face à l’armée imp (...)

11Les positions du PCA sont en partie différentes. Durant la guerre d’Indochine, plusieurs de ses militants sont poursuivis pour avoir fait l’éloge de l’insoumission et de la désertion des soldats « musulmans13 ». Surtout, durant la guerre d’indépendance algérienne, le parti organise la désertion de militants qui ont le souhait et la possibilité de gagner le maquis, à l’image d’Henri Maillot, Abdelhamid Gherab et Georges Bensaïd. Toutefois, la direction du PCA n’appelle ni à la désertion ni à l’insoumission et invite la majorité de ses militants mobilisés à demeurer dans l’armée pour apprendre le maniement des armes, informer le parti et faire pénétrer sa propagande dans les casernes. Tout comme le PCF et à la différence du FLN14, la direction du PCA estime en effet que le travail « collectif » et « patient » à l’intérieur de l’armée est « politiquement plus rentable » que l’insoumission, la désertion ou le refus d’obéissance, présentés comme des actes individuels qui livreraient leurs auteurs à la répression, les couperaient des autres soldats – dès lors abandonnés à la propagande « colonialiste » – et ne sauraient rencontrer de succès dans « l’opinion française15 ».

  • 16 19 documents rassemblés dans les dossiers d’instruction de la justice militaire ont été consultés. (...)
  • 17 La Voix des soldats n° 1, janvier 1956.
  • 18 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.
  • 19 La Voix des soldats n° 1, janvier 1956.
  • 20 La Voix des soldats non numéroté, vers mars-avril 1956.

12Adressés aux soldats métropolitains, français d’Algérie ou « musulmans » et parfois fictivement rédigés par des soldats à la première personne du pluriel, La Voix des soldats et les tracts édités par le réseau entre octobre 1955 et janvier 1957 ne se présentent pas comme des publications du PCA, mais développent un argumentaire très proche de celui de textes du PCA16. Leur langage se rapproche aussi en partie de celui du PCF. D’une part, La Voix des soldats condamne l’envoi du contingent et appelle à une mobilisation pour la réduction du service militaire et pour un retour rapide dans les foyers. D’autre part, il vise à expliquer ce qu’est la domination coloniale et insiste particulièrement sur la figure des « gros colons ». Écrivant que c’est pour les privilèges de ces derniers que la guerre est menée, ses rédacteurs affirment que la guerre est contraire à « l’intérêt du peuple de France17 ». En relayant les témoignages de soldats français, La Voix des soldats compare en outre les actions répressives de l’armée française à la « barbarie hitlérienne18 » et affirme qu’elles sont « déshonorantes19 » pour l’armée comme pour le « peuple français », présenté comme fondamentalement « progressiste ». Enfin, le journal appelle à un cessez-le-feu et à des négociations ayant comme point de départ la « reconnaissance du fait national algérien20 ».

  • 21 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.
  • 22 La Voix des soldats non numéroté, vers mars-avril 1956.
  • 23 Idem.
  • 24 La Voix des soldats non numéroté, vers octobre 1956.

13Toutefois, La Voix des soldats se distingue à plusieurs titres de la propagande du PCF. D’abord, par son soutien au FLN – dont des documents sont cités – et par sa légitimation de la lutte armée de ceux que le journal nomme les « patriotes algériens21 », qu’il compare aux résistants français et dont il affirme que les éventuelles exactions, si elles sont « injustifiables », sont « compréhensibles », car elles répondent à la « sauvagerie » des « colonialistes22 ». Le journal se félicite en outre de la désertion de soldats « musulmans » et affirme début 1956 qu’« avec l’ensemble de leur peuple, les 40 000 soldats algériens sont appelés à entrer dans la lutte pour la libération de leur pays23 ». Surtout, tout comme le FLN, ses rédacteurs enjoignent les soldats à désobéir aux ordres de répression, à condamner la torture, à fraterniser avec la population, à soutenir leurs camarades insoumis et déserteurs, voire à envisager la désertion24. Le numéro de juin 1956 relaie en effet un appel à la désertion lancé par le FLN et consacre un article à « l’exemple d’Henri Maillot », soldat communiste algérien qui a déserté en détournant un camion d’armes de l’armée française en avril 1956 :

  • 25 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.

« Si, contre la volonté du peuple de France et la nôtre solennellement déclarée, on nous obligeait à des opérations que nous réprouvons de tout notre cœur de patriotes français, alors il nous faudrait envisager de répondre favorablement aux appels des patriotes algériens qui se déclarent prêts à nous accueillir fraternellement. » 25

La Voix des soldats, n° 9, janvier 1957 (ANOM).

Comment atteindre les soldats ? La diffusion du journal

  • 26 Entretien de l’auteur avec Arlette Beckouche (née Bourgel), 23 avril 2007.
  • 27 ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 88 et 91 4 I 19 : rapports de la PRG d’Alger, 30 janvier et 6 mars (...)

14Si des témoignages font état d’un tirage ayant pu atteindre mille exemplaires, il est difficile d’évaluer la diffusion – et a fortiori la réception – de La Voix des soldats parmi les soldats français. La frappe et les premiers tirages sont assurés par Geneviève Rioch (née Sulmon), employée du gouvernement général âgée de 54 ans et mère d’un capitaine de l’armée française. Les militants munis de systèmes de tirage sont invités à reproduire à leur niveau le journal, « de manière parfois un peu archaïque26 », et l’organisation compte plusieurs responsables de la diffusion par « région », parmi lesquels Roger Perlès (Alger), Antoine Pelozuelo et Roger Simongiovanni (Oran), Odet Voirin et Auguste Martinez (Blida), Hubert Hannoun et André Beckouche (Constantine). D’après les archives et des témoignages, seule une partie de ces groupes aurait assuré une diffusion effective des Voix des soldats. Des numéros ont notamment été répandus à proximité de casernes ou dans des lieux fréquentés par des militaires à Alger, Ténès ou Blida, tandis que d’autres ont été envoyés par courrier à des soldats de Boufarik, Hussein Dey, Affreville, Sétif ou Batna. La diffusion du journal par l’ALN, évoquée par André Moine, ne peut être confirmée, même si des militants de Blida semblent avoir cherché à remettre des tracts au lieutenant de l’ALN Ali Khodja27.

  • 28 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.
  • 29 Outre les nombreux témoignages de militants du PCA, les RG d’Alger établissent le 16 mai 1957 un ré (...)
  • 30 AJM : acte d’accusation du parquet du TPFA de Constantine, 20 juin 1955, à l’encontre de quatre com (...)

15Ces envois et dépôts de journaux sont majoritairement effectués « à l’aveugle » par des communistes algériens. Lucien Hanoun n’a pu en effet obtenir du PCF le contact avec des soldats communistes français, malgré deux demandes formulées auprès de Léon Feix lors de ses venues à Paris28. Quels que soient les motifs des dirigeants du PCF, cette frilosité est déplorée par des communistes algériens29, qui ne peuvent compter que sur leurs propres forces pour pénétrer directement les casernes. Un précédent de collaboration sur le sol algérien entre militants du PCA et soldats membres du PCF aurait pourtant pu servir de modèle : fin 1952, plusieurs d’entre eux avaient mené conjointement, parmi les soldats stationnés en Algérie avant leur envoi au Vietnam, une propagande pour une réduction du service militaire, pour la négociation avec le Vietminh et pour l’indépendance de l’Algérie30.

  • 31 Entretien de l’auteur avec Jean-Pierre Saïd, 9 mars 2007 ; ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 89 : no (...)

16Seuls deux militants du PCA mobilisés dans l’armée semblent avoir servi de relais direct au réseau dans les casernes. Le premier, Jean-Pierre Saïd, né dans une famille juive à Alger en 1933 et journaliste à Alger républicain, fait son service à Batna, dans les Aurès, en 1954. Connu comme communiste, il lui est interdit de monter la garde et de toucher une arme après l’attaque de la caserne par le FLN le 1er novembre 1954. Contacté par des camarades courant 1955, il les informe sur la caserne et donne des noms de soldats à qui sont envoyés des tracts et La Voix des soldats. Soupçonné, mais protégé par un colonel ancien résistant, il est envoyé à Laghouat. Après sa démobilisation, il diffuse le journal à Alger et Ténès en compagnie de son cousin Pierre Ghenassia, qui rejoindra le maquis et y mourra en février 1957. Son activité prend fin en novembre 1956, date de son internement administratif sur la base de soupçons31.

  • 32 ANOM, préfecture de Constantine, 93 1534 : rapport de la PRG de Constantine, 24 mars 1952.
  • 33 AJM : appréciation d’un adjudant-chef, 4 octobre 1955, d’un capitaine, 20 mars 1956, du commandant (...)
  • 34 Entretien de l’auteur avec Pierre Khalifa, 27 juin 2007 ; AJM : rapport de la Direction générale de (...)
  • 35 AJM : procès-verbal d’audition par la Direction de la surveillance du territoire (DST), 14 mars 195 (...)
  • 36 Notes autobiographiques de Pierre Khalifa, 12 octobre 1992 (communiquées par Laurence Khalifa).
  • 37 AJM : feuillets manuscrits de Pierre Khalifa joints à un rapport de la DGSN d’Alger, 14 mars 1956.
  • 38 AJM : rapports du lieutenant-colonel X1 et du lieutenant X2, 20 mars 1956.
  • 39 AJM : procès-verbal d’interrogatoire par le TPFA d’Alger, 26 juillet 1956.
  • 40 AJM : notes d’audience du 19 novembre 1956.

17Le second soldat est Pierre Khalifa. Agent des PTT né en 1931 dans une famille juive de Constantine, il entre le 1er février 1954 à la base aérienne de Hussein Dey. Bien qu’il ait été un orateur remarqué dans des réunions rassemblant jeunes communistes et nationalistes à Constantine, lors desquelles il exaltait les luttes armées des peuples colonisés32, il ne semble pas être l’objet de méfiance au sein de l’armée, même si les gradés se plaignent de son manque de discipline et d’un tempérament « très peu militaire33 ». Fréquentant lors de ses permissions la Librairie nouvelle d’Alger, il se lie notamment à Marie Mateu et Roger Perlès, à qui il fournit les adresses d’une dizaine de militaires, qui reçoivent au moins trois tracts entre fin octobre et fin décembre 1955, puis les premiers numéros de La Voix des soldats en février-mars 195634. Douze feuillets écrits de sa main sont découverts dans son armoire en mars 1956. Même s’il déclare à la police « [s’interdire] […] toute discussion politique pour ne pas [se] dévoiler, et [écrire] ces notes pour [se] soulager intellectuellement quand [il n’a] pas pu répondre à certaines discussions35 », on peut imaginer qu’il se servait de ces notes au cours de ce qu’il nommera a posteriori ses « discussions avec les soldats du contingent36 ». Reprenant des textes du PCA, ces feuillets mêlent, tout comme La Voix des soldats, deux registres : d’une part, une dénonciation des inégalités coloniales et une légitimation de la lutte armée pour l’indépendance ; d’autre part, des arguments dont le PCA estime qu’ils peuvent toucher de jeunes Français, comme l’assimilation des « colonialistes » à des « hitlériens » et à des « collabos », ou l’affirmation selon laquelle la guerre est contraire à « l’intérêt véritable de la France, son intérêt national37 ». Arrêté dans sa caserne en mars 1956 après la découverte sur lui d’un exemplaire du journal du PCA Liberté appelant à la lutte armée38, Pierre Khalifa est, d’après son audition par la justice militaire, brutalisé et menacé des supplices de l’eau et de l’électricité39. Le 19 novembre 1956, il est condamné à deux ans de prison pour « participation au fonctionnement de ligue dissoute et à une entreprise de démoralisation de l’armée ». Il déclare à l’audience : « J’ai agi par pure conviction, et pour le parti40 ».

Jean-Pierre Saïd au camp d’internement de Lodi (1956-1960) (archives privées).

Pierre Khalifa sous l’uniforme de l’armée française à la base aérienne de Hussein Dey (1954-1956) (archives privées).

« Des méthodes dépassant les cruautés les plus sadiques de la Gestapo ». Le réseau face à la répression

  • 41 ANOM, préfecture d’Alger, 91 4 I 19 : rapport de la PRG d’Alger, 6 mars 1956.
  • 42 ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 89 : notice de renseignements, 15 novembre 1956.
  • 43 Jacques Massu, La vraie Bataille d’Alger, Paris, Plon, 1971, p. 139.
  • 44 En janvier 1958, les autorités lancent par exemple une enquête auprès des soldats du contingent pou (...)

18En mars 1956, l’arrestation de Pierre Khalifa confirme aux autorités – qui le supposaient déjà41 – que La Voix des soldats émane du PCA clandestin, mais aucun autre membre du réseau n’est identifié avec certitude avant mars 1957. Fin novembre 1956, Lucien Hanoun est toutefois interné sur décision administrative à la suite d’une notice de renseignements émettant notamment l’hypothèse qu’il est le principal rédacteur du journal42. À en croire les souvenirs du général Massu et du commandant Aussaresses, le démantèlement du réseau devient une des priorités de l’armée à Alger fin 1956-début 1957. Revenant en 1971 sur la publication de ce « torchon clandestin », Jacques Massu écrit : « Depuis des mois, tous les services de police prévoient un pot monstre pour le jour où ils cravateront l’imprimerie clandestine de La Voix des soldats ». Il ajoute qu’après le démantèlement du réseau, un « message chaleureux de Paris [lui] précisa que son importance se situait sur le plan gouvernemental43 ». Cette « importance » s’explique sans doute par la certitude des autorités françaises qu’elles ont la possibilité de détruire, à travers ce réseau, l’essentiel de l’appareil clandestin du PCA, mais aussi par le sérieux accordé à toute « entreprise de démoralisation de l’armée44 ».

  • 45 AJM : réquisitoire définitif du parquet du TPFA d’Alger, novembre 1958.

19L’enchaînement d’événements qui conduit à l’arrestation d’une grande partie de la branche algéroise du réseau témoigne de la raréfaction des « planques » à Alger au début de l’année 1957, qui oblige des militants appartenant parfois à des organisations politiques différentes à faire s’interpénétrer des branches clandestines théoriquement cloisonnées. C’est en effet en traquant Raymonde Peschard, militante du PCA passée au FLN et soupçonnée à tort d’avoir remis à Fernand Iveton la bombe qui devait exploser dans son usine, que les « paras » portent les premiers coups au réseau. D’abord cachée par des réseaux chrétiens liés au FLN, Raymonde Peschard se réfugie dans la colocation de trois institutrices membres du réseau de La Voix des soldats, Colette Grégoire, Claudine Lacascade et Arlette Bourgel, qui hébergent deux autres membres du réseau eux aussi recherchés, André Beckouche et Roger Perlès45. Du fait du double emploi de certains militants, les premières arrestations débouchent en outre sur celles de militants extérieurs à La Voix des soldats, à Alger comme à Blida.

  • 46 AJM : courrier de Mme Lacascade, mère de Claudine, au président du TPFA d’Alger, 2 novembre 1958.
  • 47 Entretien de l’auteur avec Arlette Beckouche (née Bourgel), 23 avril 2007.
  • 48 L’Affaire des enseignants d’Alger, brochure éditée par le Comité de défense des enseignants, 1958, (...)
  • 49 AJM : rapport du commissaire chef de la 1ère brigade mobile, 10 avril 1957 (à propos d’Omar Djeghri (...)

20Lorsque le démantèlement du réseau démarre en mars 1957, le PCA a déjà été lourdement touché par la répression. Les premières mesures administratives se sont abattues au printemps 1955, avant que la police et l’armée ne démantèlent plusieurs réseaux politiques et armés entre décembre 1955 et janvier 1957. Après l’arrestation d’une quarantaine de communistes d’Oran en septembre 1956 – à l’origine de la première grande affaire liée à la torture en France –, les militants qui en doutaient encore savent que, quels que soient leurs origines et leur sexe, ils risquent fortement d’être torturés en cas d’arrestation. Interrogée en 2007, Arlette Bourgel se souvenait avoir vu sa colocataire Claudine Lacascade, fils d’un résistant français exécuté sous l’Occupation46, se brûler avec des cigarettes, ce qu’elle interprétait a posteriori comme un entraînement à supporter la torture47. Dès leur arrivée en prison, les communistes séquestrés entre mars et juillet 1957 à la villa Sésini et à El Biar rédigent des plaintes contre leurs tortionnaires. Immédiatement relayées en France dans une brochure éditée par d’anciens condisciples de Lucien Hanoun48, elles sont fortement publicisées en 1958 avec les publications de La Question d’Henri Alleg et de L’Affaire Audin de Pierre Vidal-Naquet. Désignant nommément leurs bourreaux, les militants y décrivent les supplices de l’eau et de l’électricité, les coups et les pendaisons, les attouchements sexuels et les humiliations verbales, les simulacres d’exécution et autres tortures psychologiques, parfois subis pendant plusieurs jours. Parmi les torturés, deux communistes sont faussement déclarés « évadés49 » par l’armée : le premier, Omar Djeghri, membre du réseau, est mort à la fin mars 1957 à l’intérieur de la villa Sésini en présence d’autres militants ; le second, Maurice Audin, non-membre du réseau, est mort entre les mains de ses tortionnaires à la fin juin 1957.

  • 50 Plainte de Lucien Hanoun citée dans L’Affaire des enseignants d’Alger, op. cit.
  • 51 AJM : conclusions des avocats des prévenus déposées auprès du président du TPFA d’Alger, 1958.

21Début novembre 1958 a lieu devant le tribunal militaire d’Alger le procès de 26 membres supposés ou réels du réseau de La Voix des soldats d’Alger, inculpés d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, de reconstitution de ligue dissoute et d’entreprise de démoralisation de l’armée. Il est suivi, un an plus tard, par celui de 24 membres supposés ou réels du réseau de Blida, dont la participation à la diffusion de La Voix des soldats ne constitue qu’une partie des activités. Deux grands axes définissent les prises de parole de la grande majorité des inculpés : d’une part, la dénonciation des sévices subis, dont Lucien Hanoun écrit dans sa plainte qu’ils « [dépassent] les cruautés les plus sadiques de la Gestapo50 » et dont les prévenus et leurs avocats affirment qu’ils rendent nulles des déclarations « extorquées sous la torture51 », d’autre part, la revendication de leurs actes par les militants, qui ne cherchent que rarement à nier ou à minimiser leur engagement pour obtenir la clémence du tribunal. Clamant leur appartenance au réseau de La Voix des soldats, au PCA et, pour certains militants de Blida, au FLN, ils défendent lors des audiences la lutte d’indépendance et légitiment la lutte armée. Certains y présentent leur engagement communiste comme un engagement de classe – à l’image de Marie Mateu, qui déclare avoir « adhéré au PCA en tant qu’ouvrière » –, d’autres comme un engagement « national » pris en tant qu’« Algérien » et motivé avant tout par la volonté de lutter contre la domination et les inégalités coloniales, à l’image d’Éliette Loup :

  • 52 AJM : notes d’audience des 3-5 novembre 1958.

« Je suis née en Algérie. Je suis d’origine européenne, mais je suis algérienne, et, tout comme mon camarade Moine André, je dénie au tribunal militaire français toute compétence pour me juger. Révoltée par le régime colonialiste imposé aux musulmans algériens, je me suis rendu compte que les Algériens avaient le droit de gouverner leur propre pays. […] Demain, sans rien regretter de ce que j’ai fait, je continuerai dans la même voie pour le bonheur du peuple algérien. »52

  • 53 L’ensemble de ces courriers est conservé dans le dossier d’instruction du TPFA d’Alger (AJM).

22À l’issue du procès d’Alger, seuls neuf militants sont condamnés à de la prison ferme, les peines les plus lourdes étant celles d’André Moine (cinq ans) et de Lucien Hanoun (quatre ans). Cette clémence relative s’explique selon ce dernier par la solidarité de nombreux enseignants de France, manifestée par l’envoi au tribunal militaire d’une trentaine de lettres et télégrammes collectifs de soutien53, à quoi s’ajoute certainement le retentissement des affaires Alleg et Audin. Les militants de Blida sont plus lourdement punis, Auguste Martinez et Aimé Sintes étant par exemple condamnés à dix ans de prison pour leur seul rôle dans la diffusion de propagande. Qu’ils aient été acquittés ou condamnés, la plupart des inculpés subissent en outre après leur sortie de prison une mesure administrative d’internement et/ou d’expulsion.

23Celles et ceux qui ont été emprisonnés ou internés ont témoigné de la fraternité les unissant à la base avec leurs codétenus du FLN, notamment dans les prisons de femmes, malgré des relations difficiles avec certains cadres du Front. Dans leur majorité, les membres du réseau choisiront de vivre en Algérie indépendante, où plusieurs d’entre eux obtiendront la nationalité algérienne qu’ils avaient revendiquée devant les tribunaux français.

Épilogue. « Un symbole de l’amitié entre nos deux peuples »

  • 54 Notes autobiographiques de Pierre Khalifa, 12 octobre 1992 (communiquées par Laurence Khalifa).
  • 55 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 3 avril 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).
  • 56 Lettre de Pierre Khalifa à Alban Liechti, 8 octobre 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).
  • 57 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 28 mars 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).
  • 58 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 3 avril 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).

24Comme les membres des autres réseaux de propagande du PCA, et à la différence des communistes engagés dans des actions armées ou de soutien aux maquis, dont ils pouvaient observer la portée immédiate, les militants du réseau de La Voix des soldats n’ont jamais eu aucun écho autre que répressif de leur action. Combien de soldats ont-ils eu le journal entre leurs mains ? L’ont-ils lu, en ont-ils parlé avec leurs camarades, et qu’en ont-ils pensé ? Ces questions restent à ce jour en suspens. Plusieurs membres du réseau ont toutefois eu l’occasion, en prison, de discuter de leur action avec des « soldats du refus » communistes français, qui avaient tout comme eux tenté d’influencer les appelés sans obtenir du PCF tout le soutien qu’ils pouvaient escompter. En novembre 1956, le communiste algérien Pierre Khalifa et le communiste français Alban Liechti, tous deux sous les drapeaux, sont jugés le même jour par le tribunal militaire d’Alger. Transférés ensemble « dans ce lieu de souffrance et de désolation54 » qu’est la prison de Berrouaghia, où ils subissent dès leur arrivée une mise à nu dans la neige, les deux appelés se lient d’amitié et interprètent leurs liens comme « un symbole de l’amitié entre [leurs] deux peuples55 ». Après sa libération de prison en mars 1958, Pierre Khalifa, qui se considère comme un Algérien, remercie par courrier son camarade français pour sa solidarité envers « [son] peuple56 » et offre à son épouse un portrait d’Alban Liechti réalisé en prison par un « frère57 » maquisard de l’ALN. Rejoignant Yolande Liechti sur l’idée que « ce qui a été fait pour l’Algérie par le Peuple de France est insuffisant », il désapprouve implicitement l’attitude du PCF sur la question algérienne en écrivant : « C’est d’ailleurs une critique qui revenait souvent lorsque je discutais [en prison] avec des compatriotes. À ce propos, ils faisaient la comparaison de la solidarité des Français pour les Vietnamiens, qui était plus efficace que celle pour les Algériens58 ».

25Après avoir connu plusieurs prisons en Algérie, Lucien Hanoun est pour sa part transféré aux Baumettes, à Marseille, en juin 1959, où il retrouve neuf « soldats du refus » membres du PCF. Interrogé en 2007, il décrivait la chaleur des militants du FLN à l’égard de ces soldats, plus constante et appuyée qu’à l’égard des détenus communistes algériens. Après avoir participé aux grèves de la faim et à diverses activités organisées par le FLN, les « soldats du refus » sont finalement transférés à la prison de Casabianda, en Corse, en octobre 1959 :

  • 59 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

« Quand ils ont été chassés de la prison […], les camarades algériens [du FLN] ont organisé dans la cour un grand meeting, dans lequel l’un d’eux s’est adressé aux soldats français. Et un soldat français a répondu – et il a répondu au nom du Parti communiste français ! […] Mais personne n’en parle, y compris le Parti communiste français ! (rires) » 59

Haut de page

Notes

1 André Moine, Ma guerre d’Algérie, Paris, Éditions sociales, 1979, 231 p. ; Henri Alleg (dir.), La Guerre d’Algérie, t. 2, Paris, Temps actuels, 1981, p. 488-492 ; Roger Bourderon, « Un journal clandestin pour les appelés : La Voix du soldat », Cahiers d’histoire de l’institut de recherches marxistes, n° 8 (1982), 40, p. 89-111. Contrairement à ce qui est affirmé dans ces publications, le réseau n’a pas fait paraître 17 mais 9 numéros du journal. Signalons aussi que le journal s’intitulait bien La Voix des soldats, et non La Voix du soldat.

2 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

3 La Voix des soldats, n° 5, septembre 1956 (ANOM).

4 Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN, 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 322-333.

5 Hafid Khatib, 1er juillet 1956. L’accord FLN-PCA et l’intégration des « Combattants de la libération » dans l’Armée de libération nationale en Algérie, Alger, Office des publications universitaires, 1991, 148 p.

6 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 6 février 2007.

7 Idem.

8 Archives de la justice militaire (AJM) : réquisitoire définitif du parquet du tribunal permanent des forces armées (TPFA) de la zone nord-algérois (ZNA), 18 septembre 1959.

9 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

10 Alain Ruscio, Les communistes français et la guerre d’Indochine. 1944-1954, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 266-273 et 362-371.

11 Marc Giovaninetti, « Le Parti communiste français et les soldats du contingent pendant la guerre d’Algérie : prôner l’insoumission ou accepter la mobilisation ? », Le Mouvement social, vol. 251, n° 2, 2015, p. 75-97.

12 Élie Mignot, « Soldat de France et l’intervention du PCF auprès des soldats du contingent », Cahiers d’histoire de l’institut de recherches marxistes, n° 8 (1982), 40, p. 49-62.

13 C’est notamment le cas de Hamou Kraba. Archives nationales d’outre-mer (ANOM), Gouvernement général d’Algérie (GGA), 10 CAB 6 : rapport de la police des renseignements généraux (PRG) de Constantine, 7 juillet 1950.

14 Sur la propagande du FLN à destination des soldats français, voir Charles-Robert Ageron, « La “guerre psychologique” de l’Armée de libération nationale algérienne », dans Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d’Algérie et les Algériens, 1954-1962, Paris, Armand Colin, 1997, p. 203-206.

15 « À propos des attitudes respectives des jeunes Algériens et des jeunes Français face à l’armée impérialiste », Réalités algériennes et marxisme, n° 6, mars 1961, Service historique de la défense (SHD), 1 H 1720-2.

16 19 documents rassemblés dans les dossiers d’instruction de la justice militaire ont été consultés. Il s’agit, d’une part, de six des neuf numéros de La Voix des soldats : n° 1 (janvier 1956), non numéroté (vers mars-avril 1956), n° 4 (juin 1956), n° 5 (septembre 1956), non numéroté (vers octobre 1956) et n° 9 (janvier 1957) ; d’autre part, de dix tracts non signés adressés aux soldats français et fort probablement rédigés par le même réseau : « Soldats de l’armée française. Pour le retour dans vos foyers, pour la quille à 15 mois. Assez de sang ! Négociation » (octobre 1955), « Monsieur Soustelle ment… » (novembre 1955), « Soldats algériens, deux poids, deux mesures, pourquoi ? » (décembre 1955), « Soldats ! Les Algériens luttent pour supprimer la domination des gros colons et des sociétés coloniales françaises… » (fin 1955 ou début 1956), « Pour que les rappelés et maintenus soient bientôt libérés », « Lettre ouverte à Guy Mollet », « Alger, 14 juillet », « Ceux qui prétendent parler au nom de la France », « Paix en Algérie, paix en Égypte », « Disponibles français, votre lutte n’est pas isolée » (courant 1956) ; enfin, de trois tracts du PCA, dont les deux premiers ont probablement pour auteurs des membres du réseau : « Soldats de France les patriotes algériens vous saluent », signé « Les combattants algériens de la libération nationale » (vers mai-juin 1956), « Soldats de France ! » (20 décembre 1956), « Des soldats français refusent de combattre notre peuple » (22 décembre 1957).

17 La Voix des soldats n° 1, janvier 1956.

18 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.

19 La Voix des soldats n° 1, janvier 1956.

20 La Voix des soldats non numéroté, vers mars-avril 1956.

21 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.

22 La Voix des soldats non numéroté, vers mars-avril 1956.

23 Idem.

24 La Voix des soldats non numéroté, vers octobre 1956.

25 La Voix des soldats n° 4, juin 1956.

26 Entretien de l’auteur avec Arlette Beckouche (née Bourgel), 23 avril 2007.

27 ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 88 et 91 4 I 19 : rapports de la PRG d’Alger, 30 janvier et 6 mars 1956 ; AJM : réquisitoires définitifs des parquets du TPFA d’Alger, novembre 1958, et de la ZNA, 18 septembre 1959 ; Henri Alleg (dir.), op. cit., p. 192 ; entretiens de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007, Jean-Pierre Saïd, 9 mars 2007, et Pierre Khalifa, 27 juin 2007.

28 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

29 Outre les nombreux témoignages de militants du PCA, les RG d’Alger établissent le 16 mai 1957 un résumé crédible des motifs d’insatisfaction des dirigeants du PCA à l’égard du PCF, notamment en ce qui concerne l’absence d’aide concrète en matière de propagande (ANOM, préfecture d’Alger, 91 1 F 285).

30 AJM : acte d’accusation du parquet du TPFA de Constantine, 20 juin 1955, à l’encontre de quatre communistes algériens (Abdelhamid Boudiaf, Mabrouck Legmar, Alfred Strich et Louis Porro) et de huit soldats français (dont Claude Lecomte, Roland Vaucher, Rolland Zampilli et Pierre Hennequin) pour « participation à une entreprise de démoralisation de l’armée » et « de nature à soustraire à l’autorité de la France une partie des territoires sur lesquels cette autorité s’exerce ».

31 Entretien de l’auteur avec Jean-Pierre Saïd, 9 mars 2007 ; ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 89 : notice de renseignements, 25 novembre 1956, et GGA, 12 CAB 196 : rapport de la PRG d’Alger, 27 novembre 1956.

32 ANOM, préfecture de Constantine, 93 1534 : rapport de la PRG de Constantine, 24 mars 1952.

33 AJM : appréciation d’un adjudant-chef, 4 octobre 1955, d’un capitaine, 20 mars 1956, du commandant de la base aérienne de Hussein Dey, 4 juin 1956, et relevé des punitions de Pierre Khalifa, 4 juin 1956.

34 Entretien de l’auteur avec Pierre Khalifa, 27 juin 2007 ; AJM : rapport de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), 14 mars 1956, et procès-verbal d’interrogatoire par le TPFA d’Alger, 26 juillet 1956.

35 AJM : procès-verbal d’audition par la Direction de la surveillance du territoire (DST), 14 mars 1956.

36 Notes autobiographiques de Pierre Khalifa, 12 octobre 1992 (communiquées par Laurence Khalifa).

37 AJM : feuillets manuscrits de Pierre Khalifa joints à un rapport de la DGSN d’Alger, 14 mars 1956.

38 AJM : rapports du lieutenant-colonel X1 et du lieutenant X2, 20 mars 1956.

39 AJM : procès-verbal d’interrogatoire par le TPFA d’Alger, 26 juillet 1956.

40 AJM : notes d’audience du 19 novembre 1956.

41 ANOM, préfecture d’Alger, 91 4 I 19 : rapport de la PRG d’Alger, 6 mars 1956.

42 ANOM, préfecture d’Alger, 91 3 F 89 : notice de renseignements, 15 novembre 1956.

43 Jacques Massu, La vraie Bataille d’Alger, Paris, Plon, 1971, p. 139.

44 En janvier 1958, les autorités lancent par exemple une enquête auprès des soldats du contingent pour déterminer si les affirmations du journal clandestin du PCA Liberté n° 22 (janvier 1958), selon lesquelles les soldats français seraient peu enthousiastes, sont avérées (SHD, 1 H 1720-2).

45 AJM : réquisitoire définitif du parquet du TPFA d’Alger, novembre 1958.

46 AJM : courrier de Mme Lacascade, mère de Claudine, au président du TPFA d’Alger, 2 novembre 1958.

47 Entretien de l’auteur avec Arlette Beckouche (née Bourgel), 23 avril 2007.

48 L’Affaire des enseignants d’Alger, brochure éditée par le Comité de défense des enseignants, 1958, 47 p.

49 AJM : rapport du commissaire chef de la 1ère brigade mobile, 10 avril 1957 (à propos d’Omar Djeghri).

50 Plainte de Lucien Hanoun citée dans L’Affaire des enseignants d’Alger, op. cit.

51 AJM : conclusions des avocats des prévenus déposées auprès du président du TPFA d’Alger, 1958.

52 AJM : notes d’audience des 3-5 novembre 1958.

53 L’ensemble de ces courriers est conservé dans le dossier d’instruction du TPFA d’Alger (AJM).

54 Notes autobiographiques de Pierre Khalifa, 12 octobre 1992 (communiquées par Laurence Khalifa).

55 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 3 avril 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).

56 Lettre de Pierre Khalifa à Alban Liechti, 8 octobre 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).

57 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 28 mars 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).

58 Lettre de Pierre Khalifa à Yolande Liechti, 3 avril 1958 (communiquée par Laurence Khalifa).

59 Entretien de l’auteur avec Lucien Hanoun, 12 janvier 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Alger, vers 1936. Lucien Hanoun entouré de sa demi-sœur, Armide Timsit, et de son demi-frère, Ulysse Timsit (archives privées).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende La Voix des soldats, n° 9, janvier 1957 (ANOM).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Jean-Pierre Saïd au camp d’internement de Lodi (1956-1960) (archives privées).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Pierre Khalifa sous l’uniforme de l’armée française à la base aérienne de Hussein Dey (1954-1956) (archives privées).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « La Voix des soldats. Un réseau clandestin du Parti communiste algérien dans la guerre d’indépendance (1955-1957) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 47-64.

Référence électronique

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « La Voix des soldats. Un réseau clandestin du Parti communiste algérien dans la guerre d’indépendance (1955-1957) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9270

Haut de page

Auteur

Pierre-Jean Le Foll-Luciani

Agrégé et docteur en histoire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page