Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les luttes des prisonniers communistes pendant la guerre d’indépendance algérienne1

Allison Drew
p. 65_74

Résumé

Cet article traite des expériences des membres du Parti communiste algérien (PCA) dans quelques prisons, pénitenciers et camps d’internement pendant la guerre d’indépendance algérienne, expériences que quelques-uns d’entre eux ont décrites. Le 20 juin 1955, le comité central du PCA a décidé d’établir des unités armées – les Combattants de la libération – créant des maquis ruraux et des groupes de sabotage urbain aux endroits où le PCA avait déjà établi des bases. À partir du 1er juillet 1956, les Combattants de la libération étaient intégrés dans l’Armée nationale de libération du FLN. Plus les communistes participaient à la lutte armée, plus ils étaient arrêtés, torturés et emprisonnés. L’article souligne la nécessité de lire les mots des prisonniers eux-mêmes2 pour comprendre le traitement inhumain qu’ils ont subi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de mon livre, Allison Drew, We are no Longer in France : Communists in Colo (...)

1Le mouvement communiste en Algérie a commencé en 1920 avec la formation de trois fédérations du Parti communiste français (PCF), d’un effectif modeste et presque totalement européen. Le PCA fut établi en octobre 1936, mais l’autonomie organisationnelle n’a pas permis une autonomie politique. Pendant la lutte antifasciste et la Seconde Guerre mondiale, le PCA a suivi la politique du PCF pour l’unité de la France et de l’Algérie, en marginalisant la question coloniale.

2La Seconde Guerre mondiale a bouleversé le terrain politique en Algérie, catalysant la montée du mouvement national et mettant les communistes algériens sous pression. De ce fait, après la guerre, surtout pendant la guerre froide, les intérêts du PCF et du PCA ont divergé. Tandis que le PCF se préoccupait de limiter l’influence américaine en Europe et d’influencer le Parti socialiste en France, le PCA, à l’inverse, se préoccupait de plus en plus de la lutte anticoloniale en Algérie et dans le monde colonisé. La répression féroce et la pression des cadres algériens à l’intérieur du PCA ont poussé le parti vers les nationalistes. Les membres du PCA, le bureau politique et le comité central devenaient de plus en plus algériens, donc la politique du PCA a évolué.

3Au moment où le Front de libération nationale (FLN) a lancé la lutte armée en novembre 1954, un tiers des membres du PCA étaient européens, pour la plupart implantés dans les villes. Deux tiers étaient algériens, beaucoup vivant en ville, mais conservant des liens avec leurs familles à la campagne. Après une période d’hésitation, le PCA à Alger a autorisé dès novembre un soutien clandestin au FLN dans les Aurès, là où avait été lancée la lutte armée.

4Dès la deuxième année de la guerre, la plupart des membres du PCA ont accepté l’idée de la lutte armée. Le 20 juin 1955, le comité central du PCA a décidé d’établir des unités armées – les Combattants de la libération – créant des maquis ruraux et des groupes de sabotage urbain aux endroits où le PCA avait déjà établi des bases. Le PCA fut interdit le 12 septembre 1955. En juillet 1956, deux cents communistes, pour la plupart algériens, étaient intégrés dans l’Armée nationale de libération du FLN. Plus les communistes étaient impliqués dans la lutte armée, plus ils étaient réprimés. Cet article revient donc sur la terrible violence de la répression de l’État français à l’encontre des militants de l’indépendance de l’Algérie.

  • 3 Jean-Luc Einaudi, La Ferme Améziane : enquête sur un centre de torture pendant la guerre d’Algérie, (...)

5Après leur arrestation, les prisonniers étaient amenés dans des centres de triage et de transit, comme El Biar à Alger ou la ferme Ameziane près de Constantine. Les coups, les viols, les tortures par l’eau et l’électricité, les tortures psychologiques étaient courants. Puis ils étaient incarcérés pour attendre leur procès militaire3.

  • 4 Danièle Djamila Amrane-Minne, « Women at War : The Representation of Women in The Battle of Algiers (...)

6La prison de Serkadji, nommée « Barberousse » par les Français, était un vieil édifice construit en 1856 sur le site d’une ancienne fortification turque à Alger. À l’entrée de la prison, les femmes voilées se rassemblaient pour visiter leurs proches. Depuis 1955, la communiste Baya Allaouchiche, secrétaire générale de l’Union des femmes d’Algérie, organisait des manifestations de femmes près de la porte de la prison. Les femmes apprenaient les exécutions des prisonniers lorsque l’eau mêlée au sang coulait sous la porte. Ainsi, l’espace autour de la prison est devenu un lieu d’expression politique. La solidarité féminine s’est transformée en demandes pour l’amélioration des conditions de vie en prison et le droit de visiter les détenus. Baya Allaouchiche fut arrêtée le 31 mai 1956 et expulsée d’Algérie vers Marseille. Elle était l’une des premières à subir les « pouvoirs spéciaux » votés le 12 mars 1956 par l’Assemblée nationale, y compris par les députés du PCF4.

  • 5 Henri Alleg, op. cit., p. 7.

7Les détenus politiques à Serkadji étaient relativement privilégiés par rapport aux autres détenus dans le pays, parce que la proximité de journalistes étrangers et de consulats à Alger leur assurait un certain degré de visibilité internationale. Cependant, comme ailleurs, les prisonniers de Serkadji étaient voués « à la mort et au sang de la guillotine »5.

8Parmi les communistes incarcérés à Serkadji se trouvèrent des figures de premier plan du parti communiste algérien, comme Abdelkader Guerroudj. Celui-ci, enseignant à Tlemcen, a adhéré au PCA en 1950 et a établi le premier maquis communiste à Tlemcen. À la fin de décembre 1955, il est devenu le leader du groupe des Combattants de la libération à Alger. Il fut arrêté le 4 janvier 1957, torturé et envoyé à Serkadji le 9 janvier. Sa femme, Jacqueline Guerroudj, elle aussi communiste et agent de liaison pour les Combattants de la libération, fut également arrêtée, torturée et envoyée à Serkadji.

  • 6 Archives du Parti Communiste Français, AD 93, Bobigny, PCF 261J 7, boîte 1, folio 5 : Joë Nordmann (...)

9Fernand Iveton, militant du Parti communiste algérien, est lui aussi associé pour le pire à Serkadji. Ouvrier et délégué de l’Union générale des syndicats algériens pour l’usine d’électricité et gaz d’Algérie à Hamma, Alger, il intégra la cellule d’Abdelkader Guerroudj. Iveton fut arrêté à la fin d’octobre 1956 après une tentative ratée d’attentat à l’explosif contre l’usine d’électricité et gaz. L’État français voyait en Iveton un symbole du soutien européen et communiste à la lutte armée. Bien qu’Iveton ait volontairement programmé sa bombe pour éviter qu’il y ait des victimes et qu’elle n’ait finalement pas explosé, il fut néanmoins horriblement torturé et, en compagnie des militants FLN Mohamed Lakhnèche et Mohamed Ouennouri, guillotiné le 11 février 1957 à Serkadji. Il est le seul Européen et le seul communiste à avoir été exécuté6. « La vie d’un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir », dit-il avant son exécution.

  • 7 Marie Elbe, « L’idée-bombe et la “relance” des communistes en 1956 dans la bataille d’Alger », Écho (...)

10De plus en plus de communistes arrivent à Serkadji après le démantèlement de La Voix des soldats, mensuel du PCA distribué clandestinement aux soldats français, et celui du réseau de Blida. L’étudiante Élyette Loup a adhéré au PCA vers 1953, devenant un agent de liaison clandestin à partir 1955. Elle travaillait pour la presse clandestine, une activité dirigée par André Moine, communiste français et membre du secrétariat du PCA. Elle fut arrêtée le 2 avril 1957, torturée et envoyée à Serkadji. Puis ce fut le tour d’André Moine et d’Ahmed Akkache, aussi membre du secrétariat du PCA, avec qui Moine avait établi un système de distribution secrète pour les publications communistes7.

11Le nombre de prisonniers à Serkadji grandit régulièrement. Prévue pour 700 détenus, la prison en comptait 2 400 en 1957. Ses murs étaient couverts du slogan « Vive le FLN ». Les prisonniers étaient répartis en divisions et enfermés dans des cellules jusqu’à trois personnes par cellule individuelle. Ceux qui étaient isolés devenaient fous, leurs cris transperçaient l’air. La hiérarchie coloniale était transposée aussi en prison, les plus mauvais emplois étant réservés aux musulmans. Les prisonniers étaient répartis selon leur appartenance politique. Les militants et les intellectuels étaient séparés des autres prisonniers, les communistes des non-communistes.

  • 8 Henri Alleg, Prisonniers de guerre, op. cit., p. 20-21, 28-29, 31, 43, 47-48.

12Les communistes formaient un groupe solide. En mars-avril 1957, ils s’étaient barricadés dans leur quartier afin d’éviter que les autorités de la prison prennent Akkache pour le torturer à nouveau. Les gardiens parvinrent néanmoins à se saisir d’Akkache, mais grâce à la diffusion de l’information à l’extérieur, il fut ramené en cellule sans être torturé. Les autorités de la prison apprenaient vite : à partir de là, les communistes furent dispersés en petits groupes ou même isolés. Les prisonniers étaient fréquemment déplacés et leurs cellules fouillées, ce qui rendait l’organisation extrêmement difficile. Mais l’infirmerie fut un espace permettant l’échange de nouvelles entre prisonniers. De cette façon, ils mirent en place un réseau clandestin d’information appelé « Nidham8 ». Mais la crainte de la guillotine planait, omniprésente.

13« Bénis soient les matins sans guillotine, quand la prière des hommes nous réveille », écrivait Élyette Loup. Au début de 1957, le quartier des femmes de Serkadji comprenait très peu de prisonnières politiques. Quand y arrivèrent Jacqueline Guerroudj, du PCA, Baya Hocine et Djoher Akrour, du FLN, elles rejoignirent trois infirmières qui avaient été arrêtées au maquis.

  • 9 [Élyette Loup], op. cit., p. 1-2,4, entrevue avec Élyette Loup, Alger, 29 septembre 2011.

14Comme le nombre de prisonnières avait augmenté en 1957 et 1958, le quartier des femmes devint bruyant et trop exigu. Elles aménagèrent alors leur environnement, installant deux tables dans leur cour de promenade pour pouvoir étudier. Certaines enseignaient l’arabe, d’autres le français. Les Algériennes apprenaient à lire et à écrire l’arabe et le français, les Européennes apprenaient l’arabe parlé. Mais les témoignages répètent qu’en dépit de leurs efforts, elles ne pouvaient pas chasser de leur esprit l’idée de la mort : « La pensée de la mort ne nous quitte pas », se confiait Élyette Loup dans son journal. Après chaque exécution, elles faisaient une grève de la faim : « Les jours où le sang ne coule pas, c’est comme une victoire de la vie sur la mort9 ».

15En dépit de toutes ces violences, les conditions à Lambèse, le plus grand pénitencier d’Algérie, étaient bien pires que celles de Serkadji. Construit par les Français en 1855 sur le site d’une base militaire romaine du 2e siècle, Lambèse était un lieu isolé, onze kilomètres à l’est de Batna, dans le nord-est de l’Algérie. Abdelhamid Benzine, journaliste à Alger républicain, avait lancé les Combattants de la libération à Alger entre septembre et décembre 1955, avant de partir dans les Aurès. En septembre 1956, il fut fait prisonnier au cours d’une bataille dans ce secteur. Condamné à vingt ans de prison, il arriva à Lambèse en septembre 1957, enchaîné à ses compagnons. Leurs poignets étaient ensanglantés par les liens, ils étaient presque morts de faim et de manque de sommeil après trois jours de voyage.

  • 10 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 8.

16Le régime de Lambèse était basé sur la déshumanisation. À leur arrivée, les prisonniers étaient sévèrement battus. Puis on leur donnait des habits déchirés et des numéros, car il leur était interdit d’utiliser leur nom. Ils étaient donc « conditionnés à n’être que des numéros », rappelle Benzine, et même ces numéros étaient exprimés dans la langue du colonisateur10. Pendant les douches, ils étaient battus et forcés à rester sous l’eau bouillante ; certains étaient sévèrement brûlés. Un objecteur de conscience français, qui avait de puissantes relations, put être évacué vers la France.

17Parfois, les prisonniers étaient installés dans de vastes salles de 250 hommes, avec quatre trous dans le sol qui servaient de toilettes. Ils étaient tellement serrés qu’ils devaient marcher les uns sur les autres pour aller aux toilettes, ce qui était particulièrement pénible depuis que les diarrhées étaient devenues communes. Les cellules pour une personne étaient généralement occupées par deux ou trois prisonniers. Ils dormaient sur des matelas de paille, et quand trois hommes partageaient une cellule, invariablement, un des matelas finissait sur le trou des toilettes. Beaucoup de prisonniers avaient des puces. Pendant les hivers froids, on les faisait rester dans la neige ; pendant les étés brûlants on les laissait sous le soleil et on les forçait à ramasser les récoltes d’alfa jusqu’à ce qu’ils tombent et meurent. La faim était leur constante compagne. La nourriture était épouvantable : un homme ayant bu sa soupe découvrit des excréments au fond de l’écuelle.

  • 11 Abdelhamid Benzine, Ibid., p. 9, 49, 59, 64–65, 70, 85–88, 97, 144–45.

18Les mauvais traitements entraînaient des maladies mentales. Benzine rapporte qu’un homme lui avait dit qu’il comprenait comment les nazis avaient conduit les déportés des camps de la mort à se laisser mourir : ils étaient simplement trop épuisés pour résister. Dans ce qui était appelé « l’infirmerie du diable », le médecin européen – un propriétaire terrien de Batna – refusait de soigner ceux qui se cassaient un os ou présentaient des infections purulentes ; beaucoup d’entre eux moururent par manque de soins. Ici, pas besoin de guillotine11.

  • 12 Nathalie Funès, « Lodi, le camp des oubliés », Le Nouvel Observateur, 18 mars 2010, <http://goo.gl/nkJqzm> (consulté le 2</http> (...)

19Henri Alleg, écrivain, rédacteur en chef d’Alger républicain et membre du PCA, a été arrêté le 12 juin 1957, torturé, puis envoyé au camp de Lodi, ancienne colonie de vacances à cent kilomètres au sud-ouest d’Alger. Le camp fut hâtivement clôturé avec du fil de fer barbelé pour recevoir les Européens qui soutenaient la lutte pour l’indépendance. Les premiers prisonniers y arrivèrent à l’automne 1955. Ils étaient internés sans charge, ni procès, ni peine, et sans aucune connaissance de leur date de libération12.

  • 13 Henri Alleg, La Question, Paris, Éditions de Minuit, 1958.

20À Lodi, Henri Alleg a écrit une lettre au procureur d’Alger décrivant les tortures qu’il avait subies au centre de triage et de transit d’El Biar. De Lodi, il fut transféré en août 1957 à Serkadji, où il écrivit La Question, un livre sur ses tortures, qui fut sorti clandestinement de la prison et publié à Paris en février 195813.

21Le mois de mai 1958 vit la fin de la Quatrième République, l’insurrection des colons d’Algérie et un coup d’État avorté. Au courant de l’évolution des événements, les communistes de Serkadji mirent en place un bulletin, Barberousse républicain, fabriqué avec du papier journal obtenu clandestinement et plié au fond de boîtes d’allumettes. Mais, cette technique fut vite découverte et les autorités de la prison, très irritées par l’écriture et la publication de La Question, réprimèrent sévèrement les prisonniers.

22Malgré l’éloignement, les nouvelles de l’insurrection et du coup d’État avorté arrivèrent aussi à Lambèse, où les prisonniers luttaient contre leur déshumanisation. Benzine rapporte que, lorsqu’il arriva au camp, les prisonniers, principalement des politiques, n’avaient pas de comité de défense et étaient aisément divisés et atomisés. Au début de la guerre, la plupart des prisonniers venaient des Aurès et du Constantinois. Mais à partir de l’été 1957, des convois arrivèrent en nombre d’Oran et d’Alger. Le FLN, le PCA et le Mouvement national algérien étaient tous représentés, et certains prisonniers de droit commun se politisèrent progressivement.

  • 14 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 56, 160-61, 164, 166-170.

23Les prisonniers organisèrent un réseau clandestin, utilisant le système de la boîte d’allumettes comme à Serkadji. À la fin de 1957, ils organisèrent une grève victorieuse contre la récolte de l’alfa. Au début de 1958, ils convainquirent certains gardiens de les aider à obtenir des messages, des nouvelles et des journaux. Un peu plus tard dans l’année, les prisonniers menèrent une grève de la faim pour demander la fin des violences, l’accès au courrier, une meilleure nourriture et des soins. Certains furent contraints à s’alimenter sous la menace d’être fusillés, mais ils remportèrent néanmoins deux victoires importantes : ils obtinrent que les prisonniers prendraient en charge eux-mêmes leur discipline et qu’ils désigneraient eux-mêmes les cas les plus graves pour l’infirmerie. La grève de la faim devint leur arme la plus importante14.

  • 15 La Main rouge était une organisation terroriste clandestine française, créée pour couper les lignes (...)
  • 16 PCA 261 J7, box 1, file 6 : Jean Farrugia, « Cinq mois de terreur à la centrale de Berrouaghia », L (...)

24Les campagnes concernant les prisons grandissaient. Le communiste Jean Farrugia, plombier, syndicaliste et ancien déporté à Dachau, était membre de la cellule de Guerroudj à Alger. Arrêté, torturé, envoyé à Lodi, il fut ensuite transféré au pénitencier de Berrouaghia, un poste fortifié fondé par les Français en 1853 et transformé en 1914. Les détenus y étaient soumis à un régime brutal de travail forcé sur les grandes exploitations productrices d’alfa, de tabac et de vin. Il y avait parmi leurs gardiens des partisans de Vichy, de la Main rouge et même des criminels15. Certains détenus devinrent fous, d’autres se pendirent. Face à ces terribles violences, Farrugia commença une campagne de lettres pour faire connaître leurs conditions de vie16.

25En France, les prisonniers algériens avaient obtenu une amélioration de leurs conditions de vie. Quand les prisonniers de Serkadji demandèrent à l’assistant du directeur pourquoi ces améliorations ne pouvaient pas être appliquées en Algérie, il répondit : « La France, c’est la France, et l’Algérie, c’est l’Algérie »… une reconnaissance tacite du fait que l’Algérie était bien un autre pays !

  • 17 Henri Alleg, Prisonniers de guerre, op. cit., p. 201-202.

26À Serkadji, l’annonce arriva en janvier 1959 qu’il n’y aurait plus d’exécutions. « On respire comme si les murs n’existaient plus », écrivit Henri Alleg. « La prison est libérée de l’étreinte gigantesque qui l’étranglait. La guillotine, les cauchemars des nuits sanglantes… tout cela, du passé ? On ne vivrait plus dans un tombeau ? ». Mais en fait, la guillotine fut remplacée par les pelotons d’exécution17.

  • 18 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 10, 73, 164, 171-172, 178.

27Cependant, à Lambèse, il y eut de réelles victoires. Durant la deuxième moitié de 1959, plus de 2 000 prisonniers se mirent en grève après qu’un gardien eut attaqué le shaykh Mohamed. Les détenus organisaient une école en prison qu’ils appelaient « l’université de Lambèse ». L’alphabétisation y était l’objectif principal : la plupart des prisonniers étaient des paysans pauvres, analphabètes en arabe comme en français. Le communiste Étienne Neplaz apprit à lire et à écrire à des centaines de détenus. Ceux qui étudiaient l’arabe avaient trois livres de grammaire et utilisaient ce que l’on appelait la « méthode chinoise » : quand un groupe terminait le premier livre, il commençait le second, pendant que les débutants prenaient le premier. Une attaque de l’Armée de libération nationale, juste à côté de la prison, leur rappela que les espoirs de révolution étaient encore vivants18.

  • 19 Raphaëlle Branche, « Parallel Ambiguities : Prisoners during the Algerian War of Independence », da (...)

28Au bout de plusieurs années, les prisonniers de Lambèse avaient obtenu des améliorations : ils faisaient du sport, écoutaient la radio et produisaient même un mensuel, La Voix du prisonnier. Mais pour certains, les conditions se détériorèrent. À la fin de janvier 1961, soixante-dix prisonniers de Lambèse, dont Abdelhamid Benzine, furent transférés au camp Morand, près de la ville de Ksar el Boghari, à 135 km au sud d’Alger. Créé par la France en 1939 pour des réfugiés espagnols fuyant leur guerre civile, le camp Morand était un camp militaire d’internés qui symbolisait le statut ambigu des détenus politiques pendant la guerre d’indépendance algérienne19. Les détenus n’avaient aucun statut : ni prisonniers de guerre ni prisonniers de droit commun, ils ne bénéficiaient de ce fait d’aucune protection légale. Ils dormaient dans la paille sur des châlits faits à la hâte, sans couvertures. Ils n’avaient ni lumière ni cuillères.

  • 20 Abdelhamid Benzine, Le Camp, op. cit., p. 17, 21, 25, 30-33, 38-39, 41-43, 80, 86.

29Surveillés par des légionnaires et d’anciens nazis, les détenus subissaient une torture psychologique et physique que Benzine dit n’avoir pu imaginer auparavant. Ils étaient obligés d’être tout le temps en mouvement alors qu’ils étaient épuisés, obligés de ramper, de monter, de descendre, de faire des pompes sans fin, de courir toujours plus, de se frapper les uns les autres et de subir de constantes insultes. Pour obtenir des informations, le recours à la torture pendant les interrogatoires était systématique. Mais ce régime de la torture avait un but politique, selon Benzine : permettre la création d’une « troisième force », le recrutement de prisonniers algériens comme harkis grâce à l’anéantissement psychologique. Lorsque les négociations pour la paix se mirent en place, la stratégie de la troisième force ne s’avéra plus pertinente. À ce moment-là, les tortures ne relevaient plus que du sadisme, écrivit Benzine. Après plusieurs mois de détention, Benzine put enfin informer ses camarades. Un avocat arriva en avril. Lentement, les conditions de vie des détenus s’améliorèrent20.

  • 21 Christian Buono, « J’ai assisté à la naissance de La Question, de Henri Alleg », Réalités algérienn (...)
  • 22 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 9.
  • 23 Ibid., p. 12.

30C’est seulement en lisant les paroles et en écoutant les voix de ces prisonniers politiques que nous pouvons prendre connaissance des indignités et des tortures auxquelles ils étaient soumis. Cependant, nous devons tenir compte du fait que ces témoignages cruciaux n’ont pas été écrits dans les mêmes circonstances. Henri Alleg, par exemple, discutait du processus d’écriture de La Question avec ses camarades de cellule21. Ses deux mémoires d’incarcération furent rapidement publiés. En revanche, Benzine raconte que les notes qu’il avait prises à Lambèse à cause de son « habitude de journaliste » furent détruites lors de son transfert au camp Morand22. Après sa libération en 1962, Le Camp fut publié sans délai, mais son livre Lambèse ne parut qu’en 1989, soit plus de deux décennies plus tard, publié par une maison d’édition algérienne. Ces récits eurent une visée politique cruciale : ils visaient à améliorer les conditions de vie en prison, en soulignant l’importance d’une solidarité politique, mais aussi et surtout d’une solidarité au sens plus large entre prisonniers, au-delà de leur appartenance politique ou de toute autre différence susceptible de les séparer. Ils ont écrit aussi pour obtenir une reconnaissance nationale et internationale de leur lutte et, dans les mots de Benzine, pour rendre « un hommage patriotique » aux prisonniers disparus23.

Haut de page

Notes

1 Cet article est extrait de mon livre, Allison Drew, We are no Longer in France : Communists in Colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press, 2014-2017, Cape Town, South African History Online, 2015. Je voudrais remercier Évelyne Daumas-Martin, Natacha Dauphin et Anne Jollet pour leur traduction de l’anglais.

2 Par exemple, Henri Alleg, Prisonniers de guerre, Paris, Éditions de Minuit, 1961 ; Abdelhamine Benzine, Le Camp, Paris, Éditions sociales, 1962 ; Abdelhamine Benzine, Lambèse, Alger, Éditions Dar el Idjtihad, 1989 ; [Élyette Loup], « Serkadji, Quartier des femmes », Al Houriyya, Alger, 1961, <www.socialgerie.net/spip.php?article38> (consulté le 23 décembre 2012 et le 4 décembre 2018).

3 Jean-Luc Einaudi, La Ferme Améziane : enquête sur un centre de torture pendant la guerre d’Algérie, Constantine, Média-Plus, 1993, et Paris, L’Harmattan, 1991, p. 9-11.

4 Danièle Djamila Amrane-Minne, « Women at War : The Representation of Women in The Battle of Algiers », Interventions, 9, 3, 2007, p. 340-343 ; Neil Mac Master, Burning the Veil : The Algerian war and the emancipation of Muslim women, 1954-1962, Manchester et New York, Manchester University, 2009, p. 323 et 353 ; « Bouhoune Baya », dans René Gallissot (dir.), Algérie : Engagements sociaux et question nationale de la colonisation à l’indépendance, de 1830 à 1962–Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier : Maghreb, Ivry-sur-Seine et Paris, Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2006, p. 158-159.

5 Henri Alleg, op. cit., p. 7.

6 Archives du Parti Communiste Français, AD 93, Bobigny, PCF 261J 7, boîte 1, folio 5 : Joë Nordmann à Émile Kahn, Ligue des droits de l’homme, 21 décembre 1956 ; Fernand Iveton : « Peine de mort », [s.l., s.d.] ; Étienne Fajon, « La triple exécution d’Alger » et « Trois Algériens guillotinés », l’Humanité, 12 février 1957 ; Jacques De Bonis, « À la recherche du dernier quart d’heure », dans Henri Alleg (dir.), La Guerre d’Algérie, tome 2, Paris, Éditions Messidor, 1981, p. 299, 364-369, 591.

7 Marie Elbe, « L’idée-bombe et la “relance” des communistes en 1956 dans la bataille d’Alger », Écho de Constantine, 5 novembre 1957 ; Mohamed Rebah, Des chemins et des hommes, Alger, Mille Feuilles, 2009, p. 173 ; Henri Alleg, Mémoire algérienne, Paris, Stock, 2005, p. 202 ; Hafida Ameyar, La Moudjahida Annie Fiorio-Steiner : une vie pour l’Algérie, Association des amis d’Abdelhamid Benzine, 2011, p. 43-45 ; André Moine, Ma guerre d’Algérie, Paris, Éditions sociales, 1979, p. 138 ; Jacques De Bonis, op. cit., p. 485-486 et 488-492 ; entrevues avec Abdelkader Guerroudj, Alger, 26-28 septembre 2011 ; extrait des minutes du greffe (23 mars 1957), remerciements à Sadek Hadjerès.

8 Henri Alleg, Prisonniers de guerre, op. cit., p. 20-21, 28-29, 31, 43, 47-48.

9 [Élyette Loup], op. cit., p. 1-2,4, entrevue avec Élyette Loup, Alger, 29 septembre 2011.

10 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 8.

11 Abdelhamid Benzine, Ibid., p. 9, 49, 59, 64–65, 70, 85–88, 97, 144–45.

12 Nathalie Funès, « Lodi, le camp des oubliés », Le Nouvel Observateur, 18 mars 2010, <http://goo.gl/nkJqzm> (consulté le 2 octobre 2013).

13 Henri Alleg, La Question, Paris, Éditions de Minuit, 1958.

14 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 56, 160-61, 164, 166-170.

15 La Main rouge était une organisation terroriste clandestine française, créée pour couper les lignes de ravitaillement de l’Armée de libération nationale et pour assassiner les militants du FLN. Voir Thomas Riegler, « The State as a Terrorist : France and the Red Hand », Perspectives on Terrorism, 6:6, 2012, <http://goo.gl/tNBASq> (consulté le 4 octobre 2013).

16 PCA 261 J7, box 1, file 6 : Jean Farrugia, « Cinq mois de terreur à la centrale de Berrouaghia », La Défense, [s.d.], p. 4-5 ; « À la centrale de Lambèse comme à Berrouaghia », La Défense, [s.d.], p. 5.

17 Henri Alleg, Prisonniers de guerre, op. cit., p. 201-202.

18 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 10, 73, 164, 171-172, 178.

19 Raphaëlle Branche, « Parallel Ambiguities : Prisoners during the Algerian War of Independence », dans Andrew Barros et Martin Thomas (dir.), The Civilianization of War : The changing civil-military divide, 1914-2014, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 100-115.

20 Abdelhamid Benzine, Le Camp, op. cit., p. 17, 21, 25, 30-33, 38-39, 41-43, 80, 86.

21 Christian Buono, « J’ai assisté à la naissance de La Question, de Henri Alleg », Réalités algériennes et Marxisme, 7, 16 septembre 1961, p. 42-45.

22 Abdelhamid Benzine, Lambèse, op. cit., p. 9.

23 Ibid., p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Allison Drew, « Les luttes des prisonniers communistes pendant la guerre d’indépendance algérienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 65_74.

Référence électronique

Allison Drew, « Les luttes des prisonniers communistes pendant la guerre d’indépendance algérienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9293

Haut de page

Auteur

Allison Drew

Professeur émérite, Université de York, professeur honoraire, Université de Cape Town

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page