Navigation – Plan du site
DOSSIER
Témoigner

<1000autres.org> : donner un visage aux disparus de la  « bataille d’Alger »

Fabrice Riceputi
p. 81-82

Texte intégral

1La seule véritable « victoire » des militaires français et des politiques qui les lâchèrent sur Alger en 1957 fut d’obtenir que leurs victimes ne puissent jamais être nommées ni comptées avec exactitude. Elles étaient des Algériens colonisés, des sous-citoyens dépourvus de tout recours judiciaire et politique et, de ce fait, contrairement à ceux de Maurice Audin ou d’Henri Alleg, leurs sorts particuliers n’eurent, au-delà du cercle de leurs proches, à peu près aucun écho, ni dans l’Algérie française ni en métropole.

  • 1 Site créé par les associations « Maurice Audin » et « Histoire coloniale et postcoloniale », <histo (...)

2Rendre à certains d’entre eux au moins une identité, une histoire, un visage, une humanité, c’est ce que tente de faire depuis le 15 septembre 2018 le site <1000autres.org>1 en rendant public un fichier d’un millier de leurs avis de recherche lancés à partir de février 1957 par la préfecture d’Alger.

  • 2  IGAME : acronyme de « Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire ».
  • 3 Sur la production et le contenu de ce fichier, voir Fabrice Riceputi, « Histoire d’un fichier secre (...)

3Ce fichier est une source unique en son genre, par son ampleur et par son origine : alors que faisait rage la répression par la terreur qu’il avait lui-même lancée le 7 janvier 1957, sur ordre de Guy Mollet et Robert Lacoste, le préfet IGAME2 Serge Baret dut en effet charger un service préfectoral de recenser les cas d’enlèvements par l’armée signalés par les familles, puis d’interroger le commandement militaire sur le sort des « suspects » arrêtés. Il s’agissait selon lui de tenter de « calmer l’émotion » (sic) provoquée par la répression. Une minorité des familles concernées osa aller se plaindre à l’autorité coloniale, mais ce service collecta au moins 2 000 de ces signalements, auxquels selon lui l’armée ne répondit « valablement » que dans 30 % des cas3.

4Seules environ 850 de ces fiches émises sont conservées aux Archives nationales d’outre-mer. Augmentées de cas présents dans d’autres sources, elles sont consultables sur <1000autres.org>, assorties d’un appel à témoignage. En quelques semaines, alors qu’il s’adresse en français à une population algérienne très majoritairement non francophone et n’ayant pas toujours accès à l’Internet, le site a démontré qu’il répond à une attente forte de reconnaissance historique et politique. Environ 70 cas ont été identifiés, dont une soixantaine de disparus définitifs. La seule détention accompagnée de torture, dont on sait qu’elle fut pourtant très massive, n’est que rarement signalée, comme si elle était trop banale.

5Les témoignages reçus permettent de vérifier combien la pratique de la disparition forcée fut bien, selon le mot de Raphaëlle Branche, « une continuation de la torture par d’autres moyens » et à très grande portée sociale et temporelle. Les enfants et petits-enfants témoignent d’abord de leurs souvenirs de l’enlèvement toujours extrêmement brutal, sous leurs yeux, d’un père ou d’un grand-père, puis des démarches familiales obstinées, souvent dangereuses et presque toujours vaines, pour trouver la trace du disparu auprès des autorités. Ils disent encore les effets dévastateurs d’avoir à vivre avec un parent disparu à jamais, le récit familial, nécessairement lacunaire et incertain, qui en perpétue la mémoire traumatique, l’impossibilité de renoncer complètement à savoir comment est mort exactement le disparu et où se trouve sa dépouille.

Haut de page

Notes

1 Site créé par les associations « Maurice Audin » et « Histoire coloniale et postcoloniale », <histoirecoloniale.net>.

2  IGAME : acronyme de « Inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire ».

3 Sur la production et le contenu de ce fichier, voir Fabrice Riceputi, « Histoire d’un fichier secret », 1000autres.org, <http://1000autres.org/sample-page>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Riceputi, « <1000autres.org> : donner un visage aux disparus de la  « bataille d’Alger » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 81-82.

Référence électronique

Fabrice Riceputi, « <1000autres.org> : donner un visage aux disparus de la  « bataille d’Alger » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9455

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page