Navigation – Plan du site
DOSSIER
Témoigner

« Je souris ». La guerre d’indépendance de Boualem Khalfa (1923-2017)

Pierre-Jean Le Foll-Luciani
p. 83-92

Texte intégral

1Boualem Khalfa s’est éteint le 6 juillet 2017 à Paris, à l’âge de 94 ans. Passé du nationalisme au communisme au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’enfant de Lakhdaria, devenu instituteur et journaliste à Alger républicain, fut membre des directions du Parti communiste algérien (PCA) et du Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS). Des articles ont dit et rediront son parcours, marqué par plus de dix années de clandestinité sur le sol de l’Algérie colonisée et indépendante. Ici, des documents d’archives policières et judiciaires et un entretien mené avec lui en 2009 permettront de dessiner trois « scènes » de sa guerre d’indépendance1.

Alger, 1er mai 1963. Défilé de l’équipe d’Alger républicain. Boualem Khalfa est à l’arrière-plan, second en partant de la droite.

Blida, 10 novembre 1954

2Une cinquantaine de militants communistes de la ville se réunissent en privé afin de discuter des événements survenus le 1er novembre. Un rapport des Renseignements généraux rédigé le lendemain rend compte des discussions. Boualem Khalfa, venu d’Alger représenter la direction du PCA, y aurait approuvé les actions armées du 1er novembre et aurait ajouté que le PCA devait prendre une « part active » au mouvement afin de « détruire le colonialisme français ». Georges Counillon, interne de Frantz Fanon à l’hôpital psychiatrique de Blida, lui aurait demandé s’il était vrai que des membres du PCA avaient rejoint les maquis des Aurès, ce à quoi Boualem Khalfa aurait répondu que cela était probable et que le PCA ne tarderait pas à s’engager en tant que tel dans « l’action directe ».

3Ces propos contrastent avec le récit historique dominant construit par le FLN et des historiens français et algériens sur les « retards » du PCA, voire sur l’opposition initiale du parti à la lutte armée et/ou aux militants communistes ayant rejoint le maquis. S’il n’est pas possible d’authentifier ces paroles, un tel soutien verbal à l’insurrection se manifeste au même moment dans des déclarations publiques du PCA, comme celle de la section Centre d’Oran du 6 novembre et celle du comité central du 14 novembre. Surtout, la volonté de participer à l’insurrection se concrétise quelques mois plus tard pour plusieurs militants présents lors de cette réunion du 10 novembre : des militants de Blida, parmi lesquels Ali Longo, Abdelkader Babou, Odet Voirin et Célestin Moreno, constituent un réseau paramilitaire communiste des Combattants de la libération courant 1955, tandis que Georges Counillon rejoint fin 1955 un maquis des Aurès – où il tombera victime de purges. Quant à Boualem Khalfa, qui continue à écrire dans Alger républicain et Liberté jusqu’à l’interdiction du PCA et de ses journaux en septembre 1955, il gagne Oran afin d’y organiser le réseau paramilitaire des Combattants de la libération.

Blida, fin de l’année 1954. Des militants et des employés de l’hôpital psychiatrique auprès de leur médecin-chef, Frantz Fanon (à droite). À l’arrière-plan, Georges Counillon.

Oran, 28 octobre 1957

4Boualem Khalfa est arrêté et torturé par la brigade de surveillance du territoire (BST). Un an plus tôt, début septembre 1956, le réseau politico-militaire qu’il dirigeait était violemment démantelé : 47 hommes et femmes étaient inculpés d’« association de malfaiteurs » et de « détention illégale d’armes et de munitions », et celles et ceux qui étaient arrêtés étaient quasi systématiquement torturés par la BST dans les « caves du Trésor ». À leur actif, la constitution de groupes armés communistes à Oran et dans la région – ayant fomenté des projets d’assassinats et de sabotages dont une partie semble avoir été réalisée –, ainsi que le soutien matériel et l’acheminement de combattants dans des maquis du Front de libération nationale (FLN), dont Boualem Khalfa avait rencontré en 1956 le responsable pour Oran, Larbi Ben M’Hidi. À la suite de cette grande vague d’arrestations, complétée par l’expulsion ou l’internement de 37 autres militantes et militants communistes en novembre 1956, Boualem Khalfa et les autres rescapés s’évertuent à reconstituer un réseau politique à Oran, qui fonctionnera semble-t-il jusqu’à l’arrestation de Roger Simongiovanni en 1959-1960.

L’Oranie combattante, organe clandestin de résistance édité par les communistes de l’Oranie, n° 19, janvier 1959.

5La vie clandestine de Boualem Khalfa intéresse la presse, qui en publie certains détails divulgués par la police. La Dépêche quotidienne écrit ainsi le 31 octobre 1957 que « KHALFA se faisait passer pour Sam COHEN ou Bernard KARSENTY, et vivait à Oran dans un grand immeuble en copropriété. Il poussait le souci du détail jusqu’à porter, comme le font les Israélites, un ruban de deuil à la boutonnière ». La fausse carte d’identité présentée par Boualem Khalfa lors de son arrestation est établie au nom de « KARSENTI Bernard, David, fils de Jacob Maurice et de Éliane BENSOUSSAN, instituteur, français ».

Fausse carte d’identité de Boualem Khalfa, alias Bernard Karsenti, saisie par la BST en 1957.

6Comme d’autres « Français musulmans » clandestins, Boualem Khalfa avait choisi des faux papiers de citoyen français de plein droit, préférables en cas de contrôle de police. Mais, expliquait-il en 2009, lui qui n’était pas « blanc » éprouvait des difficultés à se « déguiser en Français ». Étant donné les (supposées) ressemblances physiques entre Algériens musulmans et juifs, opter pour l’état civil et l’apparence d’un juif algérien s’imposait. Son grimage était mis au point chez des hébergeurs clandestins eux-mêmes juifs et communistes ou « libéraux », comme Bernard Chouraqui – frère de la militante communiste Colette Chouraqui, compagne et future épouse de Boualem Khalfa – et les avocats Simone Benamara et Paul Bouaziz. Interrogé en 2012, ce dernier confirme la réussite de ce grimage et s’amuse au souvenir du « look extraordinaire » de celui qu’il nommait alors « Samuel » et que « tout le monde prenait pour un juif » lors de ses sorties régulières dans la ville.

Tribunal permanent des forces armées d’Oran, 27 novembre 1957

7Boualem Khalfa, déjà condamné à vingt ans de travaux forcés par contumace en juillet, comparaît devant les juges militaires pour « association de malfaiteurs » et « détention d’arme de guerre (délit portant atteinte à la défense nationale) ». Lapidaires et peut-être approximatives, les notes d’audience conservées dans le dossier d’instruction, qui nous laissent deviner les questions des juges, font apparaître le caractère irréconciliable des forces en présence :

Je suis un combattant au service de mon pays et je revendique hautement d’avoir aidé à la libération de mon pays.

Je suis très heureux d’avoir été à la direction de mon Parti communiste algérien.

Je ne reconnais pas au tribunal le droit de me juger.

Je n’ai rien à dire sur les faits qui me sont reprochés.

Il est possible que « SAM » ait été un de mes surnoms.

Je ne reconnais rien de ce qui m’est reproché.

Je connais des centaines de militants.

J’ai vécu à Oran en restant en contact avec plusieurs militants.

Je souris parce que dans les rapports de la police il y a beaucoup de romans feuilleton.

8« Je souris ». Deux ans après son entrée en clandestinité et un mois après les brutalités de l’arrestation et des tortures, Boualem Khalfa sourit au tribunal qui lui promet vingt années de travaux forcés. Rencontré en 2009, il revient sur ce procès avec le même sourire. Il raconte : à la suite de l’audience, alors qu’il est enfermé dans une cellule au sous-sol du tribunal, le procureur descend et demande solennellement aux soldats qui le gardent de présenter les armes. Après lui avoir signifié sa peine, le procureur lui demande s’il souhaite faire appel. Boualem Khalfa se souvient de sa réponse – « Je ne reconnais pas votre tribunal, mais je vais faire appel pour vous faire perdre de l’argent » – et des rires discrets des soldats français.

Alger, à l’indépendance. Des communistes algériens reçoivent une déléguée soviétique. À gauche, Boualem Khalfa et Larbi Bouhali. À droite, Henri Alleg.

9  

  • 2 Document relevé par Alain Ruscio, historien, AD 93, fonds Patrick Kessel, 411 J 39, Lettres de déte (...)

10Peu avant son procès en novembre 1957, l’avocat de Boualem Khalfa, Michel Bruguier, a rendu public le communiqué2 suivant :

Communiqué

11Chargé de la défense de Monsieur Boualem KHALFA, ancien rédacteur en chef du journal Alger Républicain, ancien rédacteur en chef de l’hebdomadaire Liberté, devant le Tribunal Permanent des Forces Armées d’Oran, j’estime qu’il est de mon devoir de rendre publique la plainte dont il a saisi monsieur le Procureur Général près la Cour d’Appel de cette ville.

12Cette plainte est relative aux sévices dont mon client a été la victime et dont l’opinion française doit savoir qu’ils se poursuivent en Algérie à l’heure même où tant de voix s’élèvent pour en dénoncer l’horreur. En voici le texte :

13« Monsieur le Procureur Général,

14J’ai l’honneur de vous exposer les faits suivants :

15Arrêté le dimanche 27 octobre, vers 17 H 05, à Oran par la D.S.T., je fus immédiatement dirigé sur la villa Ker Claude qui fut le centre des œuvres sociales d’E.G.A. avant de devenir le siège de la D.S.T. Après un bref interrogatoire, au cours duquel je refusai d’indiquer les noms et adresses des personnes qui m’avaient hébergé et aidé, ainsi que les noms des militants clandestins du P.C.A., je fus dirigé sur un bureau d’un étage supérieur. C’était la salle de torture. Assez grande, elle abrite deux bureaux (tables et chaises) séparés par une porte. Dans cette porte se trouve encastré un petit panneau. Un policier l’entrebâilla à mon arrivée et je vis qu’il dissimulait l’appareil désormais classique de torture à l’électricité, tel que l’ont décrit maintes fois les journaux. À gauche de la salle, se dresse une longue table sur laquelle est étendu un matelas de toile, bourrelé, du genre de ceux qu’on place sur les lits de camps.

16Refusant toujours de parler, je reçus alors l’ordre de me mettre nu et de m’allonger sur la table. On me ligota les membres aux quatre coins de la table, on m’attacha le ventre avec une sorte de large ceinture et on me banda les yeux.

17Je vous épargne, Monsieur le Procureur Général, le récit, toujours le même et que vous avez dû lire maintes fois, de ce que furent ces horribles séances. Tout au plus ajouterai-je que la torture à l’électricité s’accompagnait de coups au creux de l’estomac et d’asphyxie à l’eau. Chaque fois que la manivelle de la magnéto tournait, un inspecteur m’enfonçait mon tricot de peau dans la bouche pour étouffer mes cris et m’étouffer tout court. Quand la magnéto s’arrêtait de fonctionner, le même inspecteur ou un autre m’enlevait le bâillon et me versait de l’eau dans la bouche et les narines jusqu’à l’asphyxie.

18J’ajoute également qu’étant cardiaque et réformé comme tel, après deux ans de service militaire, ces tortures s’accompagnèrent très vite pour moi de douleurs aiguës et continues au cœur. Au matin, je ne pouvais plus ni parler, ni marcher, ni même avaler ma salive. Mes chevilles étaient enflées et écorchées par les liens et sur mon corps s’étalaient de nombreuses petites brûlures causées par les électrodes. Mon bras gauche, complètement paralysé, m’interdisait tout mouvement. Mes mollets et mes jambes, crispés, m’arrachaient des cris de douleur à chaque pas. Ma lèvre inférieure, tuméfiée, portait les marques sanglantes des dents qui s’y étaient enfoncées.

19Soutenu par deux policiers, je fus conduit à un bureau du rez-de-chaussée. Mais mon état empira encore. Les douleurs au cœur devinrent si lancinantes que je ne pouvais plus respirer sans ressentir des morsures dans la poitrine. Je fus pris d’accès fréquents de vomissements, sans aucune éjectation de liquide. Il m’a semblé à ce moment que mon état inquiéta certains policiers qui craignirent une syncope. Quelques-uns firent même preuve de quelque prévenance à mon égard, tandis que d’autres continuaient à me menacer. L’un de ces derniers venait de temps à autre me rire au nez et me dire : “Personne ne sait que tu es arrêté. Tout à l’heure tu auras fini de souffrir“. Et il mimait de ses mains l’exécution sommaire.

20Quelques heures plus tard (je ne saurais préciser), un médecin vint m’ausculter le cœur et prendre ma tension. Je n’osai, en présence des policiers, lui montrer mes blessures. Après un conciliabule à voix basse, le médecin s’n alla et un policier me dit qu’il avait recommandé mon hospitalisation. Effectivement je fus conduit à l’hôpital civil, pavillon des détenus, où un jeune interne m’examina de nouveau en présence de trois policiers. Je m’arrangeai pour qu’il puisse voir certaines des écorchures et brûlures. Mais la visite terminée, il discuta dans le couloir à voix basse avec les policiers. Ces derniers me reconduisirent, chacun me soutenant sous une aisselle, jusqu’à la voiture.

21Peu de temps après, nous étions au Palais de Justice où, toujours soutenu dans ma marche, nous attendîmes (aux dires d’un policier) d’être reçus par le juge d’instruction. Nous ne l’étions pas encore, lorsqu’un autre policier de la D.S.T. arriva en courant et parla à l’oreille de mes gardiens. On me ramena alors dans la voiture, qui reprit la route du siège de la D.S.T. Je supposai alors que la torture allait reprendre et, désirant m’épargner de nouvelles souffrances, dont je savais que cette fois elle me seraient fatales, je décidai d’en finir.

22Ne pouvant demeurer assis sans tomber, j’avais été allongé le matin sur un lit de camp. J’y fus déposé de nouveau au retour du Palais de Justice. Je disposais de mes affaires qu’on m’avait rendues, à l’exception du tricot de peau maculé de sang. Je priai alors un policier de me couvrir. Il le fit. À l’abri de la couverture, je détachai avec mes dents le couvercle en mica de ma montre et pris les deux aiguilles. Après plus de vingt incisions, je réussis à inciser les chairs jusqu’aux artères, mais celles-ci roulaient sous l’aiguille. Je me suis mis alors à les transpercer avec les deux aiguilles à la fois et à les tirer à l’extérieur de la plaie pour tenter de les rompre.

23C’est à ce moment qu’on m’ordonna de me lever. Je cachai ma main gauche ensanglantée dans un gant. Nous remontâmes en auto pour aller cette fois à la Prison Civile où je fus écroué sans avoir comparu devant le juge d’instruction. Le médecin de la prison vint examiner le soir même l’entaille que je portais au poignet gauche. Le mardi 29 octobre, on me mena à l’infirmerie pour panser la blessure et j’ai alors demandé au médecin de prendre note de l’état dans lequel je me trouvais. S’il vous agrée de commettre un médecin à l’effet de m’examiner à nouveau, il pourra constater les traces que je porte encore.

24Voilà les faits que je désirais, Monsieur le Procureur Général, vous exposer, en précisant que je dépose plainte pour tortures et menaces de mort à l’encontre du commissaire de la D.S.T. et de ses adjoints. Je tiens à affirmer toutefois que cette plainte ne doit en aucun cas être interprétée comme une reconnaissance de ma part du caractère légitime de l’application à l’Algérie, ma patrie, de la Loi française, alors que le peuple algérien n’a pris aucune part à l’élaboration de cette loi, alors qu’au contraire il lutte pour son droit à l’indépendance, c’est-à-dire entre autres pour son droit de légiférer pour son propre usage.

25De plus, d’autres que moi, atteints plus gravement dans leur chair et en possession de preuves plus démonstratives que les miennes, attendent toujours que justice leur soit rendue.

26Du reste la plainte que je formule ne peut atteindre que des exécutants, bestiaux certes, mais secondaires. J’estime le mal plus profond et les responsabilités plus hautes. Elles atteignent les sphères où évoluent ceux qui font le silence sur les rapports de la Commission de Sauvegarde des libertés individuelles, laquelle commission n’a pas réussi à ce jour et dans sa majorité à préserver son propre honneur.

27Sans vouloir dénigrer la justice française (le même appareil qui condamna Dreyfus ne l’acquitta-t-il pas plus tard ? et ce résultat ne fut-il pas une grande victoire du peuple français ?), permettez-moi, en tant que patriote et communiste algérien, de placer ma foi d’abord dans les institutions démocratiques que mon peuple saura se donner dans un avenir proche, et ensuite dans la volonté, chaque jour grandissante, du peuple français de faire échec à ceux qui le déshonorent par des pratiques barbares. Cette volonté, j’en suis sûr, finira par triompher, sauvegardant ainsi les liens fraternels et bénéfiques pour tous que, du peuple égal à peuple égal, nous serons amenés à nouer librement. »

28Je me garderai, pour ce qui me concerne, d’ajouter à ce document le moindre commentaire, me bornant à indiquer que j’ai pu rendre visite à Monsieur Boualem KHALFA, le 6 novembre, c’est-à-dire dix jours après son arrestation. Or j’ai constaté qu’il portait encore aux chevilles la trace des plaies profondes causées par les liens qui lui avaient déchiré la chair, au poignet gauche une croûte épaisse à l’endroit où il avait essayé de s’ouvrir les artères, sur le ventre et sur les mollets de fines zébrures, provenant des décharges électriques.

29J’en porte solennellement témoignage et laisse à penser ce que peut ressentir en pareille circonstance un avocat qui entend remplir sa mission d’assistance, un Français qui se veut digne de son pays.

30Michel BRUGUIER,

31Avocat à la Cour d’Appel de Paris.

Présentation du blog « Trajectoires dissidentes » (<www.trajectoires-dissidentes.com>)

  • 3 Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissiden (...)

32J’ai ouvert ce blog de recherche en 2015, au moment de la sortie de l’ouvrage issu de ma thèse, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965)3. Mon objectif était, d’une part de publier des articles adoptant un format et un style plus accessibles que les travaux universitaires, d’autre part de valoriser des sources recueillies à l’occasion de mes recherches : entretiens biographiques avec d’anciens militants, photographies et documents issus d’archives familiales, documents d’archives « classiques », enfin de rendre hommage à des hommes et des femmes disparus depuis notre rencontre.

33Chaque billet est construit autour d’un ou plusieurs documents à partir desquels est restituée une trajectoire individuelle, qui est généralement celle d’un « anonyme », c’est-à-dire d’une femme ou d’un homme dont peu d’ouvrages d’histoire ne mentionnaient jusqu’ici le nom. Cette trajectoire est elle-même analysée comme un révélateur de phénomènes qui ont pu toucher la société de l’Algérie colonisée ou indépendante dans son ensemble, ou certains groupes sociaux et politiques en particulier. En articulant les échelles individuelle et collective, mon souhait est de proposer une histoire incarnée, au plus près des acteurs, qui permette de saisir les bouleversements induits jusque dans l’intimité individuelle par des processus historiques généraux et par les engagements politiques qu’ils suscitent.

34L’essentiel des billets porte sur des trajectoires de militants anticolonialistes juifs algériens, et plus particulièrement sur celles de communistes. Mais je souhaiterais à terme explorer d’autres groupes, d’autres périodes et d’autres territoires pour y mettre en avant d’autres « trajectoires dissidentes ». Cette expression désigne des devenirs individuels qui ont en commun un désaxage par rapport aux structures dominantes du monde social d’une époque donnée et qui permettent donc d’interroger le caractère construit, artificiel et faillible de ces structures sociales.

35Plusieurs articles ont connu une diffusion relativement importante à travers les « réseaux sociaux » (plus d’un millier de partages) et ont suscité des réactions de part et d’autre de la Méditerranée : témoignages d’amis, de parents, de proches des femmes et des hommes évoqués dans les billets, envoi de photographies et de documents, etc. Par ailleurs, j’utilise certains documents publiés sur le blog avec des lycéennes et des lycéens, qui apprécient généralement d’étudier l’histoire à partir de trajectoires individuelles et de documents privés.

Haut de page

Notes

1 Article lisible sur le site « Trajectoires dissidentes », <https://www.trajectoires-dissidentes.com/2017/07/09/je-souris-la-guerre-dindependance-de-boualem-khalfa-1923-2017/>.

2 Document relevé par Alain Ruscio, historien, AD 93, fonds Patrick Kessel, 411 J 39, Lettres de détenus (1954-1956).

3 Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, PUR, 2015, 544 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Alger, 1er mai 1963. Défilé de l’équipe d’Alger républicain. Boualem Khalfa est à l’arrière-plan, second en partant de la droite.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Blida, fin de l’année 1954. Des militants et des employés de l’hôpital psychiatrique auprès de leur médecin-chef, Frantz Fanon (à droite). À l’arrière-plan, Georges Counillon.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende L’Oranie combattante, organe clandestin de résistance édité par les communistes de l’Oranie, n° 19, janvier 1959.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fausse carte d’identité de Boualem Khalfa, alias Bernard Karsenti, saisie par la BST en 1957.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9483/img-4.png
Fichier image/png, 120k
Légende Alger, à l’indépendance. Des communistes algériens reçoivent une déléguée soviétique. À gauche, Boualem Khalfa et Larbi Bouhali. À droite, Henri Alleg.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/9483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « « Je souris ». La guerre d’indépendance de Boualem Khalfa (1923-2017) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 83-92.

Référence électronique

Pierre-Jean Le Foll-Luciani, « « Je souris ». La guerre d’indépendance de Boualem Khalfa (1923-2017) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9483

Haut de page

Auteur

Pierre-Jean Le Foll-Luciani

Agrégé et docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page