Navigation – Plan du site

Le Mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Les Cahiers d’histoire sont heureux de présenter dans ce numéro des réflexions sur l’internationalisme. Revenir sur le volontarisme de militants qui accompagnent au nom d’idéaux partagés le choix des peuples est un appui réconfortant à l’encontre des sentiments d’impuissance qui peuvent nous saisir face aux discours macro-économiques dominants, à l’emphase mise sur une inexorable mondialisation, paradoxalement pourvoyeuse de murs entre les nations et d’interdiction de circuler pour la plus grande partie des peuples du monde d’aujourd’hui.

  • 1 Chloé Maurel et Georges Vayrou (dir.), « L’ONU. Droit d’inventaire », dans Cahiers d’histoire. Revu (...)

2Droit de circulation mesuré à l’aune de l’argent. Tandis que les bateaux qui font vivre une lueur de solidarité et d’internationalisme en Méditerranée ne trouvent plus de ports pour les accueillir sur les rivages de l’Europe, le gouvernement français confirme ce mois d’avril le prix exorbitant des droits d’inscription pour les étudiant.es étranger.es. Les politiques discriminatoires xénophobes ne sont pas nouvelles, mais la vigueur présente des politiques de fermeture fait lire à nouveaux frais un passé proche, dans lequel des femmes et des hommes ont agi pour en secourir d’autres hors des considérations d’appartenance nationale. Le prochain numéro des Cahiers d’histoire proposera dans son dossier des pistes pour un bilan critique de l’action de l’ONU, un suivant traitera des coexistences religieuses en Méditerranée. Nationales, transnationales, supranationales, internationales, l’urgence à penser les formes des liens existants ou à faire exister, entre nations comme entre citoyen.nes, taraude nos pensées1.

3Revenir sur l’histoire de l’internationalisme est donc particulièrement stimulant. Nous remercions Édouard Sill de proposer, en dépit de l’importance du travail de traduction consubstantiel à ce type d’entreprise, cette mise en perspective historique de l’engagement international au féminin, de la guerre d’Espagne, dont il rappelle la dimension fondatrice dans la mémoire collective des mouvements de libération, à la défense du Rojava.

4Rappel aussi des fondamentaux de la gauche : l’internationalisme du 20e siècle s’ancre dans les analyses politiques marxistes qui mettent la solidarité entre les prolétaires au-dessus des appartenances nationales. Rappel encore que les manifestations d’internationalisme ont survécu à la disparition des organisations communistes qui les ont structurées au 20e siècle et conservent leur ancrage dans les visées émancipatrices. En témoignent dans ce dossier les expériences de l’engagement de Néerlandaises pour la cause palestinienne dans les années 1970, de femmes suisses pour la cause sandiniste ou plus récemment l’engagement international du côté démocrate kurde dans le cadre de la guerre en Syrie.

5L’internationalisme, dont il est question ici, a bien à voir avec celui, issu de l’échec de l’internationalisme de la Deuxième Internationale face à la Première Guerre mondiale et redéployé après la révolution bolchévique par le mouvement communiste. Il s’inscrit aussi dans le temps plus long de la construction des nations et des forces démocratiques. Rappelons que le mot « international »  apparaît dans la langue française au début du 19e siècle, traduit de l’anglais, ici de Bentham, comme nombre de termes décrivant les réalités sociales de la modernité. Le mot définit progressivement une lecture politique qui place l’union des peuples au-dessus des choix des gouvernants, désormais défenseurs acharnés des cadres nationaux. L’internationalisme s’inscrit plus tard dans la langue française, quelques années après la création de la Ière Internationale en 1864 et peu avant que L’Internationale devienne le chant de celles et ceux qui se définissent par leur internationalisme. Le mot va alors clairement définir l’ambition de construire une organisation internationale des travailleurs. On sait les espoirs qu’a fait naître cette organisation, de même que ses limites. On connaît moins la place des femmes et du féminisme dans cette ambition internationaliste.

  • 2 Notamment, Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien (...)

6Le dossier souligne l’importance de la guerre d’Espagne dans cette dynamique, avec notamment ses Brigades internationales et leurs emblématiques figures féminines, dont la mémoire rejoue dans l’internationalisme jusqu’aujourd’hui. L’affirmation de l’égalité des sexes est immédiatement présente dans l’engagement internationaliste : elle apparaît même comme le marqueur crucial de l’idéal démocratique face aux forces conservatrices, du franquisme à l’État islamique (EI). Les contributions disent aussi que les déclinaisons de cette égalité dans les pratiques sont diverses. Leurs auteur.es montrent qu’à côté de l’affirmation de principe, la présence des femmes est, dans la plupart des mouvements internationalistes, à la fois exaltée, voire mise en scène, et en même temps souvent cantonnée, sous tutelle masculine, dans les fonctions de soins, d’assistance, d’éducation, conformes aux normes sociales dominantes en matière de genre, ceci en dépit de la volonté de certaines femmes de participer aux combats les armes à la main. Que ce soit à propos de l’Espagne républicaine ou de la solidarité avec le Nicaragua sandiniste, la détermination des femmes qui s’engagèrent dans des conflits à l’étranger, leur sentiment d’agir utilement et de façon reconnue sont évidents. Mais les contributions rappellent aussi les blocages idéologiques, notamment autour de la question centrale du port des armes. Les refus auxquels les femmes ont eu à faire face, en Espagne comme dans la Résistance extérieure française, montrent que les préjugés de genre ne s’étaient que partiellement déplacés, y compris parmi les partisans de l’égalité, depuis la Révolution française et ses refus réitérés de voir des femmes porter des armes2. Ceci en dépit des lois parfois, puisque la loi de la IIIe République française autorisait en 1938 les femmes à faire partie des forces combattantes. L’engagement de femmes néerlandaises dans l’action violente dans les années 1970 traduit des changements de mentalité quant à l’usage des armes par les femmes. Ces derniers mois, le traitement médiatique de la résistance kurde à l’État islamique pendant la guerre de Syrie y a valorisé la place des femmes combattantes et en a fait un mouvement antisexiste. Dans l’article qui clôt le dossier, Édouard Sill montre que ce qu’il qualifie de « revenances et rejeux » de la guerre civile espagnole s’articule en grande partie autour de l’exaltation de la « milicienne », femme combattante, incarnation des forces démocratiques face à la barbarie de l’EI.

7Le dossier apporte donc sa contribution à cette page immense de l’histoire de toutes les sociétés humaines qui s’écrit petit à petit : cette présence des femmes, leur entêtement à agir, à décider, à penser par elles-mêmes, cette nécessité d’ajuster, de « faire avec » les diverses formes de l’autorité, de la puissance des hommes. Les contributions proposent des analyses fines de cette constante tension entre les places assignées, notamment toujours du côté du soin aux autres, et le sentiment de la plupart des femmes d’avoir dans ces moments d’engagement internationaliste vécu « beaucoup plus de possibilités pour rompre avec les rôles traditionnels que dans leurs pays d’origine », selon l’expression de Renée Lugschitz à propos de l’Espagne.

8Femmes présentes dans les interstices, surgissant, s’imposant dans les temps forts de l’urgence des situations exceptionnelles. Un peu comme dans l’histoire que nous écrivons encore aujourd’hui.

9Après avoir lu le dossier, la lectrice ou le lecteur se demandera sans doute avec plus d’insistance si les auteur.es du Luther Blissett Project ou du mouvement Wu Ming, présentés dans « Chantiers », sont sexué.es et si cela a ou non de l’importance. De fait, la « république démocratique des lecteurs », qui est l’une des visées de ces collectifs d’auteur.es anonymes, est-elle aussi celle des « lectrices » ? On le pense. « Métiers » fait partager comment l’histoire se fait et se diffuse : s’y croisent un hommage à Claude Willard, grande figure d’historien des mouvements socialistes et communistes du 20e siècle, aussi engagé que scrupuleux, et un compte rendu par Pascal Guillot des productions récentes d’Emmanuel Bellanger sur le « communisme municipal » à Ivry : beaux travaux qui invitent aussi à réitérer les questions sur les fonctions des femmes dans ces ambitions démocratiques. Dans ce numéro, décidément plein du communisme du 20e siècle dont l’histoire se déploie aujourd’hui, « Débats » revient sur les enjeux d’expositions qui, en France, ont rendu compte des révolutions russes de 1917. « Afficher » 1917, qui a tellement cru à la puissance de l’affichage, s’est fait de façon plutôt discrète dans la France de 2017. Mais les Cahiers d’histoire ont eu le plaisir de réunir les initiateurs.trices des trois principales expositions qui ont alors été déployées, par la BDIC, devenue La Contemporaine depuis, par le musée de l’Histoire vivante de Montreuil et par le Parti communiste français. Une partie des échanges de la soirée de décembre 2017 à l’Agora de Nanterre est ici transcrite. La révolution de 1917 a fait de l’égalité des sexes un des piliers des temps nouveaux. L’avons-nous assez dit ? Nous reparlerons bientôt de cette lancinante question de la place des femmes dans l’histoire : au cours des multiples rencontres que suscitent les Cahiers d’histoire, en mai au musée de l’Histoire vivante, en juin à l’Espace Niemeyer3, en septembre à la Fête de l’Humanité, en octobre à Blois, en novembre aux Rencontres d’histoire critique à Gennevilliers4, mais aussi dans les prochains numéros des Cahiers qui ne négligeront pas la constante oblitération des rapports de force sociaux, notamment aux dépens de la présence dans l’histoire de la moitié de l’humanité, et c’est étrange de le rappeler, les femmes.

Haut de page

Notes

1 Chloé Maurel et Georges Vayrou (dir.), « L’ONU. Droit d’inventaire », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 142 (à paraître).

2 Notamment, Dominique Godineau, « De la guerrière à la citoyenne. Porter les armes pendant l’Ancien Régime et la Révolution », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 20, 2004.

3 À suivre en ligne,<https://journals.openedition.org/chrhc/>, rubrique Événements.

4 Ce sera pour les 10 ans des Rencontres d’histoire critique, les 28-29-30 novembre à Gennevilliers, « La Fête, entre ordre et désordre » : jeudi 28 novembre, ouverture avec projection au cinéma Jean-Vigo ; 29 et 30 novembre, forum des associations et des éditeurs, ateliers, conférences-débats, exposition, théâtre pour enfants à l’espace culturel et social des Grésillons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9627

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page