Navigation – Plan du site
DOSSIER

Collègues, égales et camarades. Les volontaires étrangères dans la guerre civile espagnole (1936-1939)

Renée Lugschitz
Traduction de Michelle Duma.
p. 19-36

Résumé

Des centaines de femmes du monde entier sont venues en Espagne entre 1936 et 1938 pour défendre la République en tant que volontaires. Pendant longtemps, leur engagement a presque été oublié et les recherches historiques se sont concentrées uniquement sur les combattants, donc les hommes étrangers qui se sont battus contre les troupes de Franco lors de la guerre civile espagnole. Les étrangères volontaires n’ont été mentionnées, le cas échéant, qu’en tant que compagnes de leurs maris ou comme auxiliaires humanitaires. Leur engagement politique n’a pas été reconnu. Cet article montre que non seulement un grand nombre de femmes volontaires sont venues seules, de leur propre décision et pour des raisons politiques, mais aussi à quel point leur rôle était fondamental dans la lutte contre les putschistes : elles ont opposé une résistance en tant qu’interprètes, reporters, miliciens, administrateurs et surtout en tant qu’infirmières et médecins, à la fois dans l’arrière-pays et au front, avec des risques personnels élevés. Bien que les dirigeants des Brigades internationales aient entretenu une image traditionnelle des femmes et que les femmes volontaires n’aient pas eu les mêmes chances que les hommes, pour de nombreuses « Spanienkämpferinnen », l’engagement dans la guerre civile est devenu le moment le plus important de leur vie.

Haut de page

Texte intégral

1Des centaines de femmes venues du monde entier se dirigèrent vers l’Espagne entre 1936 et 1939 pour participer à la défense de la République comme volontaires. Leur histoire a longtemps été occultée par les « combattants d’Espagne », c’est-à-dire leurs homologues masculins qui luttèrent contre Franco et dont l’engagement est quant à lui bien documenté et reconnu. En effet, l’engagement de ces étrangères volontaires n’a cessé de n’être qu’une note marginale dans l’immense bibliographie consacrée à la guerre civile espagnole. Mais un changement s’amorce. Le colloque Solidarias ! L’engagement volontaire & l’action des étrangères dans la solidarité internationale durant la guerre d’Espagne, qui a eu lieu en octobre 2018 à Paris, est un signe clair de ce changement. En effet, plus de quarante intervenants d’une dizaine de nationalités y ont présenté des contributions sur le thème de l’engagement des étrangères dans la guerre civile espagnole, en suivant le plus souvent une approche élaborée autour des contextes nationaux.

  • 1 Renée Lugschitz, Spanienkämpferinnen. Ausländische Frauen im Spanischen Bürgerkrieg 1936-1939, Vien (...)
  • 2 Les banques de données et la littérature disponibles sur les étrangères dans la guerre civile espag (...)

2En effet, si la solidarité internationale en faveur de la République espagnole fut, de par son ampleur, un fait unique en son genre, elle ne fut pas seulement l’affaire des hommes, mais aussi celle des femmes, marquant de ce fait une rupture. Pour fournir une vue d’ensemble sur la question de la participation des femmes, il sera ici question de la contribution des volontaires féminines, en suivant une perspective transnationale. En 2012, j’ai rassemblé une documentation originale provenant de la recherche internationale, mais également de mes propres travaux, afin d’observer l’engagement transnational des « Spanienkämpferinnen » (combattantes d’Espagne) afin de le faire connaître au grand public1. Un décompte exact du nombre total de femmes non espagnoles engagées aux côtés de la République demeure difficile. En effet, les carrières des femmes sont bien moins documentées que celles des hommes, mais elles sont également plus difficiles à recenser. Il y a moins de rapports dans les archives et les femmes ne sont, le plus souvent, même pas citées dans les interviews et les témoignages postérieurs. Cependant, en partant des sources disponibles, une approche globale peut être tentée. J’ai émis l’hypothèse qu’au moins 500 à 600 femmes étrangères ont défendu la République dans la guerre civile espagnole. Cette estimation pourrait avoir été bien trop prudente, comme le montrent mes recherches. Ainsi, Schiborowski et Kochnowski ont rassemblé plus de 1 300 noms de femmes étrangères engagées dans la guerre civile espagnole, mais cet inventaire est loin d’avoir été validé scientifiquement2.

  • 3 Hanns Maassen (dir.), Brigada Internacional ist unser Ehrenname. Erlebnisse ehemaliger deutscher Sp (...)
  • 4 Les Olympiades populaires, rencontre sportive internationale organisée à Barcelone en juillet 1936 (...)
  • 5 Käthe Hempel, « Als Krankenschwester in Tardienta », dans Hans Maassen (dir.), Brigada Internaciona (...)

3En plus de ces difficultés, il est important de prendre en compte les préjugés traditionnels relatifs au contexte. Longtemps, les femmes ne furent pas perçues comme un élément essentiel de cet engagement internationaliste. Lorsqu’elles sont évoquées dans la littérature, c’est la plupart du temps comme infirmières dévouées, ou comme simples accompagnatrices de leurs maris, comme des individus extérieurs au combat politique, mais qui essayaient de se rendre utiles dans des activités « typiquement féminines ». Réduire les femmes à leur rôle humanitaire et à leur féminité relève d’une pratique traditionnelle de la mémoire. La volontaire helvétique Käthe Hempel a consacré un chapitre sur son engagement en Espagne dans le livre Brigada Internacional ist unser Ehrenname3. Cette sportive, assistante maternelle de son métier, était venue à Barcelone pour participer aux Olympiades et s’était tout de suite jointe aux premières milices4, où elle aidait aux soins donnés aux blessés. Elle avait choisi pour titre de son chapitre : « Der erste Kampftag in Tardienta » (Premier jour de combat à Tardienta), mais les éditeurs le rectifièrent en « Als Krankenschwester in Tardienta » (Infirmière à Tardienta)5. Même les femmes qui, de toute évidence, ne respectaient pas les rôles traditionnels étaient perçues à travers ce prisme, comme la photographe germano-polonaise, Gerta Taro, qui mourut durant l’été 1937 lors de la bataille de Brunete. Lorsque l’écrivain allemand et membre des Brigades internationales, Alfred Kantorowicz, évoque son souvenir dans son ouvrage Spanisches Kriegstagebuch, c’est de la manière suivante :

  • 6 Alfred Kantorowicz, Spanisches Kriegstagebuch, Cologne, Konkret Literatur, 1966, p. 280.

« Ce n’était pas seulement le zèle professionnel qui lui fit mettre sa vie en jeu. La jeune femme qui venait d’un monde bourgeois et était inexpérimentée en politique s’était laissée porter par l’enthousiasme pour notre combat généreux, par la camaraderie et l’esprit de volontariat conscient de nos combattants. »6

4Tandis que Gerta Taro n’aurait pu faire de plus grand sacrifice que celui de sa vie, Kantorowicz précisait très clairement qui menait véritablement le combat en Espagne, et Taro n’en faisait pas partie.

  • 7 Angela Berg, Die Internationalen Brigaden im Spanischen Bürgerkrieg 1936-1939, Essen, Klartext, 200 (...)

5Les étrangères sont donc parties en Espagne soit comme accompagnatrices, soit pour des raisons humanitaires. C’est le discours que l’on retrouve dans les reportages de l’époque, comme dans des œuvres ultérieures sur la guerre civile. L’historienne allemande Angela Berg écrit par exemple : « Tout autant que les femmes arrivées par leurs propres moyens en Espagne, elles [les épouses qui accompagnaient leurs maris] exerçaient les métiers féminins classiques7 ». Cela est certes vrai, mais ne rend guère justice à ces volontaires. Cela revient à dire que l’engagement dans les hôpitaux ou les jardins d’enfants était une sinécure, négligeant le fait qu’elles ont risqué leur santé et souvent aussi leur vie – quelques-unes tombèrent au cours de leur action sanitaire ou médicale – et cela nie absolument leur conscience politique. Ce mépris n’est certes pas un trait propre à la guerre civile espagnole.

  • 8 Tracy Isaacs, « Feminism and Agency », dans Canadian Journal of Philosophy, 32 (sup 1), 2013, p. 12 (...)
  • 9 Catherine Lee et Anne Logan, « Women’s agency, activism and organisation », dans Women’s History Re (...)

6Le but de cet article est de passer en revue et de corriger ce cliché de l’accompagnatrice et de la relégation des volontaires étrangères dans les occupations « féminines traditionnelles » dans la guerre civile espagnole. Le concept sociologique d’agency offre une bonne approche pour cette analyse, car il considère la relation entre l’action individuelle et les structures sociales, c’est-à-dire la capacité des individus à agir. Appliqué au genre, l’agency examine l’aptitude des femmes à agir et fait appel à la « primauté de la pratique » (primacy of practice) proposée par Margaret Archer dans l’interprétation des processus historiques8. Cet outil doit permettre de rendre visibles les actions de nos volontaires, en soulignant la manière dont les femmes ont été à la fois, selon Catherine Lee et Anne Logan, « formées en partie par leur socialité », tout en montrant leur capacité de transformation des structures sociales dans lesquelles elles ont vécu9. En appliquant ce cadrage méthodologique aux étrangères volontaires durant la guerre civile espagnole, on peut reconsidérer les raisons qui les ont conduites en Espagne, les options qu’elles ont suivies et comment elles les ont utilisées, afin d’évaluer leur contribution au combat antifasciste en Espagne et l’importance que cet engagement eut pour elles.

7Pour des raisons de concision, je me limiterai aux cas des étrangères miliciennes, c’est-à-dire les toutes premières arrivées en Espagne, en comparaison avec celles qui furent membres du service de santé des Brigades internationales, où la plupart des femmes furent intégrées. Mais le champ des engagements de ces étrangères fut très large, dans des postes techniques tels que traductrices ou employées dans l’administration, dans les organes de propagande et de presse du gouvernement républicain, ou encore comme correspondantes ou photographes.

Les motivations des volontaires étrangères

  • 10 Voir notamment Antony Beevor, The Battle For Spain. The Spanish Civil War, 1936-1939, Londres, Weid (...)

8Des femmes sont parties pour l’Espagne républicaine depuis plus de vingt et un pays. Toutes entreprirent ce voyage pour participer à la résistance contre la rébellion militaire dirigée par Francisco Franco. Qu’est-ce qui les amena à parcourir des milliers de kilomètres pour une guerre civile qui ne les concernait apparemment pas directement ? Le putsch des militaires en juillet 1936 contre le gouvernement de front populaire élu démocratiquement eut un énorme retentissement international. La guerre civile qui s’ensuivit fut perçue dans le monde entier, non plus comme l’affaire d’un pays périphérique et pauvre, mais comme un conflit international, opposant nettement des valeurs antinomiques. Dans la perception internationale, la guerre civile faisait figure de guerre par procuration, de confrontation directe entre fascisme et totalitarisme d’une part, démocratie, liberté et communisme – qui prit de plus en plus d’influence au cours de la guerre – d’autre part. Certains ne voulurent pas se contenter de neutralité et choisirent d’intervenir. Mussolini et Hitler envoyèrent des avions et des troupes en soutien à Franco, sous la forme de corps expéditionnaires. De l’autre côté, le gouvernement légitime reçut le soutien de dizaines de milliers de volontaires. Les données sur leur nombre précis divergent selon le point de vue des auteurs, la plupart s’accordant sur 32 à 35 000 hommes et femmes aux côtés de la République10. À première vue, la participation des femmes fut, de manière attendue, nettement moindre que celle des hommes. La décision de partir pour une guerre étrangère fut cependant pour elles encore plus inhabituelle que pour les hommes, du fait des contraintes associées au foyer et à la famille. Qui étaient donc ces femmes qui osèrent rompre avec les assignations de genre définies par la société ?

  • 11 Dora Quinton, Vienne, n.d. (Dossier personnel Quinton, Dora) ; Interview avec Hans Schafranek.
  • 12 Ibid.

9Il y avait eu par exemple l’étudiante viennoise Dora Quinton, militante socialiste au lycée, puis communiste à l’université. Juive, elle était confrontée à l’agitation antisémite montante et, lorsqu’éclata la guerre civile espagnole, elle réalisa : « Je ne pourrai pas vivre ma jeunesse jusqu’au bout en Autriche. Ou bien je m’en vais, ou bien je me casse la pipe11 ». Quinton, épouse Kaiser, et son mari médecin se portèrent tout de suite volontaires. Plus tard, elle pensait que sans son mari elle ne serait peut-être pas partie car, étudiante en philologie, elle n’avait pas de formation utile pour la guerre. Mais avec des camarades, elle se forma au métier d’infirmière12.

10L’infirmière new-yorkaise Esther Silverstein était, quant à elle, issue d’une famille juive pauvre, immigrée de Russie. Dans une interview, elle raconta plus tard :

  • 13 Frances Patai, « Heroines of the Good Fight. Testimonies of U.S. Volunteer Nurses in the Spanish Ci (...)

« Je savais pourquoi je partais comme volontaire pour l’Espagne. D’abord, j’avais suivi toute l’évolution de la question juive en Allemagne depuis sa survenue ; deuxièmement, j’étais une antifasciste convaincue, comme tous les juifs que je connaissais ; troisièmement, j’étais communiste. »13

11On trouve également la docteure viennoise Fritzi Brauner, partie en 1936 avec son mari depuis la France, pays natal de celui-ci, et qu’elle avait rejoint pour des raisons politiques. Ce n’est que cinquante ans plus tard, ainsi qu’elle l’écrivit, qu’elle réfléchit « aux motivations plus profondes » de cette décision. L’une des raisons fut certainement qu’elle voulait combler le vide de sa solitude parce que son mari accomplissait alors son service militaire, mais pas seulement : 

  • 14 Françoise E. Brauner, « Als Ärztin im spanischen Bürgerkrieg », dans Thomas M. Ruprecht et Christia (...)

« Avant tout, je savais ce qu’une victoire des généraux signifierait, car pendant mes années d’études de médecine à Vienne j’avais vu comment le fascisme autrichien avait anéanti par la force le parti social-démocrate. Plusieurs amis y avaient laissé la vie. Ce qui fut déterminant cependant – ce qui n’est vraiment clair pour moi qu’aujourd’hui – c’est qu’en tant que l’une des rares femmes qui avaient choisi la profession de médecin, je luttais pour l’égalité des droits. »14

  • 15 Käthe Dahlem, n.d. (DÖW. Spanienarchiv. Dossier personnel Dahlem, Käthe) ; Erinnerungen.

12Käthe Weber, militante communiste également en exil à Paris, grandit dans une famille de militants. Au sein de la Jeunesse ouvrière de Cologne, elle fit la connaissance de Franz Dahlem qu’elle épousa en 1919. En 1921, ce dernier fut élu député communiste au Parlement régional de Prusse et exerça diverses fonctions dirigeantes pour le KPD. À Berlin, Käthe s’occupait des deux enfants, travaillait et avait en plus ses propres activités au sein du parti. En 1933, la famille émigra à Paris, où Frank Dahlem eut un rôle de premier plan dans la direction du KPD en exil. Sa femme assuma, en tant que secrétaire, des services de courrier entre Paris et Moscou. Frank Dahlem partit en 1936 en Espagne comme représentant du KPD, Käthe l’accompagna comme collaboratrice tandis que les enfants restèrent à Paris15.

  • 16 Paul Preston, We Saw Spain Die. Foreign Correspondents in the Spanish Civil War, London, Constable (...)

13Il n’y eut pas que des militantes. Avant de s’installer à Barcelone en 1934, la globe-trotteuse suédoise Kajsa Rothman était garde d’enfants à Paris et en Roumanie, puis elle entreprit un tour d’Europe comme danseuse, avant de travailler en Espagne dans le tourisme. Au déclenchement de la guerre civile, elle s’engagea aux côtés de la République. Elle travailla comme infirmière, écrivit des articles pour le journal Karlstads-Tidningen, intervint à Radio Madrid, travailla comme traductrice, s’engagea pour des enfants de réfugiés et entreprit enfin une tournée en Suède en faveur de la République espagnole16.

14La sage-femme londonienne Patience Darton était elle aussi issue d’un milieu modeste. Elle aurait aimé devenir médecin, mais elle dut gagner sa vie précocement. Elle réussit, dans des conditions difficiles, à suivre une formation d’infirmière et de sage-femme. À la fin des années 1980, elle s’entretint sur son séjour espagnol avec la journaliste allemande Petra Lataster-Czisch :

  • 17 Petra Lataster-Czisch, Eigentlich rede ich nicht gern über mich. Lebenserinnerungen von Frauen aus (...)

« En tout cas, je ne connais qu’une raison à mon idée de vouloir aider les Espagnols : j’en avais assez d’être sans droits, d’être livrée aux circonstances. Je voyais qu’autour de moi les gens étaient tout aussi privés de droits que moi, mais personne ne faisait quelque chose contre cela ! Et j’ai pensé : “Les Espagnols, au moins, résistaient contre la fatalité”. »17

15Enfin, la philosophe française Simone Weil combattit durant deux mois dans la colonne anarcho-syndicaliste de Buenaventura Durruti. Elle écrivit plus tard qu’elle n’avait pu rester simple spectatrice :

  • 18 Simone Weil, « Lettre à Georges Bernanos », dans Écrits historiques et politiques, Paris, Gallimard (...)

« Quand j’ai compris que, malgré tous mes efforts, je ne pouvais m’empêcher de participer moralement à cette guerre, c’est-à-dire de souhaiter tous les jours, toutes les heures, la victoire des uns, la défaite des autres, je me suis dit que Paris était pour moi l’arrière, et j’ai pris le train pour Barcelone dans l’intention de m’engager. »18

  • 19 Fritzi Brauner est née à Vienne en 1911, sous le nom de Friedrike Riesel. Elle s’est impliquée poli (...)
  • 20 Renée Lugschitz, op. cit, p. 47.

16Tous ces exemples illustrent parfaitement la singularité spécifique de l’arrière-plan référentiel de ces femmes. Certaines avaient été maltraitées ou avaient été l’objet de discriminations, d’autres étaient d’origine modeste et avaient connu l’injustice, certaines étaient des militantes politiques, y compris dans l’illégalité et dans l’exil, d’autres encore voulaient simplement entreprendre quelque chose contre la misère. Pour quelques femmes, comme Fritzi Brauner, le combat pour l’égalité des droits et l’émancipation de la femme jouèrent à l’évidence un rôle19. Sa compatriote, la pédiatre autrichienne Anna Hammerman, quitta elle aussi son exil en Union soviétique pour l’Espagne en 1937, afin de « défendre l’honneur de la femme et pour partager le destin des femmes espagnoles20 ».

17Néanmoins, on ne peut pas parler d’un mouvement féministe au sens strict, il s’agissait d’émancipation au sens global et de meilleures conditions de vie pour tous. Cela, bien sûr, impliquait indirectement la lutte pour les droits des femmes, bien que rarement de manière aussi explicite dans les mémoires des femmes, mais cette motivation résonnait en solidarité avec tous. En Espagne, les volontaires étrangères ont finalement renforcé leurs convictions politiques et sociales. Elles vinrent pour soutenir les Espagnols, dans une démarche globale dans laquelle la situation de leur propre pays d’origine n’était pas absente. À cet engagement se mêlaient sans doute également un goût de l’aventure et l’opportunité d’échapper à sa propre misère. Mais il était tout à fait clair pour ces femmes qu’elles se trouvaient du côté qui combattait le fascisme, la conviction antifasciste a constitué la matrice primordiale, notamment pour celles, comme les Autrichiennes, qui avaient déjà eu une expérience de cette confrontation mortelle.

  • 21 Allgemein zu den Österreicherinnen s.a. Irene Filip, « Frauen bei den Internationalen Brigaden im S (...)
  • 22 Peter Huber, op. cit.
  • 23 Mika Etchebéhère, La guerra mía. Eine Frau kämpft für Spanien. Erinnerungen, Frankfurt-am-Main, Neu (...)

18Parmi ces dernières, on relève de nombreux exemples qui permettent de comprendre combien est erronée l’image traditionnelle de la femme comme simple accompagnatrice, comme auxiliaire des choix d’un homme. Rares sont celles qui sont demeurées à leurs côtés une fois sur place. L’Autrichienne Renée Dürmayer est un bon exemple de cette séparation opérative. Tandis que son mari, Heinrich Dürmayer, rejoignait la 13ème brigade internationale, elle fut engagée comme pharmacienne dans la pharmacie centrale des Brigades internationales, située à Albacete. Seule la moitié des volontaires autrichiennes, c’est-à-dire 17 sur 35, étaient en Espagne en même temps que leurs maris21. Pour les Suissesses, Huber constate qu’une majorité (60 %) partirent avec leur mari en Espagne, ou bien le rejoignirent22. La milicienne Clara Thalmann fut une exception, puisqu’elle était en Espagne avant son compagnon. Quelques rares femmes, comme Käthe Dahlem, travaillèrent sous la direction de leur mari, mais on ne trouve aucune trace d’un mari placé sous les ordres de sa femme. Ces femmes ont-elles pour autant été seulement des compagnes, simples accessoires dans la guerre civile ? Mika Etchebéhère disait tout à fait autre chose : « Mon mari et moi, nous sommes allés en Espagne pour y chercher ce que nous espérions trouver à Berlin en 1932 : la volonté de la classe ouvrière de lutter contre les forces de la réaction qui allaient droit vers le fascisme », écrit-elle dans ses mémoires23. On peut supposer que beaucoup de couples ont pris ensemble la décision de se rendre en Espagne, mais que des femmes ont également fait ce choix radical du départ pour d’autres raisons que celle de ne pas demeurer seules à la maison.

19Une chose est certaine : beaucoup de femmes, sinon la majorité, sont parties seules. Celles venues de pays comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ou l’Autriche, ont presque toujours entrepris le voyage elles-mêmes, après avoir été sélectionnées en raison de leur formation professionnelle et de leurs compétences. À New York, l’American Medical Bureau to Aid Spanish Democracy (AMB) ne recrutait comme volontaires que des infirmières qualifiées ayant au moins cinq années d’expérience professionnelle. Par ailleurs, les comités communistes ne suivaient aucun programme de rapprochement de conjoint. Au contraire, ils préféraient voir partir en Espagne des membres de confiance du parti, ou ayant une formation adéquate comme le montre l’exemple de Dora Quinton, qui ne fut acceptée qu’à contrecœur. C’est en toute conscience que les volontaires pour l’Espagne se sont décidées à rejoindre ce conflit étranger. Il s’agit de femmes autonomes, qui fournirent une aide professionnelle dans une guerre selon des considérations avant tout politiques. Au-delà de leur nationalité, de leur affiliation politique ou de leur confession, elles étaient antifascistes et agirent comme telles.

Dans les milices – les premières volontaires

  • 24 Peter Huber, op. cit., p. 219.
  • 25 Paul et Clara Thalmann, « Von der Schwierigkeit nach Spanien zu reisen », dans Erich Hackl et Crist (...)
  • 26 Dieter Nelles, « La Légion étrangère de la révolution : les anarcho-syndicalistes allemands dans le (...)
  • 27 Voir par exemple James K. Hopkins, Into the Heart of Fire : The British in the Spanish Civil War, S (...)
  • 28 Voir en particulier Yvonne Scholten, Fanny Schoonheyt. Een Nederlands meisje strijdt in de Spaanse (...)
  • 29 Golda Friedemann, n.d. (dossier personnel Friedemann, Golda) ; coupures de presse diverses.

20Les Suissesses Käthe Hempel et Clara Thalmann firent partie des premières volontaires de la guerre espagnole. Par coïncidence et de manière indépendante, elles étaient venues toutes deux en tant que sportives aux Olympiades populaires de Barcelone. Ces dernières furent annulées in extremis, du fait du soulèvement militaire. Parvenue malgré tout en Espagne, Käthe Hempel s’inscrivit le jour même de son arrivée avec son fiancé dans la milice24. Clara Thalmann s’engagea quant à elle dans une colonne anarcho-syndicaliste en partance vers le front d’Aragon, où son mari la rejoignit ensuite25. On ne sait malheureusement pas combien d’étrangères se trouvaient parmi les miliciennes, notamment du fait de l’absence d’une bureaucratie efficiente au début du conflit. De plus, les femmes furent surtout incorporées dans la confusion et le désordre prévalant durant les premières semaines de guerre. Bien que l’affluence des étrangères dans les milices ne fût en aucun cas un mouvement de masse, elles ont néanmoins laissé de nombreuses traces. Il est ainsi avéré qu’au moins six Allemandes furent enrôlées dans les milices anarchistes26. En effet, différents vétérans d’Espagne se souviennent de la présence de femmes qui, durant les premières semaines, combattirent en première ligne27. Golda Friedemann offre un témoignage complémentaire. Cette Allemande vivait depuis 1934 à Barcelone. En 1936, elle était employée dans le bureau chargé de l’organisation des Olympiades à Barcelone. Immédiatement après le pronunciamento, son mari partit au front avec le « Grupo Thaelmann », un groupe international composé de volontaires germanophones communistes et socialistes. Elle fut chargée de la coordination de l’accueil des volontaires à Barcelone, avant même la création des Brigades internationales. Sur ordre du KPD, elle partit début août 1936 pour le front d’Aragon, afin d’établir un rapport sur la situation des milices. Près de Tardienta, elle rencontra la volontaire hollandaise Fanny Schönhaid (en néerlandais : Schoonheyt28) et nota à son propos dans son rapport : « Rendu visite à Fanny. Se trouve avec une section de mitrailleuses aux abords du village, sur la ligne de front pour la défense antiaérienne », un témoignage qui fut cité par la suite dans différents journaux29. La jeune combattante, servant comme mitrailleuse, raconta dans le reportage de Friedemann son propre parcours :

  • 30 Idem.

« Les camarades espagnols se sont peu à peu habitués à ce qu’une fille hollandaise manipule une mitrailleuse et qu’elle lutte sérieusement avec ses camarades espagnols pour une ère dans laquelle hommes et femmes en Espagne auraient les mêmes droits30 ».

  • 31 Le Partido Socialista Unificado de Catalunya est créé en juillet 1936 par la fusion des partis comm (...)
  • 32 Peter Huber, op. cit., p. 392.
  • 33 James K. Hopkins, op. cit., p. 221.
  • 34 Mika Etchebéhère, op. cit.

21D’autres combattantes étrangères engagées dans les milices antifascistes sont également connues, comme l’artiste britannique et militante communiste Felicia Brown, sa compatriote et camarade Sybil Wingate, la trotskiste italienne Virginia Gervasini ou encore l’anarchiste autrichienne Leopoldine Kokes. Mais en réalité, peu de miliciennes eurent le droit de porter une arme. Outre Käthe Hempel et Clara Thalmann, quelques autres Suissesses essayèrent de rejoindre le front, mais elles furent empêchées dans cette entreprise par le Parti communiste catalan, le PSUC31. La Suissesse Anni Thoma-Brunner se souvient : « On ne m’autorisa pas à aller au front avec une arme. D’abord pour ceux qui attendent en faisant les cent pas ici, disait-on32 ». Elle partit ensuite avec son amie Martha Waldmeyer comme infirmière de campagne sur le front de Tardienta. Ce fut également la destination d’Hedwig Enderli. Cette dernière voulait également partir au front avec son mari et la colonne du PSUC, mais la direction politique l’avisa que cela ne serait pas possible pour les femmes33. La plupart des hommes combattant en Espagne étaient de cet avis. L’une des premières mesures du commandant britannique Fred Copeman fut « de débarrasser les tranchées des femmes espagnoles ». Mika Etchehébère voyait cela tout autrement. La Française, née en Argentine, devint la milicienne étrangère la plus célèbre. Ce fut l’unique étrangère de la guerre civile espagnole qui eut le commandement de soldats. Son mari eut d’abord le commandement d’une colonne du POUM, dont Mika et d’autres miliciens faisaient partie. Après sa mort, en août 1936, elle prit sa succession et fut nommée capitaine34.

Infirmières et femmes médecins du Service sanitaire international

  • 35 Gusti Jirku, Nous luttons contre la mort ! Le travail du service sanitaire des Brigades internation (...)
  • 36 Renée Lugschitz, op. cit.

22Le travail dans les services sanitaires, y compris à l’arrière, était loin d’être une sinécure, la vie quotidienne étant caractérisée par le manque du nécessaire. Fin 1937, 23 hôpitaux faisaient partie du service sanitaire des Brigades internationales. Le second directeur du service sanitaire, Oscar Telge, a indiqué dans une brochure contemporaine que « plus de 220 médecins, 580 infirmiers et infirmières et 600 brancardiers » avaient travaillé dans le Service sanitaire international35. Le service de soins se composait en grande partie d’infirmières étrangères qui travaillaient avec des Espagnoles, dont une minorité seulement était des professionnelles. On relève environ 30 femmes médecins dans ce service36. Les étrangers ont joué un rôle clé dans le domaine médical. Avec les nécessités de la guerre, les exigences professionnelles augmentèrent.

  • 37 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 76 ; Voir Renée Lugschitz, « Ausländerinnen im Spanischen Bürge (...)

23La cohabitation souvent improvisée dans un petit espace et la souffrance humaine dans les hôpitaux ont créé une forte solidarité au-delà des affiliations nationales. C’est seulement grâce au sentiment de communauté qu’on parvenait à maîtriser le quotidien. La connaissance de langues étrangères était de ce fait une donnée essentielle. Durant les premiers temps, une étrangère pouvait à peine se faire comprendre en espagnol. En effet, les infirmières anglaises et américaines, nombreuses dans les services, ne parlaient généralement aucune langue étrangère, tandis que la langue des Brigades internationales était le français, avant que l’espagnol ne s’impose. On trouva parfois des solutions originales. Darton, qui n’était pas juive, apprit le yiddish car c’était, avec l’espagnol, la langue la plus répandue à l’hôpital37.

  • 38 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 444.
  • 39 Frances Patai, op. cit.
  • 40 Jim Fyrth et Sally Alexander (dir.), op. cit., p. 78 ; Sur elle, voir également Angela Jackson, op. (...)

24Pour les femmes qui travaillaient sur le front s’ajoutaient le danger de mort et la peur. Dans les postes des premières lignes, on n’opérait que les blessés graves qui n’auraient pas supporté le transport à l’arrière. L’équipement chirurgical se trouvait dans des camions appelés « Auto-Chirs » ou dans des trains. On opérait souvent dans des tunnels et des grottes. Les équipes du front étaient composées habituellement de médecins, et parfois de femmes médecins, telle Marie Langer, qui travailla sur le front du Jarama, et d’infirmières qui faisaient également fonction de factotum, d’anesthésistes, de brancardières ou de conductrices. Ainsi, c’est dans une large mesure comme conductrice de camions dans les Brigades internationales que l’Américaine Evelyn Hutchins acquit sa notoriété, transportant blessés et munitions. L’Américaine Ruth Davidow fut quant à elle la seule étrangère d’une équipe espagnole opérant sur les bords de l’Ebre. Elle n’arrivait pas à réaliser « que les bombes qui tombaient sur nos positions devant mes yeux étaient authentiques38 ». Une journée de travail durait vingt, vingt-quatre heures. Des infirmières telles que les Américaines Sonia Merims, Helen Freeman ou Salaria Kea ont été blessées durant leurs activités. L’Anglaise Penny Phelps fit la démonstration d’une singulière force de caractère39. Début 1937, cette infirmière était engagée dans la bataille de Jarama, un des engagements les plus sanglants de la guerre. Par la suite, pendant une épidémie de typhus, elle contracta elle-même cette maladie. Après un séjour de convalescence en Grande-Bretagne, elle repartit sur le front de Brunete. Six de ses amis, membres du service sanitaire, moururent là-bas. On la renvoya de nouveau chez elle du fait du choc subi. Elle revint pourtant, avant d’être gravement blessée par une bombe lors de la retraite au printemps 193840.

Un interstice d’égalité modéré

  • 41 Patai 1995, op. cit., p. 96.
  • 42 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 149.
  • 43 Marie Langer, Von Wien bis Managua, Wege einer Psychoanalytikerin, Fribourg, i.Br., Kore, 1991, p.  (...)
  • 44 Ana Martínez Rus, Milicianas. Mujeres republicanas combatientes, Madrid, Catarata, 2018 ; Mary Nash (...)
  • 45 La Vanguardia du 20 février 1977.

25Les volontaires étrangères se sentaient égales en droits. L’infirmière américaine Helen Feinberg soulignait : « Les infirmières étaient des citoyens de seconde classe à New York. En Espagne, nous avons été traitées comme des collègues, des égales, des camarades41». Sa collègue hollandaise Trudel Van Reemst-De Vries était du même avis : « Chez nous, il y avait une parfaite égalité des droits pour les hommes et les femmes42 ! ». Pour la femme médecin Marie Langer, qui dès sa jeunesse s’était intéressée aux répartitions genrées des activités sociales, l’Espagne représentait non seulement un combat politique au sens théorique, mais également féministe : « En tant que femme, je me sentais alors très à l’aise43 ». Ce ressenti d’émancipation et d’assouplissement des contraintes de genre atteignit cependant rapidement un plafond indépassable : si les femmes pouvaient être des camarades, dans les milices comme dans les Brigades internationales, elles étaient exclues des postes de responsabilité. Bien que dans les milices, à la différence de l’armée populaire républicaine qui les remplaça à partir de l’automne 1936, la présence des femmes au front fût une rupture considérable dans les normes de genres, l’égalité réelle dans la répartition des fonctions demeura une exception et suivit la plupart du temps les rôles traditionnels44. Mika Etchehébère évoquait en 1977, dans une interview au quotidien catalan La Vanguardia, la répartition du travail dans les milices et citait à cet effet un exemple à propos d’une formation milicienne qui, justement, avait adopté comme patronyme celui de la dirigeante communiste Dolores Ibarruri : « Prenez l’exemple de la Colonne Pasionaria. Savez-vous ce que les femmes, qui étaient aussi combatives que les hommes, ont fait là-bas ? Eh bien, elles ont fait le ménage, les lits, raccommodé les chaussettes45 ». La carrière de Mika Etchebéhère durant la guerre civile est singulière, des femmes combattantes, comme la mitrailleuse Fanny Schönhaid, très rares.

  • 46 Frances Patai, I’m a Forever Anti-Fascist, S. 10f, Manuscrit inédit, ALBA 131, Box 5. Folder 13, Ne (...)
  • 47 Julia Newman, Into the Fire, USA, 2006.

26Ce constat prévaut également pour les Brigades internationales : bien que les femmes se soient senties le plus souvent égales en droits, elles étaient de fait exclues des fonctions importantes et de toutes les structures de direction. Les Brigades internationales ne furent d’ailleurs pas accueillantes envers les femmes, la répartition des grades l’illustre clairement. La plus grande évolution de carrière possible pour une femme était de devenir infirmière-chef ou médecin-chef dans un petit hôpital. Ainsi, c’est seulement à l’intérieur du Service sanitaire que les femmes, plus particulièrement les femmes médecins, pouvaient, en tant que supérieures hiérarchiques du personnel soignant, parvenir au grade de lieutenant, telles les Autrichiennes Anna Hammermann, Marie Langer ou Fritzi Brauner. Cela ne signifiait pas de facto un commandement, mais plutôt une situation dans un organigramme. Les femmes volontaires furent tolérées par la direction militaire parce qu’elles étaient indispensables, mais elles ne furent pas encouragées, contrairement aux hommes. La contradiction entre la relégation des femmes par la direction des Brigades internationales et leur sentiment de bien-être au sein des structures internationales peut être malgré tout expliquée. Les désordres de la guerre, la charge souvent énorme de travail et les insuffisances de ravitaillement donnèrent naissance à des situations tout à fait particulières dont elles devaient venir à bout, solutionnant toujours de nouveaux défis. Cela a généré de la confiance en soi. Quand la situation l’exigeait, il fallait qu’elles prennent une décision, comme dans le cas de l’installation rapide d’hôpitaux de campagne, ainsi que le raconte l’infirmière américaine Anne Taft, qui passait pour experte dans ce domaine46. Les infirmières remplacèrent également parfois les médecins. L’infirmière Esther Silverstein se rappelait, dans un film documentaire, qu’un jour elle avait surpris en salle d’opération une collègue en train d’opérer. Le médecin dormait à côté. « Fais-tu cela souvent ? » lui avait-elle demandé. « Assez souvent », répondit sa collègue infirmière. Chez elles, cela aurait été absolument impensable47.

  • 48 Renée Lugschitz, op. cit.
  • 49 Angela Jackson, op. cit., p. 143.
  • 50 Tracy Isaacs, op. cit., p. 132.

27Les femmes eurent dans la guerre civile espagnole beaucoup plus de possibilités pour rompre avec les rôles traditionnels que dans leurs pays d’origine. Mais les limites dépendaient de l’entourage, des supérieurs et des commissaires politiques tout autant que du déroulement des combats. Bien que les volontaires des Brigades internationales se soient considérées comme une armée à part, une armée populaire, il existait de grandes différences entre le sommet et la troupe. Cependant, même si les structures militaires traditionnelles furent rapidement rétablies et que les dirigeants adoptèrent une attitude réactionnaire à propos des femmes, au moins dans le domaine des soins médicaux, le droit à une relation de camaraderie fut établi. En dehors de conflits mineurs, les femmes du personnel paramédical semblaient avoir développé à ce niveau hiérarchique une forte solidarité48. Le diagnostic de l’historienne Angela Jackson sur les femmes britanniques pendant la guerre civile espagnole concorde également avec celui des volontaires d’autres pays : « Lorsque les femmes ont pris une part active à la vie politique, elles ont de plus en plus considéré leur appartenance à une structure politique hiérarchique comme un moyen d’atténuer les souffrances plutôt que de créer une base de pouvoir49 ». Cette conclusion est conforme à la conclusion générale de la recherche féministe selon laquelle la principale préoccupation de nombreuses femmes, en raison de leur socialisation « féminine », est souvent le « bien-être des autres »50.

  • 51 Françoise E. Brauner, « Als Ärztin im spanischen Bürgerkrieg », dans Thomas M. Ruprecht et Christia (...)
  • 52 Arno Lustiger, Schalom Libertad ! Juden im Spanischen Bürgerkrieg, Berlin, Aufbau Taschenbuch, 2001 (...)

28Néanmoins, pendant la guerre civile espagnole, loin de leurs lieux de sociabilité habituels, la marge de manœuvre des volontaires étrangères fut plus large que la moyenne. Plus encore, l’égalité de traitement a été exigée par certaines d’entre elles. Ainsi, la femme médecin autrichienne Fritzi Brauner voulut un jour accompagner ses collègues masculins à proximité du front. Cela lui fut refusé, avec pour justification : « Non, ce n’est pas encore assez sûr là-bas pour les femmes ! ». Brauner, en tant que femme et médecin, en fut révoltée : « Quelle insulte ! » pensa-t-elle51. Sa collègue tchéco-polonaise Dora Lorska, également médecin, refusa quant à elle d’être évacuée la première en raison de son sexe et de sa jeunesse. Elle put rester auprès de ses patients. Enfin, certaines subirent le fonctionnement de plus en plus répressif du parti communiste. Cela faillit d’ailleurs être fatal à la femme médecin polonaise Jadwiga Welykanowicz-Kanner, membre du PC polonais, qui était alors en pleine liquidation par le Komintern. Les séances de lectures politiques que Welykanowicz-Kanner tenait avec des amis furent dénoncées comme des « formations trotskistes52». On voulut la faire avouer lors d’interrogatoires interminables, mais elle résista à la pression et put finalement partir au front comme elle le souhaitait.

Conclusion

29Des centaines, voire un millier, de « Spanienkämpferinnen » ont défendu la République pendant la guerre civile espagnole. Elles ne sont pas venues comme des compagnes de leurs hommes, mais comme des antifascistes qui voulaient résister à Franco et au fascisme international. Certaines sont venues avec leurs compagnons, beaucoup sont venues seules. Elles ont consciemment brisé le lien social que la plupart des femmes voulaient garder avec leur famille et leur foyer. Pendant la guerre civile espagnole, elles n’étaient pas toujours les bienvenues, ni dans les milices ni dans les Brigades internationales. Les cadres, majoritairement des hommes, ont essayé de les utiliser principalement dans le domaine médical. Les femmes qui voulaient se battre les armes à la main ont été à peine admises, durant quelques semaines. Par contre, les infirmières furent toujours très demandées. En raison de leur sexe, les femmes eurent moins d’opportunités que les hommes de choisir une place active dans la lutte. Cependant, elles surent trouver des interstices dans le dispositif d’assignation. Des miliciennes, des infirmières et des femmes médecins travaillèrent au front, à leur propre demande, sous les bombes, assumant des responsabilités qu’elles n’auraient pas pu atteindre dans le cadre des fonctions traditionnellement dévolues à leur sexe.

30Dans la littérature commémorative des volontaires internationaux qui, pendant de nombreuses décennies, a considéré presque exclusivement les combattants hommes, le rôle des femmes était réduit à celui d’une mission humanitaire. Agir en tant que femme dans une guerre exigeait au préalable le dépassement des structures sociales traditionnelles. La culture du souvenir a annulé le contexte politique et le risque personnel des combattants espagnols. Peut-être les femmes volontaires elles-mêmes ont-elles contribué à cela, en remettant à peine en question le rôle qu’elles devaient jouer. Sur le terrain, elles ont fait montre de leur professionnalisme et de leurs capacités politiques, de leur pragmatisme face aux luttes de pouvoir. Elles reçurent de ce fait l’estime de leurs collègues et des patients, pour avoir été désavantagées par les structures misogynes des milices et des Brigades internationales. Bien qu’elles aient souvent dû surmonter obstacles et préjugés pour pouvoir se rendre en Espagne en tant qu’antifascistes, leur socialisation en tant que femmes a eu une limite : elles n’ont jamais pu revendiquer une égalité complète. Cependant, cet épisode espagnol leur a donné une part d’autonomie bien supérieure à ce qui était possible chez elles.

  • 53 Lisa Gavrič, Die Straβe der Wirklichkeit. Bericht eines Lebens, Berlin, 1984, p. 161.
  • 54 Frances Patai, Heroines, Humanitarians, Anti-fascists, n.d. (Frances Patai Papers, ALBA 131, Box 5, (...)
  • 55 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 343.

31Pour beaucoup de femmes, l’Espagne est devenue l’expérience la plus importante de leur vie, pour certaines « la plus belle53 ». Ce sentiment est particulièrement fort chez les femmes volontaires du personnel paramédical. Elles étaient conscientes que l’on avait absolument besoin d’elles : « C’est le seul véritable temps où les gens me respectaient vraiment pour ce que j’ai fait. La meilleure partie de ma vie fut quand j’étais en Espagne », a déclaré la volontaire afro-américaine Salaria Kea54. « L’Espagne a peut-être été la meilleure période de ma vie... J’étais sûre de faire ce qui était bien », disait la Polonaise Liza Hollender55. Les étrangères volontaires se considéraient à juste titre comme des camarades, parmi des camarades, faisant partie d’un ensemble plus vaste, la lutte contre le fascisme, mais sans participer jamais aux responsabilités politiques. Pourtant, contre Franco, les Spanienkämpferinnen furent des combattantes comme les autres.

Haut de page

Notes

1 Renée Lugschitz, Spanienkämpferinnen. Ausländische Frauen im Spanischen Bürgerkrieg 1936-1939, Vienne, Lit, 2012, 213 p.

2 Les banques de données et la littérature disponibles sur les étrangères dans la guerre civile espagnole, souvent déterminées au niveau national, sont notamment : <http://www.doew.at/erinnern/biographien/spanienarchiv-online/> et Irene Filip, « Frauen bei den Internationalen Brigaden im Spanischen Bürgerkrieg », dans DÖW (dir.), Jahrbuch des Dokumentationsarchiv des Österreichischen Widerstandes, Vienne, u.a., 2009 ; Sie werden nicht durchkommen. Deutsche an der Seite der Spanischen Republik und der sozialen Revolution, Lich, Edition AV, 2015 ; Peter Huber, Die Schweizer Spanienfreiwilligen, Zürich, Rotpunkt, 2009 (en collaboration avec Ralph Hug) ; Angela Jackson, Las mujeres británicas y la guerra civil española, Valence, Universitat de València, 2010 ; <https://spanjestrijders.nl/> ; Women’s Voices from the Spanish Civil War, Londres, Lawrence & Wishart, 1991 ; Antonio R. Celada, González de la Aleja, Manuel et Daniel Pastor Garcia, Los Brigadistas de Habla Inglesa y la Guerra Civil Española, Salamanque, Almar, 2006.

3 Hanns Maassen (dir.), Brigada Internacional ist unser Ehrenname. Erlebnisse ehemaliger deutscher Spanienkämpfer, Berlin, Militärverlag der Deutschen Demokratischen Republik, 1983.

4 Les Olympiades populaires, rencontre sportive internationale organisée à Barcelone en juillet 1936 en boycott des Jeux olympiques de Berlin, furent annulées sine die du fait du soulèvement des militaires espagnols.

5 Käthe Hempel, « Als Krankenschwester in Tardienta », dans Hans Maassen (dir.), Brigada Internacional, op. cit., p. 214 ; Josie McLellan, Antifascism and Memory in East Germany : Remembering the International Brigades, 1945-1989, New York, Clarendon Press of Oxford University Press, 2004, p. 123.

6 Alfred Kantorowicz, Spanisches Kriegstagebuch, Cologne, Konkret Literatur, 1966, p. 280.

7 Angela Berg, Die Internationalen Brigaden im Spanischen Bürgerkrieg 1936-1939, Essen, Klartext, 2005, p. 91.

8 Tracy Isaacs, « Feminism and Agency », dans Canadian Journal of Philosophy, 32 (sup 1), 2013, p. 129-154 et p. 132.

9 Catherine Lee et Anne Logan, « Women’s agency, activism and organisation », dans Women’s History Review, 2017, p. 1-4.

10 Voir notamment Antony Beevor, The Battle For Spain. The Spanish Civil War, 1936-1939, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2006.

11 Dora Quinton, Vienne, n.d. (Dossier personnel Quinton, Dora) ; Interview avec Hans Schafranek.

12 Ibid.

13 Frances Patai, « Heroines of the Good Fight. Testimonies of U.S. Volunteer Nurses in the Spanish Civil War, 1936-1939 », dans Nursing History Review, 3, 1995, p. 79-104.

14 Françoise E. Brauner, « Als Ärztin im spanischen Bürgerkrieg », dans Thomas M. Ruprecht et Christian Jenssen (dir.), Äskulap oder Mars ? Ärzte gegen den Krieg, Bremen, Donat, 1991, p. 330-347 et p. 332.

15 Käthe Dahlem, n.d. (DÖW. Spanienarchiv. Dossier personnel Dahlem, Käthe) ; Erinnerungen.

16 Paul Preston, We Saw Spain Die. Foreign Correspondents in the Spanish Civil War, London, Constable (Kindle), 2008 ; Renée Lugschitz, « Pressebüro und Zensur im Spanischen Bürgerinnenkrieg. Reporterinnen zwischen Journalismus, Propaganda und Überwachung », dans Österreichische Zeitschrift für Geschichtswissenschaften, 27 (3), 2016, p. 160-171. ; Lucy Viedma, « The Spanish Civil War, 1936-1939 », dans Labour Movement Archives and Library (dir.), The World in the Basement. International Material in Archives and Collections, Stockholm, 2002.

17 Petra Lataster-Czisch, Eigentlich rede ich nicht gern über mich. Lebenserinnerungen von Frauen aus dem Spanischen Bürgerkrieg, 1936-1939, Leipzig, Weimar, Kiepenheuer, 1990, p. 72.

18 Simone Weil, « Lettre à Georges Bernanos », dans Écrits historiques et politiques, Paris, Gallimard, 1960, p. 406.

19 Fritzi Brauner est née à Vienne en 1911, sous le nom de Friedrike Riesel. Elle s’est impliquée politiquement très tôt et a rejoint le Parti communiste autrichien. En 1936, la jeune docteure d’origine juive a quitté Vienne pour des raisons politiques et s’est rendue à Paris avec son mari, le docteur Alfred Brauner. À partir de février 1937, elle a été médecin en Espagne, notamment dans les hôpitaux de Benicàssim et Mataró. De 1939 à 1940, elle a été responsable des enfants juifs réfugiés au château de la Guette, près de Paris, aux côtés de son mari et du militant autrichien Harry Spiegel, à la suite de quoi elle a eu une activité dans la Résistance. À partir de 1950, elle a travaillé comme médecin principal dans une clinique de jour pour enfants handicapés à Saint-Mandé. En outre, elle a été impliquée dans l’Association des médecins contre la guerre nucléaire. Elle est morte en 2000 à Paris.

20 Renée Lugschitz, op. cit, p. 47.

21 Allgemein zu den Österreicherinnen s.a. Irene Filip, « Frauen bei den Internationalen Brigaden im Spanischen Bürgerkrieg », dans DÖW (dir.), op. cit.

22 Peter Huber, op. cit.

23 Mika Etchebéhère, La guerra mía. Eine Frau kämpft für Spanien. Erinnerungen, Frankfurt-am-Main, Neue Kritik, 1980.

24 Peter Huber, op. cit., p. 219.

25 Paul et Clara Thalmann, « Von der Schwierigkeit nach Spanien zu reisen », dans Erich Hackl et Cristina Timón Solinís (dir.), Geschichten aus der Geschichte des Spanischen Bürgerkriegs, Darmstadt 1986, Darmstadt, Luchterhand, 1986, p. 75-80.

26 Dieter Nelles, « La Légion étrangère de la révolution : les anarcho-syndicalistes allemands dans les milices anarchistes durant la guerre civile espagnole », dans Stéphanie Prezioso, Jean Batou et Ami-Jacques Rapin (dir.), Tant pis si la lutte est cruelle. Volontaires internationaux contre Franco, Paris, Éditions Syllepse, 2008, p. 209.

27 Voir par exemple James K. Hopkins, Into the Heart of Fire : The British in the Spanish Civil War, Stanford, Stanford University Press, 1998.

28 Voir en particulier Yvonne Scholten, Fanny Schoonheyt. Een Nederlands meisje strijdt in de Spaanse Burgeroorlog, Utrecht, Meulenhoff (eBook), 2011.

29 Golda Friedemann, n.d. (dossier personnel Friedemann, Golda) ; coupures de presse diverses.

30 Idem.

31 Le Partido Socialista Unificado de Catalunya est créé en juillet 1936 par la fusion des partis communiste et socialiste catalans.

32 Peter Huber, op. cit., p. 392.

33 James K. Hopkins, op. cit., p. 221.

34 Mika Etchebéhère, op. cit.

35 Gusti Jirku, Nous luttons contre la mort ! Le travail du service sanitaire des Brigades internationales, Éditions des Brigades internationales, 1938, 53 p.

36 Renée Lugschitz, op. cit.

37 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 76 ; Voir Renée Lugschitz, « Ausländerinnen im Spanischen Bürgerkrieg. Internationales Engagement in einem nationalen Konflikt », dans Comparativ, 28 (1), 2018, p. 48-64.

38 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 444.

39 Frances Patai, op. cit.

40 Jim Fyrth et Sally Alexander (dir.), op. cit., p. 78 ; Sur elle, voir également Angela Jackson, op. cit.

41 Patai 1995, op. cit., p. 96.

42 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 149.

43 Marie Langer, Von Wien bis Managua, Wege einer Psychoanalytikerin, Fribourg, i.Br., Kore, 1991, p. 97.

44 Ana Martínez Rus, Milicianas. Mujeres republicanas combatientes, Madrid, Catarata, 2018 ; Mary Nash, Rojas. Las mujeres republicanas en la Guerra Civil, Madrid, Taurus, 1999 ; Renée Lugschitz, op. cit.

45 La Vanguardia du 20 février 1977.

46 Frances Patai, I’m a Forever Anti-Fascist, S. 10f, Manuscrit inédit, ALBA 131, Box 5. Folder 13, New York, n.d. (Frances Patai papers. ALBA 131, Box 5. Folder 13).

47 Julia Newman, Into the Fire, USA, 2006.

48 Renée Lugschitz, op. cit.

49 Angela Jackson, op. cit., p. 143.

50 Tracy Isaacs, op. cit., p. 132.

51 Françoise E. Brauner, « Als Ärztin im spanischen Bürgerkrieg », dans Thomas M. Ruprecht et Christian Jenssen (dir.), op. cit., p. 345.

52 Arno Lustiger, Schalom Libertad ! Juden im Spanischen Bürgerkrieg, Berlin, Aufbau Taschenbuch, 2001, p. 168.

53 Lisa Gavrič, Die Straβe der Wirklichkeit. Bericht eines Lebens, Berlin, 1984, p. 161.

54 Frances Patai, Heroines, Humanitarians, Anti-fascists, n.d. (Frances Patai Papers, ALBA 131, Box 5, Folder 3), manuscrit inédit.

55 Petra Lataster-Czisch, op. cit., p. 343.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Lugschitz, « Collègues, égales et camarades. Les volontaires étrangères dans la guerre civile espagnole (1936-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 19-36.

Référence électronique

Renée Lugschitz, « Collègues, égales et camarades. Les volontaires étrangères dans la guerre civile espagnole (1936-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9645

Haut de page

Auteur

Renée Lugschitz

Université de Klagenfurt et Institut de recherche en journalisme de Vienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page