Navigation – Plan du site
DOSSIER

Au combat sans armes

Femmes espagnoles dans les rangs de la France combattante
Diego Gaspar Celaya
Traduction de Édouard Sill
p. 37-55

Résumé

Cet article vise à étudier la participation des femmes espagnoles dans la Résistance en France lors du deuxième conflit mondial dans une perspective de genre, afin de la mettre en relation avec l’histoire sociale de cette Résistance. En accord avec un cadre d’analyse transnationale, cet article accorde une attention particulière à la participation de ces femmes espagnoles à deux structures résistantes particulières : les armées de la France libre et les réseaux d'action, d'information et d’évasion alliés qui ont opéré dans l’Hexagone pendant le conflit, analysant en profondeur leurs itinéraires de vie et de résistance, et en réfléchissant à la reconnaissance de leur engagement et de leur combat par les autorités françaises dans la période de l’après-guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Maurice Schumann à la BBC le 16 décembre 1943, Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Les voix de la (...)

« Dans la dernière guerre [1914-1918], la femme a donné des centaines d’héroïnes à la liberté, pour la première fois dans cette guerre [1939-1945], elle lui a donné des centaines de milliers de combattantes. »1

Maurice Schumann, 16 décembre 1943.

  • 2 . L’expression « Résistance extérieure » englobe la France libre, l’organisation para-étatique créé (...)
  • 3 . Le 13 juillet 1942, la France libre a changé son nom officiel pour celui de France combattante, d (...)

1Faut-il porter une arme pour participer au combat, pour être considéré comme combattant.e ou pour influer sur le succès des opérations ? C’est, à notre sens une des questions soulevées par l’étude de la participation des femmes à la Résistance extérieure2 en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces femmes furent principalement employées à des tâches considérées, à l’époque et par les hommes, comme auxiliaires ou secondaires, c’est-à-dire les activités administratives, sanitaires, médicales, d’assistance, d’intendance, etc. Leur histoire, bien que reléguée depuis des décennies en arrière-plan des participants au second conflit mondial, est celle de milliers de volontaires, françaises et étrangères, au service de la France combattante3, soit en tant que membres des Forces françaises libres (FFL), donc dans une organisation militaire de type traditionnel, soit en tant qu’agentes dans les Forces de la France combattante (FFC), dans les réseaux de renseignement, d’action ou d’évasion liés aux services de renseignement français ou alliés. Afin d’envisager et de souligner l’espace interstitiel occupé par les volontaires espagnoles de la FFC et leur action spécifique comme « combattantes non combattantes », cette étude s’appuie sur le corpus de 39 Espagnoles, membres volontaires dans les deux structures, FFL et FFC, dont les services ont été reconnus et homologués par les autorités françaises à la Libération. Il s’agit d’une analyse de leurs itinéraires de vie et de résistance, de l’observation de la continuité en France de leur combat antifasciste, que plusieurs avaient commencé en Espagne durant la guerre civile, suivie d’une réflexion et d’une évaluation de la reconnaissance de leur engagement après la guerre.

Exclusion et oubli

  • 4 . Diego Gaspar Celaya, « “Premature Resisters”. Spanish Contribution to the French National Defence (...)
  • 5 . Loi du 11 juillet 1938 « portant sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre (...)

2En dépit de leur exclusion de la formation des unités de combats, des milliers de femmes, principalement de nationalité française, ont servi dans les rangs de la Résistance extérieure française pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, l’étude du cadre législatif réglementant leur intégration dans les unités militaires françaises entre 1940 et 1951 et évaluant leurs services dans des unités auxiliaires révèle, outre une incapacité manifeste des autorités militaires françaises à structurer l’incorporation des femmes dans les unités, une nette sous-estimation de la participation des femmes à la Résistance extérieure. Cette marginalisation trouve ses racines dans les limites imposées par une définition restrictive, c’est-à-dire nationale, militaire et masculine, de l’acte de résistance qui a été adopté par les autorités françaises de l’après-guerre comme cadre juridique destiné à évaluer et homologuer les services rendus par les membres de la Résistance4. À ces limites, et à propos des Espagnoles au service de la France combattante, il faut ajouter l’interdiction de l’intégration de personnel féminin dans les unités de combattants. Paradoxalement, cette limite est en contradiction avec l’un des principes fondamentaux de la loi d’organisation de la nation en temps de guerre du 11 juillet 1938, puisque ce texte permettait au contraire le recrutement de toutes les personnes en âge de combattre, sans distinction de sexe5.

  • 6 . Parmi les principaux travaux qui confirment cette évolution figurent les ouvrages suivants : Oliv (...)
  • 7 . Une évolution de cette question peut être suivie à travers les travaux suivants : Jean-Marie Guil (...)
  • 8 . François Marcot (dir.), op. cit. ; Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketti (dir.), Di (...)
  • 9 . Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009 ; Fran (...)
  • 10 . Christine Levisse-Touzé, « Les femmes dans la France libre », dans Mechtild Gilzmer, Christine Le (...)

3Pendant des décennies, cette marginalisation des femmes induite dans les textes officiels s’est également reflétée dans une historiographie muette à propos de leur participation à la défense nationale en France. Cependant, cette étude peut désormais s’appuyer sur le renouvellement de l’historiographie de la Résistance en France durant les vingt dernières années, qui a vu la publication de solides monographies consacrées aux aspects politiques et militaires ainsi qu’à des personnalités éminentes6. Ces travaux ont notamment concerné les aspects sociaux et culturels du phénomène de résistance et de ses protagonistes, où l’apport de la sociologie et de l’analyse comparative a été fondamental7. Grâce à cette avancée historiographique, la plupart des travaux récents consacrés à la Résistance intérieure accordent désormais une place importante aux femmes, tels les synthèses et travaux dirigés par Dominique Veillon, Christine Levisse-Touzé ou Catherine Lacour-Astol8. Cependant, dans ce renouveau historiographique, la Résistance extérieure et la France libre ont été les dernières à attirer l’attention, en comparaison avec le degré de précision présenté par la plupart des publications traitant de son pendant intérieur. En témoignent des ouvrages tels que la monographie consacrée par Jean-François Muracciole à l’étude de la France Libre en 2009 ou le Dictionnaire de la France libre paru en 2010 dans la collection ouverte par Robert Laffont en 2005 avec le Dictionnaire historique de la Résistance, ou encore le travail qu’Eric Jennings a consacré à l’étude des troupes coloniales dans les rangs gaullistes9. Ce retard est également perceptible dans la majorité des travaux consacrés exclusivement aux femmes de la Résistance, où l’attention s’est ici encore centrée uniquement sur les femmes ayant servi dans des organisations de la Résistance et dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI), c’est-à-dire les maquis, corps francs, etc., au détriment de celles incorporées aux FFL ou aux réseaux d’action, d’information et d’évasion de la France combattante. Cette disproportion a cependant été en partie corrigée grâce à des travaux récents, tels que ceux de Luc Capdevila, Christine Levisse-Touzé et Élodie Jaunine10.

Recrutement en temps de guerre

  • 11 . Diego Gaspar Celaya, « Premature Resisters »…, op. cit.
  • 12 . Christine Levisse-Touzé, « Les Femmes dans la France libre », op. cit., p. 169-184.
  • 13 . Décret n° 74 du 16 décembre 1941 « portant organisation du Corps des volontaires françaises », Jo (...)
  • 14 . Élodie Jauneau, « Des femmes dans la France combattante…», op. cit.

4Depuis le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne étaient en guerre avec l’Allemagne. Jusqu’à la défaite française en juin 1940, plus de 6 500 femmes se sont enrôlées dans les armées françaises en vertu de la loi du 11 juillet 1938, en tant qu’infirmières, dont beaucoup au sein de la section « Infirmières, pilotes et secouristes de l’air » (IPSA) de la Croix-Rouge française, en tant qu’ambulancières ou comme membres des Sections sanitaires automobiles (SSA). Aucune d’entre elles n’était espagnole. À ce moment en effet, contrairement à leurs homologues masculins, les femmes espagnoles en France ont été privées de toute possibilité de s’engager. Cette marginalisation, reposant tant sur un critère de nationalité que de sexe, fit que ni la Légion étrangère française ni les Régiments de marche des volontaires étrangers (RMVE) ni les Compagnies de travailleurs étrangers (CTE), c’est-à-dire l’ensemble des unités où s’est structurée la contribution militaire espagnole dans la campagne de 1939-1940, ne comptèrent de femmes espagnoles dans leurs rangs11. La défaite et l’armistice ont entraîné la dissolution de certaines de ces unités, parmi lesquelles l’IPSA et la SSA. Cependant, après l’appel du général De Gaulle, l’appareil administratif et militaire de la France libre a commencé à s’organiser à Londres grâce à l’engagement de milliers de volontaires, nationaux et étrangers, venus de France ou résidant en Angleterre. Les femmes qui rejoignirent la capitale britannique à cette époque furent intégrées, à partir de novembre 1940, dans le « Corps féminin des volontaires françaises », une formation militaire auxiliaire renommée, en décembre 1941, « Corps des volontaires français » (CVF)12. Ces unités avaient été conçues pour remplacer tous les hommes aptes au combat par des femmes, dans des emplois qu’elles pouvaient exercer sans « dénaturer » le sexe féminin13. Cependant, ce corps ne comprenait pas d’Espagnoles non plus. Ainsi, bien que la loi du 11 juillet 1938 ait ouvert les portes de l’armée à des milliers de femmes, cette entrée fut limitée, dans le CVF, par le fait du maintien de l’interdiction faite aux femmes de combattre. Sauf lorsqu’il avait pour objet de soutenir ou d’assister les hommes blessés, l’accès à la zone de combat est demeuré une prérogative des hommes tout au long du conflit, à l’exception des femmes qui, peu nombreuses, ont participé à des actions armées de la Résistance intérieure14.

  • 15 . Luc Capdevila, « La mobilisation des femmes dans la France combattante…», op. cit.

5Dans ce contexte particulier marqué par la défaite et l’occupation allemande, des milliers de femmes ont été progressivement incorporées à la CVF, mais aussi dans les rangs de la Résistance intérieure, ainsi qu’aux différents réseaux d’action, de renseignements, de formation et d’évasion dépendant de la France libre ou en relation avec les services secrets alliés. La plupart des formes d’action exercées par ces résistantes de l’intérieur et ces agentes de réseau correspondent à des pratiques de résistance civile ou de courrier, de transport, de renseignement, d’hébergement, de logistique, de falsification de documents, etc., des tâches sur lesquelles aucune limitation de genre n’opérait, contrairement à ce qui s’est passé avec les normes qui réglementaient leur incorporation aux armées françaises. En outre, différents dirigeants de la Résistance ont estimé que certaines pratiques clandestines pouvaient être menées avec plus de chances de succès par des femmes : ces dernières auraient eu moins de difficultés à se dissimuler et à passer inaperçues, dans une démarche d’instrumentalisation de genre15. Le cas de Ramón Rubio Miranda, comandande Rubio, membre du XIVº Cuerpo de Guerrilleros Españoles dans l’Ariège, en est un bon exemple :

  • 16 . Témoignage de Ramón Rubio Miranda, « comandande Rubio », dans Neus Catalá, De la resistencia y la (...)

« Serafina Velez [agente de liaison] portait autrefois deux valises remplies de documents et d’argent. En arrivant à la gare centrale de Toulouse, il y avait un contrôle très sévère avec un déploiement militaire important. […] Mais elle, très habile et confiante, s’est approchée pacifiquement d’un garde mobile : “S’il vous plaît, je ne peux plus le porter, si vous aviez la bonté de sortir mes sacs dehors, là où on m’attend, j’ai ma fille malade qui est chez un voisin et je dois l’allaiter”. Le gars, la voyant ainsi jeune et jolie, en est tombé amoureux et c’est lui qui est passé au milieu des Allemands, qui n’auraient jamais pensé à contrôler un garde mobile. »16

6Il nous est possible de déterminer si cette instrumentalisation s’est révélée positive ou négative, en prenant en compte, par exemple, le niveau de risque élevé auquel les femmes qui travaillaient ont été exposées. Découvertes, elles ont été arrêtées, emprisonnées et déportées, puisque l’occupant n’a opéré aucun filtre de genre dans la répression. Mais, alors que ces femmes étaient appréciées par leurs chefs militaires et leurs chefs résistants, leurs actions étaient rarement assimilées au combat et à la résistance armée. Ainsi, parmi les témoignages de plus de cinquante femmes, compilés et édités par Neus Catalá, aucune d’entre elles n’a participé à la Résistance « les armes à la main », à l’exception éventuelle de celles qui fabriquaient des explosifs ou les transportaient entre différents groupes résistants et maquis. Une illustration se trouve dans un second témoignage de Rubio :

  • 17 . Ibid., p. 364-365.

« À l’aube de la Résistance, au printemps 1942, lors de la constitution du 14e Corps de guérillas espagnoles en Ariège, sous le commandement du chef Ríos, le mari de Libertad Rocafull, les femmes jouèrent un rôle de premier plan. Libertad Rocafull, bien que limitée dans son action du fait des responsabilités de son mari Ríos, et Angelita Gallardo ont été les deux premières femmes à avoir pris part aux actions de notre groupe. Son premier travail, plus dangereux qu’il n’y paraît à première vue, consistait à apporter des colis dans les prisons aux résistants détenus. […] Comment cela fut-il mené à bien ? Dieu seul sait. Le fait est qu’elles ont toujours surmonté avec succès les difficultés de ces tâches. Naturellement, elles faisaient partie du 14e Corps de guérillas d’une manière indirecte, mais concrètement à son service. »17

7Afin d’appréhender plus précisément la place interstitielle et l’action spécifique des volontaires espagnoles de la FFC comme des « combattantes non combattantes », le recours à une approche prosopographique se révèle indispensable pour faire surgir les pesanteurs, les limites et les concordances au travers des carrières biographiques.

Les « combattantes » espagnoles vues au microscope

  • 18 . Il s’agit de Carmen Aguilera (née à Almeria, en 1912), Pilar Álvarez (Muros, Asturies, 1917), Mar (...)
  • 19 . Circulaire nº 136/D/BCRA pour l’application du décret nº 366 du 25 juillet 1942, BOEM/G 315, p. 3 (...)
  • 20 . Instruction n° 21022/SEFAG/EMP relative à l’attribution des différents titres reconnaissant les s (...)

8Comme nous l’avons déjà indiqué, 39 Espagnoles ont été homologuées après la Libération comme ayant été au service de la France combattante18. Toutes, à l’exception de Paquita Casanovas – secrétaire, traductrice et recrue du Comité de la France libre de Lisbonne (Portugal) – ont servi comme informatrices, auxiliaires de soutien logistique, agentes de liaison, courriers, passeuses ou faussaires dans différents réseaux d’action, d’évasion et de renseignement associés à la France combattante – le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) – ou auprès de divers services de renseignement alliés, principalement le War Office britannique et l’Office of Strategic Services (OSS) américain. Ces services leur ont valu d’être reconnues comme personnels des FFC après la guerre. En plus de Paquita Casanovas, quatre autres – Concepción Davín, Sabina Bartoli, Luisa Rodríguez et Enriqueta Sola – ont été reconnues à la fois comme personnels FFC et FFL19. En effet, conformément à une instruction du ministère de la Défense datant de 1953 et relative à l’attribution des différents titres reconnaissant les services rendus à la France libre par un volontaire, elles devaient toutes être à cette date agentes intermittentes (P1) ou permanentes (P2) au sein d’un réseau d’information ou d’action rattaché au Comité national français (CNF)20. Cependant, Carmen Gardell, Adela Guardia, Rosa Hernandez, Feliciana Llach et Primitiva Vilarrasa se sont vu refuser cette homologation, alors qu’elles avaient pourtant servi dans un réseau connecté au CNF ou avaient commencé à le faire après la date susdite, ou bien encore en tant qu’agentes occasionnelles.

  • 21 . À l’exception d’Elena María Picon, dossier SHD/GR, 16P 476014 et Pilar Ponzán, SHD/GR, 16P 486052 (...)
  • 22 . Le concept classique d’« entrer en résistance » décrit le moment où le volontaire rejoint le rése (...)
  • 23 . Carmen Gardell (ép. Bartoli), SHD/GR, 16P 242349 ; Sabina Bartoli, SHD/GR, 16P 36213.

9L’étude comparative de leurs dossiers personnels conservés dans les séries GR, 16P et 28P du Service historique de la Défense (SHD), ainsi que celle des différentes publications compilant certains de leurs témoignages ou faisant référence à leurs parcours, nous permettent d’approfondir leurs trajectoires de vie, de résistance, d’internement, mais également de déportation. En effet, dix-neuf d’entre elles (49 % du total) ont été arrêtées, emprisonnées et déportées pour leur appartenance à la Résistance21. La jeunesse de ce groupe, soit une moyenne d’âge de 30,3 ans au 1er septembre 1939, est une donnée fondamentale pour envisager leur « entrée en résistance22 », la jeunesse étant en effet parfois synonyme de réactivité, d’indépendance et de liberté de mouvement, associée à l’absence de responsabilités familiales. En effet, vingt-quatre d’entre elles (62 %) ont déclaré qu’elles n’avaient pas d’enfant à charge à ce moment donné, bien que pour le reste de l’effectif la condition de mère et la charge familiale ne furent pas des obstacles à une collaboration active avec la Résistance. En outre, l’engagement maternel a favorisé ou rendu possible celui des enfants, comme ce fut le cas pour Carmen Gardell et Sabina Bartoli, collaboratrices respectivement des réseaux Sabot et Darius23. Quatorze d’entre elles (35,8 %) ont déclaré être célibataires à leur entrée dans la Résistance, tandis que dix-sept étaient mariées (43,5 %), dont dix avec enfants. On relève également deux divorcées (5,5 %) et six veuves (15,4 %), dont cinq avec enfants. Une fois reliées à l’engagement résistant des hommes de leur entourage (pères, frères, maris, etc.), ces informations viennent renforcer, à l’instar de Carmen Gardell et Sabina Bártoli, l’hypothèse d’un rôle prépondérant joué par les réseaux familiaux dans l’entrée en résistance de ces femmes, du moins pour au moins quinze d’entre elles.

  • 24 . Ces réseaux familiaux, personnels et professionnels ont été étudiés en profondeur pour le cas de (...)
  • 25 . Diego Gaspar Celaya, « Une frontière poreuse. La traversée clandestine des Pyrénées entre 1939 et (...)

10Le développement des réseaux de la France combattante, comme celui des groupes résistants de l’intérieur, ont eu pour habitat naturel de petites cellules délimitées par des réseaux familiaux, professionnels et personnels de composition mixte. Il faut ajouter, dans le cas de la communauté espagnole exilée en France, les réseaux politico-régionaux établis par les immigrés et les réfugiés espagnols dans les territoires où ils se sont installés à leur arrivée en France24. Parmi ces derniers, structurés selon des relations de solidarité, de loyauté et de confiance développées à la fois en Espagne et lors de l’arrivée en France, il faut signaler l’exemple du groupe Ponzán. Ce dernier fut dirigé par l’anarchiste aragonais Francisco Ponzán, membre du Servicio de Inteligencia Especial Periférica (Service spécial de renseignement périphérique, SIEP) pendant la guerre civile espagnole et expert en missions de renseignement et de sabotage derrière les lignes ennemies. En fuite en France en février 1939, il fut transféré au camp du Vernet (Ariège), dont il parvint à s’échapper grâce à l’aide de deux familles d’immigrés économiques aragonais résidant à Varilhes, une localité proche du camp. Ce sont ces derniers qui mirent Francisco Ponzán en contact avec un mécanicien français, militant communiste, qui l’engagea pour travailler dans son garage, d’où Ponzán établit la base de son premier groupe de guides de montagne25.

  • 26 . Alfonsina Bueno Ester, SHD/GR, 16P 96209 ; Diego Gaspar Celaya, La guerra continúa. Voluntarios e (...)

11Sans quitter le groupe Ponzán, afin de mettre en évidence l’influence de ces réseaux familiaux et personnels dans l’incorporation de l’une de ces volontaires de la France combattante, nous allons nous intéresser au parcours d’Alfonsina Bueno Ester, membre de ce groupe et agente (P2) du réseau d’évasion allié Pat O’Leary. Née en 1915, elle a déménagé avec sa famille à Berga (Lérida) dans son enfance. Elle fut employée ensuite dans une filature où elle rencontra Josep Ester, un anarchiste de Lérida qu’elle épousa en 1932, dont elle eut une fille, avant de s’enfuir en France au début de 1939. Elle figure parmi les toutes premières à s’engager dans la Résistance, en 1941. Tandis que Josep était interné dans le camp du Vernet, elle fut intégrée par Francisco Ponzán dans son groupe, comme son père et son mari, pour transporter des armes vers le maquis. Plus tard, tandis qu’elle agissait également pour le réseau Pat O’Leary, elle dirigea une maison servant de refuge et de point de récupération pour des dizaines d’évadés et de guides du réseau à Banyuls (Pyrénées-Orientales), où elle collabora également à des missions de réception de matériel allié, jusqu’à son arrestation par la Gestapo en février 194326.

12En relevant ce fil tendu entre l’espace familial, l’entrée dans la Résistance et l’activité résistante, il s’avère que, sans surprise, une partie des formes de résistance exercées par les femmes espagnoles au service de la France combattante sont liées à des activités quotidiennes ou à des tâches « domestiques » qui leur ont été assignées. Cependant, cet engagement, en particulier dans le cas des agentes intermittentes (P1) et permanentes (P2), peut être interprété à la fois comme une politisation de la vie privée et un engagement militaire dans un conflit qui ne distinguait pas le sexe des protagonistes. Malgré le fait que ces relations familiales et personnelles n’invalident ni le caractère politico-militaire de leur enrôlement ni celui de leur action résistante, ces relations ont eu un poids très spécifique dans l’entrée de ces volontaires dans la Résistance, y compris l’héritage commun de la défaite en Espagne.

Continuer le combat en France

  • 27 . Elisa Garrido, SHD/GR, 16P 244549.
  • 28 . Generosa Cortina, SHD/GR, 16P 143856 ; Noemí Riudor Garcia, « La familia Soldevila d’Escart : Lín (...)
  • 29 . Jorge Marco, Hijos de una guerra. Los hermanos quero y la resistencia antifranquista, Grenade, Co (...)

13D’autres facteurs inclusifs et incitatifs ont marqué l’investissement combattant de ces Espagnoles. La défaite du projet démocratique en Espagne, l’exil en France, le sentiment antifasciste, la continuité du combat commencé en 1936, perçue comme un processus logique, et la répression mise en œuvre par l’occupant allemand ont aussi joué un rôle important dans l’engagement de ces femmes, immigrées économiques comme réfugiées politiques. L’exemple d’Elisa Garrido vient illustrer l’engagement continu (1936-1945) dans la lutte antifasciste d’une Espagnole qui, après le coup d’État manqué du 18 juillet 1936 et du début de la guerre civile, s’est incorporée aux milices de la CNT à Barcelone, d’où elle est partie pour le front d’Aragon. Réfugiée en France au début de 1939, elle s’est installée avec son compagnon à Toulouse, où elle a rejoint un comité clandestin d’assistance de la CNT pour venir en aide aux exilés, puis le réseau d’évasion Pat O’Leary, puis Françoise en 194327. Pour illustrer la continuité du combat antifasciste des hommes espagnols dans l’espace transfrontalier franco-espagnol, je vais utiliser l’itinéraire de vie et de résistance, mais aussi les relations personnelles d’une autre résistante FFC espagnole : Generosa Cortina Roig. Née à Son (Lérida) en 1910, Generosa quitta l’Espagne en 1925 et s’installa, en tant qu’immigrante économique, à Granges-sur-Lot (Lot-et-Garonne) où sa sœur était déjà établie. Elle épousa en 1931 Jaume Soldevila, lui aussi résistant, puis le couple s’installa à Toulouse où Jaume travailla comme mécanicien. En revanche, les frères de ce dernier, Isidre, Joan et Ricardo, qui étaient restés en Espagne, s’enrôlèrent en 1936 dans les milices, puis dans l’Armée populaire. Ils survécurent tous à la guerre et évitèrent la mobilisation dans l’armée franquiste, où ils auraient dû effectuer leur service militaire dans des unités à caractère disciplinaire. Ils en réchappèrent en passant dans la clandestinité, effectuant des tâches agricoles et forestières, et en se livrant à la contrebande avec l’Andorre. En fait, leur connaissance de la montagne et des cols frontaliers avait été remarquée par les services secrets belges, depuis le consulat de Belgique à Barcelone. Ainsi ils commencèrent à collaborer avec le réseau de renseignement Jean, qui acheminait de la documentation provenant des territoires occupés. Ils formèrent ensuite une filière nommée SOL (pour « Soldevila »), active entre Toulouse et Barcelone. Pour cette raison, leur frère Jaume et Generosa, tous deux domiciliés à Toulouse, y furent aussi recrutés, cette dernière comme « boîte à lettres ». Mais parallèlement, les frères Soldevila et Generosa furent amenés à intégrer un autre réseau d’évasion, Françoise, créé par Marie-Louise Dissard, agente du réseau Pat O’Leary, après le démantèlement de ce dernier28. Ainsi, comme cela a été démontré, une part importante des formes de socialisation de genre de la communauté espagnole en France s’est limitée à un petit cercle où, en plus des affects, les immigrés économiques espagnols résidant en France, la plupart depuis la décennie 1920-1930, ont joué un rôle fondamental. En outre, il convient de relever la force des liens qui unissent l’affectif et le politique lors de l’évaluation de l’entrée en Résistance de ces femmes, comme l’ont montré Jorge Marco et Mercedes Yusta au travers de l’analyse de l’importance de la parenté et des affects dans la structuration de l’engagement des hommes et des femmes dans la guérilla antifranquiste29.

  • 30 . Marcela Cayetano, SHD/GR, 16P 113396 ; Micaela Egea, SHD/GR, 16P 207730 ; Rosario Fábregas, SHD/G (...)
  • 31 . Luisa Rodríguez, SHD/GR, 16P 516939.

14En observant en détail leurs trajectoires, il ressort que, bien qu’elles soient toutes nées en Espagne, sept d’entre elles avaient acquis la nationalité française, ayant émigré en France entre la fin des années 1920 et le milieu des années 193030. Par ailleurs, un rapide survol des lieux de naissance des volontaires espagnoles donne les résultats suivants (selon la division territoriale espagnole actuelle) : Andalousie (5), Aragon (7), Asturies (1), Cantabrie (1), Castille et León (1), Catalogne (13), Estrémadure (1), Murcie (2), Navarre (2), Pays basque (5), indéterminé (1). Cette distribution indique la présence de vingt-sept femmes espagnoles issues de communautés autonomes frontalières avec la France. Enfin, il faut relever le fait que dix-sept d’entre elles étaient originaires des provinces limitrophes de la France : Gérone (6), Guipuzcoa (4), Huesca. (3), Lérida (2) et Navarre (2). Ces données supposent que ces dernières avaient une certaine connaissance du territoire pyrénéen, c’est-à-dire des compétences très probablement déterminantes dans la collaboration avec la Résistance. Toutes n’ont pas agi comme des agentes de liaison, courriers ou passeuses sur la frontière franco-espagnole et ses environs. Francisca Halzuet, alias « Frantxisca » et veuve de Philippe Usandizaga, a dirigé la ferme Bidegain-Berri à Urrugne, un poste d’étape du réseau Comète depuis juillet 1942, lieu par lequel la majorité des évadés du réseau entamaient le franchissement des Pyrénées accompagnés de guides de montagne. Arrêtée par la Gestapo en janvier 1943 avec trois pilotes alliés abattus qu’elle abritait dans la ferme, elle fut déportée dans le camp de Ravensbrück, où elle mourut le 12 avril 1945. Luisa Rodríguez était arrivée en France à l’adolescence et s’était installée à Tarascon-sur-Ariège (Ariège), où elle travaillait comme employée de maison. Elle avait épousé Virginio Díaz avant de rejoindre le réseau Brandy en tant que passeuse sur la frontière en décembre 1942, une structure dans laquelle elle servit jusqu’à la Libération, non sans avoir été entre-temps arrêtée et interrogée par la Gestapo en mai 194331.

15Il faut désormais considérer le lien entre l’origine de ces volontaires espagnoles de la France combattante, c’est-à-dire leur statut d’immigrées ou de réfugiées en France, avec les réseaux dans lesquels elles ont développé leur activité résistante, mais également avec la tâche qui leur fut assignée, afin d’en souligner l’imbrication.

Des expertes de terrain mises en réseau

  • 32 . Paquita Casanovas, SHD/GR, 16P 109898.
  • 33 . Marina Vega, SHD/GR, 16P 587846; « Españoles que son héroes en Francia », dans El Periódico, 11 n (...)

16Outre Brandy et Comète, quels furent les autres réseaux qui connurent également des membres féminins espagnols ? Où et quand furent-elles incorporées et quelles activités ont-elles exercé en leur sein ? En concentrant désormais notre attention sur l’observation des lieux où ces femmes se sont incorporées dans un réseau de la Résistance, on relève immédiatement une relation étroite avec la chaîne des Pyrénées, qu’elles connaissaient fort bien et dans laquelle beaucoup avaient développé leur activité résistante, avec la ville de Perpignan comme base d’opérations. Naturellement, en se basant sur une analyse élargie, il est possible d’étendre le champ d’action de ces Espagnoles de la France combattante jusqu’aux contreforts des Pyrénées, sur le versant français, c’est-à-dire aux départements situés juste après ceux directement limitrophes de la chaîne montagneuse, jusqu’à Toulouse. Cette ville fut, le fait est connu, un centre important de l’exil espagnol et de son activité politique, mais il s’agit également du chef-lieu de différents réseaux auxquels les volontaires espagnoles ont participé. Seize d’entre elles se sont engagées dans différentes localités de départements frontaliers français, parmi lesquels les Pyrénées-Orientales s’imposent, et en particulier la ville de Perpignan, où dix d’entre elles ont été actives. Huit autres ont rejoint la Résistance dans les autres départements, dont la Haute-Garonne et plus précisément à Toulouse (6). Concernant les autres Espagnoles (15), soit nous n’avons pas de données sur le lieu dans lequel elles se sont engagées (5), soit elles l’ont fait loin de ces espaces de contact (10). Parmi ces dix derniers cas, deux présentent un intérêt particulier : celui de Paquita Casanovas, engagée volontaire dans les FFL à Lisbonne en juillet 194032, et celui de Marina Vega, qui avait été envoyée par ses parents en France pour l’éloigner du conflit espagnol. Accueillie par une famille à Paris, elle ne voulut pas la suivre dans son émigration au Mexique au début des années 1940 et décida de rentrer en Espagne, via le consulat à Paris. En Espagne, elle emménagea à Madrid, où vivait sa mère. Son père purgeait alors une peine de 16 ans de prison, accusé d’appartenance à la franc-maçonnerie, à la prison d’El Puerto de Santamaría. C’est dans ce lieu que, par l’intermédiaire d’un ami du service diplomatique français, il mit sa fille Marina en contact avec le service de renseignement de la France libre, installé dans la légation anglaise de la capitale. Elle avait 17 ans lorsque son intégration fut approuvée et qu’elle commença à travailler sur des missions sensibles, comme courrier entre Madrid et Saint-Sébastien ou Pampelune, où elle devait rejoindre des points de rendez-vous déterminés33.

  • 34 . Rosa Hernández, SHD/GR, 16P 291784.
  • 35 . Adela Guardia, SHD/GR, 16P 273273 ; Primitiva Vilarrasa, SHD/GR, 16P 594736.

17En ce qui concerne les réseaux français qui comptèrent les services de femmes espagnoles, il faut ajouter le rôle de Rosa Hernández, qui a servi d’agent (P1) dans le réseau d’action dépendant de la branche action du BCRA, Action R1, où elle était employée comme courrier et point de contact, accueillant des pilotes évadés et des persécutés, et dissimulant un dépôt d’armes. Parallèlement, elle fournissait du ravitaillement au maquis de l’Armée secrète (AS), situé à Picaussel, entre septembre 1943 et août 194434. Adela Guardia et Primitiva Vilarrasa (P1), quant à elles, participaient à une autre branche action du BCRA, la R3. Comme Rosa Hernández, Adela Guardia a combiné son activité dans l’Action R3 avec sa participation au mouvement Liberté (devenu ensuite Combat). Elle aida à la distribution de la presse clandestine (Liberté et Combat) à partir de mai 1941, puis participa à la création du mouvement Libération à Béziers, ainsi que des premiers éléments des Corps francs de la libération (CFL) de la région. Enfin, à partir de 1943, elle entra en contact avec l’Armée secrète pour préparer les points de réception des parachutages alliés d’armes et de matériels35.

  • 36 . Carmen Aguilera, SHD/GR, 16P 4262 ; Braulia Cánovas, SHD/GR, 16P 104459 et SHD/AC, 21P 721444 ; R (...)
  • 37 . Concepción Davín, SHD/GR, 16P 160854 ; Aurora Diez-Monge, SHD/GR, 16P 185410 ; Marina Vega, SHD/G (...)

18Deux autres, Palmira Fernández (P2) et Elena María Picón (P2) ont servi de courrier dans le réseau de renseignement AJ-AJ, dépendant de l’état-major allié. Il est intéressant de noter que Palmira a combiné son activité de courrier avec des tâches de liaison, de guide de montagne et de récupération des parachutages, à la fois pour AJ-AJ et pour Libération dans les environs d’Albi, jusqu’à son déménagement à Lyon. En outre, trois Espagnoles ont combiné des tâches, principalement d’hébergement pour évadés et d’agente de liaison, dans le réseau d’information du service de renseignement britannique Alibi et dans le réseau d’évasion et de renseignement dépendant du CDM (Camouflage du matériel militaire) : Carmen Aguilera (P1, P2), Braulia Cánovas (PO) et Rosario Fábregas (P2), passeuses et guides dans les Pyrénées36 ; Concepción Davín, agente (P2) dans le réseau de renseignement BCRA Andalousie dirigé par François Bistos ; Aurora Diez-Monge et Marina Vega, courriers dans le réseau d’information Base Espagne créé fin novembre 1942 par les frères Jean et François Mazou, cadres du Parti communiste français, à la suite de la fusion de trente réseaux et sous-réseaux reliant la France à l’Espagne37.

  • 38 . Enriqueta Sola, SHD/GR, 16P 552053 ; Feliciana Llach, SHD/GR, 16P 374205 ; Luisa Rodríguez, SHD/G (...)
  • 39 . Francisca Halzuet, SHD/GR, 16P 284052 et SHD/GR 28P 425292 ; María Irene Angoso, SHD/GR, 16P 1191 (...)
  • 40 . Mari Carmen Gardell, SHD/GR, 16P 242329 ; Sabina Bartoli, SHD/GR, 16P 36213.

19Enriqueta Sola (P1) servit comme agente de liaison et de point de contact du réseau d’évasion en Bourgogne géré par le Parisien Georges Broussine, membre du BCRA. Feliciana Llach (PO) et Luisa Rodríguez (P2) ont fait de même dans le réseau d’évasion Brandy, également dépendant du BCRA, cette dernière étant spécialisée dans le passage de la frontière38. Francisca Halzuet (P1, P2), María Irene Angoso (PO) et Consuelo Olorón (PO) ont contribué au fonctionnement du réseau d’évasion britannique Comète fondé par Andrée De Jongh et Arnold Deppé à la fin du mois de juin 1942, effectuant différentes tâches de liaison, de courrier et d’hébergement de pilotes tombés en zone occupée en instance d’évacuation de France par les Pyrénées basques via l’Espagne39. De leur côté, Cármen Gardell (P1, P2) et sa fille Sabina Bártoli (P1, P2) ont collaboré activement avec les réseaux de renseignement Sabot et Darius, opérant respectivement à partir de la ville de Velmanya, où elles ont géré un refuge40.

  • 41 . Elisa Garrido, SHD/GR, 16P 244549 ; María Rodríguez, SHD/GR, 16P 534717.
  • 42 . Antonieta Bretos, SHD/GR, 16P 89909 et SHD/GR, 28P 4275148 ; Alfonsina Bueno, SHD/GR, 16P 96209 e (...)

20Elisa Garrido (P2) et María Rodríguez (P1, P2) ont participé aux opérations du réseau d’évasion Françoise, dirigé par Marie-Louise Dissard à la suite de l’arrestation d’Albert Guerisse, responsable du réseau Pat O’Leary. Depuis son arrivée à Françoise, à la fin de 1943, Elisa Garrido a occupé le poste d’agente d’information et de courrier. Elle a collaboré à la falsification de passeports pour les fugitifs, à qui elle a parfois donné asile et qu’elle a aidés à rejoindre la frontière espagnole41. De la même manière, María Rodríguez hébergeait des pilotes, des agents alliés parachutés en France, des membres de la Résistance et volontaires souhaitant rejoindre l’Afrique du Nord pour s’engager, et les aidait dans leur périple vers la frontière. Avant le réseau Françoise, préexistait le réseau d’évasion Pat O’Leary, financé par le War Office britannique. Le groupe de Ponzán avait été intégré à cette structure, dans laquelle les volontaires aragonaises Antonieta Bretos (P2), Alfonsina Bueno (P1, P2), Pilar Ponzán (P2) et Generosa Cortina (P2) ont servi de points de contact, d’hébergeuses, et ont assuré des tâches de liaison et de courrier42.

  • 43 . María Gloria Barragan, SHD/GR, 16P 34240b ; María Benítez-Luquez, SHD/GR, 16P 47343 ; Pilar Álvar (...)

21Maria Gloria Barragan (P2) a servi d’agent d’information, de liaison et de courrier dans le réseau de renseignement Georges France, appartenant à l’Intelligence Service britannique (IS). María Benítez-Luquez (P1, P2) a fait de même dans le réseau de renseignement britannique Gilbert et Pilar Álvarez (P2) dans le réseau d’action Hector, dépendant du réseau Buckmaster et relevant du Special Operations Executive (SOE) étatsunien. Antonieta Berges (PO), pour sa part, a collaboré avec le réseau de renseignement militaire Hi-Hi de l’Office of Strategic Services (OSS) étatsunien. Marcela Cayetano (PO, P1) a participé en tant qu’agente de liaison aux activités du réseau britannique Jade-Fitzroy, qui dépendait de l’Intelligence Service. Paquita Argote (PO) a travaillé en tant que relais et informatrice pour le réseau de renseignement Jove, tandis que Teresa Terraza (P1, P2) était agente de liaison départementale pour les organisations de résistance Combat et MUR, avant de cacher un dépôt d’armes et d’héberger des agents, démasqués chez elle à Montpellier. Teresa Terraza a également transporté des armes et des explosifs et servi de courrier et de liaison pour le réseau d’action Noyautage des administrations publiques (NAP)43.

  • 44 . Micaela Egea, SHD/GR, 16P 207730 ; María Angulo, SHD/GR, 16P 14068 ; María del Carmen Parra Moren (...)

22Micaela Egea (P1) fut agente dans le réseau d’information polonais PSW-AFR (Polska Sluzba Wywiadowcza-Afrika), Maria Angulo (P1, P2), Maria del Carmen Parra Moreno (P1) et Maria Josefa Sansberro (PO, P2) ont servi dans le réseau d’évasion Shelburn, dépendant de l’IS. Les deux premières l’ont fait en tant que points d’appui chargés de l’hébergement et de la protection des pilotes alliés tombés au combat et attendant d’être évacués du territoire occupé. Il convient de noter que Josefa Sansberro, en plus de ces tâches, a servi d’informatrice, de courrier, de lien et de guide de montagne. Rosa Muñiz (P1) et Matilde Sirven (P1, P2) ont contribué en tant que courrier et liaison au renouvellement des services de renseignement français restés jusqu’en 1942 sous le contrôle de Vichy, et en particulier de leur troisième arme, SR Marine44.

  • 45 . José Abadía, SHD/GR, 16P 46 ; Palmira Fernández, SHD/GR, 16P 221014 ; Antonio Bera, SHD/GR, 16P 4 (...)
  • 46 . Élodie Jauneau, « Des femmes dans la France combattante… », op. cit.

23Enfin, il convient de noter que dans les trois armées (terre, air, mer), aucune femme ne reçut officiellement un grade. Dans le but de les ordonner dans une échelle de mérite alternative en fonction de leur sexe, elles ont été réparties en « classes » (officiers) et en « catégories » (sous-officiers), tandis que les soldates sont appelées « madame » ou « mademoiselle ». Ces pseudo-grades féminins ont naturellement souligné davantage la distinction entre les sexes. Ainsi, Palmira Fernandez n’était pas lieutenante, mais agent « chargée de mission » de 2e classe, ne pouvant ainsi devenir l’homologue féminin de ses camarades espagnols masculins pourtant de même statut, tels Antonio Bera ou José Solaz, pour l’administration militaire45. On parle dans ce cas dun « grade d’assimilation », une hiérarchie confirmée par décret le 15 octobre 195146.

Conclusion

24Tandis qu’en juillet 1938 la loi sur l’organisation de la nation en temps de guerre avait jeté les bases de l’intégration des femmes dans la défense nationale française, nous avons vu que leur exclusion des unités de combattants fut maintenue tout au long du conflit. Cette disposition a limité leur participation à la lutte contre l’occupant en les circonvenant aux corps auxiliaires, puis dans les réseaux clandestins d’action, d’évasion et d’information dépendant des services secrets français et de leurs alliés. De cette manière, leur accès à l’espace du combat et par conséquent des armes était restreint, laissant cette prérogative pratiquement exclusive aux hommes tout au long du conflit.

25Cependant, dans le contexte particulier qu’ont défini la défaite, puis l’occupation allemande, des milliers de femmes ont progressivement rejoint la lutte pour la libération du territoire français en intégrant à la fois les rangs de la Résistance intérieure et ceux de différents réseaux de la France libre ou des services secrets alliés. Comme nous l’avons vu, nombre de formes de résistance exercées par ces femmes dans les deux structures correspondent à des pratiques de résistance civile, de courrier, de transport, de renseignement, d’hébergement, de logistique ou de falsification de documents, etc., parce que ces activités ne comprenaient aucune limitation de genre, contrairement à l’ensemble de normes réglementant leur incorporation aux armées françaises.

26Toutefois, la spécificité du cas de ces femmes qui ont servi dans les rangs de la France combattante ne réside pas seulement dans leur entrée ou dans les modalités d’accès dans la Résistance, mais bien dans le genre en lui-même. En effet, c’est cette identité qui a posé problème aux yeux des autorités françaises, de par la transgression induite des formes d’action et de participation traditionnellement dévolues aux femmes. Il s’agit d’une démonstration évidente de la faible capacité d’adaptation des émanations de la France combattante pour intégrer le personnel féminin à la lutte armée, qu’il soit de statut militaire ou civil, comme membres de la Résistance intérieure. Ainsi, les pratiques de combat entreprises par ces femmes révèlent l’existence de formes d’action également sexuées et conditionnées par des rôles de genre.

27L’analyse des itinéraires de vie et de résistance de près de quarante femmes espagnoles, volontaires au service de la France combattante, permet de souligner nettement ces différents aspects, dans le sillage des travaux de Neus Catalá sur les femmes espagnoles dans la résistance en Espagne, puis dans la guérilla antifranquiste. Il faudrait ajouter à ces trente-neuf Espagnoles, c’est-à-dire à celles dont le concours a été reconnu par les autorités françaises dans l’après-guerre, toutes les autres, difficiles à quantifier, qui ont contribué par leur engagement, dans la clandestinité et dans l’anonymat, au bon fonctionnement des différents réseaux et organisations de la Résistance, en aidant, secourant, assistant et dissimulant des pilotes et des combattants alliés, des résistants, mais aussi en transportant des évadés, des informations, des armes ou des explosifs. Cet anonymat, consciencieusement préservé, avait été justement la seule garantie à la fois du succès de leur mission et de la préservation de leur vie face à la menace constante de l’arrestation. Cet engagement invisible a eu pour conséquence que nombre d’entre elles ne sont sorties de l’anonymat qu’après avoir été découvertes au cours de leurs activités. Après la guerre, leurs chefs militaires et les chefs de la résistance ont reconnu que leur concours avait été un apport précieux à la victoire. En de rares mais significatives occasions, leurs actions désarmées furent assimilées à la résistance armée, marquant le franchissement d’une frontière de genre qui oblige de ce fait à reposer différemment la question de la prise d’armes comme le révélateur de l’agent combattant et de l’évaluation de son concours.

Haut de page

Notes

1 . Maurice Schumann à la BBC le 16 décembre 1943, Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Les voix de la liberté. Ici Londres, 1940-1944, Paris, La Documentation française, 1975, p. 131.

2 . L’expression « Résistance extérieure » englobe la France libre, l’organisation para-étatique créée par le général De Gaulle en juin 1940, et les agents non gaullistes qui, en dehors de cette dernière, poursuivirent la lutte contre l’Allemagne nazie et ses partenaires hors de la métropole. François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, p. XIII.

3 . Le 13 juillet 1942, la France libre a changé son nom officiel pour celui de France combattante, dans une tentative du général De Gaulle d’attirer la Résistance intérieure. Toutefois, il faut souligner que l’ancien nom de « France libre » a continué à être utilisé et que le concept de « Forces françaises combattantes » (FFC) faisait référence à la fois aux FFL et aux réseaux de la Résistance créés par, ou en relation avec le BCRA. Circulaire du 29 juillet 1942 relative au changement d’appellation de la « France libre » en « France combattante », Journal officiel de la France combattante, 28 août 1942.

4 . Diego Gaspar Celaya, « “Premature Resisters”. Spanish Contribution to the French National Defence Campaign in 1939-1940 », dans Journal of Modern European History, vol. 16, 2018, p. 203-224.

5 . Loi du 11 juillet 1938 « portant sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre », Journal officiel de la République française, 13 juillet 1938, p. 8330.

6 . Parmi les principaux travaux qui confirment cette évolution figurent les ouvrages suivants : Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance : Défense de la France, 1940-1949, Paris, Seuil, 1995 ; Laurent Douzou, La Désobéissance : histoire du mouvement Libération-Sud, Paris, Odile Jacob, 1998 ; Guillaume Piketti, Pierre Brossolette : un héros de la Résistance, Paris, Odile Jacob, 1998 ; Ayla Aglan, La Résistance sacrifiée : le mouvement « Libération Nord », Paris, Flammarion, 1999 ; Jean-Pierre Azema (dir.), Jean Moulin face à l’Histoire, Paris, Flammarion, 2000 ; Gilles Le Béguec et Denis Peschanski (dir.), Les Élites locales dans la tourmente : du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS, 2000 ; Philippe Buton et Jean-Marie Guillon (dir.), Les Pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 2002.

7 . Une évolution de cette question peut être suivie à travers les travaux suivants : Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.), Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995 ; Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2005 et Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

8 . François Marcot (dir.), op. cit. ; Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketti (dir.), Dictionnaire Charles de Gaulle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006 ; François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole (dir.), Dictionnaire de la France libre, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010 ; Dominique Veillon, « Les femmes dans la guerre : anonymes et résistantes », dans Évelyne Morin-Rotureau (dir.), 1939-1945 : Combat de femmes, Paris, Éditions Autrement, 2001, p. 64-81 ; Mechtild Gilzmer, Christine Levisse-Touzé, Stefan Martens (dir.), Les Femmes dans la Résistance en France, Paris, Tallandier, 2003 ; Catherine Lacour-Astol, Le Genre de la Résistance. La Résistance féminine dans le Nord de la France, Paris, Presses de Sciences Po, 2015 ; Laurent Douzou et Mercedes Yusta (dir.), La Résistance à l’épreuve du genre. Hommes et femmes dans la Résistance antifasciste en Europe du Sud (1936-1949), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

9 . Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009 ; François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole, op. cit. ; Eric Jennings, La France libre fut africaine, Paris, Perrin, 2014.

10 . Christine Levisse-Touzé, « Les femmes dans la France libre », dans Mechtild Gilzmer, Christine Levisse-Touzé et Stefan Martens (dir.), Les Femmes dans la Résistance en France, Paris, Taillandier, 2003, p. 169-184 ; Luc Capdevila, « La mobilisation des femmes dans la France combattante (1940-1945) », dans Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [en ligne], 12/2000, mis en ligne le 24 mai 2006, consulté le 29 septembre 2016, URL : <http://clio.revues.org/187> ; Élodie Jauneau, « Des femmes dans la France combattante pendant la Deuxième Guerre mondiale : le Corps des volontaires françaises et le groupe Rochambeau » dans Genre & Histoire, nº 3, automne 2008, mis en ligne le 2 janvier 2009, consulté le 10 octobre 2018, URL : <http://journals.openedition.org/genrehistoire/373> ; Élodie Jauneau, « Images et représentations des premières soldates françaises (1938-1962) », dans Clio. Histoire, femmes et sociétés, n° 30, 2009, p. 231-252 ; Fabrice Virgili, Luc Capdevila, François Rouquet, Danièle Voldman, Sexes, genre et guerres (France 1914-1945), Paris, Payot, 2010 ; Élodie Jauneau, « Des femmes dans la 2e division blindée du général Leclerc. Le Groupe Rochambeau : un exemple de féminisation de l’armée pendant la Deuxième Guerre mondiale et la guerre d’Indochine », dans Travail, Genre et Sociétés, n° 25, avril 2011, p. 101-124.

11 . Diego Gaspar Celaya, « Premature Resisters »…, op. cit.

12 . Christine Levisse-Touzé, « Les Femmes dans la France libre », op. cit., p. 169-184.

13 . Décret n° 74 du 16 décembre 1941 « portant organisation du Corps des volontaires françaises », Journal officiel de la France libre, 20 janvier 1942.

14 . Élodie Jauneau, « Des femmes dans la France combattante…», op. cit.

15 . Luc Capdevila, « La mobilisation des femmes dans la France combattante…», op. cit.

16 . Témoignage de Ramón Rubio Miranda, « comandande Rubio », dans Neus Catalá, De la resistencia y la deportación. 50 testimonios de mujeres españolas, Barcelone, Península, 2000, p. 369.

17 . Ibid., p. 364-365.

18 . Il s’agit de Carmen Aguilera (née à Almeria, en 1912), Pilar Álvarez (Muros, Asturies, 1917), María Irene Angoso (Irun, Guipuscoa, 1912), María Angulo (Huercal-Overa, Almeria, 1920), Paquita Argote (Saint Sébastien, Guipuscoa, 1908), María Gloria Barragán (Eibar, Guipuscoa, 1907), Sabina Bártoli (Setcases, Gérone, 1918), María Benítez-Luquez (La Carolina, Jaén, 1921), Antonieta Berges (Barcelone, 1919), Antonia Bretos (Azara, Huesca, 1910), Alfonsina Bueno (Moros, Saragosse, 1915), Braulia Cánovas (Alhama, Murcie, 1920), Paquita Casanovas (Barcelone, 1881), Marcela Cayetano (Tornavacas, Cáceres, 1910), Generosa Cortina (Son, Lérida, 1910), Concepción Davín (Bilbao, Bizcaye, 1902), Aurora Diez-Monge (Jaca, Huesca, 1898), Micaela Egea (Mojacar, Almeria, 1903), Rosario Fábregas (Prats de Llusanes, Barcelone, 1900), Francisca Fernández (Sopuerta, León, 1912), Mari Carmen Gardell (Setcases, Gérone, 1891), Elisa Garrido (Magallón, Saragosse, 1909), Adela Guardia (Herva-Savina, Lérida, 1917), Francisca Halzuet (Vera de Bidasoa, Navarre, 1908), Rosa Hernández (Utrillas, Teruel, 1920), Feliciana Llach (Villahermosa, 1904), Maria del Carmen Parra (Huercal-Overa, Almeria, 1892), Rosa Muñiz, (Barcelone, 1909), Consuelo Oloron (Puente la Reina, 1906), Elena María Picon (Lorca, Murcie, 1921), Luisa Rodríguez (Gérone, 1922), Pilar Ponzán (Huesca, 1909), María Rodríguez (La Galera, Tarragone, 1895), María Josefa Sansberro (Oyarzun, Guipuscoa), Matilde Sirven (Llívia, Gérone, 1894), Enriqueta Sola (Campllong, Gérone, 1900), Teresa Terraza (Molinos, Teruel, 1908), Marina Vega (Castro Urdiales, Cantabrie, 1924), Primitiva Vilarrasa (Figueras, Gérone, 1908).

19 . Circulaire nº 136/D/BCRA pour l’application du décret nº 366 du 25 juillet 1942, BOEM/G 315, p. 307, dans Bulletin officiel des armées, vol. 308, « Combattants de la Résistance », 1981, p. 145-151.

20 . Instruction n° 21022/SEFAG/EMP relative à l’attribution des différents titres reconnaissant les services rendus à la France libre et aux FFL, 29 juillet 1953, Bulletin officiel des armées, ministère de la Défense, 1er avril 1981, p. 133-134.

21 . À l’exception d’Elena María Picon, dossier SHD/GR, 16P 476014 et Pilar Ponzán, SHD/GR, 16P 486052 et SHD/GR, 28P4, 275116. Carmen Gardell, Francisca Halzuet et Maria Josefa Sansberro décédèrent en déportation.

22 . Le concept classique d’« entrer en résistance » décrit le moment où le volontaire rejoint le réseau, le mouvement ou l’organisation de la Résistance et s’engage dans une activité clandestine. Arlette Farge et Michel Chaumont, Les mots pour résister : voyage de notre vocabulaire politique de la Résistance à aujourd’hui, Paris, Bayard Jeunesse, 2005.

23 . Carmen Gardell (ép. Bartoli), SHD/GR, 16P 242349 ; Sabina Bartoli, SHD/GR, 16P 36213.

24 . Ces réseaux familiaux, personnels et professionnels ont été étudiés en profondeur pour le cas de femmes espagnoles ayant participé à la guérilla antifranquiste par Mercedes Yusta, dans Mercedes Yusta Rodrigo, « Rebeldía familiar, compromiso individual, acción colectiva. Las mujeres en la resistencia al franquismo durante los años cuarenta », dans Historia del Presente,  4, 2004, p. 63-93 ; Mercedes Yusta Rodrigo, « Hombres armados y mujeres invisibles. Género y sexualidad en la guerrilla antifranquista (1936-1952) », dans Ayer, nº 110, 2018, p. 285-310 et Mercedes Yusta Rodrigo, « Hommes et femmes dans la résistance armée antifranquiste en Espagne (1939-1952). L’impossible mixité », dans Laurent Douzou et Mercedes Yusta (dir.), op. cit., p. 121-138.

25 . Diego Gaspar Celaya, « Une frontière poreuse. La traversée clandestine des Pyrénées entre 1939 et 1945 », dans Laurent Dornel (dir.), Passages et frontières en Aquitaine : expériences migratoires, lieux de transit (coll. Cultures, Arts et Sociétés – 8), Pau, PUPPA, 2018, p. 81-102. Pour approfondir l’histoire du groupe de Francisco Ponzán, voir Daniel Rolf Duouy, Les Anarchistes espagnols dans la tourmente, 1939-1945, Marseille, CIRA de Marseille, 1989 ; Pilar Ponzán, Lucha y muerte por la libertad. Memoria de 9 años de guerra, 1936-1945, Barcelone, Tot, 1996 ; Antonio Téllez Sola, La red de evasión del grupo Ponzán. Anarquistas en la guerra secreta contra el franquismo y el nazismo (1936-1944), Barcelone, Virus, 1996.

26 . Alfonsina Bueno Ester, SHD/GR, 16P 96209 ; Diego Gaspar Celaya, La guerra continúa. Voluntarios españoles al servicio de la Francia libre, 1940-1945, Madrid, Marcial Pons, 2015, p. 230.

27 . Elisa Garrido, SHD/GR, 16P 244549.

28 . Generosa Cortina, SHD/GR, 16P 143856 ; Noemí Riudor Garcia, « La familia Soldevila d’Escart : Línia SOL de la xarxa belga de Jean », dans Josep Calvet Bellera, Annie Rieu-Mias, Noemí Riudor Garcia, La batalla del Pirineu. Xarxes d’informació i d’evasió aliades al Pallars Sobirà, a l’Alt Urgell i a Andorra durant la Segona Guerra Mundial, Tremp, Editorial Garsineu, 2011.

29 . Jorge Marco, Hijos de una guerra. Los hermanos quero y la resistencia antifranquista, Grenade, Comares, 2010; Jorge Marco, Guerrilleros y vecinos en armas. Identidades y culturas de la resistencia antifranquista, Grenade, Comares, 2012 ; Mercedes Yusta Rodrígo, « Rebeldía familiar, compromiso individual… », op. cit. ; Mercedes Yusta Rodrígo « Con armas frente a Franco. Mujeres guerrilleras en la España de posguerra », dans Mercedes Yusta, Ignacio Peiro, Heterodoxas, guerrilleras y ciudadanas. Resistencias femeninas en la España moderna y contemporánea, Saragosse, Institución Fernando el católico, 2015, p. 175-195

30 . Marcela Cayetano, SHD/GR, 16P 113396 ; Micaela Egea, SHD/GR, 16P 207730 ; Rosario Fábregas, SHD/GR, 16P214082 ; María Rodríguez, SHD/GR, 16P 516958 ; Matilde Sirven, SHD/GR, 16P 550892 ; Teresa Terraza SHD/GR, 16P 565309 ; Primitiva Vilarrasa, SHD/GR, 16P 594736.

31 . Luisa Rodríguez, SHD/GR, 16P 516939.

32 . Paquita Casanovas, SHD/GR, 16P 109898.

33 . Marina Vega, SHD/GR, 16P 587846; « Españoles que son héroes en Francia », dans El Periódico, 11 novembre 2002 ; « Cazanazis, espia y enemiga de Franco », dans El País, 29 juin 2008.

34 . Rosa Hernández, SHD/GR, 16P 291784.

35 . Adela Guardia, SHD/GR, 16P 273273 ; Primitiva Vilarrasa, SHD/GR, 16P 594736.

36 . Carmen Aguilera, SHD/GR, 16P 4262 ; Braulia Cánovas, SHD/GR, 16P 104459 et SHD/AC, 21P 721444 ; Rosario Fábregas, SHD/GR, 16P 214082.

37 . Concepción Davín, SHD/GR, 16P 160854 ; Aurora Diez-Monge, SHD/GR, 16P 185410 ; Marina Vega, SHD/GR, 16P 587846.

38 . Enriqueta Sola, SHD/GR, 16P 552053 ; Feliciana Llach, SHD/GR, 16P 374205 ; Luisa Rodríguez, SHD/GR, 16P 516939.

39 . Francisca Halzuet, SHD/GR, 16P 284052 et SHD/GR 28P 425292 ; María Irene Angoso, SHD/GR, 16P 11914 et SHD/GR, 28P 4257314 ; Consuelo Olorón, SHD/GR, 16P 450540.

40 . Mari Carmen Gardell, SHD/GR, 16P 242329 ; Sabina Bartoli, SHD/GR, 16P 36213.

41 . Elisa Garrido, SHD/GR, 16P 244549 ; María Rodríguez, SHD/GR, 16P 534717.

42 . Antonieta Bretos, SHD/GR, 16P 89909 et SHD/GR, 28P 4275148 ; Alfonsina Bueno, SHD/GR, 16P 96209 et SHD/GR, 28P 44274103 ; Generosa Cortina, SHD/GR, 16P 143856b ; Pilar Ponzán SHD/GR, 16P 486052 et SHD/GR 28P 4275116.

43 . María Gloria Barragan, SHD/GR, 16P 34240b ; María Benítez-Luquez, SHD/GR, 16P 47343 ; Pilar Álvarez, SHD/GR, 16P 10053 ; Antonieta Berges, SHD/GR, 16P 49984 ; Marcela Cayetano, SHD/GR, 16P 113396 ; Paquita Argote, SHD/GR, 16P 16739 ; Teresa Terraza, SHD/GR, 16P 565309.

44 . Micaela Egea, SHD/GR, 16P 207730 ; María Angulo, SHD/GR, 16P 14068 ; María del Carmen Parra Moreno, SHD/GR, 16P 430709 ; Maria Josefa Sansberro, SHD/GR, 16P 534717 ; Rosa Muñiz, SHD/GR, 16P 437566 ; Matilde Sirven, SHD/GR, 16P 550892.

45 . José Abadía, SHD/GR, 16P 46 ; Palmira Fernández, SHD/GR, 16P 221014 ; Antonio Bera, SHD/GR, 16P 48666 ; José Solaz, SHD/GR, 16P 552150.

46 . Élodie Jauneau, « Des femmes dans la France combattante… », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Gaspar Celaya, « Au combat sans armes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 37-55.

Référence électronique

Diego Gaspar Celaya, « Au combat sans armes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9721

Haut de page

Auteur

Diego Gaspar Celaya

Université de Saragosse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page