Navigation – Plan du site
DOSSIER

Des Néerlandaises engagées dans le terrorisme transnational des années 1970

Quatre itinéraires de femmes du groupe Rode Jeugd (Jeunesse Rouge)
Seran De Leede
Traduction de Édouard Sill
p. 57-78

Résumés

Les femmes sont souvent sous-représentées dans la littérature traitant des groupes politiques violents. Cet article s’intéresse au groupe de gauche radicale néerlandais De Rode Jeugd (Jeunesse Rouge). Il identifie les facteurs déterminants de la radicalisation de ses membres féminins, leurs rôles au sein du groupe, leur attitude face à l’usage de la violence, leur désengagement et leur vie après cet engagement révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le 24 septembre 1976, une Néerlandaise de 23 ans, Lidwina Janssen, originaire de Breda, fut arrêtée à l’aéroport de Tel Aviv. Elle fut condamnée à six ans de prison pour avoir participé à la préparation d’un détournement d’avion pour le compte du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation palestinienne classée comme terroriste. Lidwina Janssen était membre de Rode Jeugd (RJ), un groupe néerlandais de gauche radicale actif aux Pays-Bas de 1966 à 1976, responsable de plusieurs attaques violentes aux Pays-Bas, qui entretenait des liens étroits avec des groupes terroristes internationaux comme la Rote Armee Fraktion (RAF) allemande, le FPLP, mais également l’Irish Republican Army (IRA) irlandaise. Bien que Janssen soit l’une des rares femmes néerlandaises à avoir été arrêtée et condamnée pour une infraction liée au terrorisme, son nom demeure pratiquement inconnu.

  • 1 Maarten Van Riel, Zaterdagmiddagrevolutie, Portret van de Rode Jeugd, Amsterdam, Boom, 2010, p. 16.
  • 2 Laura Sjoberg et Caron E. Gentry, Women, Gender and Terrorism, Athens Georgia, University of Georgi (...)
  • 3 Voir par exemple Laura Sjoberg & Caron E. Gentry, Mothers, monsters, whores, women’s violence in gl (...)

2Contrairement à la RAF, le groupe Rode Jeugd n’a pas eu une grande postérité dans la mémoire collective néerlandaise, probablement du fait qu’elle n’a jamais fait montre d’une intensité de violence comparable à son homologue allemande. Dans la confrontation de la RAF avec les autorités ouest-allemandes, 67 personnes sont mortes et 230 autres ont été blessées1. Cependant, le manque d’attention portée à Lidwina Janssen et aux autres femmes du groupe Rode Jeugd, qui n’eurent pourtant pas un rôle périphérique en son sein, est en soi révélateur. Cela correspond, dans les études sur les groupes politiques violents, à une sous-estimation générale des femmes aux profils moins extraordinaires que ceux d’Ulrike Meinhof (RAF), Leila Khaled (FPLP) ou Tanja Nijmeijer (FARC), qui ont quant à elles reçu une attention disproportionnée en tant que figures emblématiques de la lutte qu’elles ont menées. Cela peut s’expliquer par des considérations de genre2, présumant que les femmes sont naturellement plus pacifiques que les hommes, sont moins engagées ou moins tolérantes à la violence3. En conséquence, les femmes des groupes politiques violents sont souvent considérées comme des actrices passives qui auraient été forcées ou induites en erreur, ou comme suiveuses des engagements de leur compagnon, plutôt que des agents actifs, y compris dans la violence. De plus, bien qu’elles aient toujours été représentées dans toutes les strates des groupes terroristes, elles furent toujours surpassées en nombre par leurs homologues masculins, notamment dans les activités militantes et opérationnelles, cantonnées principalement dans des rôles de soutien et de facilitation. Traditionnellement, la littérature sur les groupes politiques violents est axée sur la dynamique opérationnelle plutôt que sur la dynamique de soutien, ceci expliquant en grande partie pourquoi les contributions des femmes passent souvent inaperçues.

3Les femmes au profil ordinaire ont longtemps été sous-représentées dans la recherche académique. Un changement s’est amorcé lorsque les féministes de la deuxième vague ont remis en question les points de vue et l’orientation d’une recherche déterminée par le point de vue des hommes et les intérêts masculins. Par la suite, l’attention des universitaires pour les femmes dans le terrorisme a commencé à émerger. Cette évolution s’est encore accentuée lorsque l’intérêt s’est porté vers les femmes kamikazes, au milieu des années 1980. Nombre de ces études, qui réfutent les idées reçues sur les femmes et la violence politique, posent les problématiques de la manière suivante : sont-elles guidées par les mêmes motivations que les hommes ou selon des vecteurs de genre différents ? Quelles sont les rétributions que les femmes attendent ou espèrent en rejoignant un groupe extrémiste violent ? Ces objectifs sont-ils différents de ceux de leurs homologues masculins ? Les femmes jouent-elles des rôles différents dans ces groupes ? Dans l’affirmative, quel est leur rôle et pourquoi est-il différent de celui des hommes ? Ces interrogations ainsi posées permettent de mieux comprendre la dynamique de la violence politique et sont indispensables pour améliorer notre compréhension du phénomène.

4Cet article a pour objectif d’explorer les profils et les rôles de quatre femmes du groupe Rode Jeugd : Lidwina Janssen, Annie Westebring, Mirjam Lucassen et Ciska Brakenhoff. Il rappellera ce que fut ce groupe et son activité, en se demandant notamment pourquoi les manifestations sociales et les campagnes violentes du groupe ne se sont pas transformées en une escalade violente à grande échelle, comme ce fut le cas en Allemagne, et quelles furent les réactions des services de sécurité néerlandais.

L’extrémisme de gauche aux Pays-Bas durant les années 1970

  • 4 Beatrice De Graaf & Leena Malkki, « Killing it softly ? Explaining the early demise of Left-Wing te (...)
  • 5 Frits Hoekstra, In dienst van de BVD, spionage en contraspionage in Nederland, Amsterdam, Boom, 200 (...)

5Comme dans de nombreux pays occidentaux, les années 1960 aux Pays-Bas ont été caractérisées par de grands bouleversements sociétaux. La jeune génération a contesté les normes, les valeurs traditionnelles et les structures de pouvoir, luttant pour une société plus juste, plus équitable et pour un idéal d’auto-émancipation. Cette génération a su puiser son inspiration dans les idéologies marxistes, socialistes et révolutionnaires. Dans de nombreux pays, les manifestations de la société ont abouti à des pratiques de violence révolutionnaire, mais aux Pays-Bas, cette escalade n’a pas vraiment eu lieu, ce qui peut s’expliquer par le climat politique libéral de ce pays. Beatrice De Graaf et Leena Malkki ont passé en revue l’approche antiterroriste néerlandaise à l’égard de Rode Jeugd4. Elles écrivent que, malgré les tensions accrues dans la société néerlandaise dues à la campagne d’attentats à la bombe menée par la RJ en 1972, le gouvernement néerlandais s’est abstenu d’introduire le terrorisme comme une nouvelle catégorie juridique et de ce fait d’adopter de nouvelles lois dites « antiterroristes » ou de répondre à la violence par la violence. Le ministre de la Justice Dries Van Agt a promis de prendre des mesures contre le renforcement de la terreur aux Pays-Bas et a créé une unité antiterroriste pour faciliter la coopération entre la police, le parquet et le service de renseignement néerlandais : le BVD (Binnenlandse Veiligheidsdienst). Cependant, il n’a pas été pris de mesures oppressives comme en Allemagne5.

  • 6 Van Riel, op. cit., p. 107.

6Les principaux moyens utilisés contre la RJ ont été des efforts d’infiltration et de collecte d’informations. Il y eut cependant des cas de violence de la part de la police à l’encontre de nombreux membres de la RJ appréhendés, notamment à Eindhoven, où furent lâchés des chiens policiers. Mais dans l’ensemble, l’accent fut mis sur les opérations de renseignement plutôt que sur la répression violente. La BVD a réussi à s’infiltrer à tous les niveaux de la RJ, qui s’est révélée incapable de resserrer les rangs face aux informateurs. Frits Hoekstra, un ancien responsable de la sécurité de la BVD, explique comment, grâce à ce travail d’information, des attaques ont pu être déjouées. En outre, ce travail d’infiltration a renforcé le sentiment de paranoïa déjà existant dans le groupe, ce qui a entravé ses capacités opérationnelles. Hoekstra suggère que cette focalisation sur les opérations de renseignement a permis d’éviter une spirale de violence, comme cela s’est passé en Allemagne. Pour De Graaf et Malkki, l’absence de répression globale n’a pas permis à la RJ de mobiliser autour d’elle. Ainsi, alors que les procès de trois membres fugitifs de la RAF aux Pays-Bas en 1977 ont suscité la mobilisation de nombreux militants radicaux, la RJ n’a pu, faute de répression, se placer dans une position victimaire pour rallier à sa cause6.

  • 7 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 632.
  • 8 Hoekstra, op. cit., p. 73.
  • 9 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 636.

7Mlakki et De Graaf soutiennent que les autorités néerlandaises ont tout mis en œuvre pour ne pas offrir de tribune aux organisations révolutionnaires dans les médias7. Pour Frist Hoekstra, le BVD s’est délibérément abstenu de rendre compte publiquement des attaques déjouées. Cela contraste fortement avec l’approche de son homologue allemand, où les attaques prévues contre la RAF étaient largement discutées avec la presse afin de « mobiliser l’opinion publique contre le groupe ». Aux yeux de Hoekstra, cette discrétion néerlandaise a contribué à une approche moins politisée du phénomène8. Ainsi, pour ces chercheurs, le manque de mesures répressives déclarées a empêché les membres de la RJ d’être élevés au rang de combattants politiques, ce qui aurait pu alimenter leur militantisme9. Ils se référent à une déclaration célèbre de Luciën Van Hoesel :

  • 10 De Graaf & Malkki, p. 624, référence à une citation dans Luuk Ottens, Piet Hein Scheltens, and Rob (...)

« Si vous aviez placé mon cas en Allemagne, je serais mort, condamné à la prison à vie ou bien un perpétuel fugitif. C’est dingue en fait, quand vous vous en rendez compte. Aux Pays-Bas, vous êtes tellement libres que la motivation pour agir s’effondre. [...] Le climat libéral aux Pays-Bas a mis un terme au terrorisme, tandis qu’en Allemagne, les forces réactionnaires ont maintenu artificiellement le terrorisme durant dix ans. »10

La Rode Jeugd

  • 11 La scission fut revendiquée par les services secrets néérlandais. Voir Bob De Graaff et Cees Wiebes (...)
  • 12 Van Riel, op. cit., p. 33.
  • 13 Leo De Boer, De rode jaren, waren wij terroristen, film documentaire, 2005, 75 min. ; Maarten Van R (...)
  • 14 De Boer, op. cit.
  • 15 Van Riel, op. cit., p. 36.
  • 16 Ibidem, p. 35.

8Le début des années 1960 fut marqué par les tensions entre l’Union soviétique et la République populaire de Chine à propos de la voie menant au socialisme mondial. Le Parti communiste néerlandais (PCN) a traditionnellement suivi la ligne de l’Union soviétique. Certains membres ont ouvertement remis en question cette ligne et sa position vis-à-vis de la révolution. En 1965, ces voix critiques ont été bannies du Parti communiste néerlandais. Elles ont choisi de suivre Pékin plutôt que Moscou et, par conséquent, ont créé un nouveau parti communiste d’obédience maoïste, le Kommunistiese Eenheidsbeweging Nederland (marxiste-léniniste)11, qui a créé des organisations de jeunesse. L’une d’entre elles était la Rode Jeugd (RJ), fondée par Willem Oskam en 196612. La RJ se voyait comme une organisation de résistance agressive, qui voulait détruire le capitalisme par le biais de l’endoctrinement et d’actions violentes13. Le recours à la violence était un élément important du groupe, qui proclamait qu’une révolution ne pouvait être réalisée seulement par la théorie14. Son engagement dans la violence le distinguait des autres groupes de jeunes maoïstes et de gauche radicale actifs à cette époque, ce qui lui valut l’adhésion des partisans de l’action directe15. De fait, la plupart des membres du groupe étaient des jeunes travailleurs peu instruits. Pour leur communiquer ses points de vue, la RJ organisait des soirées éducatives et distribuait des brochures16.

  • 17 Ibidem, p. 83.
  • 18 Ibidem, p. 130.
  • 19 Ibidem, p. 40.
  • 20 Ibidem, p. 53.

9La RJ était un réseau informel composé de différents groupes (ou cellules) dans neuf villes des Pays-Bas, sans programme ou ligne à proprement parler. Les décisions étaient prises sur la base des idées de personnalités et de circonstances locales. La direction nationale, composée de quatre membres, basée à Amsterdam, n’intervenait guère dans les situations locales. En conséquence, différentes interprétations et tactiques pouvaient exister dans les différentes cellules du groupe17. Celui-ci avait une structure ouverte, avec une adresse et un numéro de téléphone connus. Les événements qu’il organisait étant ouverts au public, les services de renseignement néerlandais eurent peu de difficulté pour s’infiltrer18. En 1968, un groupe RJ fut créé à Eindhoven, ville industrielle du sud des Pays-Bas. Les membres clés étaient Henk Wubben, qui dirigeait la cellule, Luciën Van Hoesel et Evert Van den Berg19. Les premières actions du département d’Eindhoven se limitaient à la distribution de dépliants et de brochures. Parfois, les actions de la RJ ont pu conduire à une confrontation physique avec la police locale. Les citoyens d’Eindhoven ont sympathisé avec les actions de la RJ, mais un changement s’est amorcé en 1969 quand, lors d’une manifestation, des membres de la RJ ont posé une guirlande avec une croix gammée sur la statue d’Anton Philips, le fondateur de la société Philips, basée à Eindhoven, que la RJ considérait comme « l’incarnation du capitalisme ». Cette action, qualifiée de « plaisanterie », a provoqué une confrontation violente avec la police et a considérablement contribué à la perte du soutien populaire du groupe20. Un ancien membre affirme que la réaction de la police a poussé le groupe d’Eindhoven à se durcir et à utiliser la violence.

  • 21 Le concept de guérilla urbaine dérive de l’Amérique latine, lorsque les groupes révolutionnaires de (...)
  • 22 Van Riel, op. cit., p. 65.
  • 23 Ibidem, p. 65.

10Jusqu’alors, l’usage de la violence par la RJ se limitait aux jets de pierres, de bombes fumigènes et parfois de cocktails Molotov. La RJ a commencé à se demander si ces « actions douces » étaient suffisantes pour déstabiliser la société et provoquer la révolution mondiale. Au même moment, le manuel de guérilla urbaine du Brésilien Carlos Marighela, publié en 1969, devint de plus en plus populaire dans la jeune gauche radicale d’Europe occidentale21. La RAF ayant commencé à mettre en œuvre cette guérilla urbaine dans les villes allemandes22, cela offrait de nouvelles perspectives à la RJ. La RAF n’était pas le seul groupe radical à avoir mis en pratique les enseignements de Marighela. Les Brigades rouges italiennes, l’américaine Weather Underground et l’Armée rouge japonaise ont toutes suivi des stratégies similaires. Cette évolution a contribué à la radicalisation du groupe d’Eindhoven23, qui s’est engagé dans la résistance armée et a commencé à mener des attaques à la bombe et à cibler les biens de personnalités publiques.

  • 24 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 631.
  • 25 Van Riel, op. cit., p. 77 ; Leo De Boer, op. cit..
  • 26 Van Riel, op. cit., p. 86-87.

11La plupart des bombes n’ont pas explosé, cependant leur détection a alerté à la fois les autorités et le public24, d’autant que plusieurs membres de la RJ avaient publiquement déclaré qu’ils considéraient les conséquences, même mortelles, comme des dégâts collatéraux de la lutte, car la cause exigeait des sacrifices25. Tous les membres de la RJ n’étaient pas d’accord avec cette stratégie. La nouvelle approche violente d’Eindhoven, approuvée par les groupes de Breda et de La Haye, a été vivement critiquée par le groupe d’Amsterdam, qui s’est finalement dissocié de l’organisation en 197126.

12En 1972, le nombre d’attentats à la bombe a augmenté. Rien qu’à Eindhoven, 70 fausses alertes à la bombe ont été enregistrées cette année-là, ce qui a suscité l’inquiétude de plusieurs hommes politiques néerlandais. Le ministre de la Justice Van Agt a été prié de prendre instamment des mesures juridiques et d’accroître les capacités de la police. On s’est même demandé s’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour interdire la RJ, les gouvernements de pays voisins ayant eu recours à cette méthode. Cependant, le gouvernement néerlandais, considérant l’insuffisance de preuves solides pour lier la RJ aux attentats, opta pour une approche différente.

  • 27 De Boer, op. cit., Van Riel, op. cit., p. 131 ; Antoine Verbij, Tien Rode Jaren. Links radicalisme (...)

13Ces mêmes années, en Allemagne, les attaques de la RAF et la réponse répressive des autorités avaient abouti à une spirale de violence. En 1972, suite au décès d’une première victime de la RAF, les lois allemandes ont été durcies une nouvelle fois, la recherche de membres de la RAF élargie et les droits fondamentaux restreints. Cette politique a conduit à l’arrestation de plusieurs membres de la RAF, au cours de laquelle certains ont été tués. Cela a conduit la RJ à s’interroger sur sa stratégie : devait-elle suivre l’exemple de la RAF, accroître la violence et passer dans la clandestinité ? On peut se demander si cela était vraiment une option pour beaucoup des membres restants. Il semble qu’en général, les membres de la RJ semblaient moins engagés que leurs homologues allemands. L’effectif du groupe a continué à diminuer et, lorsque des volontaires ont été nécessaires pour procéder à un braquage de banque, personne ne s’est proposé. L’instabilité interne a commencé à affecter de plus en plus la cohésion déjà fragile du groupe. L’arrestation de deux membres, rendue possible par l’infiltration par la BVD, a renforcé la suspicion. Après les arrestations violentes en Allemagne, les derniers membres du groupe ont compris qu’ils avaient deux options : l’entrée dans la clandestinité ou la dissolution, quitte à poursuivre la lutte avec d’autres moyens. Ils optèrent pour la seconde option : en mars 1974, la RJ était officiellement dissoute27.

Le Rode Hulp

  • 28 « Rode Hulp : “Dood en verderf is niet onze stijl” », Nieuwe Revu, 19 novembre 1976, p. 18-22.
  • 29 Van Riel, op. cit., p. 149.

14En février 1973, le Rode Hulp (Secours Rouge, RH) fut fondé à la suite du placement en détention d’un des membres essentiels de la RJ, Luciën Van Hoesel. RH était une organisation juridique qui apportait un soutien aux prisonniers politiques persécutés en raison de leurs idées ou de leurs activités anticapitalistes28. Il était dirigé depuis Eindhoven par Lenicka Rozendaal, une ancienne membre du Parti communiste néerlandais. Après la dissolution de la RJ en 1974, de plus en plus d’anciens membres de la RJ devinrent membres du Rode Hulp. La même année, Evert Van Den Berg, un autre ancien membre de la RJ, créa un département du RH à Breda et initia au secrétariat national l’idée d’une solidarité offensive avec la lutte armée et ceux qui la menaient, y compris la RAF et l’IRA. Il a propagé l’idée selon laquelle les services de santé devraient mettre en place des voies d’évasion, des refuges et des faux papiers d’identité pour ceux qui résistaient au « système » 29.

  • 30 Verbij, op. cit., p. 136-137 ; Frans Dekkers & Daan Dijksman, ‘n Hollandse stadsguerrilla, terugbli (...)
  • 31 Van Riel, op. cit., p. 150 et 158-159.
  • 32 Verbij, op. cit., p. 157.
  • 33 Van Riel, op. cit., p. 162.

15L’attaque ouverte de Van Den Berg aboutit à une tentative  de contrôle sur le RH qu’il remporta finalement. Les anciens intransigeants de la RJ reprirent l’organisation. Annie Westebring, une jeune étudiante, devint le nouveau visage du groupe pour éviter toute suspicion d’implication de la RJ30. Sous l’influence des anciens membres de la RJ, le RH propagea le recours à la violence et établit des contacts avec des organisations telles que le Rote Hilfe et l’IRA31. Contrairement à la RJ, l’accent y était mis sur une éducation théorique marxiste-léniniste, prônant la destruction du système capitaliste et la lutte contre l’oppression de l’État32. Mais le RH ne parvint pas à mener une attaque majeure, ses plans ayant souvent été déjoués33.

  • 34 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 103-104 ; Verbij, op. cit., p. 138.
  • 35 Van Riel, op. cit., p. 163.
  • 36 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 109.
  • 37 Verbij, op. cit., p. 139 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 110.

16Avec le couple Adrie Eeken et Ciska Brakenhoff Eeken, le RH a été davantage entraîné dans le terrorisme international. Ces deux enseignants, très impliqués dans la cause palestinienne, constituaient le noyau du Palestina Komittee (Comité palestinien). Ils s’étaient rendus plusieurs fois au Moyen-Orient, où ils étaient entrés en contact avec des membres du FPLP34, qui était devenu un centre du terrorisme international dans les années 1970, dispensant un entraînement à la guérilla dans des camps situés dans différents pays du Moyen-Orient. Le couple collaborait étroitement avec d’autres groupes tels que la RAF et l’Armée rouge japonaise, dans le cadre d’opérations conjointes35. Le FPLP a excellé dans les détournements d’avions, ce qui lui a donné une terrible réputation36. En 1977, il a détourné un avion de la Lufthansa pour renforcer la demande de libération de membres de la RAF, qui avait kidnappé le leader de l’industrie allemande Hans Martin Schleyer37.

  • 38 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 100.
  • 39 Verbij, op. cit., p. 138-139 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 112 ; Van Riel, op. cit., p. 164.

17En mai 1976, lors d’une visite au Moyen-Orient, Ciska Brakenhoff reçut une invitation du FPLP à former quinze volontaires dans leur camp d’entraînement à Al Halama, au Yémen du Sud. Les Eeken contactèrent le RH pour trouver des recrues. Parmi les volontaires figuraient Evert Van Den Berg, Luciën Van Hoesel, Mirjam Lucassen, Lidwien Janssen, Marinus Nieuwburg, Annie Westebring, Roel Koopmans, Sam Promes et Finton Vallery (un Irlandais de Dublin travaillant comme journaliste et propagandiste du mouvement de résistance People’s Democracy)38. Le contenu exact de la formation n’était pas tout à fait clair au moment du départ du groupe, à l’été 197639.

  • 40 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 122-123.
  • 41 Henri Remmers & Derk Sauer, « Marius Nieuwburg, een mislukte terrorist », Nieuwe Revu, 12 novembre (...)
  • 42 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 123.
  • 43 Van Riel, op. cit., p. 166.

18Les recrues RH n’étaient pas les seules dans le camp, il y avait également une délégation de la RAF composée de plusieurs membres éminents tels que Siegfried Haag, qui sera par la suite arrêté et condamné à quinze ans d’emprisonnement40. Les volontaires, hommes et femmes, suivirent pendant quatre semaines une intense formation militaire comprenant des exercices physiques, une formation au combat rapproché, ainsi que l’utilisation d’explosifs et d’armes offensives41. Cependant, des tensions apparurent rapidement entre les membres bien organisés et disciplinés de la RAF et les recrues néerlandaises qui avaient du mal à suivre le programme d’entraînement intense42. Certains furent si déçus de l’attitude autoritaire des Allemands qu’ils perdirent toute sympathie pour le groupe43. Néanmoins, toutes les recrues néerlandaises terminèrent leur stage et rentrèrent aux Pays-Bas.

  • 44 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, tien militante vrouwen in het vizier, Amsterdam, Boom, 2012, p. 106.
  • 45 Arjo Van der Gaag, « Banden met ‘Breda’ ontkend : Onderzoek naar de ‘Rode Hulp’ in Amsterdam », Het (...)
  • 46 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, op. cit., p. 117-118.

19Par le biais de Ciska, le FPLP recruta deux membres du RH, Lidwina Janssen et Marinus Nieuwburg, en vue du détournement d’un avion d’Air France entre Paris et Bombay, via Tel Aviv. Mais ils furent arrêtés, Lidwina Janssen à Tel Aviv44 et Marinus Nieuwburg à Bombay. Lidwina Janssen fut inculpée d’infractions terroristes, le Rode Hulp nia tout lien avec le couple45, de même que Ciska Brakenhoff et Adrie Eeken. Lidwina Janssen fut condamnée à six ans d’emprisonnement pour mise en danger de la sécurité de l’État d’Israël46. Elle fut libérée au bout de trois ans et rapatriée aux Pays-Bas.

  • 47 Van Riel, op. cit., p. 175.
  • 48 « Organisatie ‘Rode Hulp’ heft zich op », Het Parool, 3 janvier 1977 ; Dekkers & Dijksman, op. cit. (...)

20Pour plusieurs membres du RH, leur expérience dans le camp et l’arrestation de Lidwina Janssen et de Marinus ont créé une rupture. Ils ont commencé à s’interroger sur l’utilité de leur lutte et la capacité du groupe à poursuivre ses activités47. Le 31 décembre 1976, le RH fut dissous de son propre chef48.

Focus sur quatre femmes - leur biographie et leur rôle dans le Rode Jeugd

Lidwina Janssen

  • 49 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 82.
  • 50 Ibidem, p. 83.
  • 51 Ibidem.

21Lidwina Janssen naît dans le sud des Pays-Bas, dans une famille catholique. Très convaincue de l’injustice de la société, elle participe à des activités sociales et fait du bénévolat dans un établissement psychiatrique. En 1974, elle rencontre Marinus Nieuwburg, un ouvrier qui partage son engagement social49. L’année suivante, ils s’installent dans une maison communautaire dont nombre des colocataires sont militants. Ils rencontrent Evert Van Den Berg, membre de la RJ, et s’impliquent à leur tour. Lidwina Janssen aide à la traduction de la littérature marxiste50. Bien qu’elle soit fermement convaincue de la cause, sa connaissance de la lutte armée et de la théorie révolutionnaire demeurait limitée, alors que Marinus avait déjà beaucoup lu sur les mouvements de guérilla dans le monde. Tous deux décident de s’impliquer davantage. Lors d’une manifestation à La Haye contre l’arrestation d’un sympathisant de la RAF, Ronald Augustin, ils sont arrêtés par la police51. Ils ont rapidement le sentiment d’être considérés comme une menace pour la société, ce qui a pour effet de radicaliser leur engagement.

  • 52 Ibidem, p. 121.
  • 53 Ibidem, p. 120-121.

22Lorsqu’elle se rend au Yémen du Sud, Lidwina Janssen est vite embarrassée par la façon dont certains de ses camarades néerlandais contestent le contenu de la formation. Estimant que les instructeurs savent de quoi ils parlent, elle s’isole de ses compatriotes, lassée de leurs querelles et de leur négativité. Contrairement aux autres Hollandaises, l’attitude des Allemands ne la dérange pas. Elle partage même leur point de vue lorsqu’ils critiquent le relâchement de certains Néerlandais52. Malgré les tensions entre les groupes, les difficultés de l’entraînement physique et la chaleur, Lidwina apprécie son séjour au camp d’entraînement53. Elle se sent enfin intégrée et estime qu’elle pourrait être utile aux Palestiniens dans les camps de réfugiés. Les autres participants se souviennent d’elle comme le membre du groupe le plus obéissant et le plus motivé.

  • 54 De Boer, op. cit. ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 135.
  • 55 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 141.

23De retour aux Pays-Bas, Lidwina et Marinus, bien que séparés, sont invités à effectuer une enquête en vue du détournement d’un avion d’Air France, mission considérée comme un retour sur investissement du FPLP, qui avait engagé des frais pour les Hollandais54. Bien que s’estimant trop identifiés par les services de police, Lidwina et Marinus acceptent néanmoins la mission. Au cours des interrogatoires qu’elle subit après son arrestation, Lidwina Janssen apprend que le Mossad en savait déjà beaucoup sur elle, sur le RH et sur le séjour au Yémen, qu’il connaissait l’emplacement du camp d’entraînement yéménite et disposait de photos aériennes. Finalement, Lidwina Janssen avoue que le FPLP envisageait de détourner un avion d’Air France et que son voyage était une préparation à cette attaque55.

  • 56 Ibidem, p. 150 ; De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, op. cit., p. 119-122.
  • 57 « Lidwien Janssen terug uit Israëlische gevangenis : ik blijf me inzetten voor Palestijnse zaak », (...)
  • 58 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 151.

24Le 1er mars 1977, après sa condamnation à six ans d’emprisonnement, elle est emmenée à la prison pour femmes de Neve Tirtsa, où sont regroupées environ 90 femmes israéliennes et étrangères. Elle demande à être détenue avec les Palestiniennes, même si les autres bénéficient d’un meilleur traitement. Elle y apprend l’arabe, l’hébreu, et perfectionne son instruction politique56. Lidwina Janssen est libérée de prison au bout de trois ans57. À son arrivée aux Pays-Bas, elle publie une déclaration dans laquelle elle affirme ne pas regretter ce qu’elle a fait58. Elle continuera à soutenir la cause palestinienne et le droit du peuple à se défendre avec des armes.

Annie Westebring

  • 59 Ibidem, p. 96.

25Née en 1948, Annie Westebring grandit dans une ferme de Drenthe, petit village du nord des Pays-Bas. À l’âge de dix-sept ans, abandonnant l’école, elle quitte Drenthe en auto-stop avec ses amies, pour rejoindre la ville la plus proche. Voulant travailler avec des enfants, elle entre en contact avec une organisation suisse, qui dirige un centre d’accueil pour enfants défavorisés. Mais l’organisation se révèle être une secte religieuse et Annie, bien que sceptique au début, en devient une adepte. Quand ses parents comprennent la nature de cette organisation, ils tentent de la faire sortir, mais elle refuse. Elle quitte la secte deux ans plus tard et déménage à Amsterdam, où elle travaille dans un institut pour enfants ayant des difficultés d’apprentissage et des problèmes de comportement. Sensible aux injustices de la société, elle lit des articles sur la situation en Amérique du Sud, en Espagne, en Grèce, et sur la discrimination raciale aux États-Unis et en Afrique du Sud. C’est à cette époque de sa vie qu’elle rencontre un membre de la Rode Jeugd. Il la conduit à des réunions où sont discutés les enseignements de Marx et de Lénine. Les activités de la RJ la séduisent, y compris la théorie de la violence. Ayant accès à du matériel de reprographie, elle aide le groupe à faire des travaux d’impression59.

  • 60 Verbij, op. cit., p. 137.

26Lorsque la RJ est dissoute et que les durs du groupe commencent à prendre le contrôle hostile du Rode Hulp, Annie Westebring les rejoint60. Elle devient la porte-parole du groupe et assure le contact avec la presse. Étudiante en pédagogie, elle permet de maintenir l’image d’une organisation humanitaire créée pour aider des prisonniers politiques. En réalité, le RH est une couverture pour la Rode Jeugd et ses membres, destinée notamment à aider la RAF à trouver des abris aux Pays-Bas. Annie Westebring aide la RAF à imprimer des brochures et à traduire en néerlandais ses textes sur la « guérilla urbaine ». Sur le plan interne, les membres du Rode Hulp discutent longuement de la lutte armée, mais ne savent pas comment utiliser la violence dans la pratique, alors que leurs « homologues » allemands exécutent des personnalités publiques. Annie Westebring déclarera plus tard que la question de la violence faisait partie de ses propres interrogations.

  • 61 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 96 ; Maarten Van Riel, « De revolutie van Luciën van Hoesel, Op de (...)
  • 62 Verbij, op. cit., p. 137.

27Le 9 mai 1976, Ulrike Meinhof, un des principaux membres de la RAF, est retrouvée morte dans sa cellule à Stuttgart. Plus de 5000 sympathisants assistent à ses funérailles six jours plus tard. Annie Westebring est parmi eux, représentant le Rode Hulp avec Luciën Van Hoesel. Adrie Eeken, Ciska Brakenhoff Eeken et le représentant du programme documentaire néerlandais Brandpunt sont également présents. Annie Westebring fait alors une brève déclaration : « Il est du devoir de tout révolutionnaire de prendre les armes qu’Ulrike nous a données et de poursuivre la lutte contre le fascisme61». Cette déclaration ayant été diffusée à la télévision nationale néerlandaise, Annie Westebring se souvient de l’état de choc de ses parents lorsqu’ils ont vu leur fille à la télévision prononcer ces mots62.

28Lorsque Ciska Brakenhoff recrute des volontaires pour le camp d’entraînement au Yémen, Annie Westebring s’inscrit au voyage avec son compagnon, Roel Koopmans. Autre volontaire, Sam Pormes entretenait des liens (présumés) avec un groupe indépendantiste radical des Moluques, en Indonésie. Annie Westebring tisse des liens avec ce groupe. Sam et elle se rendent ensemble dans le Sud-Yémen, malgré la mise en garde de son compagnon, Roel, parti avant elle, et conscient du caractère amateur de l’opération.

29Se remémorant son séjour au Yémen du Sud, Annie Westebring peine à en parler. Elle admet qu’elle voulait vraiment y aller, convaincue que le monde devait changer. Mais en même temps, elle se rappelle à quel point elle était mal à l’aise, comme si ce qu’elle faisait là-bas n’était pas réel63. Globalement, elle affirme avoir eu du mal à imaginer la « guérilla urbaine » telle que la concevait la Rode Jeugd. Elle a participé à des activités du groupe, notamment à un projet d’effraction au consulat israélien d’Amsterdam, abandonné par la suite car jugé trop dangereux. Mais, comme elle l’admettra plus tard, elle n’a pas vu comment ces activités auraient pu déboucher sur la guérilla urbaine décrite par la RJ. Et même si elle savait se servir d’une arme à feu, elle considérait que son rôle, comme celui du Rode Hulp, se limitait à soutenir d’autres organisations telles que la RAF, l’IRA et les groupes de résistance palestiniens64.

  • 65 Verbij, Duitse herfst, op. cit.
  • 66 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 128-129.

30Quand le groupe rentre à Amsterdam, Annie Westebring se rend compte que les services de sécurité nationale les surveillent de près. Contrainte de vivre de plus en plus dans la clandestinité, elle comprend qu’elle doit changer de vie. Elle se détourne de la politique et déménage avec son ami à Groningue. Pendant longtemps, elle se culpabilisera de ce choix, en particulier pendant « l’automne allemand » de 1977, lors de l’arrestation de plusieurs membres de la RAF en Allemagne. Il lui faudra du temps pour s’apaiser, admettre qu’elle avait fait le bon choix, juste à temps65, et ne pas regretter son passage dans la gauche révolutionnaire66.

  • 67 Beatrice De Graaf, « Rode Jeugd in the Netherlands », Leiden Open Access, 2009. En ligne : <https:/ (...)
  • 68 Verbij, « Duitse Herfst », op. cit.

31Toujours engagée à gauche, Annie Westebring rejoint le mouvement anarchiste et dirige pendant quelque temps une librairie67. Par la suite, elle recommence à travailler avec des jeunes en difficulté et, même si c’est une tâche éprouvante, elle déclare que c’est l’une des choses les plus enrichissantes qu’elle ait faites dans sa vie68.

Mirjam Lucassen

  • 69 De Boer, op. cit.
  • 70 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 72.

32Originaire de Venray dans le sud-est des Pays-Bas, Mirjam Lucassen naît dans une famille catholique. Dans une interview pour le documentaire De Rode Jaren, waren wij terroristen (Les années rouges, où nous étions des terroristes)69, elle se présente comme une personne sérieuse, pensant que le monde devait changer et qu’elle pourrait y contribuer. Elle se rêve missionnaire et veut devenir avocate pour apporter une aide juridique aux personnes qui n’en ont pas les moyens. En 1975, elle rencontre au complexe étudiant De Zilverberg, à Amsterdam, Luciën Van Hoesel, un des membres clés de la Rode Jeugd70. Elle se souvient qu’elle l’avait vu pour la première fois, en jean et chemise rouge, qu’ils étaient immédiatement tombés amoureux.

  • 71 De Boer op. cit. ; Van Riel, op. cit., p. 160.
  • 72 De Boer, op. cit.
  • 73 Idem.
  • 74 Idem.

33Mirjam Lucassen s’implique d’elle-même dans la RJ. Elle a une image romantique de la révolution et imagine quelque chose de similaire aux Brigades internationales pour affronter les dictatures dans le monde entier. Son rôle au sein de la RJ n’est pas tout à fait clair, elle-même n’est pas très diserte sur ce sujet dans les entretiens qu’elle a donnés. On sait que dans la nuit du 10 au 11 mai 1976, pour appeler à la solidarité avec la RAF après la mort d’Ulrike Meinhof, elle téléphone au journal néerlandais De Telegraaf pour annoncer qu’une bombe a été placée à Autopon, une société d’importation de voitures71. En général, elle reste plutôt silencieuse sur ses actions pour le groupe, mais se rappelle leur impatience de se rendre au Yémen du Sud, sans en mesurer les risques, ni les conséquences. Peu après leur arrivée dans le camp, elle s’est sentie mal à l’aise, surtout par rapport aux membres de la RAF. Les Hollandais n’ont pas reçu la formation avec le même sérieux que les Allemands, estimant qu’elle était un peu trop difficile et trop rigide. Mirjam déclare avoir appris à démonter des Kalachnikov et des Makarov, à les nettoyer et les remonter. Et à tirer. Elle a également appris à prendre d’assaut des bâtiments et à fabriquer des bombes72. Elle assure n’avoir jamais tiré sur quelqu’un. Ces compétences acquises au Yémen, elle les a perçues comme purement techniques et non comme une pratique utilisable ensuite aux Pays-Bas, sentiment apparemment partagé par la plupart des membres de Rode Jeugd73. Son implication dans le groupe n’a jamais dépassé l’idée romantique de soutenir d’autres mouvements74.

  • 75 Dekkers & Dijksman, op. cit. p. 130.
  • 76 Ibidem, p. 133.
  • 77 Ibidem, p. 132.

34Selon Mirjam, des membres du FPLP ont demandé aux Néerlandais de poursuivre leur activité révolutionnaire une fois rentrés chez eux. Elle se souvient que Luciën et elle avaient répondu, de manière dilatoire, « qu’ils décideraient le moment venu »75. Lorsque le FPLP a demandé à Ciska Brakenhoff de trouver des volontaires pour la fameuse mission du vol Paris-Tel Aviv-Bombay et dans les aéroports, Luciën et elle ont d’abord accepté. Mais au dernier moment, Luciën a changé d’avis, estimant le risque trop élevé76. Après l’arrestation de Lidwien à Tel Aviv et la dissolution du RH, Mirjam Lucassen et Luciën, désorientés, envisagèrent d’aller au Nicaragua pour y rejoindre la résistance. Mais comme le couple était complètement démuni après le voyage au Yémen, cette idée ne fut jamais concrétisée77.

Ciska Brakenhoff-Eeken

  • 78 De Boer, op. cit.
  • 79 Van Riel, op. cit., p. 166.

35Ciska Brakenhoff et son mari, Adrie Eeken, étaient résolus à agir dans le monde. Dans une interview, Adrie Eeken explique que cela correspondait également à l’atmosphère des années 1960 et 1970 : les gens pensaient qu’il était possible de changer les choses, de rendre le monde plus juste. Ils avaient de profondes sympathies pour le peuple palestinien et participaient au Comité hollandais pour la Palestine. Tous deux enseignants, ils consacraient leurs vacances scolaires à visiter les territoires palestiniens et ont également passé du temps dans des centres de réfugiés. Politiquement, ils étaient attirés par le FPLP et son combat pour le peuple palestinien. Leur point de vue à ce sujet est illustré par une autre interview des années 1970, dans laquelle Ciska Brakenhoff affirme qu’il était temps que les gens apprennent à se battre de manière militante, car « le peuple palestinien se bat depuis soixante ans avec des pamphlets et cela ne l’a mené nulle part78 ». On ignore si Ciska Brakenhoff aurait pu prendre les armes elle-même. Selon Mirjam Lucassen, le couple a décidé que Ciska serait impliquée dans la lutte, tandis qu’Adrie prendrait soin de leurs trois enfants (adoptés)79. Mais ce qu’on entendait par « être impliquée dans la lutte » reste assez flou.

  • 80 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 115-116.
  • 81 Ibidem, p. 129.
  • 82 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 133-134.
  • 83 De Boer, op. cit.

36Le couple partage un intérêt commun avec le RH, notamment le recours à la violence. Lorsque le FPLP propose une formation militante à des volontaires néerlandais dans un camp d’entraînement au Yémen du Sud, il s’adresse au RH, représenté par Ciska Brakenhoff80. Durant son séjour au Yémen du Sud, Ciska est en contact étroit avec Wadie Haddad, également connu sous le nom d’Abou Hani, chef de la branche armée du FPLP et responsable de l’organisation de plusieurs détournements d’avion en soutien à la cause palestinienne durant les années 1960 et 197081. À son retour, elle demande qui serait disposé à effectuer une mission au nom du FPLP. Lidwien Janssen et Marinus Nieuwburg se déclarent prêts, elle les aide à organiser leurs vols82. Mais, on l’a vu, lorsque Lidwien est arrêtée à Tel Aviv, Ciska Brakenhoff et Adrie Eeken nient tout lien avec elle83.

  • 84 Verbij, op. cit., p. 142.
  • 85 De Graaf, « Rode Jeugd in the Netherlands… », op. cit.
  • 86 Verbij, op. cit., p. 144.

37Après la dissolution du RH, certains des extrémistes partisans d’une ligne dure se regroupent dans le Rood Verzets Front (Front de la résistance rouge, RVF). Ce groupe est dirigé par Ciska Brakenhoff et Adrie Eeken, les deux seuls du groupe du Yémen à avoir poursuivi leur activité84. Le RVF se présente comme une organisation légale de soutien aux opprimés, exploités et persécutés, comme à ceux qui s’opposent directement au système fasciste85. Pour promouvoir leur cause, ils publient leur propre journal, organisent des soirées d’information et des manifestations en faveur des mouvements antifascistes. Le RVF entretient des liens étroits avec la RAF. Il aide à l’impression et à la diffusion de ses manifestes en Hollande et fournit à ses membres de fausses cartes d’identité. Mais il est également impliqué dans les méthodes d’action directe. Par exemple, en mars 1979, le RVF occupe le bureau de Swiss Air à Amsterdam, pour soutenir les membres du Mouvement du 2 juin emprisonnés en Suisse. Selon certains, Henk Wubben, un ancien membre du noyau de RJ, aurait joué un rôle de médiateur dans les contacts entre le RVF et la RAF86.#

Analyse des rôles et des facteurs de radicalisation conduisant à l’action directe

38La biographie de ces quatre femmes fournit des informations sur leurs motivations et leurs rôles respectifs, ainsi que sur leur position face à la violence et leurs motifs de désengagement. Même si l’analyse de quatre cas ne semble pas suffisante pour tirer des conclusions générales, elle contribue à la compréhension de l’implication de ces femmes. Dans l’ensemble, elles semblent principalement motivées par leurs convictions idéologiques et leur volonté de contribuer à un monde meilleur. Lidwina Janssen travaillait dans un orphelinat et aidait à organiser des activités pour les personnes handicapées, Ciska Brakenhoff était impliquée dans le Comité pour la Palestine, Mirjam Lucassen voulait devenir avocate afin d’aider les personnes défavorisées, Annie Westebring était révoltée par l’injustice de la société, affirmant que c’était l’idéalisme qui l’avait poussée à rejoindre le camp d’entraînement au Yémen. Mirjam Lucassen et Annie Westebring étaient attirées par le radicalisme de la JR, sensible dans ses manifestations comme dans ses actions violentes. Dans l’ensemble, ces femmes étaient réceptives à la rhétorique de la gauche radicale, anti-impérialiste, anti-américaine et anticapitaliste, fournissant une vision du monde socialiste dans laquelle justice, liberté et égalité coexistaient.

39Trois femmes se sont impliquées dans la RJ après avoir rencontré un de ses membres. Mirjam Lucassen rencontre Luciën, Lidwina Janssen rencontre d’abord Marinus, avec qui elle s’implique de plus en plus dans la scène radicale, avant que les deux ne rencontrent Evert, qui les introduit à la RJ. En outre, Annie Westebring s’engage dans le groupe après avoir été invitée à une de ses réunions éducatives. Pour Annie Westebring et Lidwina, le fait d’appartenir à une organisation contribue également à leur radicalisation, surtout pour Annie, qui s’est culpabilisée d’avoir abandonné la cause et le groupe. Pour Lidwina, l’idée d’être considérée comme une « menace sociétale », alors qu’elle souhaitait uniquement contribuer à un monde meilleur, la conforte dans ses choix. Enfin, pour Mirjam Lucassen et Annie, l’attrait de la grande ville et de l’aventure est un facteur déterminant.

40Le rôle joué par les femmes au sein de la JR et du SR n’est pas tout à fait clair. Mirjam, par exemple, n’est pas très précise sur ce point. Nous savons que Lidwina Janssen a participé à des manifestations, ayant été arrêtée à La Haye lors de l’une d’entre elles. Les autres femmes ont pu également se joindre à des manifestations. Lidwina Janssen et Annie Westebring ont traduit des écrits de la RAF, des textes marxistes et sur la guérilla urbaine. Annie Westebring, porte-parole du groupe auprès de la presse, a contribué à maintenir une couverture sociale pour les RH. Elle a joué un rôle important dans l’impression et l’illustration de brochures et de dépliants. Toutes trois étaient prêtes à participer à des missions de reconnaissance : Annie pour le consulat à Amsterdam et Lidwina pour les mesures de sécurité à l’aéroport de Tel Aviv, mission que Mirjam avait initialement acceptée mais finalement refusée, et qu’elle aurait vraisemblablement menée à bien si elle et Luciën n’avaient pas été aussi « médiatisés ».

41Ciska Brakenhoff a assuré la liaison entre le RH et le FPLP, organisé le voyage au camp d’entraînement au Yémen du Sud et aidé à trouver des volontaires pour d’autres missions du FPLP, notamment sur le vol d’Air France. Il semble également que Ciska Brakenhoff ait convaincu Lidwina Janssen et Marinus d’accepter cette mission malgré les réticences de Luciën, convaincu qu’elle était trop dangereuse : ils étaient tous trop connus pour passer les points de contrôle de sécurité. Ciska Brakenhoff avait alors déclaré que le FPLP voulait une contrepartie à la prise en charge de leur retour, argument que Lidwina avait jugé raisonnable.

42Les quatre femmes ont participé à l’entraînement militaire dans le camp d’Al Halama, au Yémen du Sud. On ignore si elles étaient disposées à mettre en pratique les compétences nouvellement acquises. Toutes ont déclaré, à un moment donné, croire en la nécessité du recours à la violence pour accomplir la révolution socialiste mondiale. C’est d’abord l’attachement à la violence de la RJ, sa volonté d’aller au-delà des mots et d’agir, qui ont attiré Annie Westebring et Mirjam Lucassen. Mais on ignore si elles souhaitaient elles-mêmes passer à l’acte. Ainsi, lorsque les violences augmentèrent, passant des pierres et des bombes fumigènes à la pratique de la guérilla urbaine, ce qui impliquait d’apprendre à se servir d’une arme à feu et de se battre, les deux femmes eurent du mal à entrer dans ce rôle. Pour elles, la RJ et le RH n’étaient que des groupes de soutien pour d’autres mouvements révolutionnaires. Annie Westebring, consciente que la cause révolutionnaire pouvait entraîner sa mort, n’a pas reculé et s’est efforcée de mieux comprendre la cause pour laquelle elle se battait. Mirjam Lucassen partageait ce point de vue et, à l’instar d’Annie, ne pouvait s’imaginer prendre les armes. Au sujet de sa formation au Yémen, elle a déclaré qu’il s’agissait d’une formation technique et qu’elle n’avait jamais fait le lien entre apprendre à utiliser une arme et tirer réellement sur des personnes. Cependant, elle a ajouté que si elle avait continué sur sa voie révolutionnaire, elle aurait risqué d’être condamnée à 20 ou 30 ans de prison pour des actes qu’elle aurait pu commettre. Cela suggère qu’elle n’a pas exclu la possibilité d’être impliquée dans une attaque de grande ampleur. On ignore si Ciska Brakenhoff aurait été prête à prendre les armes elle-même. Lidwina Janssen semblait plus déterminée à participer elle-même à la lutte, mais elle s’est rendu compte au Yémen qu’elle était désormais impliquée dans une violente lutte révolutionnaire et qu’elle pouvait en mourir. Elle ne dit pas que cette prise de conscience l’a fait se détourner du groupe, mais plutôt qu’elle pensait devoir mieux connaître les enseignements idéologiques de la révolution. Ceci suggère qu’elle aurait pu imaginer un rôle pour elle-même dans la lutte armée.

Désengagements

  • 87 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen…, op. cit., p. 125-126 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 151.
  • 88 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 152.

43Après son retour de détention en Israël, Lidwina Janssen tente de reprendre son ancienne vie. Elle donne quelques interviews et essaie de dialoguer avec des groupes d’activistes. Cependant, elle est continuellement confrontée à son passé et perçue comme « la terroriste qui a aidé à préparer un détournement d’avion ». Après tout, dit-elle, il ne s’agissait que d’une mission exploratoire. Le fait que la plupart de ses anciens amis l’aient ignorée pendant qu’elle était en prison, et même après son retour aux Pays-Bas, lui fait mal, de même que le rejet par le Comité Palestine. Ciska Brakenhoff et Adrie Eeken l’avaient même qualifiée de traître87. Elle décide finalement de se détourner de la gauche radicale pour commencer une nouvelle vie. Elle déménage à Rotterdam, devient assistante sociale, se marie et a des enfants. Mais elle se sentira toujours étroitement liée au peuple palestinien et à sa cause88.

44Pour Annie Westebring et Mirjam Lucassen, le facteur du désengagement est la prise de conscience que les choses devenaient incontrôlables. L’expérience au Yémen, la confrontation avec les membres de la RAF, le constat qu’ils étaient étroitement surveillés par le BVD les ont convaincues que si elles continuaient sur cette voie, elles devraient entrer dans la clandestinité et commettre des actions violentes. Pour elles, cela devenait trop grave et trop dangereux. Mirjam et Luciën ont décidé qu’il était temps pour eux de commencer une nouvelle vie. Après avoir quitté le mouvement révolutionnaire, toutes ces femmes sont restées attachées à leurs idéaux pour un monde meilleur. Aucune ne semble regretter cet épisode de sa vie. Mirjam et Luciën se sont mariés, ont déménagé à Groningue et fondé une famille, Ciska Brakenhoff et Adrie Eeken ont divorcé.

45Dans les années 1980, Ciska Brakenhoff a vécu avec Henk Wubben à Amsterdam. Le 16 juin 1980, il y a eu une explosion dans leur maison, qui selon la police aurait été causée par des explosifs stockés dans l’appartement. Ciska et Henk ont été blessés, mais ont réussi à s’échapper du bâtiment effondré. Henk s’est caché à Amersfoort, où il a été arrêté deux jours plus tard. La police a trouvé un pistolet et une réserve d’explosifs chimiques dans sa cachette. Ciska Brakenhoff a été arrêtée après plusieurs semaines, puis libérée sept jours plus tard. Henk a purgé une peine d’un an de prison, en raison de la possession d’une arme à feu illégale. Il est lui-même convaincu que les services secrets allemands étaient responsables du bombardement de son appartement, en raison de ses liens présumés avec la RAF allemande.

  • 89 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 634.

46Annie Westebring est restée proche de la gauche radicale, mais désengagée de l’action violente. Mirjam Lucassen a poursuivi son action politique par des voies légales et rejoint le Parti socialiste pacifiste (PSP). Plus tard elle justifia cette décision en estimant très similaires les objectifs de la RJ et du PSP, à la différence près que le PSP désapprouvait la lutte armée. Le climat politique libéral aux Pays-Bas lui a permis, à elle comme à d’autres anciens membres de la RJ, de s’intégrer aux partis politiques ou aux conseils communautaires et de se porter candidate aux élections municipales89. Ciska Brakenhoff est la seule qui soit restée attachée au militantisme révolutionnaire, en mettant sur pied le Rood Verzetsfront (RVF) avec Adrie Eeken. Elle est restée dans le collimateur de la BVD au moins jusque dans les années 1980, lorsqu’elle a été arrêtée après l’explosion dans la résidence de Henk Wubben.

Quelques remarques finales

47Dans l’ensemble, les quatre femmes ont été principalement motivées par des convictions idéologiques visant à l’établissement d’un monde meilleur. Avant leur entrée dans le groupe, toutes avaient été impliquées dans des activités où l’engagement sociétal était prégnant. Opposées au capitalisme et à l’impérialisme, elles avaient une vision alternative du monde. Introduites dans la RJ grâce à un de ses membres, elles ont assisté à des réunions éducatives et se sont de plus en plus impliquées. La confrontation avec « l’oppression étatique » a intensifié leur radicalisation. Pour deux d’entre elles, l’attrait de la grande ville et de l’aventure y a contribué. Ces femmes ont assumé différents rôles : elles ont assisté à des manifestations, traduit, imprimé et distribué des tracts et des brochures. Elles ont également utilisé des identités de genre, l’une d’entre elles devenant le porte-parole du RH, usant ainsi d’une couverture pour maintenir l’image d’une organisation de solidarité juridique plutôt que d’un groupe révolutionnaire. Trois d’entre elles étaient prêtes à prendre part à des missions à visée terroriste, une participa à la préparation d’un cambriolage, deux au détournement d’un avion, une autre a assuré la liaison entre le RH et le FPLP, aidant le FPLP à trouver de nouvelles recrues pour des attaques ou des missions de renseignement. Toutes reçurent un rude entraînement militaire, mais étaient-elles prêtes à se lancer dans des actions violentes ? Notons enfin qu’aucune des femmes de la JR n’a souhaité publier elle-même le récit de son parcours, ni rechercher une notoriété comparable à celle d’Ulrike Meinhof et Gudrun Ennslin de la RAF, ou Bernardine Dohrn de l’American Weather Underground. On ne sait toujours pas pourquoi ces activistes néerlandaises choisirent de demeurer si discrètes sur leur engagement passé.

Haut de page

Notes

1 Maarten Van Riel, Zaterdagmiddagrevolutie, Portret van de Rode Jeugd, Amsterdam, Boom, 2010, p. 16.

2 Laura Sjoberg et Caron E. Gentry, Women, Gender and Terrorism, Athens Georgia, University of Georgia Press, 2011, p. 6-7.

3 Voir par exemple Laura Sjoberg & Caron E. Gentry, Mothers, monsters, whores, women’s violence in global politics, London, Zed Books, 2007, p. 13-22.

4 Beatrice De Graaf & Leena Malkki, « Killing it softly ? Explaining the early demise of Left-Wing terrorism in the Netherlands », Terrorism and Political Violence, 22:4, p. 623-640.

5 Frits Hoekstra, In dienst van de BVD, spionage en contraspionage in Nederland, Amsterdam, Boom, 2004, p. 73.

6 Van Riel, op. cit., p. 107.

7 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 632.

8 Hoekstra, op. cit., p. 73.

9 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 636.

10 De Graaf & Malkki, p. 624, référence à une citation dans Luuk Ottens, Piet Hein Scheltens, and Rob Siebelink, « Rode Jeugd revisited », De Groene Amsterdammer, 13 février 1985, p. 4.

11 La scission fut revendiquée par les services secrets néérlandais. Voir Bob De Graaff et Cees Wiebes (dir.), Hun crisis was de onze niet. Internationale crisis en binnenlandse veiligheid, 1945-1960, La Haye, Sdu Uitgeverij Koninginnegracht, 1994 ; Wouter Beekers, « De betoveringen van het Nederlandse Maoïsme », Sociologie, jaargang 2, 2006, p. 140.

12 Van Riel, op. cit., p. 33.

13 Leo De Boer, De rode jaren, waren wij terroristen, film documentaire, 2005, 75 min. ; Maarten Van Riel, op. cit., p. 34.

14 De Boer, op. cit.

15 Van Riel, op. cit., p. 36.

16 Ibidem, p. 35.

17 Ibidem, p. 83.

18 Ibidem, p. 130.

19 Ibidem, p. 40.

20 Ibidem, p. 53.

21 Le concept de guérilla urbaine dérive de l’Amérique latine, lorsque les groupes révolutionnaires des années 1950 et 1960 ont déplacé leur lutte révolutionnaire de la campagne vers la ville.

22 Van Riel, op. cit., p. 65.

23 Ibidem, p. 65.

24 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 631.

25 Van Riel, op. cit., p. 77 ; Leo De Boer, op. cit..

26 Van Riel, op. cit., p. 86-87.

27 De Boer, op. cit., Van Riel, op. cit., p. 131 ; Antoine Verbij, Tien Rode Jaren. Links radicalisme in Nederland 1970-1980, Amsterdam, Ambo, 2005, p. 133.

28 « Rode Hulp : “Dood en verderf is niet onze stijl” », Nieuwe Revu, 19 novembre 1976, p. 18-22.

29 Van Riel, op. cit., p. 149.

30 Verbij, op. cit., p. 136-137 ; Frans Dekkers & Daan Dijksman, ‘n Hollandse stadsguerrilla, terugblik op de Rode Jeugd, Amsterdam, Balans, 1988, p. 77.

31 Van Riel, op. cit., p. 150 et 158-159.

32 Verbij, op. cit., p. 157.

33 Van Riel, op. cit., p. 162.

34 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 103-104 ; Verbij, op. cit., p. 138.

35 Van Riel, op. cit., p. 163.

36 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 109.

37 Verbij, op. cit., p. 139 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 110.

38 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 100.

39 Verbij, op. cit., p. 138-139 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 112 ; Van Riel, op. cit., p. 164.

40 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 122-123.

41 Henri Remmers & Derk Sauer, « Marius Nieuwburg, een mislukte terrorist », Nieuwe Revu, 12 novembre 1976, p. 16-20 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 118-119.

42 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 123.

43 Van Riel, op. cit., p. 166.

44 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, tien militante vrouwen in het vizier, Amsterdam, Boom, 2012, p. 106.

45 Arjo Van der Gaag, « Banden met ‘Breda’ ontkend : Onderzoek naar de ‘Rode Hulp’ in Amsterdam », Het Parool, 5 octobre 1976 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 138-140.

46 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, op. cit., p. 117-118.

47 Van Riel, op. cit., p. 175.

48 « Organisatie ‘Rode Hulp’ heft zich op », Het Parool, 3 janvier 1977 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 147 ; Van Riel, op. cit., p. 176.

49 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 82.

50 Ibidem, p. 83.

51 Ibidem.

52 Ibidem, p. 121.

53 Ibidem, p. 120-121.

54 De Boer, op. cit. ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 135.

55 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 141.

56 Ibidem, p. 150 ; De Graaf, Gevaarlijke vrouwen, op. cit., p. 119-122.

57 « Lidwien Janssen terug uit Israëlische gevangenis : ik blijf me inzetten voor Palestijnse zaak », Limburgsch Dagblad, 25 septembre 1979.

58 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 151.

59 Ibidem, p. 96.

60 Verbij, op. cit., p. 137.

61 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 96 ; Maarten Van Riel, « De revolutie van Luciën van Hoesel, Op de drempel van de ware strijd », De Groene Amsterdammer, 21 septembre 2010.

62 Verbij, op. cit., p. 137.

63 Antoine Verbij, « Duitse Herfst », Trouw 18 octobre 2007, en ligne : <https://www.trouw.nl/home/duitse-herfst~af015c13/>.

64 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 98.

65 Verbij, Duitse herfst, op. cit.

66 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 128-129.

67 Beatrice De Graaf, « Rode Jeugd in the Netherlands », Leiden Open Access, 2009. En ligne : <https://www.ssoar.info/ssoar/bitstream/handle/document/6717/ssoar-2009-graaf-rode_jeugd_in_the_netherlands.pdf?sequence=1>.

68 Verbij, « Duitse Herfst », op. cit.

69 De Boer, op. cit.

70 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 72.

71 De Boer op. cit. ; Van Riel, op. cit., p. 160.

72 De Boer, op. cit.

73 Idem.

74 Idem.

75 Dekkers & Dijksman, op. cit. p. 130.

76 Ibidem, p. 133.

77 Ibidem, p. 132.

78 De Boer, op. cit.

79 Van Riel, op. cit., p. 166.

80 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 115-116.

81 Ibidem, p. 129.

82 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 133-134.

83 De Boer, op. cit.

84 Verbij, op. cit., p. 142.

85 De Graaf, « Rode Jeugd in the Netherlands… », op. cit.

86 Verbij, op. cit., p. 144.

87 De Graaf, Gevaarlijke vrouwen…, op. cit., p. 125-126 ; Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 151.

88 Dekkers & Dijksman, op. cit., p. 152.

89 De Graaf & Malkki, op. cit., p. 634.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Seran De Leede, « Des Néerlandaises engagées dans le terrorisme transnational des années 1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 141 | 2019, 57-78.

Référence électronique

Seran De Leede, « Des Néerlandaises engagées dans le terrorisme transnational des années 1970 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 141 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/9775

Haut de page

Auteur

Seran De Leede

International Centre for Counter-Terrorism (ICCT, Pays-Bas)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page