Navigation – Plan du site
Articles

Le vagabondage, ou la police des existences irrégulières et incertaines  : sens et usages d’un délit (France, 1815-1850)

Pierre Gaume

Résumés

Inscrit dans le Code pénal de 1810, le vagabondage fut un élément important du maintien de l’ordre en France au XIXe siècle. Cet article se propose d’en préciser le sens et les usages entre 1815 et 1850, au lendemain de sa codification. Incriminant l’incapacité à répondre d’un ancrage positif dans la société et l’ordre légal, il fut d’abord le contrepoint de l’effort d’encadrement réglementaire des circulations et des populations pauvres, permettant d’en ressaisir les échappés. Au-delà, le délit ouvrait aussi la voie à une police des existences irrégulières, incertaines, recouvrant un large spectre de comportements et de situations sociales. Cette police devait s’avérer complexe : le degré de suspicion, le contexte politique ou économique, les logiques propres à chaque appareil (police, administration, justice) déterminaient des traitements différenciés, relevant encore très largement de pratiques infra et extrajudiciaires.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en janvier 2019.

Plan

Le vagabondage, instrument juridique d’une police préventive ?
« Incrimination préventive », « délit de suspicion » : le vagabondage dans le Code pénal de 1810
Au service d’une police des circulations et des populations pauvres : le contrepoint d’un important appareil réglementaire
Passeports et papiers
Fixation des pauvres et partages assistantiels
Une cible prioritaire : les individus évoluant en marge de l’ordre local
Une police complexe et incertaine ? la gestion des vagabonds
Des arrestations nombreuses, des poursuites rares : un délit peu judiciarisé
Accommodements, relaxes, reconductions : la gestion policière et administrative
Comprendre l’intervention de la justice pénale
L’action répressive, entre collaboration et divergences
Une gestion circonstanciée ? Limites et aléas de la lutte contre le vagabondage
Espaces, temporalités : une police d’intensité inégale
Insuffisances et limites : une étatisation encore incertaine ?

Aperçu du texte

En février 1821, inquiet des « vols multipliés » qui se commettent dans le département, le préfet du Rhône s’adresse ainsi aux maires :

« Messieurs,

[…] J’ai donné à la gendarmerie royale les ordres et les instructions nécessaires pour qu’elle ait à redoubler de zèle et d’activité dans la recherche des malfaiteurs ; mais […] ces efforts seraient insuffisants, si elle n’était efficacement secondée dans ses recherches et dans son action par MM. les maires, leurs adjoints et les gardes champêtres […].

Je fixerai particulièrement votre attention sur les mendiants et vagabonds voyageant sans titre et qui, dans cet état, n’offrent aucune garantie à la société. Ces individus se répandent presque sans obstacle dans les campagnes ; sous le prétexte de mendier, quelques-uns observent les maisons isolées, et saisissent les occasions pour y commettre des vols. D’autres sont des individus frappés de condamnations ou de mandats de justice à l’exécution desquels ils se sont soustraits. C’est à cette ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gaume, « Le vagabondage, ou la police des existences irrégulières et incertaines  : sens et usages d’un délit (France, 1815-1850) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 21, n°1 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chs/1718 ; DOI : 10.4000/chs.1718

Haut de page

Auteur

Pierre Gaume

Pierre Gaume est professeur agrégé d’Histoire. Doctorant à l’IRIS (EHESS), il réalise une thèse consacrée au vagabondage et à la mendicité au XIXe siècle (France, années 1820-1912), sous la direction de G. Noiriel. Principale communication : « Police administrative, justice préventive ? Sens et usages du délit de vagabondage en France (1815-1850) », communication au colloque international Police et justice : le nœud gordien (1750-1850), Université de Genève, 21 novembre 2014 - pierregaume@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • OpenEdition Journals