Navigation – Plan du site
Articles
Prix Herman Diederiks / Herman Diederiks Prize

Discipliner par la grâce. Les lettres de rémission aux gens de guerre dans l’État bourguignon au XVe siècle

Quentin Verreycken
p. 5-32

Résumés

Cet article traite de l’usage du droit de grâces par les ducs de Bourgogne au XVe siècle en tant qu’outil disciplinaire. Plus spécifiquement, il s’intéresse aux lettres de rémission accordées aux soldats. En comparant le contenu de ces grâces avec les normes prescrites par la législation militaire, cette recherche envisage la possibilité d’un « gouvernement par la grâce » des armées bourguignonnes. L’incrimination des formes les plus extrêmes de la brutalité militaire, ainsi que les nombreuses grâces délivrées aux combattants qui faisaient un usage modéré et légitime de la violence, suggèrent que les ducs de Bourgogne cherchèrent à promouvoir l’image idéalisée d’un soldat professionnel et obéissant, loyal serviteur de l’État.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Pardonner l’homme de guerre au XVe siècle
« Mettre en ordre et discipline » : la législation militaire bourguignonne
La criminalité pardonnée des gens de guerre
La résistance de la population
Gouverner les armées par la grâce ?

Aperçu du texte

« Tu t’en vas en la guerre, mais ce n’est que pour desrober ! ». L’invective, prononcée au début l’été 1457 par un certain Jaquemart Frappart, ne laisse guère de doute sur le fait que son auteur ne portait pas les gens de guerre dans son cœur. Il ajoute même que « c’estoit dommage que […] tous ceulx qui aloient en la guerre n’estoient pendus ». Le destinataire de ces insultes, un habitant de Valenciennes prénommé Jaquemart de le Croix, faisait partie d’un contingent de miliciens flamands levés par les villes d’Onnaing et de Quarouble pour aller servir dans la garnison de Termonde. L’homme de guerre n’était pas aux bouts de ses peines : quelques jours plus tard, il fut apostrophé par les deux fils de Jaquemart Frappart, qui « lui disoient grandes iniures et villenies, en jurant orribles sermens qu’il seroit batuz ». Jaquemart de le Croix eut beau leur répondre qu’il se rendait au service du duc de Bourgogne « pour eulx mesmes et pour tous ceulx desdites villes », il ne put éviter une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Verreycken, « Discipliner par la grâce. Les lettres de rémission aux gens de guerre dans l’État bourguignon au XVe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 22, n°1 | 2018, 5-32.

Référence électronique

Quentin Verreycken, « Discipliner par la grâce. Les lettres de rémission aux gens de guerre dans l’État bourguignon au XVe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 22, n°1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/chs/2113 ; DOI : 10.4000/chs.2113

Haut de page

Auteur

Quentin Verreycken

Quentin Verreycken est historien, Belgian American Educational Foundation Postdoctoral Fellow à l’Université Harvard et docteur de l’Université catholique de Louvain (Centre d’histoire du droit et de la justice) et de l’Université Saint-Louis – Bruxelles (Centre de recherches en histoire du droit et des institutions). Sa thèse de doctorat est une étude comparée des grâces accordées aux soldats en Angleterre, France et État bourguignon au XVe siècle (2018). Il a notamment publié Verreycken (2014, 2017a, 2017b).

Centre d’histoire du droit et de la justice
Rue du Poirier, 10, bte L4.06.01
B–1348 Louvain-la-Neuve
quentin.verreycken[at]uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • OpenEdition Journals