Navigation – Plan du site
Articles

Le cachot d’Ancien Régime : objet de tyrannie ou instrument du maintien de l’ordre ?

Sophie Abdela
p. 33-52

Résumés

Le cachot de la prison d’Ancien Régime est un objet fascinant. Il inspire à la fois l’horreur et la curiosité. Avec la Révolution, il acquiert un caractère romantique en tant que symbole même du despotisme d’un passé révolu. L’histoire s’est longtemps contentée de cette image misérabiliste et l’a perpétuée. Or, l’incursion dans les archives carcérales parisiennes dévoile des dimensions insoupçonnées de ce cachot tyrannique et en change le visage. Car, au ras du sol, dans les pratiques quotidiennes des geôles de la capitale, le cachot apparaît comme un outil du maintien de l’ordre dont les modes d’emploi sont infiniment plus complexes et subtils que ne le laissait croire le « tombeau des vivants » que les récits ont décrit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Introduction
Sur les traces du cachot
Le cachot et la loi
Punir, prévenir… et maintenir la paix
Quand l’étincelle devient incendie : les dangers du cachot
Le mythe de la solitude cachotière
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Formidables cachots, demeures souterraines,
C’est votre obscurité, c’est votre profondeur
Que mon œil ne saurait contempler sans horreur.
Des antres ténébreux sont-ils faits pour des hommes ?

Le cachot est certainement le symbole par excellence de la prison française d’Ancien Régime. Qui pense à ces geôles vétustes et insalubres imagine instantanément un pauvre vieillard rongé par les rats, la faim et le froid, complètement esseulé, oublié par le temps, la lumière et les hommes. Ce tableau, encore profondément ancré dans l’imaginaire occidental, ne date pas d’hier. Au lendemain de la Révolution, « rien n’était plus populaire que les cachots » et on se précipitait déjà pour visiter « ces murs construits par le despotisme » comme autant d’attractions. Le cachot prend alors des allures de sépulture et d’abîme de la tyrannie.

Or, cette image romantique et misérabiliste a été combattue par les historiens. Le travail a été fait depuis longtemps en ce qui concerne la Bastille. On s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Abdela, « Le cachot d’Ancien Régime : objet de tyrannie ou instrument du maintien de l’ordre ? », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 22, n°1 | 2018, 33-52.

Référence électronique

Sophie Abdela, « Le cachot d’Ancien Régime : objet de tyrannie ou instrument du maintien de l’ordre ? », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 22, n°1 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/chs/2119 ; DOI : 10.4000/chs.2119

Haut de page

Auteur

Sophie Abdela

Sophie Abdela est Professeure d’histoire à l’Université de Sherbrooke. Spécialiste de l’histoire carcérale française, ses recherches portent sur les prisons ordinaires de Paris au XVIIIe siècle.

Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke
Sophie.Abdela[at]USherbrooke.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • OpenEdition Journals