Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 23, n°2ArticlesLa coopération policière transfro...

Articles

La coopération policière transfrontalière franco-chinoise le long de la frontière sino-vietnamienne (1895-1940)

Une démarche originale à l’épreuve des préjugés ?
Johann Grémont
p. 29-50

Résumés

La conquête du Tonkin et la mise en place d’un régime de protectorat à la fin du XIXe siècle se sont accompagnées d’un processus de délimitation et de bornage de la frontière avec la Chine. Afin de garantir la sécurité de la région frontalière, la convention Gérard de 1895 prévoit la mise en place d’une police mixte franco-chinoise qui voit le jour à partir de mai 1896. Au-delà du cadre juridique posé par les textes, cet article interroge les modalités de mise en œuvre de cette coopération policière transfrontalière et les défis auxquels elle se retrouve confrontée malgré une apparente cordialité dans les relations entretenues entre les autorités frontalières chinoise et française.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2022.

Plan

Introduction
La difficile et lente affirmation de la présence française sur les confins septentrionaux de l’Empire vietnamien
Le cadre réglementaire de la police mixte franco-chinoise
Une apparente bonne entente
Une politique de bon voisinage ?
Le défi quotidien de la coopération policière transfrontalière
1908, année dramatique...
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le 9 mai 1901 le commandant du poste de Trà Lĩnh situé dans la province de Cao Bng avertit son homologue de Lung Ban qu’une bande pourchassée par les troupes françaises est en train de fuir vers la frontière. Aussitôt, le chef de poste situé du côté chinois fait garder les débouchés de la frontière par des troupes régulières qui interceptent les fuyards vers 22 heures. Cette affaire qui voit les forces de l’ordre des deux pays collaborer pour assurer la sécurité de la région frontalière s’inscrit-elle dans un mode de fonctionnement usuel entre les autorités frontalières ? Ou bien constitue-t-elle une démarche originale dans la manière dont l’ordre était alors maintenu aux frontières des Empires coloniaux ?

De prime abord, il peut paraître difficile de répondre à cette question. Cette problématique de la coopération policière transfrontalière reste en effet une figure fugace, bien souvent située en arrière-plan des recherches consacrées à la frontière en général, colonial...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johann Grémont, « La coopération policière transfrontalière franco-chinoise le long de la frontière sino-vietnamienne (1895-1940) »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 23, n°2 | 2019, 29-50.

Référence électronique

Johann Grémont, « La coopération policière transfrontalière franco-chinoise le long de la frontière sino-vietnamienne (1895-1940) »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 23, n°2 | 2019, mis en ligne le 30 mars 2022, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/chs/2496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.2496

Haut de page

Auteur

Johann Grémont

Université de Paris-Diderot
gremont.johann[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search