Navigation – Plan du site
Comptes rendus/Reviews

Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet. Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015)

Gollion, Suisse, Infolio, 2014, 176 p., ISBN : 288-4-747419
Elsa Génard
p. 142-143
Référence(s) :

Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet. Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015), Gollion, Suisse, Infolio, 2014, 176 p., ISBN : 288-4-747419

Texte intégral

1L’ouvrage de Christophe Vuilleumier se propose de retracer l’histoire de la prison suisse du Bois-Mermet, située dans le canton de Vaud, de sa création en 1905 jusqu’à sa fermeture programmée au début du XXIe siècle. L’historien suisse, qui a également travaillé sur les élites genevoises au XVIIe siècle et sur la Première Guerre mondiale, privilégie une approche chronologique en six chapitres, à partir d’un corpus de sources composé essentiellement d’archives de la ville de Lausanne, d’archives cantonales vaudoises et d’articles de presse. L’attention de l’auteur se porte autant sur l’histoire administrative de la prison que sur l’histoire des affaires retentissantes du Bois-Mermet – crimes, arrestations, évasions qui ont marqué l’opinion publique lausannoise pendant un siècle.

2Le premier intérêt de l’ouvrage est de proposer une analyse détaillée de la genèse et du fonctionnement institutionnel de la prison. Depuis les années 1860, sous la pression du canton, la municipalité fut invitée à pallier la vétusté de la prison de l’Évêché, située à côté du palais de justice de Lausanne. La création de la nouvelle prison, relevant de la compétence municipale, est finalement actée au début du XXe siècle. Si l’établissement cellulaire du Bois-Mermet fait figure de prison moderne, conforme aux principes de la réforme pénitentiaire de la fin du XIXe siècle, il est pourtant au cœur de tensions et de critiques pendant un siècle. La naissance de la prison donne ainsi à voir tous les enjeux et les problèmes qui ont structuré son histoire : le conflit plus ou moins latent entre l’autorité cantonale et l’autorité municipale, l’épineuse question financière, l’éloignement du site du Bois-Mermet par rapport au palais de justice, les nombreux retards affectant le fonctionnement de la prison, la question des conditions de détention et la surpopulation carcérale.

3Le second mérite de l’ouvrage est de resituer la prison dans son contexte, c’est-à-dire de mettre en évidence son inscription dans un jeu d’échelles, locale, cantonale, nationale et internationale. Accueillant prévenus et condamnés, le Bois-Mermet est une institution essentielle de la chaîne policière et judiciaire de Lausanne. Lieu central de l’actualité criminelle, la prison est régulièrement à la une des journaux, au gré des évasions ou des scandales sur les conditions de détention. Elle est également l’objet de travaux de rénovations et d’améliorations, décidées par la municipalité puis par le canton qui devient responsable de son entretien à la fin des années 1970, pour répondre aux problèmes d’insalubrité. Mais la prison est aussi affectée par les grands conflits internationaux. L’auteur consacre notamment quelques pages à l’établissement pendant la Grande Guerre et un long développement aux années de la Seconde Guerre mondiale. La population carcérale est alors sensiblement modifiée par les perturbations liées au conflit, la répression politique et les pratiques d’internement administratif. Ces dernières expliquent que des réfugiés, parmi lesquels des Juifs, ont été enfermés au Bois-Mermet, tandis que la police de sûreté statuait sur leur expulsion ou leur internement. L’établissement lausannois se révèle ainsi un bon observatoire pour saisir l’évolution des pratiques judiciaires, pénales et administratives suisses sur le temps long.

4Accessible à tout lecteur intéressé par l’histoire de Lausanne ou par l’histoire de la prison, cette étude prend souvent la forme d’une chronique riche de nombreux détails et d’informations factuelles très précises, dont on peut toutefois regretter qu’elle mette en lumière les seules célébrités criminelles et laisse dans l’ombre les hommes et les femmes qui n’ont pas fait l’actualité judiciaire. De même, le récit n’accorde qu’une place réduite au personnel de surveillance, aux aumôniers ou aux médecins, en dehors du geôlier qui dirige la prison. En outre, on peut trouver dommage que l’ouvrage ne propose pas de réelle mise en perspective historiographique, d’autant que l’entrée par la monographie permet de discuter et d’éclairer les grandes problématiques de l’histoire de l’enfermement carcéral, définies par Michel Foucault dans Surveiller et Punir et développées par les historiens depuis la fin des années 1970 – ce à quoi s’était justement employé Robert Roth au sujet d’une autre prison suisse dans son ouvrage Pratiques pénitentiaires et théorie sociale. L’exemple de la prison de Genève (1981). En définitive, cet ouvrage apporte un éclairage bien documenté sur la prison du Bois-Mermet, et fait espérer d’autres études sur la population détenue, la vie quotidienne en prison et les expériences carcérales en Suisse au XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Génard, « Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet. Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 23, n°2 | 2019, 142-143.

Référence électronique

Elsa Génard, « Christophe Vuilleumier, Ombres et lumières du Bois-Mermet. Histoire d’une prison lausannoise (1905-2015) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 23, n°2 | 2019, mis en ligne le 06 mai 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/chs/2634

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • OpenEdition Journals