Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n°1ArticlesRacialism and Eugenics in Greek C...

Articles

Racialism and Eugenics in Greek Criminology

The Case of Konstantinos Gardikas (1896-1984)
Efi Avdela
p. 115-139

Résumés

Cet article met en lumière les influences des théories raciales et eugéniques dans la fondation de la criminologie grecque. Il s’attache à Konstantinos Gardikas, le fondateur de la criminologie grecque et son principal représentant des années 1930 aux années 1970. Après avoir étudié en Suisse, il a fondé les principaux services criminologiques et médico-légaux grecs et a entretenu des relations étroites avec les organismes criminologiques et policiers européens et internationaux. En tant que professeur d’université, ses manuels ont influencé plusieurs générations de juristes. L’article traite de son usage des idées raciales et eugéniques et interroge comment ses écrits et son enseignement ont reproduit après la guerre, presque sans changement, ses vues de l’entre-deux-guerres : fondements biologiques du crime, rôle de l’hérédité, de l’atavisme et de la race, ainsi que les « mesures préventives»  pour endiguer le crime, en particulier la stérilisation et la castration. Gardikas considérait la criminologie comme une branche du droit pénal et contribua à la prédominance des pénalistes en matière criminelle, à l’exclusion des psychiatres et des médecins.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2022.

Plan

Greek penologists on the aetiology of crime
Kostantinos gardikas: a criminologist in his own right
K. Gardikas on crime and criminals
Greek criminology in context
Conclusions

Aperçu du texte

Research on the history of criminology that has proliferated in the last twenty years has highlighted the importance of racial and eugenic ideas in the development of this new field of study. As historian Nicole Rafter has insightfully noted, the establishment of criminology drew from three of the most “disturbing” ideas of the nineteenth century: the idea of evolution, the theory of biological determinism and the theory of heredity of acquired characteristics. On these ideas was based the theory of degeneration, which classified criminals along with the mentally ill, the poor, homosexuals and prostitutes as “degenerates.” Scientific racialism of this kind was common among penal professionals at the time. It constituted the primary aetiology of criminal behaviour, irrespective of the importance accorded to sociological causes (Rafter, 2009, xv-xix).

National case-studies as well as studies of the transnational movement of criminological ideas and practices have underlined the variou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Efi Avdela, « Racialism and Eugenics in Greek Criminology », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 24, n°1 | 2020, 115-139.

Référence électronique

Efi Avdela, « Racialism and Eugenics in Greek Criminology », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 24, n°1 | 2020, mis en ligne le 30 octobre 2022, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/chs/2708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.2708

Haut de page

Auteur

Efi Avdela

Professor Emerita
Department of History and Archaeology
University of Crete (Greece)
avdela[at]uoc.gr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search