Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n°2ArticlesLa « paix des dames » : le rôle d...

Articles

La « paix des dames » : le rôle des veuves des victimes d’homicides, un facteur de pacification des mœurs ?

(Brabant, XVe-XVIIe siècles)
Bernard Dauven
p. 27-48

Résumés

Dans le duché de Brabant, au XVIIe siècle, les veuves des victimes d’homicides prennent une place importante dans les suites données à ces homicides (paix à partie, rémissions, procès, entérinement des rémissions). Précédemment ces suites étaient l’apanage des hommes (frères, père et fils des victimes). Le resserrement et la féminisation des solidarités impliqueraient une baisse des taux d’homicides et une judiciarisation des suites données à ce comportement criminel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en février 2023.

Plan

Composition, rémission et paix à partie : brève présentation des suites de l’homicide
XVe-XVIe siècles : une partie intéressée dominée par les hommes ?
XVIIe siècle : un changement ?
Les conséquences de la féminisation de l’entourage des victimes d’homicide
Les femmes devant les tribunaux modernes : deux apports de l’histoire des femmes
Conclusion

Aperçu du texte

En 1529 Marguerite d’Autriche et Louise de Savoie signent à Cambrai la « paix des Dames » qui met fin à la septième guerre d’Italie entre Charles Quint, neveu de Marguerite, et François Ier, fils de Louise. Ce dernier épousera Éléonore de Habsbourg, sœur de l’empereur. L’importance des femmes dans la conclusion de paix politiques, notamment par le mariage entre ennemis, est un phénomène connu. Loin des hautes sphères, c’est la paix entre les parties après un homicide et les rôles qu’y jouent les femmes que nous aimerions aborder ici. En effet, on assisterait en Brabant, au début du XVIIe siècle, à un resserrement et à une féminisation du réseau de solidarité des individus, alors que les veuves des victimes sont précédemment absentes des suites données aux homicides – paix entre les parties, vengeance, procès, etc. Cette évolution aurait un impact sur le fonctionnement de la vengeance et, partant, sur la place de l’homicide dans le paysage criminel et judiciaire. La féminisation du r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Dauven, « La « paix des dames » : le rôle des veuves des victimes d’homicides, un facteur de pacification des mœurs ?  »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 24, n°2 | -1, 27-48.

Référence électronique

Bernard Dauven, « La « paix des dames » : le rôle des veuves des victimes d’homicides, un facteur de pacification des mœurs ?  »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 24, n°2 | 2020, mis en ligne le 28 février 2023, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/chs/2811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.2811

Haut de page

Auteur

Bernard Dauven

Chercheur associé à l'UCLouvain, SSH/INCAL/CHDJ
Collège Saint-Michel à Bruxelles
Dauven_bernard[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search