Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n°1Entre politique et sécurité

Entre politique et sécurité

Réflexion sur la police dans l’Italie de la première moitié du XIXe siècle
Laura Di Fiore
p. 29-53

Résumés

L’article se propose de contribuer au courant naissant de la security history, à travers la reconstruction de la réflexion qui se développa dans divers États de l’Italie pré-unitaire autour du pouvoir de police, de la Restauration jusqu’au seuil de l’unification nationale. Cette périodisation apparaît pertinente pour comprendre l’interconnexion entre d’une part, le développement de la police moderne, et, de l’autre, un concept inédit de sécurité, deux aspects du processus plus ample de state-building au XIXe siècle. L’analyse part d’une série de mémoires et de projets manuscrits produits dans le Royaume des Deux-Siciles pour les intégrer au cadre plus large d’une littérature qui, tant sous forme de traités que de pamphlets, s’épanouit au cours de la première moitié du siècle dans la péninsule italienne. La comparaison des sources documentaires avec cette littérature permet d’identifier des problématiques communes, qui renvoient constamment au rapport complexe entre police et politique, entre sécurité et pouvoir : en particulier, le pouvoir discrétionnaire de la police, sa relation avec la loi, le risque d’arbitraire, le recours à des pratiques d’espionnage.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2023.

Plan

Un pouvoir extraordinaire : la sécurité de l’État entre gouvernement et administration
Spectre de l’arbitraire ou discrétion paternelle ?
Une police « nécessairement arbitraire »
L’antidote juridique
Espionnage et renseignement : entre « mal nécessaire » et violation des droits
Conclusion

Aperçu du texte

Au lendemain de la domination napoléonienne, les différents États de l’Italie pré-unitaire se retrouvèrent confrontés à un nouveau problème, celui de garantir la stabilité de leur organisation politique. Le système mis au point par Metternich visait à défendre le statu quo, établi à Vienne, face aux premiers signes de révoltes qui, après la période révolutionnaire française et napoléonienne, continuaient à traverser le continent. L’historiographie récente a montré cependant que le Congrès de Vienne ne se limitait pas seulement à cet objectif mais jetait plutôt les bases d’un « système de sécurité collective » sur le continent et d’une « culture européenne de la sécurité », évolutif et hétérogène, qui perdura jusqu’en 1914.

Plusieurs acteurs ont contribué à délimiter cette nouvelle « culture de la sécurité », dans laquelle la dimension des idéaux et des principes théoriques était étroitement liée à celle des pratiques politiques et institutionnelles : aux côtés des politiques, du pers...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Di Fiore, « Entre politique et sécurité »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 25, n°1 | 2021, 29-53.

Référence électronique

Laura Di Fiore, « Entre politique et sécurité »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 25, n°1 | 2021, mis en ligne le 05 août 2023, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chs/2880 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.2880

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search