Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n°1Knowledge of the Unknown

Knowledge of the Unknown

Perspectives on the Emergence of the Dark Figure of Crime in the Late Eighteenth and Early Nineteenth Century
Sophie Ledebur
Traduction de Katherine Vanovitch
p. 55-84

Résumés

Le « chiffre noir de la criminalité » demeure un enjeu majeur en matière de statistiques de la délinquance. Depuis le tournant des années 1970, les enquêtes de victimation et les enquêtes de délinquance autoreportée ont permis de brosser un tableau plus clair de la réalité sociale de la criminalité. Ces méthodes font désormais partie de la « boîte à outils » de la criminologie actuelle. Malgré la diffusion de leur utilisation, l’histoire de ces méthodes d’enquête demeure méconnue. Elle remonte à une époque bien antérieure à celle où le « chiffre noir » de la criminalité est devenu une donnée partiellement mesurable. Cet article explore le contexte dans lequel a émergé, au tournant du XIXe siècle, une conscience émergente de la criminalité non enregistrée. L’idée que la connaissance était déficiente est venue des pratiques d’enquête criminelle. Elle est examinée ici à la lumière de la perception, dans les territoires allemands au seuil d’une administration moderne, que les voleurs et les vagabonds représentaient un danger très réel. L’article examine les méthodes adoptées pour sonder des domaines inexplorés, proposant ainsi une mesure de cette « connaissance de l’inconnu ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2023.

Plan

Obtaining “true” testimonies
Revealing hidden souls
Counting and recounting
Surveillance and suspicion
Obfuscation
Spying
Conclusion: criminological uncertainty and evidence

Aperçu du texte

The criminal is still very much of an enigma. I do not know who he is, and I do not know where to look for him.” Leon Radzinowicz, founding director of the Institute of Criminology at the University of Cambridge, was provoking his audience at the Royal Society of Arts in 1964: “For a very long time it was thought that the proportion of crime and criminals remaining unknown was rather small and that, broadly speaking, it continued the same over the course of time. This fallacy has since been challenged and should be challenged even more. Optimistic assumptions have been shattered. An ominous phrase expresses our disillusionment: ‘the dark figure’ of crime. Equally ominous is the fact that it has gained currency in every major language. ‘Dunkelziffer’ say the Germans; ‘le chiffre noir’, ‘il ciffro nero’ are the French and the Italian terms”.

Criminologists were very much aware of the problem of undetected and unreported crime. While Radzinowicz popularized the metaphor of the dark figu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Ledebur, « Knowledge of the Unknown »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 25, n°1 | 2021, 55-84.

Référence électronique

Sophie Ledebur, « Knowledge of the Unknown »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 25, n°1 | 2021, mis en ligne le 05 août 2023, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chs/2890 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.2890

Haut de page

Auteur

Sophie Ledebur

Institut für Geschichtswissenschaften (Humboldt, Universität zu Berlin)
sophie.ledebur[at]hu-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search