Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n°2ArticlesLes violences contre l’enfant et ...

Articles

Les violences contre l’enfant et leur traitement judiciaire à Dijon à la fin du Moyen Âge

Rudi Beaulant
p. 5-31

Résumés

Le crime d’infanticide demeure peu étudié pour la période médiévale, et il est le plus souvent analysé à partir des lettres de rémission, qu’elles soient royales ou princières. Le but de cet article est de présenter le traitement judiciaire de ce crime à la fin du Moyen Âge à Dijon, à partir des riches fonds d’archives de la justice échevinale, qui offrent une diversité de cas que l’on trouve rarement à l’échelle d’une justice urbaine. Il s’agit de montrer que la commune suit une procédure inquisitoire normée, qu’elle adapte en fonction de la nature du cas afin d’obtenir les preuves appropriées et rendre son jugement. La densité des informations fournies par les enquêtes et procès criminels permet également de s’intéresser aux comportements des parents impliqués, qui reflètent les normes sociales du temps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2024.

Plan

La diversité des cas impliquant la mise en danger et la mort d’enfants
Les accidents
Les violences contre les femmes enceintes
Les enfants mort-nés et les soupçons d’infanticide ou d’avortement
Les infanticides avérés
L’importance de l’expertise médicale dans la procédure échevinale
Le jugement de la mort de l’enfant, entre absolution et condamnation
Conclusion

Aperçu du texte

Les études sur les violences commises contre des enfants à la fin du Moyen Âge se fondent le plus souvent sur les lettres de rémission, qui constituent une documentation particulièrement dense dans le cas royal, en tenant évidemment compte des biais que comportent leurs récits. L’espace bourguignon constitue également un terrain propice à l’étude de ce traitement judiciaire. C’est particulièrement le cas de Dijon, ville moyenne et capitale du duché de Bourgogne, dont les nombreuses sources de la justice échevinale, juridiction urbaine et laïque, permettent d’envisager une analyse des poursuites criminelles intentées aux personnes suspectées de mise en danger ou de la mort d’enfants, qu’il s’agisse d’accidents ou d’actes volontaires. Les liasses d’enquêtes et procès de la justice criminelle contiennent au moins vingt affaires de ce genre pour l’ensemble du XVe siècle, ce qui constitue une très faible proportion des cas conservés pour la même période, qui s’élèvent à plus de deux mill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudi Beaulant, « Les violences contre l’enfant et leur traitement judiciaire à Dijon à la fin du Moyen Âge »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 25, n°2 | -1, 5-31.

Référence électronique

Rudi Beaulant, « Les violences contre l’enfant et leur traitement judiciaire à Dijon à la fin du Moyen Âge »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 25, n°2 | 2021, mis en ligne le 21 mars 2024, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3044

Haut de page

Auteur

Rudi Beaulant

Chercheur associé, UMR 6298 ARTEHIS
rudibeaulant[at]live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search