Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n°2ArticlesBenjamin Rush and the Gothic Orig...

Articles

Benjamin Rush and the Gothic Origins of American Criminology

Chase Burton
p. 59-79

Résumés

Cet article examine la contribution de Benjamin Rush à l’histoire de la criminologie américaine. Bien qu’au XVIIIe siècle, la criminologie n’ait pas encore été constituée en discipline à part entière, la criminalité et ses causes étaient largement discutées au travers de la fiction populaire, des sermons d’exécution, des récits de décès et autres formes de littérature criminelle. Benjamin Rush (1745-1813), un des pères fondateurs des États-Unis et de l’administration de la justice pénale, s’est appuyé sur un mélange de psychologie empirique et de biologie pour répondre à la peur culturelle de l’irrationalité criminalité et de la folie. L’article soutient que les propositions de réponse pénale de Rush font partie d’un projet proto-criminologique plus large lié à la fois à la culture gothique de son époque et à la science d’alors de l’homme criminel. Par son plaidoyer public et son travail de conférencier, Rush a contribué à la fondation précoce d’une forme positiviste de la criminologie américaine, une science alors ancrée dans la peur du criminel monstrueux et étrange.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2024.

Plan

Gothic crime literature in the eighteenth century
Criminology in the eighteenth century
The criminology of Benjamin Rush
Obsession
Alcohol
(Biopsychological) Disease
The Fragility of the Republican Mind
Rush’s criminological legacy
Conclusion

Aperçu du texte

In October 1803, Benjamin Rush wrote a letter complaining of his exhaustion to the businessman Thomas Eddy. Eddy had asked Rush, a prominent member of the Philadelphia Society for Alleviating the Miseries of Public Prisons, to prepare a history of prison and penal reform in Pennsylvania. Eddy, who had published a short pamphlet on prisons, hoped that Rush could author a progress narrative to forestall criticism of recent changes at the Walnut Street Jail. In his response, Rush complained he was “tired out, and distressed with the unsuccessful issue of all my public labors,” stretched too thin between too many projects. However, Rush had an alternative in mind. He promised to bring Eddy’s request to Charles Brockden Brown, who “possesses talents more than equal to it. The subject would glow under the eloquent strokes of his masterly pen.”

At first glance, Rush’s endorsement of Brown as a substitute penal historian is surprising. Brown was a well-known author and public intellectual, b...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chase Burton, « Benjamin Rush and the Gothic Origins of American Criminology »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 25, n°2 | -1, 59-79.

Référence électronique

Chase Burton, « Benjamin Rush and the Gothic Origins of American Criminology »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 25, n°2 | 2021, mis en ligne le 21 mars 2024, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3059 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3059

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search