Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n°2ArticlesViolent Women: Changes in Magiste...

Articles

Violent Women: Changes in Magisterial Attitudes to Female Acts of Assault in Cheltenham and Exeter (England), 1880-1909

Grace Di Méo
p. 81-107

Résumés

Des recherches récentes indiquent qu’au cours de la période victorienne et édouardienne les juges et les magistrats sont devenus de plus en plus sévères dans leur traitement des violences masculines. Jusqu’alors, il était mis en avant que les actes de violence commis par des femmes étaient eux considérés comme insignifiants et faisaient l’objet d’une moindre attention. Cet article présente une autre perspective sur le traitement judiciaire des violences féminines en examinant les poursuites engagées par les tribunaux correctionnels d’Exeter et de Cheltenham au cours des années 1880-1910. En analysant les ressorts des verdicts et des peines prononcés à l’encontre des accusées, l’article soutient que les magistrats ont adopté des politiques plus sévères à l’égard des femmes violentes au fur et à mesure de la période. Des facteurs circonstanciels, démographiques et procéduraux pouvant avoir eu un impact sur les changements dans la prise de décision des magistrats sont également examinés.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2024.

Plan

Patterns in the distribution of verdicts
Patterns in sentencing practices
The severity of assaults
Sociodemographic factors
Courtroom procedures
Financial penalties and socio-economic conditions
Conclusions

Aperçu du texte

It is now widely accepted by scholars that there was a gradual decline in recorded rates of both lethal and non-lethal violent crime in nineteenth- and early-twentieth-century England. Some researchers, including Godfrey and Taylor, have attributed this trend to developments in policing and prosecution practices. Others have adopted the “civilising process” theory put forward by Elias. Tracing changes in public manners within Europe from the Middle Ages to the eighteenth century, Elias argued that two components — the spread of elite attitudes which promoted self-restraint and the growth of state monopolies over criminal justice systems — culminated in a reduction of interpersonal aggression. Applying his theory to changes which occurred centuries later, scholars have argued that similar factors influenced both a harshening in attitudes towards violence and a widespread campaign to eradicate violent behaviour during the nineteenth century.

Studies which examine changes in response to...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grace Di Méo, « Violent Women: Changes in Magisterial Attitudes to Female Acts of Assault in Cheltenham and Exeter (England), 1880-1909  »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 25, n°2 | -1, 81-107.

Référence électronique

Grace Di Méo, « Violent Women: Changes in Magisterial Attitudes to Female Acts of Assault in Cheltenham and Exeter (England), 1880-1909  »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 25, n°2 | 2021, mis en ligne le 21 mars 2024, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3068

Haut de page

Auteur

Grace Di Méo

University of Bristol

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search