Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26, n°1ArticlesL’art de la question

Articles

L’art de la question

L’interrogatoire et le métier de juge instructeur dans la France napoléonienne (Genève, 1801-1814)
Vincent Fontana
p. 97-118

Résumés

Alors que l’interrogatoire constitue la pierre angulaire de la procédure dite « inquisitoire » sous l’Ancien Régime, cet acte d’instruction demeure prépondérant dans l’enquête pénale que reconfigure le droit révolutionnaire et impérial. Malgré l’évolution du système probatoire liée à l’avènement des codes modernes, l’aveu demeure la « reine des preuves » pendant tout le XIXe siècle. L’art de l’interrogatoire est constitutif du métier de juge d’instruction – cette figure emblématique du modèle judiciaire napoléonien. Il importe toutefois de mesurer la dynamique d’innovation à l’œuvre. Quelles ruptures introduisent les premiers manuels de police judiciaire par rapport à la doctrine d’Ancien Régime ? Quelles sont les techniques privilégiées par la magistrature napoléonienne pour auditionner les suspects ? Cet article interroge l’impact des codes pénaux modernes sur les méthodes de l’interrogatoire à partir des pratiques d’enquête dans le chef-lieu département du Léman (1801-1814).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2024.

Plan

La preuve morale et le poids de l’aveu
L’interrogatoire et le métier de l’instruction selon le système judiciaire napoléonien
Dans le cabinet du juge : l’exemple de genève (1801-1814)
Harassement, patience et isolement : les ficelles du métier de l’interrogatoire
Confondre le violeur : le cas de Nicolas Guédin

Aperçu du texte

L’interrogatoire commencé, il avait été pris de la fièvre de l’inconnu. Il se retrempait aux émotions de la lutte, la passion de son métier le reprenait. Il était redevenu juge d’instruction, comme ce maître d’escrime qui, faisant ces armes avec son meilleur ami, s’enivre au cliquetis du fer, s’échauffe, s’oublie et le tue.

L’un des premiers romans judiciaires français – L’affaire Lerouge (1865) d’Émile Gaboriau – dépeint sans surprises l’interrogatoire comme l’essence du métier de juge d’instruction. Au XIXe siècle, la littérature et la presse spécialisée décrivent en effet régulièrement l’audition du suspect en salle d’instruction comme l’acmé de l’enquête. Si le métier du juge d’instruction est aujourd’hui bien documenté par l’historiographie pour le XIXe siècle, l’activité des premiers magistrats instructeurs sous l’Empire reste encore largement méconnue. Véritable emblème du modèle judiciaire napoléonien, le juge d’instruction incarne pourtant toute la modernité des réformes rév...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Fontana, « L’art de la question »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 26, n°1 | 2022, 97-118.

Référence électronique

Vincent Fontana, « L’art de la question »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 26, n°1 | 2022, mis en ligne le 11 octobre 2024, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3228 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3228

Haut de page

Auteur

Vincent Fontana

Université de Genève – Damoclèsfontana.vincent[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search