Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26, n°1Comptes rendus/ReviewsMartine Charageat, Bernard Ribémo...

Comptes rendus/Reviews

Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, Mathieu Vivas (dir.), Résister à la justice (XIIe-XVIIIe siècles)

Paris, Classiques Garnier, 2020, 352 p., ISBN : 9782406097136
Antoine Follain
p. 119-121
Référence(s) :

Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, Mathieu Vivas (dir.), Résister à la justice (XIIe-XVIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2020, 352 p., ISBN : 9782406097136

Texte intégral

1Ce livre publié en 2020 résulte d’une « rencontre » organisée en 2011 pour l’ANR juslittera « Création littéraire et discours juridique en France du Moyen Âge à l’aube des Lumières » dirigé par Bernard Ribémont et de deux « programmes région » dirigés par Martine Charageat et Pierre Prétou « La gouvernance de l’État entre contestation et médiation » et Martine Charageat, Mathieu Soula et Mathieu Vivas « Des justices et des hommes ». Le livre comprend une introduction et 18 articles plus un repérage « d’œuvres » (p. 341-342) qui doit correspondre à juslittera.

2L’introduction donne au sujet une large extension : « Les évasions des geôles, les agressions de sergents, les défauts de présentation, les justiciables en fuite, les magistrats insultés, les émeutiers se dressant contre l’administration des peines sont autant de cas concrets et visibles d’une résistance oscillant entre insoumission et opposition à la volonté des juges ou à la bonne exécution des décisions de justice » (p. 1). L’objet du livre est de recenser les formes d’opposition dans la longue durée – du XIIe siècle au XVIIIe siècle –, de les analyser et puisque l’État moderne « se nourrit des résistances qu’il rencontre », d’en tirer des conséquences éventuellement contraires aux oppositions qui servent « aussi au renforcement » de l’« État moderne ». Les auteurs ont voulu croiser leur approche proprement historique avec « l’analyse résistancielle issue des sciences sociales ». Selon l’introduction sous-titrée « L’affrontement des légitimités », la « résistance » est ou devient un crime au Moyen Âge mais « comme outil de l’analyse historique » (p. 10) il y a des difficultés, car le sujet porte sur des choses qui dépendent « du point de vue de ceux qui contrôlent la mise en récit parce qu’ils sont ceux-là mêmes qui détiennent le pouvoir et l’exercice de la justice » (p. 8) ; « tout dépend de la perspective adoptée : celle du résistant ou celle de celui qui tente de briser la résistance » (p. 10). Pour délimiter son sujet, l’introduction exige « l’intentionnalité de celui qui résiste » pour ne retenir que les actes « pensés » et exige aussi « une contrainte, une emprise, une domination » même si « l’imposition du monopole de justice étatique » a aussi été favorisée (p. 11) ou voulue par le corps social. L’introduction avertit du risque de « prendre le point de vue du vainqueur » et en « adoptant le point de vue de l’État [...] à voir de la résistance partout : dans chaque manifestation populaire, dans chaque variation ou détournement d’un rituel public, voire dans chaque procès » (p. 11). Résister à la justice consiste finalement en études de cas croisant « point de vue par le haut » et « regard par le bas » (p. 19) pour essayer de renouveler le « schéma traditionnellement accepté de l’histoire de l’imposition de la justice et de l’État, une clé pour accéder aux fondements mêmes de leur domination » (p. 22). Il est organisé en trois fois six articles : « Se dresser contre la justice, les juges et les officiers » ; « Jouer avec les règles de la justice » où les parties exploitent les concurrences juridictionnelles et les méandres des procédures pour « tenter de mettre totalement ou partiellement en échec » la justice (p. 137) ; et « Résistances et construction de la souveraineté ». Le concept de « résistance » qui fait l’unité du présent livre est moyennement convaincant. Peut-être le livre souffre-t-il de la triple origine des articles. D’où l’utilité de signaler chacune des contributions afin que les lecteurs sachent quoi trouver dans Résister à la justice.

3Dans la première partie on rencontre Bernard Ribémont, « Résister à la justice dans la littérature narrative de fiction du Moyen Âge... » qui y traque les tensions entre seigneurs nobles et pouvoir royal ; Luca Fois, sur un cas en Lombardie au XIIIe siècle où un prévenu, noble et puissant, mobilise ressources sociales, matérielles et procédurales pour résister à l’inquisition ; Giovanni Romeo traite du même sujet en Italie mais cette fois dans une perspective globale fin XVIe siècle ; Laure Verdon, « Refus de justice et identité nobiliaire » en Provence au tournant des XIIIe et XIVe siècles où Charles II, comte de Provence, intervient entre deux seigneurs affrontés, dont l’un refuse la sentence d’arbitrage. La deuxième partie comprend Pascal Texier, « Résistance, contournement ou instrumentalisation ? » sur les usages de la justice par le corps social – où l’on s’étonne, pour commencer l’article, que ne pas aller jusqu’au bout d’une procédure soit qualifié de « refus de la justice » – l’auteur observant, comme on l’a fait à l’époque moderne, que les justiciables au XVe siècle agissent d’une manière qui leur est propre, en intégrant la justice dans leur propre stratégie de résolution des conflits, sans se limiter à attendre un jugement (mais est-ce bien une « résistance » ?) ; Sandrine Lavaud se demande si les conflits entre Bordeaux et sa « jurade » et les villes et marchands du Haut-Pays, opposent « des oppresseurs et des opprimés en résistance » et utilise la notion de « résistance » pour ce qui relève « plutôt de tractations que d’un choc frontal » ; Mathieu Soula, étudie au XVIIIe siècle à Toulouse les « résistances » des condamnés à leur exécution et de ceux qui y assistent, ou plutôt l’adhésion des suppliciés et du corps social à la décision judiciaire et au « rituel de mort » ; enfin Sébastien Annen, « Résister par la grâce aux “poursuites non-méritées du ministère public”... » porte un regard sur la grâce à la toute fin du XVIIIe siècle pour dire qu’il s’agit aussi d’une « résistance » à l’alternative judiciaire. Dans la troisième partie Julien Briand observe les « Justiciables, échevins et officiers seigneuriaux... » devant les évolutions de la procédure à Reims aux XIVe et XVe siècles, sous l’autorité du seigneur évêque, avec une très lente affirmation de la procédure inquisitoire, se demandant « quelles formes de résistance » depuis l’« obstruction et opposition frontale » jusqu’au « contournement et esquive » (p. 246) ont été opposées aux transformations de la procédure et du droit, mais Briand voit les résistances laisser plutôt vite la place à l’acceptation ; Véronique Beaulande-Barraud traite de la mise en concurrence de deux juridictions à Reims par les justiciables au XIVe siècle, celle du chapitre étant « un moyen de résister à » celle de l’archevêque ; Bernard Dauven étudie en Brabant aux XVIe et XVIIe siècles des oppositions à la grâce accordée par le prince, plus précisément « certaines rares lettres » (p. 280) mentionnant un refus de s’accorder avec le meurtrier alors qu’il s’agit de l’une des conditions de la rémission, mais cette « résistance » n’empêche pas l’octroi des lettres ; Olivier Caporossi traite des « abus » du corregidor de Plasencia, des plaintes contre lui et de la justice rendue par le roi Philippe V en 1622 ; Rachel Renault traite de l’opposition entre justice(s) impériale(s) et « territoriales » en Saxe aux XVIIe et XVIIIe siècle et s’interroge sur la signification politique des oppositions à la justice  ; enfin Sophie Delbrel part d’une opposition étonnante entre administration d’Ancien Régime et justice (n’est-ce pas un tout ?) pour étudier des tensions en matière de fiscalité « aux XVIIIe et XIXe siècles » en France, le trouble viendrait donc des années 1800.

4On découvre en lisant le livre que des articles n’ont pas été traduits et sont demeurés dans la langue de leurs auteurs, trois en espagnol et un en italien : María Asenjo González « Resistencia a la justicia y desacato e las ciudades castellanas... » (p. 75) sur la résistance des municipalités médiévales aux rois de Castille et spécialement au corregidor installé dans chaque ville ; María Luisa Podrós Ciurana « Otro género de resistencia... » (p. 107) sur la résistance des femmes emprisonnées au XVIIIe siècle à Valence pour crimes de magie et sorcellerie ; Ricardo Córdoba de la Llave « Factores de prevaricatión judicial en la Castilla medieval... » (p. 153) sur des plaintes contre des sentences abusives et sur la prévarication des juges « actes de résistance ou simple défense d’intérêts privés ? » ; et Roberto Tufano « Resistenze di parte e di ceto alla giustizia regia nelle Sicilie... » (p. 187) sur la distinction progressive, du XVIe au XVIIIe siècle, entre révoltes ou rébellion et « licite resistere » qui est une forme de résistance acceptable parce que désormais éloignée du crime de lèse-majesté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Follain, « Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, Mathieu Vivas (dir.), Résister à la justice (XIIe-XVIIIe siècles) »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 26, n°1 | 2022, 119-121.

Référence électronique

Antoine Follain, « Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, Mathieu Vivas (dir.), Résister à la justice (XIIe-XVIIIe siècles) »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 26, n°1 | 2022, mis en ligne le 11 octobre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3233

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Université de Strasbourg
antoine.follain[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search