Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26, n°1Comptes rendus/ReviewsChauvaud Frédéric, Rauch André, T...

Comptes rendus/Reviews

Chauvaud Frédéric, Rauch André, Tsikounas Myriam (dir.), Le Sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours

Rennes, PUR, 2016, 365 p., ISBN : 9782753549098
Antoine Follain
p. 121-123
Référence(s) :

Chauvaud Frédéric, Rauch André, Tsikounas Myriam (dir.), Le Sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours, Rennes, PUR, 2016, 365 p., ISBN : 9782753549098.

Texte intégral

1Mieux vaut tard que jamais, peut-on se dire pour recenser en 2021 un livre publié en 2016. L’Histoire de la cruauté comprend deux avant-propos par Georges Vigarello et Alain Corbin, une introduction par les éditeurs scientifiques, trois parties avec chacune son introduction « La cruauté ordinaire », « Les éclats de la passion » et « Exquise cruauté » et une conclusion par le regretté Jean-Claude Farcy. Une fois passés les emprunts aux dictionnaires – cruauté : « pendant à infliger des souffrances » Littré, 1866 – les deux avant-propos disent combien il s’agit d’une notion culturelle et donc relative : « la cruauté, sa vision, sa définition, sont inséparables d’une histoire [...] Le thème est historique et temporel, comme il est d’ailleurs plus largement culturel » (Vigarello, p. 10). Disons aussi qu’il s’agissait de trouver un angle différent pour continuer à travailler sur l’histoire de la violence. L’angle de la « cruauté » est un peu forcé et d’ailleurs, dans la plupart des phrases où il est employé, on pourrait lui substituer « violence » sans que la phrase ne soit ni changée dans son sens, ni moins forte. Cet angle n’est donc pas toujours opératoire mais les auteurs se sont pliés au moins à l’emploi du mot.

2Par exemple dans l’article de Gwenael Murphy « Justice et violences conjugales » au XVIIIe siècle on distingue une partie générale (p. 31-37) où l’auteur parle de violences dans 145 cas parmi un millier de procédures de séparation, puis une partie où il poursuit sous l’angle attendu de la « cruauté » (p. 37-44). Mais le mot n’est utilisé que par et pour huit plaignants alors qu’il y a un « emploi de nombreux autres mots du registre de l’émotion comme de la colère ou la peur (p. 38). Les cruautés physiques sont certes davantage présentes que le mot n’est prononcé ou écrit mais le mot ne vient ni aux victimes ni aux gens de justice. C’est, entre autres raisons, qu’il s’agit d’utiliser les mots qui ont un effet juridique et non celui qui a été convoqué par les historiens. Par exemple aussi, l’article de Frédéric Chauvaud lui-même, qui porte sur des fillettes, épouses et mères brutalisées, a beau être titré « La cruauté en famille », il porte plus simplement sur la violence. Nous ne faisons pas là un reproche mais une constatation et il n’y a rien de dérangeant à continuer à développer le thème de la violence, lequel se prête à diverses accentuations, dont effectivement celle de la cruauté, qui fonctionne pour certaines des contributions du livre, mais pas pour toutes. Autre observation : la temporalité « de la Renaissance à nos jours » penche nettement du côté de la période contemporaine. C’est que la notion est difficile à repérer objectivement avant la Révolution et même après. Dans son article « en guise de conclusion » Jean-Claude Farcy dans une « note sur les archives de la cruauté » observe d’ailleurs qu’il n’y a aucun article pénal qui porte spécifiquement sur cette notion. Au mieux, l’article 303 du Code de 1810 évoque des « tortures » et des « actes de barbarie » aggravant les assassinats (p. 349). Les « actes de cruauté » apparaissent en 1898 au sujet des enfants seulement. On trouve matière en cherchant des actes de « violence extrême » mais c’est à l’historien qu’il revient de qualifier certains actes de « cruels » afin de pouvoir les étudier.

3Portant spécifiquement sur la cruauté, il y a dans la première partie Laurent Bihl sur l’iconographie dans la littérature enfantine (richement illustré) ; Anne-Claude Ambroise-Rendu sur les violences sexuelles faites aux enfants au XIXe siècle de plus en plus perçues comme des actes spécialement cruels ; Jean-Jacques Yvorel sur « La cruauté des enfants au XIXe siècle » encore qu’il s’agisse d’évocations littéraires (p. 61-65) de la gazette des tribunaux (p. 66) d’un cas documenté aux archives (mais il s’agit de violences sur un enfant, p. 67). À noter que les sources vraiment importantes viennent de Thomas Fadlallah « Les meurtres commis par des enfants » sur Criminocorpus (26 cas et 9 dossiers d’instruction). Dans la deuxième partie, l’angle de la cruauté est le plus bousculé, notamment à propos de la Grande Guerre (deux articles) et il y a des sujets moins originaux mais qui avaient bien leur place ici, comme les « violences confessionnelles » dans les guerres de religion au XVIe siècle, comme les violences dans la guerre d’indépendance espagnole au début du XIXe siècle et comme une certaine affaire de violence nobiliaire au XVIIIe siècle qui est une affaire connue mais bien revisitée ici par Fabrice Vigier. En revanche le sujet des corps (auto)mutilés exposés par les mendiants dans l’Angleterre du XVIe siècle, analysé par Pascale Drouet, pour intéressant qu’il soit, pose la question d’un cruel quelque peu forcé pour participer au livre. La dernière partie « Exquise cruauté » porte sur des représentations à l’époque contemporaine, à savoir avec Laurent Martin un aperçu sur la « pornographie violente et contemporaine » ; avec André Rauch une étude de la mise en scène de la cruauté au musée ; avec Dominique Lerch la cruauté dans les images papier du type Épinal ; avec Solange Vernois la cruauté exotique dans l’hebdomadaire « Journal des voyages » qui a le même « attrait pour le spectaculaire voire l’horrible [que] Le Petit Journal à la même époque » (p. 281) ; plus quatre articles sur le cinéma et la télévision.

4De Gallonio en 1594 – recueil de textes et d’illustrations sur les supplices les plus affreux infligés aux martyrs chrétiens ou plutôt imaginés pour les faire mourir héroïquement sur le papier – aux œuvres pornographiques et cinématographiques du XXe siècle, la cruauté est une mise en scène de la violence. Les contours du sujet ne sont pas bien nets. Ce qui n’enlève rien à son intérêt. Il reste donc aux bibliothèques qui ne le posséderaient pas déjà, à compléter leurs collections en achetant ce livre paru en 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Follain, « Chauvaud Frédéric, Rauch André, Tsikounas Myriam (dir.), Le Sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 26, n°1 | 2022, 121-123.

Référence électronique

Antoine Follain, « Chauvaud Frédéric, Rauch André, Tsikounas Myriam (dir.), Le Sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 26, n°1 | 2022, mis en ligne le 11 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chs/3240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3240

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Université de Strasbourg
antoine.follain[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo The International Association for the History of Crime and Criminal Justice
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search