Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26, n°2Comptes rendus/ReviewsJean-Claude Farcy, Meurtre au boc...

Comptes rendus/Reviews

Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874). Les Courjartières, Tournebride, Le Tertre. Une enquête criminelle dans le Perche-Gouët au lendemain de la guerre de 1870

Chartres, SAEL, 2012, 458 p., ISBN : 2.905866.61.6
Jérôme de Brouwer et Mathilde van Ackere
p. 138-141
Référence(s) :

Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874). Les Courjartières, Tournebride, Le Tertre. Une enquête criminelle dans le Perche-Gouët au lendemain de la guerre de 1870, Chartres, SAEL, 2012, 458 p., ISBN : 2.905866.61.6

Texte intégral

  • 1 Farcy J.-C., 2015, Histoire de la justice en France, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».
  • 2 Kalifa D., Farcy J.-C., 2015, Atlas du crime à Paris. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Parigramme
  • 3 Farcy J.-C., 2007, Les sources judiciaires de l'époque contemporaine (XIXe-XXe siècles), Paris, B (...)

1D’abord connu comme historien ruraliste, avant de se faire connaître par l’importance de ses travaux sur l’histoire de la justice et de la criminalité, Jean-Claude Farcy a livré, avant de disparaître, en 2020, un dernier opus original – on mentionnera toutefois sa synthèse introductive sur l’Histoire de la justice en France1 ainsi qu’un Atlas du crime à Paris2 conçu avec autre historien de renom, regretté lui aussi, Dominique Kalifa – qui réunit ses deux qualités. Il est revenu sur la terre de ses origines et sur le « terrain » de sa thèse en histoire rurale. Il faut relever cependant que le parcours de Louis Sylvain Poirier, l’homme et le criminel qui est au centre de la présente étude, avait déjà eu les honneurs d’un ouvrage, et non des moindres. Il avait illustré, à travers les sources de la pratique judiciaire et les sources de presse, l’ouvrage bien connu du même auteur, Les sources judiciaires de l’époque contemporaine3. Jean-Claude Farcy lui consacre cette fois une monographie qui dépasse le cadre exclusif de l’histoire de la justice. Il a tiré des archives judiciaires de la Beauce un dossier criminel dont il présente une reconstruction intégrant à la fois le processus judiciaire mais aussi le portrait d’un homme et de son environnement. L’étude est publiée à Chartres, où Jean-Claude Farcy avait entamé sa carrière d’enseignant après être sorti de l’ENS de Saint-Cloud, par la Société archéologique d’Eure-et-Loir à laquelle il était resté attaché et qui avait publié sa thèse, Les Paysans beaucerons, en 1989. L’ouvrage fait le récit des crimes, de l’arrestation et de la condamnation du journalier Louis Sylvain Poirier pour assassinats au cours des années 1870. Il inscrit son parcours criminel dans les spécificités de son environnement géographique, économique et social.

2Dans une première partie, l’auteur présente une description détaillée des caractéristiques naturelles, économiques et sociales de la société rurale du Perche-Gouët, cette ancienne province qui peut être située aux confins des départements de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et de la Sarthe. Ces trois départements font partie de la région de Beauce. L’auteur y expose comment les spécificités de l’habitat – sa dispersion – de même que l’environnement de collines, de forêts et de ruisseaux ont pu faciliter les crimes de Poirier, en lui permettant de se dissimuler ou de disparaître une fois son forfait accompli. Il dépeint les caractères d’une société rurale qui, bien qu’isolée, n’en est pas moins une société concernée par les événements nationaux à la suite de la guerre franco-prussienne. La défaite de 1870 ne serait pas étrangère à la désorganisation de la justice. Au début des années 1870 a lieu une série d’assassinats et de vols, les « crimes du canton de Limours ». Poirier expliquera avoir pensé pouvoir bénéficier de la même impunité que les auteurs de ces crimes.

3La deuxième partie de l’ouvrage met en lumière, en mobilisant le dossier de procédure ainsi que la presse, les circonstances des deux premiers crimes de Poirier et les enquêtes qui n’ont pu aboutir à le débusquer. Farcy épluche procès-verbaux de magistrats, auditions de témoins et rapports médico-légaux afin de retracer avec la plus grande précision le déroulement des faits. Fidèle à la « chair de l’archive », il livre au lecteur les pièces les plus évocatrices. Le récit des crimes du journalier sont retracés avec la plus grande minutie. Il commet son premier crime dans la nuit du 31 octobre 1871 aux Petites Courjartières, la ferme de la veuve Lecomte. Il la vole puis la tue, elle et la veuve Riolet. Dans cette société rurale d’interconnaissances étroites, où la rumeur peut se doubler de la méfiance, les soupçons se tournent vers le frère de la veuve Lecomte, connu pour être endetté et en mauvais termes avec sa sœur. Les faits suivants datent du mois de janvier 1874. Poirier est à l’auberge de Tournebride. Dans l’après-midi, il y boit un café et discute avec la tenancière. Il la vole puis la tue. Un indice matériel est relevé sur les lieux : une empreinte de chaussure. Mais elle ne conduit pas la justice sur la piste du coupable. L’enquête se dirige plutôt vers les « gens du voyage », bohémiens, marchands colporteurs et vagabonds, et les gens du pays « mal famés ».

4Jean-Claude Farcy s’interroge sur les raisons de l’échec de la justice dans ces deux affaires, durant lesquelles le nom de Poirier n’est jamais évoqué. Les moyens humains ne manquent pas. Gendarmes, juges de paix et juges d’instruction font preuve de zèle et de détermination. Les faiblesses de l’enquête sont à chercher dans l’absence d’indices matériels. Mise à part l’empreinte de chaussure relevée à Tournebride, ces derniers sont inexistants. Il souligne également le faible apport des experts et des rapports médico-légaux. En ce qui concerne les témoins, bien que les habitants de la région soient très désireux de voir aboutir l’enquête et collaborent sans hésiter, leurs témoignages sont souvent imprécis.

5« La découverte de l’assassin », troisième partie de l’ouvrage, retrace la manière dont Poirier a été arrêté après son troisième et dernier forfait. Le lundi 25 mai 1874, après avoir vu les époux Travers prendre la route, il se rend à la ferme du Tertre, armé d’un marteau, décidé à voler leur argent. Il y trouve les deux enfants du couple, Rose et Désiré, âgés respectivement de quatorze et seize ans. Il tue la première et blesse le second, grièvement. Il s’empare de l’argent et prend la fuite. Les soupçons du juge se portent enfin sur Poirier, qui a été aperçu par l’époux Travers le 25 au matin. Poirier prend la fuite lorsqu’il aperçoit les gendarmes. Commence alors une gigantesque « chasse à l’homme ». Le 30 mai 1874, sept cents hommes forment une battue afin de mettre la main sur l’assassin. Poirier est vite trouvé. Il avoue le crime du Tertre, puis les crimes des Petites Courjartières et de Tournebride.

6Dans sa quatrième et dernière partie, l’ouvrage de Jean-Claude Farcy relate le procès de Poirier, qui se déroule le 27 août 1874 à la Cour d’assises de Chartres. Relativement discrète, l’affaire Poirier a finalement un retentissement au niveau national, en raison de l’ampleur de la chasse à l’homme qui a suivi le crime du Tertre. Farcy, qui sait combien l’enceinte de la Cour d’assises constitue, en cette seconde partie du XIXe siècle, une scène prisée du public et des journalistes, insiste sur la déception de la presse face à un procès qui apparaît terne. Poirier est en aveu et ne se défend pas. Les vingt-quatre témoins n’ajoutent rien à l’acte d’accusation ou à l’interrogatoire du président. L’avocat de Poirier lui-même semble savoir que sa cause est perdue. Il apparaît en retrait. Lachaud, l’avocat parisien, l’avocat des grandes causes, était attendu. Il a décliné in extremis. Après une heure de délibérations, les jurés déclarent Poirier coupable de tous les crimes dont il est accusé. La Cour prononce la peine de mort. Poirier est exécuté à Chartres, sur une place publique, le 29 septembre 1874. De nombreux journalistes sont venus assister à l’exécution – de la toilette à la décapitation – et presque tous remettent en question la pertinence de la peine de mort. Le lecteur retrouve Jean-Claude Farcy dans un autre thème qui lui est familier : la question capitale et les débats qu’elle suscite dans l’opinion. L’assassinat commis « pour faciliter le vol ou en assurer l’impunité » est un crime d’une extrême gravité dans une société qui se montre particulièrement attachée à la propriété. Poirier ne pouvait échapper à la peine de mort. L’assassin tombe très vite dans l’oubli après son exécution. Ses crimes ne présentent, malgré leur gravité, comme leur auteur, que peu de relief.

7Meurtre au Bocage est un ouvrage de micro histoire qui permet certes de retracer les crimes de Poirier mais aussi et surtout de rendre compte de la vie de cette région rurale au lendemain de la guerre de 1870. Jean-Claude Farcy décrit ainsi avec une grande précision les habitudes, croyances, méfiances et modes de vie des habitants du Perche-Gouët en exploitant avec finesse les archives disponibles. Il démontre, si c’est encore nécessaire, combien l’archive judiciaire peut révéler, dans ce qu’elle transporte, de la vie quotidienne de ceux et celles que la procédure absorbe en son sein. L’intérêt de l’affaire Poirier ne réside pas dans la personnalité de l’assassin ou le caractère extraordinaire de ses crimes, mais bien dans le fait que Louis Sylvain Poirier est un habitant comme les autres, un « homme du pays ». Avec l’auteur, on ne peut s’empêcher d’interroger le « passage à l’homicide » d’un individu en situation d’indigence, pour lequel l’homicide dépasse le stade occasionnel mais devient partie intégrante du modus operandi. Est-ce que l’impunité dont il jouit l’y encourage ? C’est peut-être la raison pour laquelle le voleur se double d’un assassin. L’auteur relève que, sur la base du Compte général de l’administration de la justice criminelle, du milieu du XIXe siècle aux années 1870, près d’un accusé d’homicide sur cinq a tué à l’occasion d’un vol. Cela dit aussi quelque chose, bien entendu, de l’état social et de la justice criminelle de la seconde moitié du XIXe siècle. C’est donc la répétition par Poirier du même mode opératoire, associant nécessairement le vol et l’homicide, qui rend son parcours particulier et lui donne un peu de relief. Il peut renouveler son acte criminel parce qu’il « passe sous les radars » de la justice et de la population locale.

8On relèvera enfin que l’ouvrage, particulièrement soigné par l’éditeur, présente un supplément tiré du Bulletin de la Société archéologique d’Eure-et-Loir. Il s’agit d’une contribution que Jean-Claude Farcy consacra à deux affaires d’empoisonnement qui ont eu lieu en Eure-et-Loir en 1837, tirées des archives départementales, l’affaire Couvret et l’affaire Jousse et Michel. Il met ici en relation la société rurale et la répression judiciaire avec le crime d’empoisonnement.

9Jean-Claude Farcy, en inscrivant la trajectoire criminelle de Louis Poirier dans cet environnement rural qu’il connaît bien, rappelle une fois encore la richesse de l’apport des sources judiciaires, non seulement à l’histoire du droit et de la justice mais aussi à l’histoire sociale et à l’histoire des mœurs. La présentation de l’ouvrage témoigne d’un équilibre subtil – et muri – entre la mise en valeur de l’archive, son caractère brut, et l’exposé distancié de l’historien. Dix ans après la parution de Meurtre au bocage, que le présent compte rendu – tardif – soit l’occasion d’un hommage appuyé à celui qui contribua à donner aux historiens et aux historiens du droit de l’époque contemporaine le goût de l’archive judiciaire. Jean-Claude Farcy est l’un de ceux qui a contribué à en promouvoir les potentialités, à généraliser son usage et à la rendre nécessaire.

Haut de page

Notes

1 Farcy J.-C., 2015, Histoire de la justice en France, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

2 Kalifa D., Farcy J.-C., 2015, Atlas du crime à Paris. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Parigramme.

3 Farcy J.-C., 2007, Les sources judiciaires de l'époque contemporaine (XIXe-XXe siècles), Paris, Bréal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme de Brouwer et Mathilde van Ackere, « Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874). Les Courjartières, Tournebride, Le Tertre. Une enquête criminelle dans le Perche-Gouët au lendemain de la guerre de 1870 »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 26, n°2 | 2022, 138-141.

Référence électronique

Jérôme de Brouwer et Mathilde van Ackere, « Jean-Claude Farcy, Meurtre au bocage. L’affaire Poirier (1871-1874). Les Courjartières, Tournebride, Le Tertre. Une enquête criminelle dans le Perche-Gouët au lendemain de la guerre de 1870 »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 26, n°2 | 2022, mis en ligne le 15 février 2023, consulté le 16 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chs/3376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3376

Haut de page

Auteurs

Jérôme de Brouwer

Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique, Université libre de Bruxelles
Jerome.De.Brouwer[at]ulb.be

Articles du même auteur

Mathilde van Ackere

Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique, Université libre de Bruxelles
Mathilde.Van.Ackere[at]ulb.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search