Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27, n°2ArticlesUne mort à soi

Articles

Une mort à soi

Les suicides féminins à Genève au XVIIIsiècle
Éléonore Beck
p. 5-31

Résumés

Sous l’Ancien Régime, les femmes qui mettent fin à leurs jours enfreignent un interdit pluriséculaire. À Genève comme partout ailleurs en Europe, l’« homicide de soi-même » est poursuivi par la justice séculière : le suicide est un crime contre l’État en plus d’être un péché divin. Au XVIIIe siècle, la mort volontaire acquiert une nouvelle signification : l’individu en souffrance apparaît au cœur des discours philosophiques et romanesques, tandis que l’acte reste réprouvé. Domestiques transgressives et « paillardes » notamment laissent derrière elles des traces du dénouement de leurs fragiles existences. Si le suicide constitue une « mort à soi », dont l’intimité échappe à l’historien.ne, les motifs de malheur et le déshonneur peuvent parfois se déceler. Quelles causes poussent les femmes dans la République protestante à transgresser des normes sociales, religieuses et judiciaires pour choisir la « mort violente » du suicide ? Cet article propose d’historiciser les désespoirs féminins dans la société genevoise du XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est fondé sur un mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Michel Porret qui a été soutenu à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève et récompensé du prix Arditi d’histoire en 2019.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2027.

Plan

Le suicide féminin, un fait social
IS’ôter la vie au siècle des lumières
De la « rigueur des lois » à la « bonne philosophie »
Investiguer la mort volontaire
IIHistoriciser les désespoirs féminins
« Que diront mon père et ma mère, que dira le public » : domestiques transgressives et déshonneurs professionnels
« Le cœur me saigne » : désespoirs paillards
Conclusion

Aperçu du texte

Le suicide féminin, un fait social

Une abondante littérature scientifique sur la mort volontaire tend à rejeter les femmes hors des normes de la « violence suicidaire ». Dans son ouvrage pionnier sur la sociologie du suicide de 1897, Émile Durkheim marque le début d’une tradition sociologique de l’analyse du dimorphisme sexuel suicidaire. Selon le sociologue, les femmes seraient marginales dans les statistiques de la criminalité de sang comme dans les statistiques du suicide : « pour une femme qui se tue, il y a, en moyenne, 4 hommes qui se donnent la mort ». Elles se retrouveraient notamment mieux protégées du déshonneur et de la souffrance morale liée à la dissolution du lien conjugal, que ce soit en raison de leur manque de socialisation, de leur sensibilité « rudimentaire » ou de leur « vie mentale moins développée ». Prônant le rejet de tous facteurs extrasociaux, Durkheim oscille paradoxalement entre des explications d’ordre biologique et social pour appréhender le rapport des ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éléonore Beck, « Une mort à soi »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 27, n°2 | 2024, 5-31.

Référence électronique

Éléonore Beck, « Une mort à soi »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 27, n°2 | 2024, mis en ligne le 27 mars 2027, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chs/3454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3454

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search