Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27, n°2ArticlesBank of England Annuity Fraud: Fo...

Articles

Bank of England Annuity Fraud: Forgery, Personation and the Consumer Revolution, 1766-1800

Jackson Tait
p. 33-51

Résumés

Cet article analyse les cas de fraude aux rentes publiés dans les comptes rendus (Proceedings), de la cour criminelle de Londres, le Old Bailey, de 1766 à 1800. Ces affaires ont été identifiées grâce à la base de données accessible en ligne « The Proceedings of the Old Bailey, 1674-1913 ». Les accusés ont été reconnus coupables de faux et d’usurpation d’identité pour avoir tenté de voler des rentes ou des dividendes de rentes auprès de la Banque d’Angleterre. La fraude aux rentes était un type spécifique de fraude aux valeurs mobilières qui impliquait souvent le vol d’identité, ou ce que nous appelons aujourd’hui « l’usurpation d’identité ». Ce domaine méconnu de l’histoire de la criminalité est analysé en relation avec la révolution de la consommation dans l’Angleterre du XVIIIsiècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2027.

Plan

Introduction
Historiography and methodology
Annuity fraud and the law
Annuities and the national debt
Cash-for-life
Methods of fraud
Bank of England prosecution strategy and the press
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

On the morning of March 1st, 1787 nineteen-year-old domestic servant, Sophia Pringle, the first convicted female forger in England, was hung outside the Old Bailey Courthouse in London. Pringle, the daughter of a journeyman tailor, had been found guilty on five counts of forgery and four counts of uttering letters-of-attorney, in order to steal and sell 250 pounds-worth of Bank of England managed 3% Consolidated Reduced Annuities. English state annuities were long-term loans sold to the public and represented a considerable share of the national debt in the eighteenth-century. Annuities were one of the most secure long-term investment vehicles of the time offering three to nine percent annual interest for extended durations of time ranging from five to ninety-nine years. The instruments found a brisk secondary trade on the burgeoning London stock market and were attractive to both investors and purloiners alike.

There were fourteen convicted cases concerning Bank of Engla...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jackson Tait, « Bank of England Annuity Fraud: Forgery, Personation and the Consumer Revolution, 1766-1800 »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 27, n°2 | 2024, 33-51.

Référence électronique

Jackson Tait, « Bank of England Annuity Fraud: Forgery, Personation and the Consumer Revolution, 1766-1800 »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 27, n°2 | 2024, mis en ligne le 27 mars 2027, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chs/3462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3462

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search