Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27, n°2ArticlesRégénérer les « apaches » par la ...

Articles

Régénérer les « apaches » par la boue, le feu et le sang

Anomie, mobilisation des condamnés et réhabilitation judiciaire en France pendant la Première Guerre mondiale
Shaïn Morisse
p. 75-99

Résumés

En s’appuyant principalement sur une analyse de la presse et d’archives institutionnelles, cet article traite des débats entourant la mobilisation et la réhabilitation des condamnés de droit commun pendant la Première Guerre mondiale en France. Il s’agit d’un angle d’analyse peu investigué visant à déterminer dans quelle mesure les nouveaux cadres sociaux et symboliques engendrés par le conflit ont transformé, même temporairement, les représentations sociales du crime et les pratiques pénales. L’article montre que la mobilisation et la mort de masse ont, en lien avec le discours dominant patriotique, engendré un imaginaire social spécifique sur le crime et suscité des mesures exceptionnelles concernant la mobilisation et la réhabilitation judiciaire des condamnés ordinaires. À travers divers enjeux (moraux, politiques, militaires, économiques), le contexte guerrier renouvelle et radicalise des débats anciens, qui témoignent du dilemme auquel font face les autorités pour concilier exécution des peines, besoin d’effectifs et maintien de la discipline.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est fondé sur un mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Michel Porret qui a été soutenu à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève et récompensé du prix Arditi d’histoire en 2019.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2027.

Plan

Introduction
Héroïsme expiatoire et miséricorde sociale
Les mesures facilitant la réhabilitation des condamnés qui s’illustrent au combat
Les embusqués involontaires
Les criminels fugitifs patriotes
Le scandale des « embusqués des prisons »
« Désembusquer » les condamnés de droit commun : débats et mesures autour de leur incorporation et de leur utilisation
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Dans les décennies qui précédent la Première Guerre mondiale en France, le sentiment diffus d’une délinquance chaque jour plus envahissante et la volonté croissante de l’observer, de la punir et de la résorber contribuent à ériger la question criminelle en priorité scientifique, politique et sociale. En cette phase de développement de la presse de masse et de la démocratie parlementaire, les récits de crimes prolifèrent de façon frénétique et alimentent une culture et un imaginaire flamboyants. Divers acteurs de la Belle Époque, issus des champs politique, scientifique, journalistique et littéraire produisent une vulgate alarmiste sur le crime qui nourrit des discours sécuritaires et décadents. Alors que la mortalité et la violence sociale refluent, la figure du criminel polarise le sentiment de précarité et d’insécurité. Celle que l’on appelle alors communément l’« armée du crime » comprend des personnages à la croisée de la réalité et du mythe : le vagabond, le récidiv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shaïn Morisse, « Régénérer les « apaches » par la boue, le feu et le sang »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, vol. 27, n°2 | 2024, 75-99.

Référence électronique

Shaïn Morisse, « Régénérer les « apaches » par la boue, le feu et le sang »Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], vol. 27, n°2 | 2024, mis en ligne le 27 mars 2027, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/chs/3473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chs.3473

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search