Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Éditorial

Éditorial

Francis Saint-Dizier
p. 3
Traduction(s) :
Editorial [es]

Texte intégral

1Depuis vingt ans, les Rencontres des cinémas d’Amérique Latine montrent à Toulouse au début du printemps les œuvres actuelles et passées des cinéastes hispanophones, lusophones, français et de langues autochtones du sous continent. Plus de trois mille films, longs métrages de fiction, documentaires, courts métrages et films d’animation y ont été projetés, la plupart des réalisateurs, acteurs, critiques et historiens du cinéma latino-américain sont venus y présenter leurs œuvres et en débattre. Durant cette période, nous sommes passé de la solidarité aux peuples d’Amérique latine, à la solidarité culturelle avec les cinématographies et ces dernières années au soutien direct à la création grâce à la section Cinéma en Construction. Notre revue trilingue rend compte de cette activité prolifique à travers la galerie de portraits de nos invités à Toulouse pendant ces deux décennies. Ce travail accumulé au long des années ne sera pas prétexte à l’autocélébration ni à une pause festive, mais permet de mesurer le chemin parcouru et de mettre en évidence les tendances et les évolutions à l’œuvre. La modernité du cinéma et la rapidité des progrès technologiques modifient profondément les conditions de la création, la production et l’exploitation, et laissent peu de places aux cérémonies. Simplement nous pouvons dire avec le poète “pour tout bagage on a vingt ans”, mais rajouter pour les amoureux du cinéma que nos valises sont pleines d’expériences accumulées, de contacts noués et renouvelés, de solidarités et d’amitiés fortes construites sur un désir commun du septième art.

2En 2008, nous profiterons d’autres anniversaires pour montrer des œuvres exceptionnelles : Limite de Mario Peixoto dans une version rénovée au Brésil avec le soutien d’ARTE, film culte des années trente auquel est consacré un long article dans notre revue Cinémas d’Amérique Latine, et en première française, l’éblouissant “organisme audiovisuel en cinq épisodes”, A pedra do reino de Luis Fernando Carvalho projeté en haute définition. Ce numéro de la revue en témoigne : en Argentine, au Mexique, au Brésil, au Chili, et plus discrètement dans les autres pays, les jeunes réalisateurs inventent des scénarios, des constructions narratives, une esthétique visuelle pour faire des films en rapport avec leurs cultures nationales et avec le monde globalisé. A leur manière, avec leurs spécificités, ils participent à l’invention de l’art cinématographique du XXIe siècle débutant, refusant par là même la normalisation de la production audio-visuelle telle que la voudrait l’industrie mercantile des productions hollywoodiennes où dorénavant les produits dérivés sont plus productifs que l’œuvre elle même.

3Pour vous offrir une trace de leur séjour à Toulouse, nous vous proposons deux entretiens avec deux maîtres du cinéma : Raul Ruiz et Julio Bressane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Saint-Dizier, « Éditorial »Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 3.

Référence électronique

Francis Saint-Dizier, « Éditorial »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.2033

Haut de page

Auteur

Francis Saint-Dizier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search