Navigation – Plan du site

Nouveaux horizons pour le cinéma mexicain

Marina Stavenhagen
Traduction de Michelle Ortuno
p. 65-73
Cet article est une traduction de :
Nuevos rumbos para el cine mexicano

Résumés

État des lieux du cinéma mexicain, réalité de la production, de la distribution et de l’exploitation. Marina Stavenhagen dresse un constat encourageant de la cinématographie mexicaine malgré les difficultés que celle-ci rencontre face au cinéma hollywoodien.

Haut de page

Texte intégral

Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke

Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke

1Ces trois dernières années, le cinéma mexicain a commencé à récupérer, en qualité et quantité de films, le niveau auquel on était habitué depuis plus de cinquante ans.

2De 2001 à 2007, 283 longs métrages – films de fiction et documentaires – ont été réalisés (tableau n° 1). Un chiffre dérisoire au regard du potentiel d’un pays de plus de cent trois millions d’habitants et qui, dans son passé récent (les années 80), a pu compter sur un rythme de production de plus de 80 films par an. Un chiffre minime mais à la fois important puisqu’on dépasse les 96 longs métrages réalisés pendant les six ans précédents (1994-2000, tableau n° 2).

La production

3Cette importante augmentation de la production du cinéma national est due à l’effort conjoint de producteurs privés – indépendants ou associations de production – et à des mesures politiques, au niveau national, de soutien à la production, qui prouvent l’existence sur la scène politique et culturelle d’une communauté cinématographique organisée et exigeante ainsi que d’une prise en compte par le gouvernement fédéral du pouvoir stratégique du cinéma en tant qu’industrie culturelle.

4Deux fonds d’investissement publics du gouvernement fédéral travaillent de façon soutenue depuis plusieurs années pour le soutien à la production : FOPROCINE (créé en 1998), qui aide au financement d’un cinéma d’auteur de qualité, films expérimentaux et documentaires (Le crime du père Amaro de Carlos Carrera, En el hoyo de Juan Carlos Rulfo, Lumière silencieuse de Carlos Reygadas et Paupières bleues de Ernesto Contreras, sont des exemples de films financés en grande partie par ce fonds) et FIDECINE (créé en 2002) qui, lui, cherche à participer au financement d’un cinéma de qualité mais avec des perspectives commerciales. Kilometro 31 de Rigoberto Castañeda, Sultanes del sur de Alejandro Lozano, Le violon de Francisco Vargas, Nicotina de Hugo Rodríguez, Una película de huevos de Rodolfo et Grabriel Rivapalacios, La leyenda de la Nahuala de Ricardo Arnaíz, sont des exemples de films coproduits par le FIDECINE et qui ont eu un grand succès en salles au Mexique.

5D’autre part, ce n’est qu’en 2006 que le EFICINE a été mis en place (programme d’encouragement fiscal à l’investissement dans des projets de production cinématographique nationale, article 226 de la Loi de l’impôt sur le revenu) : il concède une réduction d’impôt allant jusqu’à 10 % pour l’investissement dans la production d’un long métrage. Plus de 75 films ont été financés depuis 2006 grâce à cette incitation fiscale combinée toutefois à d’autres fonds publics ou privés.

6Ce regain de la production cinématographique a permis plus de 5 234 millions de pesos d’apport économique dans ce secteur d’activité, dont 67 % provenaient de fonds indépendants ou privés et le reste de l’aide à la production de l’État. Cet apport a relancé l’utilisation de la capacité industrielle de ce secteur et a permis la création de plus de 40 000 emplois, augmentant ainsi le nombre de contribuables et donc la collecte d’impôts.

7De plus, ces politiques ont permis pour un nombre croissant de cinéastes et de scénaristes un accès plus démocratique aux fonds publics et ainsi, ont ouvert la voie aux jeunes générations de réalisateurs : Carlos Reygadas, Alejandro Lozano, Amat Escalante, Iván Ávila Dueñas, Julio César Estrada, Jaime Aparicio, Javier Solar, Andrés León, Francisco Vargas, Aaron Fernández, Patricia Arriaga, Rodrigo Pla, Fernando Eimbcke, entre autres.

8Il est important de ne pas passer sous silence le rôle que les coproductions (surtout avec l’Europe) ont joué dans le développement de notre cinéma, en l’arrachant définitivement à la dynamique des années 90, qui furent les plus difficiles (de 1998 à 2002, elles ont participé au financement de 30 % de la production mexicaine) et en participant de façon remarquable ces dernières années à son ouverture, à sa diversification et à sa présence au niveau international.

9Nous ne le savons que trop : lorsque le développement ou le financement d’un projet est soutenu par des fonds européens divers, celui-ci trouve ensuite plus facilement le complément de financement nécessaire au Mexique.

10Coproduire c’est aussi s’ouvrir à d’autres marchés, établir des liens, porter d’autres projets, s’inscrire même dans l’air du temps : la mondialisation, la migration, la transculturation, la reconnaissance de la diversité.

11De nombreux fonds d’investissement européens satisfont à la demande de ces capitaux « en herbe », pas très importants mais tout à fait significatifs pour le développement des cinématographies ibéro-américaines. Au Mexique, pour des projets de cinéastes nous comptons de façon récurrente sur le soutien de : Fonds Sud, Hubert Bals Fund, Jan Vrjiman Fund, Cinéfondation, World Cinema Fund, Visions Sud Est, Fundación Carolina et Ibermedia, entre autres. De grands succès récents du cinéma mexicain ont été possibles grâce à la coproduction européenne : Lumière silencieuse de Carlos Reygadas, La zona, propriété privée de Rodrigo Plá, Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro, Kilómetro 31 de Rigoberto Castañeda…

Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

Luz silenciosa de Carlos Reygadas

Luz silenciosa de Carlos Reygadas

12Malheureusement, cette augmentation de la production cinématographique ne s’est pas traduite proportionnellement par la même augmentation des sorties et projections de films sur les écrans mexicains, ce qui reste un problème à résoudre à court terme.

La distribution

13En effet, sur un marché national, qui compte 175 millions de spectateurs par an et qui se chiffre à 6 673 millions de pesos, le cinéma mexicain ne constitue que 7,5 % de part de marché.

14Le monde de la distribution au Mexique reste un milieu complexe où règne une grande concurrence ; le cinéma national doit se battre pour obtenir des lieux de projection et des espaces de promotion (dates de sortie, nombre d’écrans, produits dérivés, publicité, etc.) et affronter le cinéma hégémonique hollywoodien qui, en fait, ne lui laisse pas ses chances.

15Dans un passé récent, 283 longs métrages ont été produits mais seuls 181 d’entre eux ont été montrés en salle (tableau n° 5) ; ainsi 75 films attendent une date de sortie. Certains sont en cours de finalisation (des films de 2006 et 2007) mais 30 films attendent déjà depuis plusieurs années d’accéder aux écrans mexicains.

16La difficulté d’accès aux écrans est surtout dûe au fait que les 3 892 salles de cinéma que compte le Mexique (tableau n° 6) se trouvent inondées par les multiples copies de quelques titres d’origine nord-américaine, soumises à une pratique qui pervertit la libre concurrence et ne permet pas de diversifier l’offre. La forte concentration du marché n’a fait qu’augmenter au fil des années depuis la signature de l’ALENA, d’abord à cause d’une réduction draconienne de notre volume de production (1994-2000) et actuellement, parce que la politique des exploitants et des distributeurs transnationaux a évincé nos films en réservant pour les leurs les meilleures conditions d’exploitation.

17Le nombre démesuré de copies à chaque sortie de film nord-américain sature les 490 multiplexes qui existent dans notre pays, ce qui réduit l’offre réelle de films pour les spectateurs et empêche l’accès aux films mexicains dans les salles et de bonnes conditions. Cette situation porte atteinte au cinéma mexicain mais elle lèse aussi les spectateurs dont on constate la faible augmentation de fréquentation ces dernières années. Prenons comme exemple les deux meilleures années pour la fréquentation des salles (2004 et 2006). En 2004, nous avons le chiffre de 469 779 spectateurs par écran et en 2006, malgré l’augmentation de 9,9 % du nombre de salles, la fréquentation a chuté de 8,71 % avec 428 906 spectateurs par écran.

18Ces données peuvent être analysées plus clairement pour l’année 2007. Le nombre de films mexicains sortis en salles est passé de 33 à 43 et parallèlement, les sorties de films étrangers sont passées de 234 à 342 ; cependant les films nord-américains, en augmentant le nombre de copies par films, ont accru le contrôle oligopole de ce marché sur les écrans en se réservant les meilleures dates de sortie. En été 2007, cinq titres ont accaparé à peu près 75 % des salles de cinéma : Spiderman 3 (930 copies), Pirates des caraïbes 3 (1 092 copies), Shrek 3 (1 022 copies), Les quatre fantastiques (1 068 copies) et Ratatouille (247 copies).

Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

19A cette situation s’ajoute la mauvaise remontée des recettes de la billetterie que les exploitants ont tendance à garder, les prix sacrifiés des ventes de films mexicains pour la télévision et la croissance exponentielle de la vente de DVD pirates, ce qui a extrêmement réduit les recettes de vente et de location.

20Dans ce contexte, et entre autres mesures, l’Institut Mexicain de la Cinématographie (IMCINE) essaie de soutenir le travail des petites et moyennes maisons de distribution, de renforcer et même de créer des réseaux alternatifs de distribution commerciale qui puissent permettre au public de voir un cinéma mexicain de qualité dans des salles plus faciles d’accès et moins chères.

21Dans le cadre de la nécessaire pluralité et de la diversité culturelle (Le Mexique est signataire du Traité sur la Diversité Culturelle promu par l’Unesco à Paris en 2006) le cinéma mexicain partage au Mexique les mêmes problèmes que rencontrent d’autres cinémas venus d’autres pays. Notre lutte pour obtenir de meilleures conditions d’exhibition de nos films inclut les petits distributeurs de « l’autre cinéma », celui qui n’est pas nécessairement hollywoodien, et qui souffre des mêmes limites imposées pour être exposé dans des conditions équitables.

Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke

Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke

Le futur à court et moyen terme

22En matière de production, et grâce à la légère augmentation de l’enveloppe budgétaire pour le cinéma octroyée par le gouvernement pour 2008, on peut affirmer que le rythme de croissance de la production pourra être maintenu à 10 %.

23D’autre part, on attend cette année une augmentation significative du nombre de sorties avec un amortissement des coûts de production. Ceci grâce sans doute à l’accord signé récemment entre les membres de l’Association Mexicaine des Exploitants de Cinéma (AMEC) qui regroupe les entreprises transnationales Cinemark, Cinemex, MMCinemas et l’entreprise nationale Cinépolis lesquelles représentent 90 % de l’ensemble des salles du pays.

24Cet accord garantit pour le cinéma mexicain ce qui suit : les exploitants garderont à l’affiche tous les films mexicains au minimum pendant deux semaines. Les exploitants soutiendront la production du cinéma mexicain en proposant de meilleures conditions de locations de films, à condition qu’il s’agisse de premiers ou de deuxièmes films de réalisateurs mexicains.

25A ceci s’ajoute une intense campagne de promotion et de diffusion permanente pour attirer l’attention du public mexicain et l’amener vers notre cinéma, ainsi : tous les cinémas garantiront que sur au moins 50 % des écrans de chaque multiplexe une bande annonce d’un film mexicain sera montrée à chaque séance. Tous les cinémas s’engagent à projeter un teaser de film mexicain, et ce sur tous les écrans de tous les multiplexes.

26Ils s’engagent à produire un film promotionnel par an autour du cinéma mexicain.

27Parallèlement à ces mesures, l’ensemble des professionnels du cinéma prévoit de travailler à la réforme de la Loi sur le Cinéma en partenariat avec le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif pour mettre fin aux pratiques monopolistiques des entreprises regroupées dans la Motion Picture Association qui sont contraires aux principes du libre échange ; afin de trouver aussi des stratégies de régulation du marché qui puissent bénéficier tant aux producteurs qu’aux distributeurs et aux exploitants du cinéma mexicain.

28Par ailleurs, l’Institut Mexicain de la Cinématographie cherche des stratégies de diversification des fonds d’investissement public pour le soutien à la production cinématographique et audiovisuelle.

29En plus des séances de travail annuelles pour le soutien à la production de longs métrages de fiction et de films documentaires (en 35 mm), cette année se tiennent des séances pour le soutien à la post-production ainsi qu’à la production de longs métrages documentaires tournés en numérique.

30Le programme de courts métrages de l’Institut en produit une vingtaine par an qui fièrement viennent s’ajouter à l’abondante production mexicaine de courts métrages indépendants ou produits par les écoles de cinéma. En 2007, un court métrage mexicain, Ver llover de Elisa Miller, a reçu la Palme d’Or du Court métrage au Festival de Cannes ; les courts métrages mexicains sont présentés régulièrement dans un grand nombre de festivals nationaux et internationaux.

La zona de Rodrigo Plá

La zona de Rodrigo Plá

31Le documentaire mexicain mérite une mention à part dans la mesure où il a été montré avec succès dans des festivals internationaux et de ce fait trouve peu à peu sa place sur nos écrans. L’utilisation de nouvelles technologies et de nouveaux formats a poussé de nombreux jeunes réalisateurs de documentaires vers la production, et ces dernières années nous assistons à l’apparition d’histoires et de films qui décrivent la réalité nationale avec un regard neuf et plein de fraîcheur.

32En somme, les mesures politiques de soutien à la production et à la promotion du cinéma national adoptées depuis quelques années sont en train de porter leurs fruits. Bien qu’on ne puisse pas encore parler d’une industrie du cinéma mexicain en tant que telle, il est certain que la production ne cesse d’augmenter ; elle offre une réelle diversité et pluralité de genres, de styles et de formats, ce qui lui permet d’intéresser de nouveaux producteurs et de prétendre à de nouvelles sources de financement. D’autre part, le cinéma mexicain récupère peu à peu son marché naturel, c’est à dire national, en conquérant le goût du public et en trouvant des écrans pour sa diffusion. Il existe actuellement une certitude partagée qui considère le cinéma comme une activité commerciale et surtout il existe la volonté des pouvoirs publics de le considérer comme une industrie culturelle qui s’inscrit dans une stratégie de développement national.

33Il nous reste encore beaucoup à faire pour consolider notre industrie cinématographique, pour garantir un volume de production ; il nous manque surtout la rigueur et la qualité nécessaires pour être compétitifs sur le marché, pour exporter notre cinéma de façon concertée et constante, et surtout pour garantir sur nos écrans à la fois l’expression de notre offre culturelle et celle d’un divertissement, afin que nous nous y retrouvions tous. Mais le cinéma mexicain commence à donner des signes de vie et de bonne santé.

Tableau n° 1. Films mexicains produits de 2001 à 2007

capitaux

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Total

Soutien de l’Etat

7

5

17

25

42

35

47

178

Indépendants

14

9

12

11

11

25

23

105

Total

21

14

29

36

53

60

70

283

Elaboré par Víctor Ugalde, source : Institut Mexicain de la Cinématographie et SOGEM

Tableau n° 2. Films mexicains produits de 1995 à 2000

capital

1995

1996

1997

1998

1999

2000

Total

Soutien de l’Etat

5

7

7

9

11

15

54

Indépendants

9

9

1

2

8

13

42

Total

14

16

8

11

19

28

96

Elaboré par Víctor Ugalde, source : Institut Mexicain de la Cinématographie et SOGEM

Tableau n° 3. Investissement de l’Etat de 2001 à 2007

  • 1 Sans budget de l’Etat fédéral ; l’argent provient de la taxe d’un peso par spectateur (tous les exp (...)
  • 2 Sans budget de l’Etat fédéral ; l’argent provient de la taxe d’un peso par spectateur (tous les exp (...)
  • 3 Jusqu’en 2005 le budget était de 70 millions. Les quantités supplémentaires proviennent de l’argent (...)
  • 4 Sans prendre en compte le EFICINE

institution

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Total

Imcine

74

73,8

60,6

60,0

70,0

73,7

97,80

509,90

Foprocine

NA

NA

24,31

108,32

70,0

86,5

70,0

359,10

Fidecine3

70

NA

77,7

77.2

77,8

122,5

108,2

533,40

Total

144

73.8

162.6

245.5

217.8

282.7

276

1.402,44

Tableau n° 4. Investissement de l’État de 1995 à 2000

institution

1995

1996

1997

1998

1999

2000

Total

Imcine

37.7

49.5

46.4

53.8

60.1

70

317,5

Foprocine

NE

NE

135

NA

NA

NA

135

Total

37,7

49,5

181,4

53,8

60,1

70

452,5

Source : IMCINE.

Tableau n° 5. Films distribués en circuit commercial de 2001 à 2007

  • 5 Chiffre approximatif.

nacionalidad

institution

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Total

Mexicanas

19

17

25

18

26

33

43

181

Norteamericanas

155

154

156

160

156

167

N/D

948

Otros países

76

89

99

100

97

112

N/D

573

Total

250

260

280

278

279

312

3425

2001

Source : IMCINE.

Tableau n° 6. Marché cinématographique national

concepto

institution

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Pantallas

2 579

2 823

3 054

3 491

3 536

3 892

3 920

Asistentes locales

139

152

137

164

163

164,9

175

Asistentes películas mex.

11,9

14,7

7,5

9,0

7,1

11,3

13,3

Ingresos totales.

4,049

4,685

4,548

5,405

5,697

6,076.7

6,673

Ingresos mexicanos

336

448

248

308

242.4

405.4

497.2

Données de l’IMCINE et de CANACINE. Les recettes et le nombre de spectateurs sont indiqués en millions.
Chiffres en millions de pesos.
NA : budget non alloué.
NE : n’existait pas encore

Haut de page

Notes

1 Sans budget de l’Etat fédéral ; l’argent provient de la taxe d’un peso par spectateur (tous les exploitants ne l’honorent pas).

2 Sans budget de l’Etat fédéral ; l’argent provient de la taxe d’un peso par spectateur (tous les exploitants ne l’honorent pas).

3 Jusqu’en 2005 le budget était de 70 millions. Les quantités supplémentaires proviennent de l’argent perçu en vertu de l’article 19 C-1 de la loi de finance fédérale. En 2006, le budget était de 86,5 millions, plus d’autres recettes provenant de taxes sur les films.

4 Sans prendre en compte le EFICINE

5 Chiffre approximatif.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Luz silenciosa de Carlos Reygadas
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Lake Tahoe (2007) de Fernando Eimbcke
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre La zona de Rodrigo Plá
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Stavenhagen, « Nouveaux horizons pour le cinéma mexicain  », Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 65-73.

Référence électronique

Marina Stavenhagen, « Nouveaux horizons pour le cinéma mexicain  », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2103 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2103

Haut de page

Auteur

Marina Stavenhagen

Elle a travaillé à la diffusion du cinéma mexicain dans divers organismes, a fondé et dirigé des festivals de cinéma pour la fiction, le documentaire, le vidéo art, à Mexico et Acapulco, a été jury de festivals dans bien des pays, et participe au C.A. du festival de cinéma pour enfants à Mexico et du Festival International de Guadalajara. Elle préside l’Association de femmes au cinéma et à la TV. Elle est chevalier de l’Ordre du Mérite Artistique français. Elle enseigne le scénario au Centro de Capacitación Cinematográfica de Mexico et travaille à l’écriture de plusieurs longs métrages. Ses scénarios de longs et courts métrages ont reçu de nombreux prix au Mexique, en Espagne. Depuis 2007, elle est directrice générale de l’Institut Mexicain de Cinématographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals