Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Du goût du public selon Luiz Fern...

Du goût du public selon Luiz Fernando Carvalho

Sylvie Debs
p. 74-86
Traduction(s) :
Do gosto do público, segundo Luiz Fernando Carvalho [pt]

Résumés

Dans le contexte actuel de la production audiovisuelle dominée par TV Globo, il convient de s’arrêter sur la trajectoire d’un de ses réalisateurs, Luiz Fernando Carvalho. Ce dernier a fait le choix d’opter pour la télévision comme moyen de production et de diffusion au nom de son engagement envers le plus grand nombre sans sacrifier pour autant la qualité esthétique et intellectuelle des séries. Son pari consiste à miser sur le goût du public dont il a une perception différente de celle des prescripteurs audiovisuels. Son œuvre s’inspire des plus grands textes et la transposition récente de La Pierre du Royaume constitue le premier volet du Projet Quadrante qui propose un parcours littéraire à travers le Brésil.

Haut de page

Texte intégral

1Le cinéma, la télévision, l’audiovisuel en général, plus personne ne s’en défend, relèvent avant tout de l’industrie et la concurrence internationale est chaque jour plus tendue. Première source de devises pour les États-Unis, le marché de l’audiovisuel et de ses dérivés obéit à une stratégie mercantile. La France tente de résister au mouvement en défendant le droit à la diversité culturelle et en poursuivant une politique à la recherche d’un équilibre entre l’art et l’industrie. Depuis les créations des Ministères de la Culture, la dimension “culturelle” du cinéma est également prise en compte lors des débats sur la production et la distribution cinématographique. En effet, le 7e art joue un rôle non négligeable dans l’éducation, la construction de l’imaginaire collectif et la constitution des identités nationales, au même titre, voire davantage, que les autres arts. Comment, pour un cinéaste contemporain brésilien se placer face à ces enjeux artistiques, commerciaux et culturels ? Afin de mieux comprendre le fil rouge qui parcourt toute l’œuvre de Luiz Fernando Carvalho, nous tenterons de présenter le contexte dans lequel il travaille ainsi que les choix effectués par le réalisateur.

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

Du cinéma et de la télévision

  • 1 Loi Rouanet.
  • 2 93 millions en 2005, 90 en 2006 et en 2007, source Filme B.

2Au Brésil, avec près de 75 millions de postes de télévision et 2045 salles de cinéma pour 195 millions d’habitants, l’audiovisuel est un concept omniprésent. En 1975, alors que le Brésil ne comptait encore que quelques 100 millions d’habitants, le pays comptait plus de 3200 salles de cinéma, produisait une centaine de films et vendait 270 millions d’entrées. C’étaient les années glorieuses des succès populaires comme Dona Flor et ses deux maris de Bruno Barreto, capable de battre au box office Les dents de la mer de Steven Spielberg ! Trente ans plus tard, le nombre de salles a sensiblement chuté, avec un triste record de 1 033 salles en 1995. La production cinématographique a connu des années de vaches maigres (2 à 3 films par an au début des années 90) avant de reprendre un rythme de croisière avoisinant une soixantaine de films par an grâce à la mise en place d’une loi de défiscalisation permettant aux entreprises d’investir dans le cinéma1. Quant au public, il n’a cessé de chuter lui aussi, et on se souvient de la satisfaction avec laquelle on a annoncé le franchissement du cap des 100 millions de spectateurs en 2003, cap malheureusement retombé depuis2. Comment expliquer cet état de faits ? Les uns ont accusé le prix du billet, un des plus chers au monde, de 10 à 15 reais dans un pays où le salaire minimum vient d’être revalorisé à 380 reais ; les autres, la localisation des salles qui ont déserté les petites villes et les quartiers populaires pour se concentrer dans les shopping centers des grands pôles urbains ; d’autres encore, s’en sont pris au système de distribution qui réserve peu d’espace au cinéma national. Certains se sont contentés d’évoquer avec nostalgie la période dorée du cinéma populaire qui avait connu la consécration des chanchadas avec Oscarito et Grande Otelo (il faut absolument voir Norma Benguel imitant Brigitte Bardot dans L’homme du Spoutnik (1959) de Carlos Manga pour comprendre le phénomène) ; d’autres, se contentent de regretter le cinéma de leur adolescence et les rendez-vous dans les salles obscures qui favorisaient les premiers frissons et étreintes amoureuses… le cinéma, il est vrai et c’est un phénomène presque mondial, perd en termes de fréquentation de salles de cinéma, mais gagne en distributions parallèles, officielles ou pirates… dans des cadres privés. L’évolution technologique de ces dernières années a sensiblement modifié le rapport du spectateur au cinéma.

  • 3 De 11 millions d’abonnés au câble en 2000, le Brésil est passé à 13,5 millions en 2005.
  • 4 Marcel Souto Maior, Almanaque de TV Globo, São Paulo, 2006, 510 p.

3A l’instar de la lente condamnation à la disparition des artistes ambulants de la Caravane Rolidei décrite dans Bye Bye Brasil (1979) de Carlos Diegues, le cinéma populaire a disparu de l’horizon du Brésilien moyen sous l’impact de la télévision. De Belem à Porto Alegre et de Recife à Brasília, la télévision reste désormais souvent l’unique accès pour la grande majorité des habitants à l’univers audiovisuel. Pour des raisons économiques, la plupart des Brésiliens se contente de la télévision non câblée3. Soulignons l’importance du marché de location de films qui fait du Brésil le champion international du rapport nombre d’habitants/nombre de points de location de films (et inversement, la lanterne rouge en ce qui concerne le rapport nombre de salles/nombre d’habitants). On comprend mieux pourquoi au Brésil, il est plus fréquent d’entendre parler d’audiovisuel que de cinéma. La vie des foyers est rythmée par les feuilletons qui se succèdent d’heure en heure tous les soirs entre 18 et 22 heures. TV Record, TV Bandeirantes, TV Globo fidélisent leur public en publiant le résumé quotidien des épisodes de feuilletons aux titres suggestifs, tels Lumière du soleil, L’âme sœur, Passions interdites, Paradis tropical qui sont des variations sur les clichés du mélodrame. Et pourtant la télévision avait déjà connu des jours meilleurs. TV Globo, qui à l’heure actuelle domine le marché avec un taux de couverture de 99 % du pays, avait été fondée en 1965 en pleine dictature ; sa diffusion, en noir et blanc, comme le climat politique de l’époque, atteignait environ deux millions de foyers. Le premier feuilleton, Illusions perdues, avait pour protagonistes, Reginaldo Faria et Leila Diniz, alors à peine âgée de 20 ans. Les scénaristes venaient du théâtre, comme Dias Gomes, auteur de la pièce mise en scène par Anselmo Duarte, La parole donnée, Palme d’Or à Cannes en 1962. Quand arrive la couleur en 1972, TV Globo lance une nouvelle émission Globo Reporter qui propose des films documentaires sur le pays avec des réalisateurs issus du cinéma, comme Paulo Gil Soares, Eduardo Coutinho, Mauricio Capovilla, Walter Lima Jr. et des chefs opérateurs qui avaient pour noms Dib Luft, Walter Carvalho, José Medeiros ou encore Mário Carneiro4.

Luiz Fernando Carvalho pendant le tournage de La pierre du royaume (2007)

Luiz Fernando Carvalho pendant le tournage de La pierre du royaume (2007)

4En 1995, avec l’inauguration de la Projac, TV Globo devient le plus grand centre de production audiovisuelle de l’Amérique Latine avec une surface de 1,65 millions de m2, 6 000 employés, 2 500 heures de programme/an, soient l’équivalent de 1 200 films de long métrage. La création de Globo Filmes en 1998 a permis de renforcer la synergie cinéma/télévision et la reconquête du public pour les films nationaux. En effet, avec 0,1 % du public (45 000 entrées) en 1993, l’arrivée de Globo Filmes sur le marché national a fait passer ce public à 21 % en 2003, soient 22 millions de spectateurs. La recette est simple : faire travailler les mêmes acteurs et les mêmes réalisateurs pour la télévision et le cinéma. Il suffit de se reporter aux grands succès de billetterie de ces dernières années : Le testament du chien (2000) de Guel Arraes, Cité de Dieu (2002) de Fernando Meirelles, Olga (2003) de Jayme Monjardim, Dois filhos de Francisco (2005) de Breno Silveira ou encore Se eu fosse você (2006) de Daniel Filho. Une autre option est de transformer une série en film, comme Os normais de José Alvarenga Jr. Par exemple. Enfin, dernier avantage et non des moindres, la publicité directe ou indirecte est faite par TV Globo : allusions aux films dans les feuilletons, reportages sur les tournages, sans parler de la publicité faite lors des intervalles commerciaux.

De l’écriture cinématographique

  • 5 Robert Bresson, Notes sur le cinématographe, Paris, 1975, Gallimard, pp. 104-105.

5Face à cette avalanche de produits conçus selon un même format, une question urgente se pose : y a-t-il encore un espace pour la création, l’expérimentation, la prise de risque ? Ou la tyrannie de l’audimat et l’exigence de rentabilité commerciale sont-elles plus fortes ? La créativité doit-elle être sacrifiée au nom du “goût du public” toujours avancé par les producteurs et les programmateurs ? Et d’ailleurs, qu’en est-il de ce “goût du public” ? Robert Bresson, à la manière de Rilke dispensant des conseils à un jeune poète, avait précisément averti dans Notes sur le cinématographe écrites entre 1950 et 1958 : “Ton public n’est pas le public des livres, ni celui des spectacles, ni celui des expositions, ni celui des concerts. Tu n’as pas à satisfaire ni le goût littéraire, ni le théâtral, ni le pictural, ni le musical”5. En esthète janséniste de formation classique, il était absolument conscient de la nature originale et différente du cinématographe, et bien entendu, n’avait pas encore évoqué le public de la télévision, nouvelle venue sur la scène et dont personne ne mesurait encore l’impact sur la société. Toujours est-il que les frontières semblaient alors plus claires, mai 68 n’avait pas encore redistribué les repères culturels, Patrice Chéreau n’avait pas encore dépoussiéré l’opéra, ni Jean-Luc Godard le cinéma. Le mur était toujours sous bonne surveillance à Berlin et les tours du World Trade Center affichaient encore leur superbe. L’ordinateur était réservé aux informaticiens et le cinéma se réjouissait des prouesses du Nagra et de l’Ariflex.

6Reformulé à la lumière de l’actualité, cet aphorisme interpelle notre sensibilité de citoyen du XXIe siècle. Comment concilier cette vision linéaire du monde avec notre expérience polysensorielle ? Comment connaître le goût du public, formé dans la fragmentation, le séquentiel, le zapping, le multimédia et le jetable ? Alors que le public a lui-même accès aux outils de production du multimédia grâce aux avancées technologiques, qui peut encore jurer du goût de ce dernier ? A moins que la loi de l’audimat soit inversement proportionnelle à la possibilité d’émancipation de ce public ?

  • 6 29 millions de téléspectateurs, soit 52 % d’audimat lors de la première diffusion en janvier 2005 ; (...)
  • 7 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, 1977, pp. 47-50.
  • 8 Ariano Suassuna, “La pierre du royaume”, version pour européens et brésiliens de bon sens, Paris, M (...)
  • 9 Raduan Nassar, La maison de la mémoire, Paris, Gallimard, 1985, 174 p. ; Lavoura arcaica, São Paulo (...)

7Toujours est-il qu’il faut, dans ce cadre, louer l’audace de Luiz Fernando Carvalho, qui se traduit de fait comme une “résistance artistique”, et louer la manière comment, par son travail, il remet en question le “goût du public” selon les producteurs et prescripteurs audiovisuels. La mini série Aujourd’hui, c’est le jour de Marie (2005), perçue par les programmateurs comme indigne d’un prime time, a conquis le public malgré l’horaire tardif6. La série, dont la mise en scène s’est inspirée du théâtre, de l’opéra, de la poésie, du cinéma, du folklore et du conte de fées, a même décroché le Prix Emmy Internacional en 2005 pour la meilleure mini série de télévision, sans compter d’autres prix nationaux et internationaux ! Pour expliquer cette réussite, il faut se pencher sur le parcours atypique de ce réalisateur qui a toujours témoigné d’un attachement profond à la littérature, et a fait de son travail un champ d’expérimentation privilégié de l’écriture littéraire. Depuis son premier court métrage, inspiré d’un extrait des Fragments d’un discours amoureux7 intitulé L’attente de Roland Barthes, jusqu’à son travail plus récent, La pierre du royaume d’Ariano Suassuna8, Luiz Fernando Carvalho a aiguisé son regard et poli son esthétique grâce au dialogue entretenu avec la littérature. On se souvient avec émotion de l’adaptation pour la télévision d’un chef d’œuvre de la littérature réaliste portugaise, Os Maias de José Maria Eça de Queiroz, comme de l’interprétation majestueuse d’une œuvre rare de la littérature brésilienne, le texte incisif et intransigeant de Raduan Nassar, La maison de la mémoire9, transposée au cinéma sous le titre A la gauche du père (2004).

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

8Ce qui intéresse au plus profond ce lecteur passionné, c’est de cerner la réaction au texte littéraire, en termes de transformation, modification et réponse apportée. Un acteur qui travaille avec Luiz Fernando Carvalho commence par la lecture du texte, et le personnage s’élabore au contact de cette fréquentation littéraire. D’une très grande fidélité à la parole écrite, fidélité au point de reprendre presque intégralement les narrations et les dialogues des œuvres dans les films, Luiz Fernando Carvalho se laisse guider par les émotions et impressions suscitées par le texte littéraire et l’image naît de la rencontre entre la puissance incantatoire du verbe (que ce soit la prose dense, raffinée et troublante de Raduan Nassar ou celle délirante, grandiloquente et démesurée d’Ariano Suassuna) et la puissance profonde et mystérieuse de l’imagination. Comment expliquer autrement le magnifique portrait de l’âme d’un pays présenté dans Que tes mains soient bénies, les seules clés d’entrée au Liban étant la prose de Raduan Nassar ? Comment expliquer la fragilité et la révolte d’André, la douleur et la passion d’Ana dans A la gauche du père ? Comment expliquer la force et la souffrance d’Afonso, le romantisme de Maria Eduarda et la mélancolie de Pedro dans Os Maias ? Ou encore la gouaille et la mystification de Quaderna dans La pierre du royaume ? L’image tout entière est irriguée par cette tension douloureuse de la révélation de l’âme humaine.

De la rencontre avec le public

9Pour un esprit cartésien formé à la distinction rigoureuse entre cinéma et télévision, l’entêtement de Luiz Fernando Carvalho à choisir la télévision plutôt que le cinéma comme champ d’expérimentation, dans un pays comme le Brésil, peut surprendre. Quand on sait que les succès de la télévision, productions en série, reposent sur un certain nombre de règles assimilables à des recettes, à l’instar de la littérature de gare, il est légitime de s’interroger sur le sens de la présence de ce réalisateur dans ce média.

10Une première réponse que nous nous devons d’apporter, c’est de saluer le courage d’un cinéaste qui préfère se jeter dans la bataille plutôt que de se contenter de dénoncer les effets pervers de l’audimat. En effet, Luiz Fernando Carvalho parie sur le bon “goût du public” et fait confiance aux téléspectateurs. Même si la plupart des personnes aiment retrouver ce qu’elles connaissent déjà, car la répétition du même a quelque chose de rassurant, le public est aussi sensible à la nouveauté, dès lors qu’elle entre en résonance avec les archétypes de l’âme humaine. Dans Aujourd’hui, c’est le jour de Marie, la trajectoire de Maria, fillette mal traitée par sa marâtre, renvoie à l’histoire de Cendrillon ; sa fuite et son voyage vers la mer renvoient au mythe du voyage de formation. A partir de ce point de rencontre intime entre la mini série et son public, Luiz Fernando Carvalho a puisé dans ce même univers féerique des éléments de mise en scène qui renforcent cette communion dans ce besoin d’enfance resté au fond de chaque adulte. Parier, d’entrée de jeu, sur un univers magique alliant les ressources de l’animation, des marionnettes, de la chanson et du théâtre, a été la clé du succès de cette production télévisuelle. Aux antipodes de ce que peut offrir le naturalisme jusqu’à la caricature auquel la télévision nous a habitué, le choix de l’artifice et de la magie, avec sa part de mystère et d’impénétrable, conduit à l’enchantement. La fascination est si forte que le spectateur finit par succomber au plaisir des images et de la fable.

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

11Une deuxième réponse, c’est son grand sens des responsabilités et son engagement personnel vis-à-vis de son public. En effet, produire un film de l’intensité esthétique de A la gauche du père, toujours sur le fil tendu des mythes fondateurs, et le distribuer en salles, permet au réalisateur de “rencontrer”, au mieux, quelques milliers de personnes, car le cinéma au Brésil est réservé à une élite. Or, Luiz Fernando Carvalho estime qu’il est du devoir d’un cinéaste à s’adresser au plus grand nombre de personnes. Toute son œuvre, sans être “populaire” dans la mauvaise acception du terme, s’adresse à l’être humain, quelle que soit son origine sociale ou sa culture. C’est autant la solitude superbe et majestueuse d’Afonso de Maia qui, désemparé, assiste à l’effondrement de ses valeurs et de sa famille emportée par les passions dévastatrices ; c’est autant la solitude tragique et honteuse d’André, le fils maudit qui n’a pas su résister à l’attrait interdit pour sa sensuelle sœur Ana ; c’est autant le sort injuste et révoltant de Maria, victime de sa marâtre. Le point commun de ces œuvres reste ce dialogue profond avec nos interrogations existentielles : la force du destin, de l’amour, et l’obsession majeure du réalisateur qui fait du temps un personnage de son œuvre. Ces éléments omniprésents, ne sont pas traités comme des recettes d’audimat, mais comme des fondamentaux de la vie de tout un chacun. Luiz Fernando Carvalho touche chaque spectateur en s’adressant à ses inquiétudes et émotions parfois inconscientes, enfouies voire réprimées dans un quotidien qui laisse de moins en moins d’espace à l’expression de l’âme. L’adhésion du public s’explique par la rencontre et l’effet de catharsis opéré par ces images.

  • 10 Quadrante est le projet de mise en scène d’œuvres classiques de la littérature brésilienne pour mon (...)

12Une troisième réponse est son goût de l’artisanat et de la fabrique, qui va à l’encontre de la tendance industrielle dominante. Alors, comble des combles, comment un réalisateur peut-il travailler dans le plus grand centre de production audiovisuelle de l’Amérique Latine et proposer un travail artisanal ? Sans doute, une fois de plus, parce que Luiz Fernando Carvalho parie sur la personne plutôt que sur le système, sur l’individu plutôt que sur le groupe, sur le risque plutôt que sur le conformisme. Déjà réputé pour confectionner ses décors et ses costumes à partir des “restes” des autres productions, le réalisateur vient de franchir une nouvelle étape dans sa prise de distance avec le système. En effet, il a décidé de ne pas engager des acteurs confirmés pour la transposition du roman La pierre du royaume à la télévision. Si l’on considère le prestige de l’écrivain et de l’œuvre, il était très tentant d’engager des acteurs tout aussi prestigieux pour interpréter Quaderna, et ses deux acolytes Samuel et Clemente. Mais un autre choix s’est imposé au cinéaste : avec le pari du projet Quadrante10 qu’il mûrit depuis plus de vingt ans, à savoir reprendre des classiques de la littérature brésilienne du Nord au Sud de l’immense territoire afin de tisser un kaléidoscope culturel du pays et de permettre aux Brésiliens de renouer avec leurs cultures, il se devait d’aller, comme un orpailleur, à la recherche d’acteurs du terroir, en empathie avec l’essence de l’univers sertanejo pour donner corps à cette écriture baroque emportée par la verve poétique et l’esprit facétieux de Quaderna. Franchissant un pas de plus dans l’expérimentation de la mise en scène, Luiz Fernando Carvalho a poussé le culot jusqu´à faire construire une “cinecitta” dans la propre ville de Taperoá dans l’intérieur de la Paraíba, repoussant une fois de plus les frontières entre la réalité et l’imaginaire. Véritable ruche d’artistes et d’artisans, à l’instar d’une cité médiévale, le bourg de Taperoá et ses habitants ont participé à la construction des décors, à la confection des habits et des chevaux, des masques et des animaux articulés : pas le moindre objet qui ne soit sorti de cette manufacture installée en plein sertão. Tels des alchimistes, les artistes populaires ont transformé tous les matériaux de récupération en ornements précieux et riches montures équestres à l’instar des paroles magiques du diascevaste Pedro Diniz Ferreira Quaderna qui transforme la réalité en rêve. C’est sans doute dans cette part de créativité et d’authenticité que se retrouve le public de La pierre du royaume.

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
  • 11 La pré-production et le tournage ont eu lieu dans le petit bourg de Taperoá dans la Paraíba d’octob (...)
  • 12 Caderno de filmagens do diretor Luiz Fernando Carvalho e diário de elenco e equipe, São Paulo, Edit (...)
  • 13 Fragments extraits des carnets de Luiz Fernando Carvalho à Taperoá – sertão de la Paraíba, octobre (...)

13Choisir de se placer délibérément à la fois au cœur et contre le système est la conséquence d’un choix éthique pleinement assumé. Contrairement aux apparences, cette démarche ne relève ni d’un dédain, ni d’une provocation, mais résulte d’une situation contrainte et forcée. Luiz Fernando Carvalho non seulement place son travail dans une perspective de communication avec le public, mais aussi de communication avec l’art. Si aujourd’hui le public est plus captif sur les écrans de télévision que dans les salles de cinéma, il décide d’aller à sa rencontre là où il se trouve ; de même, si aujourd’hui plus que jamais la création artistique se fait aux marges des modèles industriels, il choisit de les explorer. Ce n’est donc guère un hasard si ce réalisateur entretient un dialogue vivant avec les écrivains, les dramaturges, les acteurs, les musiciens, les peintres, les architectes, les théoriciens brésiliens ou étrangers. La “retraite” qu’il impose à ses équipes depuis A la gauche du père jusqu’à La pierre du royaume11 permet le recueillement et la concentration nécessaires pour alimenter la pensée et l’imagination créatrices. Débats, rencontres, conférences, répétitions, exercices alternent au cours des semaines et certaines réflexions des participants ont été publiées lors du lancement de la mini série12. Luiz Fernando Carvalho lui-même tient un journal dans lequel il commente les différentes étapes de son cheminement intellectuel et artistique. Il y confesse entre autres les raisons de sa place singulière dans le milieu audiovisuel brésilien : “Je ne suis pas indifférent à l’audimat, et je n’ai pas de sympathie pour ce qui est hypocritement appelé ‘position indépendante’. Si je suis indépendant, je le suis par nécessité et aussi avec une certaine douleur. Je veux dire que les pas que j’ai faits n’ont pas été faits avec le calme des forts, mais forcé. Je me suis préparé à lutter comme je le peux et avec toutes mes forces, qui sont à peine mes idées. Je suis seul non pas parce que je suis indifférent aux modèles qui m’entourent. Mon cas n’est pas de l’indifférence ou de l’indépendance, c’est de la solitude. Et peut-être est-ce cela, au fond, qui me garantit une certaine objectivité. Je n’ai personne avec qui j’ai des intérêts communs à défendre”13.

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

Epilogue

  • 14 Ibidem.
  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem.

14Plutôt que de se lamenter du désintérêt du public brésilien pour sa propre cinématographie, et d’assister impotent à la “fuite” du public, Luiz Fernando Carvalho estime qu’il est du devoir des réalisateurs d’aller à la rencontre de ce public : “Je cherche un dialogue entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ; un dialogue simple, sobre et fraternel, dans lequel ce qui pour un homme de culture moyenne est acquis et sûr devient aussi un patrimoine pour l’homme plus commun, pauvre, et qui, par rapport à tant de questions, se trouve encore abandonné”14. Aussi la télévision représente à ses yeux le moyen le plus sûr et le plus démocratique : “Je continue de rêver éveillé, je continue de croire qu’il est nécessaire que les véritables artistes et spécialistes qui travaillent dans le milieu audiovisuel pensent à une nouvelle mission. Cette nouvelle mission serait, selon ma sensibilité, directement liée à l’éducation. Tout mon effort sera toujours, en première instance, de proposer une éthique artistique véritable pour le milieu”15. S’il se sert du moyen, il n’en adopte pas pour autant l’idéologie et propose une esthétique et un contenu différents. Il s’inscrit en faux contre les clichés et les représentations stéréotypées en développant une narration audiovisuelle qui se nourrit autant de l’art érudit que populaire, en explorant la variété des expressions artistiques et en s’inspirant des diverses traditions culturelles brésiliennes. Tenter de représenter tous les Brésils afin que tous les citoyens brésiliens puissent se connaître et se reconnaître constitue l’option choisie par Luiz Fernando Carvalho : “Je préfère continuer à croire en cette sorte de contradiction entre l’électrodomestique et la culture, l’émetteur et l’avancée de ses contenus nécessaires. Ou mieux : l’éducation par les sentiments. C’est la télévision que j’espère voir dans le futur. Pour ma part, ou je suis ce chemin ou, sincèrement, rien ne fait sens”16.

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho

La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
Haut de page

Notes

1 Loi Rouanet.

2 93 millions en 2005, 90 en 2006 et en 2007, source Filme B.

3 De 11 millions d’abonnés au câble en 2000, le Brésil est passé à 13,5 millions en 2005.

4 Marcel Souto Maior, Almanaque de TV Globo, São Paulo, 2006, 510 p.

5 Robert Bresson, Notes sur le cinématographe, Paris, 1975, Gallimard, pp. 104-105.

6 29 millions de téléspectateurs, soit 52 % d’audimat lors de la première diffusion en janvier 2005 ; 21 millions de téléspectateurs, soit 42 % en octobre 2005.

7 Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil, 1977, pp. 47-50.

8 Ariano Suassuna, “La pierre du royaume”, version pour européens et brésiliens de bon sens, Paris, Métailié, 1998, 322 p. ; Romance d’“A pedra do reino” e o príncipe do sangue da vai-e-volta, romance armorial popular brasileiro, Rio de Janeiro, José Olympio, 1971, 625 p.

9 Raduan Nassar, La maison de la mémoire, Paris, Gallimard, 1985, 174 p. ; Lavoura arcaica, São Paulo, Companhia das letras, 1989, 194 p.

10 Quadrante est le projet de mise en scène d’œuvres classiques de la littérature brésilienne pour montrer la diversité et l’unité culturelle du pays, des retrouvailles avec lui-même. Les prochains livres adaptés seront Dom Casmurro de Machado de Assis, Danser le tango à Porto Alegre de Sérgio Faraco et Deux frères de Milton Hatoum.

11 La pré-production et le tournage ont eu lieu dans le petit bourg de Taperoá dans la Paraíba d’octobre à décembre 2006. Les acteurs et les techniciens ont ainsi été immergés de plain pied dans l’univers d’Ariano Suassuna.

12 Caderno de filmagens do diretor Luiz Fernando Carvalho e diário de elenco e equipe, São Paulo, Editora Globo, 2007.

13 Fragments extraits des carnets de Luiz Fernando Carvalho à Taperoá – sertão de la Paraíba, octobre à décembre 2006.

14 Ibidem.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Luiz Fernando Carvalho pendant le tournage de La pierre du royaume (2007)
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre La pierre du royaume (2007) de Luiz Fernando Carvalho
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2104/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Debs, « Du goût du public selon Luiz Fernando Carvalho »Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 74-86.

Référence électronique

Sylvie Debs, « Du goût du public selon Luiz Fernando Carvalho »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.2104

Haut de page

Auteur

Sylvie Debs

Attachée de Coopération et d’Action Culturelle à l’Ambassade de France au Brésil, et Docteur en Littérature Générale et Comparée de l’Université de Toulouse, Sylvie Debs participe des festivals (jury), suit des tournages, collabore à des revues et participe de séminaires et des événements culturels. Elle a publié des livres et des articles sur la culture populaire, le cordel, la littérature et le cinéma brésiliens et assure la programmation de films brésiliens dans des festivals. Elle enseignait la théorie de la communication à l’Université Robert Schuman de Strasbourg. En France, elle a publié Cinéma et littérature au Brésil, Les mythes du sertão : émergence d’une identité nationale (2002) et Brésil, l’atelier des cinéastes (2004).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search