Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Cinéma colombien à Cannes 2007 : ...

Cinéma colombien à Cannes 2007 : avancées et questions en cours

Julián David Correa
Traduction de Annick Mangin
p. 87-96
Cet article est une traduction de :
Cine colombiano en Cannes 2007: pasos adelantes y temas pendientes [es]

Résumés

Pour la première fois dans l’histoire du cinéma colombien, au Festival de Cannes de 2007 ont été montrés 5 longs métrages et un court de ce pays. L’article rend compte des films présentés lors de cet événement et utilise ce phénomène pour montrer quelques réussites et faiblesses qui apparaissent dans le cinéma colombien et dans les stratégies gouvernementales de soutien au cinéma au cours des dernières années en Colombie.

Haut de page

Texte intégral

Un tigre de papel (2007) Luis Ospina

Un tigre de papel (2007) Luis Ospina

1Quand on est chez soi et que l’on zappe sur les chaînes de télévision, de temps en temps on trouve des chaînes colombiennes et leurs journaux télévisés. Les journaux télévisés colombiens sont indéfinissables par leurs positions politiques ou la maigre information qu’ils fournissent. Dans les émissions d’information, les sujets culturels n’apparaissent presque jamais. A l’exception des événements extraordinaires, les sujets culturels sont mentionnés sous forme de titres qui, à la fin du journal, reçoivent l’“attention qu’ils méritent”. “L’attention qu’ils méritent”, dans le cas des chaînes privées de Colombie, c’est la présentation d’une ex-reine de beauté offrant au téléspectateur dans un savant mélange, l’image de son corps parfait, une publicité pour quelque produit, des événements “people”, des potins sur les règnes des reines de beauté et des fêtes populaires où peut se glisser une information sur des événements culturels : un prix Nobel de Littérature, le lancement d’un livre ou d’un film, quelque concert ou pièce de théâtre.

2Dans ce contexte, c’est une surprise quand soudain apparaissent des nouvelles du festival de Cannes et du cinéma colombien dans le festival. La surprise est encore plus grande quand la couverture de l’événement se répète quotidiennement et à chaque heure. Même chose dans la presse : des encadrés et des reportages rendent compte d’un phénomène inhabituel : au festival de Cannes, sont présentés cinq longs métrages et un court colombiens. Le fait est si remarquable et la couverture par les medias si constante que même pour ceux que le cinéma colombien n’a jamais intéressés, les images nationales deviennent des sujets de conversation.

3De temps en temps, nous les Colombiens, nous étions habitués à être informés de la présence d’un film colombien à Cannes : Cóndores no entierran todos los días (Les condors ne meurent pas tous les jours, Francisco Norden, 1984), Rodrigo D, no futuro (Rodrigo D, futur : néant, Victor Gaviria, 1990) ou La vendedora de rosas (La vendeuse de roses, Victor Gaviria, 1998), films qui, en dépit de leur importance, étaient des hirondelles solitaires qui n’intéressaient pas la grande majorité des Colombiens. Au niveau international, cette présentation donnait aux professionnels l’idée que le cinéma colombien était peu de chose, qu’il abordait peu de sujets et qu’il se limitait à deux écoles, selon les dires de Julio Feo de Radio France Internationale : l’école de Bogota et celle de Medellin.

Esto huele mal (2007) de Jorge Alí Triana

Esto huele mal (2007) de Jorge Alí Triana

Pour preuve

4Comme le montrent les chiffres, en 2006, les salles de cinéma ont présenté 8 longs métrages colombiens et 154 films internationaux. Malgré cette différence, en 2006, 14 % des entrées ont concerné les films colombiens. En 1997, année où a été établie la loi qui a créé le Ministère de la Culture, la Direction de la cinématographie et un fonds mixte d’aide au cinéma (Proimages en mouvement), les salles ont présenté un long métrage colombien à côté de 251 longs étrangers.

5La transformation du cinéma colombien est évidente selon divers points de vue. Une des raisons et des caractéristiques les plus importantes de cette transformation a trait à la coordination interinstitutionnelle : pour qu’à Cannes cinq longs métrages, un court et un projet de long métrage aient pu être présentés, il a fallu que travaillent ensemble divers types d’institutions parmi lesquelles on trouve trois ministères colombiens et un français, deux ambassades, une chaîne de télévision et la plus grande chaîne de diffusion de films en Colombie, entre autres. Toutes les actions qui ont tracé le chemin du cinéma colombien ces dernières années ont été le fruit d’un travail de coordination entre différentes organisations qui se trouvent dans le champ cinématographique en tant qu’espace d’affaires ou de développement culturel et social.

6Grâce à la coordination d’institutions comme celles qui sont mentionnées ci-dessus, à Cannes, ont été présentés quatre films de la section “Tous les cinémas du monde” : La sombra del caminante (Les ombres vagabondes, 2006) de Ciro Guerra, Soñar no cuesta nada (2006) de Rodrigo Triana, Al final del espectro (2006) de Juan Felipe Orozco et Bluff (2007) de Felipe Martínez.

Al final del espectro (2006) de Juan Felipe Orozco

Al final del espectro (2006) de Juan Felipe Orozco

7La sombra del caminante termine à Cannes un parcours qui comprend 52 festivals dans le monde et dix prix internationaux et qui a commencé à Saint Sébastien comme projet de cinéma en construction. La version audiovisuelle, enregistrée en vidéo et en noir et blanc, présente deux personnages qui essaient de survivre dans la capitale colombienne. L’un d’eux est boiteux et au chômage et il cherche du travail dans la ville tandis que dans le quartier les gens se moquent de lui. L’autre protagoniste vit du transport public : il transporte du public sur son dos. Le film présente l’amitié qui se développe entre eux, même si au cours du film nous découvrirons que la violence des guerres colombiennes les a transformés en victimes de bandes adverses. Ciro Guerra a participé aussi à l’atelier du festival de Cannes avec le projet en cours Los viajes del viento, projet qui a obtenu, entre autres, le premier “Latino Screenwriters Lab” du festival du cinéma latino de Los Angeles et le prix pour le développement du “Hubert Bals Fund” du festival de Rotterdam.

  • 1 Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) : groupe de “guerilleros” qui compte 40 ans d’aff (...)

8Soñar no cuesta nada, produit par CMO productions et mis en scène par Rodrigo Triana, a été le film qui a fait le plus d’entrées en Colombie en 2006 (un million deux cent mille spectateurs). Le film est réalisé selon un schéma qui le rapproche davantage du cinéma industriel que du cinéma d’auteur et raconte l’histoire de soldats qui découvrent une cache avec de l’argent des FARC1 au milieu de la forêt. Le film raconte les transformations de ce groupe de personnages, soldats dépourvus de fortune et d’éducation qui, soudain, s’approprient un argent qui les transforme en millionnaires.

Apocalipsur (2007) de Javier Mejía

Apocalipsur (2007) de Javier Mejía

9Al final del espectro de Juan Felipe Orozco est une histoire de suspense, dont on dit qu’avant la première représentation en Colombie, il avait vendu ses droits au producteur nord-américain Roy Lee (The Departed, Martin Scorsese, 2006). En Colombie, le film a fait 250 000 entrées, ce qui est nettement plus que le nombre d’entrées de beaucoup de films nord-américains, même si ce chiffre, à première vue, peut ne pas paraître impressionnant.

10Bluff, de Felipe Martínez, autre film à succès, représente un cinéma national qui cherche à attirer les spectateurs avec des histoires amusantes. Dans ce film, le protagoniste est Nicolas, un photographe que son épouse trompe avec son chef, raison pour laquelle Nicolas perd son épouse et son emploi. Au cours du déroulement de l’action, Nicolas trouvera une manière tordue de se venger. L’histoire est racontée avec une mise en scène efficace et c’est une comédie d’humour noir qui utilise certains procédés du cinéma policier.

11Dans le cadre de la prestigieuse sélection de la Quinzaine des réalisateurs a été montré le cinquième long métrage que la Colombie a projeté au festival de Cannes : PVC1 de Spiros Stathoupoulos Caicedo, un réalisateur colombien d’origine grecque, qui a présenté un film réalisé en un plan séquence de 85 minutes. Le film, interprété par des acteurs amateurs et professionnels, doit aussi sa réussite à son solide scénario et à la maîtrise de la caméea de son réalisateur. Il présente l’histoire terrible d’une femme à qui l’on pose un collier piégé, il s’agit là d’un premier ouvrage prometteur.

12Le dernier film de l’ensemble qui a été présenté également à la Quinzaine est le court métrage d’Andi Baiz Hoguera, dans lequel un père de famille, qui traverse une crise, décide de faire un feu gigantesque pour “célébrer” son anniversaire. Andi Baiz est le metteur en scène de Satanas (2006), un long métrage magnifique et impressionnant, basé sur le roman du Colombien Mário Mendoza : c’est l’histoire d’un autre colombien, d’un vétéran des États-Unis, qui assassina à Bogota un groupe de personnes au cours d’un après-midi qui comprend aussi l’homicide de sa mère et qui se termine par un massacre dans un restaurant.

Pour questionner

13La question qui s’impose face à ce groupe de films est de savoir si cet échantillonnage est représentatif du cinéma colombien. La réponse qui s’impose est qu’il l’est seulement en partie : les films qui ont représenté le cinéma colombien à Cannes ne rendent pas compte de la diversité des propositions qui, avec des prises de risques, ont été développées avec une plus grande liberté dans le documentaire et le court métrage ; cependant il s’agit d’une sélection qui montre les tendances d’un pays qui a manqué d’industrie cinématographique et qui s’efforce de développer une production constante et rentable, de faire du cinéma un effort soutenu à long terme.

14La recherche d’une “industrie cinématographique” est la première chose que l’on peut remarquer dans ces films de sorte que le spectateur se trouve en face d’un cinéma où tous les métiers existent et se développent avec le talent requis. Un vivier de diversité technique et thématique se révèle dans ces travaux qui utilisent autant le cinéma en 35 mm que la vidéo, et où l’on peut trouver un film de genre à côté de films comme La sombra del caminante ou PVC1. L’étape suivante, pour ce qui est des sujets de ces films, consiste à s’interroger sur leur contenu et sur la pertinence de ces contenus à représenter un pays, question qui peut paraître odieuse tant aux réalisateurs qu’aux courageux producteurs et aux fonctionnaires publics.

Apocalipsur (2007) de Javier Mejía

Apocalipsur (2007) de Javier Mejía

15L’apparition du cinéma colombien sur les écrans des salles commerciales a toujours éveillé en Colombie des discussions qui ont trait à l’image du pays. Les personnes dont les voix se font entendre dans les mass media attirent généralement l’attention : elles proposent que le cinéma colombien soit une vitrine qui montre le meilleur d’un pays conflictuel et superbe. L’un des premiers exemples de ce phénomène remonte à l’époque du film La tragedia del silencio (Arturo Acevedo Vallarino, 1924) dont on disait que la lèpre du protagoniste entraînerait une baisse du prix du café colombien à l’étranger ; mais la plainte la plus fréquente concerne l’exhibition de la violence colombienne au cinéma.

Rodrigo D, no futuro (1990) de Victor Gaviria

Rodrigo D, no futuro (1990) de Victor Gaviria

16Un préjugé généralisé veut que les seuls films qui existent soient ceux qui montrent nos violences et que les réalisateurs aient le devoir “patriotique” de présenter d’autres sujets. A cette plainte, les cinéastes ont opposé deux arguments dont le premier ne souffre pas de contestation : les cinéastes financent les films qu’eux-mêmes veulent faire, de sorte que le sujet choisi n’endette que ses créateurs. La seconde réponse, en partie héritée des grands débats des années 70, veut que le cinéma qui ne s’occupe pas des conflits sociaux de Colombie soit un cinéma “d’esquive” et non nécessaire. La sélection présentée à Cannes semble corroborer que le thème de la violence est le plus fréquent dans notre cinéma : quatre sur cinq longs métrages ; mais cette dernière livraison du cinéma colombien semble aussi démontrer le caractère fallacieux de l’argument qui proclame qu’un cinéma qui expose nos violences est un cinéma nécessaire : quelques uns ces films démontrent que, dans le cinéma colombien, l’exhibition de la violence peut aller de pair avec l’“escapisme”.

  • 2 Esto huele mal, Jorge Ali Triana.
  • 3 Pedro Adrián Zuluaga (conférence), Qu’y a-t-il de nouveau dans le nouveau cinéma Colombien ? Univer (...)

17Par rapport à Bluff, par exemple, Pedro Adrian Zuluaga a écrit : la représentation omniprésente de la violence n’exclut pas que le point de vue et la vision du monde des nouveaux films soient “escapistes”. Je vais prendre le cas de Bluff. C’est une comédie avec tous les ingrédients que les Colombiens “bien” soi-disant rejettent dans les films. Pourtant les gens sortent heureux des salles de projection parce qu’il n’y a aucun questionnement. C’est la même chose pour Esto huele mal2. C’est le discours du conformisme institutionnalisé. Ces films prétendent être critiques – il suffisait d’écouter Jorge Ali Triana – quand, en réalité, ils “exsudent” une parfaite synchronie avec ce que l’ordre établi, biologiquement et culturellement parlant, conçoit comme étant le destin national : l’individualisme sauvage, la créativité pour tromper, l’enthousiasme pour l’illégalité. Nos films les plus récents sont pris dans ce discours, ils célèbrent ces “caractéristiques” nationales, y compris avec très peu de pudeur comme dans Esto huele mal, Soñar no cuesta nada, El colombian dream, El trato o Dios los junta y ellos se separan3.

  • 4 Clara María Ochoa, “J’aime réaliser et mener à bien mes projets”, in Kinetoscopio, vol. 17, n° 79, (...)

18C’est avec la même certitude, mais à l’encontre de ce qu’affirme Zuloaga, que s’exprime Clara María Ochoa, la productrice de films la plus efficace en Colombie, propriétaire de CMO Productions (films : Esto huele mal, Soñar no cuesta nada, Como el gato y el ratón, entre autres). “Le cinéma est un instrument qui sert à dire des vérités, à questionner et à faire que les gens réfléchissent. Tous les films que nous avons faits ont été des films où il y a un questionnement, soit sur une communauté, soit sur l’être en tant qu’individu”4.

La sombra del caminante (2006) de Ciro Guerra

La sombra del caminante (2006) de Ciro Guerra

19Les spectateurs seront là pour voir et juger, mais c’est vrai que malgré l’honnêteté des cinéastes, l’impression que laissent la majorité et la plus grande quantité des longs métrages colombiens à succès, c’est celle de personnages qui manquent d’humanité, celle d’un cinéma où nos préoccupations sont devenues des sujets utiles pour un produit culturel efficace du point de vue économique. Les conflits de la Colombie sont exposés et les personnages sont en conflit mais ni dans les personnages ni dans les films n’apparaissent des questions au sujet des options possibles. Il manque la profondeur, il manque la présentation perceptible d’autres options du monde. Le cinéma, bien entendu, peut être beaucoup de choses et c’est important qu’en Colombie, se développe un cinéma avec des caractéristiques industrielles (avec une production régulière et rentable, et en contact avec le spectateur) mais il est inévitable de regretter qu’il n’y ait pas une présence importante d’un autre type de films, films qui, bien sûr, existent comme La sombra del caminante, un long métrage qui a pris des risques comme El Colombiandream (Felipe Aljure, 2006) ou Apocalipsur (Javier Mejía, 2007). Apocalipsur raconte une histoire qui peut paraître courante dans le cinéma colombien, celle d’un groupe de jeunes pris dans le narcotrafic des années 80. L’approche de cette histoire est ce qui rend ce film unique : le récit d’amitiés et d’une dégradation au milieu de la beauté. Il s’agit d’un film d’auteur, honnête et dur, avec parfois une pointe d’humour noir.

20Bien qu’il existe des limites claires pour la sélection des films au Festival de Cannes, comme la projection obligatoire en 35 mm, l’année de production ou la présence de films qui ne soient pas “trop” expérimentaux, un regard sur les dernières années de la production audiovisuelle colombienne montre des œuvres qui représentent la diversité de notre cinéma et qui pourraient très bien figurer dans les festivals internationaux (comme en réalité ce fut le cas de certains travaux) : il s’agit de films et de vidéos qui comprennent les courts métrages Od, el camino (Martín Mejía, 2003, Prix du festival d’Oberhausen), La cerca (Rubén Mendoza, 2004), Xpectativa (Frank Benítez, 2005), La escalera (Andrés Barrientos, 2005) ou Crucifixión (Carlos Díez, 2005), et les courts documentaires Radio Numbar (Bedoya y Gonzáles, 2005), We (Grupo Proyector, 2005) y TV o la morada de mis imágenes (Diana Giraldo, 2005), entre autres. Parmi les documentaires nécessaires pour découvrir la Colombie, on doit prendre en compte les longs métrages El corazón (Diego García, 2007) y Un tigre de papel (Luis Ospina, 2007). Dans toutes ces œuvres le spectateur trouvera des images qui, parfois avec humour, parfois avec poésie, vont au fond des réalités contradictoires d’un pays où il n’y a pas des bons en guerre perpétuelle contre les méchants, dans un pays qui est comme tous les autres : un pays où n’importe qui peut faire du mal ou donner la vie.

Bluff (2007) de Felipe Martínez

Bluff (2007) de Felipe Martínez

Soñar no cuesta nada (2006) de Rodrigo Triana

Soñar no cuesta nada (2006) de Rodrigo Triana

Pour conclure

  • 5 Fonds pour le Développement Cinématographique (FDC) : Fonds parafiscal créé par la Loi du cinéma (2 (...)

21Ce qui est arrivé à Cannes est le résultat d’une politique d’Etat coordonnée, qui démontre une connaissance de plus en plus grande de l’industrie cinématographique. Le point positif de la Direction du Cinéma du Ministère de la Culture et de Proimages en Mouvement, c’est que la mémoire ne se perd pas en dépit des changements de gouvernement. Le bilan montre que la stabilité est fondamentale pour le développement d’un cinéma qui est passé d’une époque où aucun long métrage national n’a fait l’objet d’une première à une époque (trois années de suite) où il y a eu 8 premières. Cependant, cette stabilité privilégie les décisions associées au développement d’une industrie cinématographique, laissant le cinéma d’auteur et le cinéma plus risqué, aux décisions du “marché libre”. L’Etat colombien, représenté par le Ministère, par Proimages et ses associés, sait qu’il existe un cinéma qui, en termes de marché, ne récupère son investissement que dans les niches et dans une diffusion à plus long terme, mais bien qu’il apporte également son soutien à ce cinéma-là, ce groupe préfère motiver de façon décisive le cinéma qui attirera le plus de spectateurs aux guichets et apportera le plus de ressources au Fonds pour le Développement Cinématographique5. Malgré tout ce qui a été dit, on ne peut manquer de louer les réussites du cinéma colombien de la dernière décade, mais on voudrait aussi croire que le développement industriel est possible aux côtés du développement d’un langage propre et d‘une attitude critique.

Bluff (2007) de Felipe Martínez

Bluff (2007) de Felipe Martínez
Haut de page

Notes

1 Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) : groupe de “guerilleros” qui compte 40 ans d’affrontement avec l’État colombien. En 2007, ce groupe a reçu une visibilité internationale à cause de la question des enlèvements de civils et de militaires.

2 Esto huele mal, Jorge Ali Triana.

3 Pedro Adrián Zuluaga (conférence), Qu’y a-t-il de nouveau dans le nouveau cinéma Colombien ? Université Javeriana et Ministère de la Culture de Colombie, Bogota, 2007.

4 Clara María Ochoa, “J’aime réaliser et mener à bien mes projets”, in Kinetoscopio, vol. 17, n° 79, juillet-septembre 2007.

5 Fonds pour le Développement Cinématographique (FDC) : Fonds parafiscal créé par la Loi du cinéma (2003), pour développer le cinéma colombien avec des ressources issues des contributions directes des entrées, des producteurs et des distributeurs, en plus d’autres mécanismes qui incluent une exonération fiscale pour ceux qui investissent dans le cinéma national.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un tigre de papel (2007) Luis Ospina
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Esto huele mal (2007) de Jorge Alí Triana
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Al final del espectro (2006) de Juan Felipe Orozco
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Apocalipsur (2007) de Javier Mejía
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Apocalipsur (2007) de Javier Mejía
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Rodrigo D, no futuro (1990) de Victor Gaviria
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre La sombra del caminante (2006) de Ciro Guerra
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Bluff (2007) de Felipe Martínez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Soñar no cuesta nada (2006) de Rodrigo Triana
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Bluff (2007) de Felipe Martínez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2143/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julián David Correa, « Cinéma colombien à Cannes 2007 : avancées et questions en cours »Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 87-96.

Référence électronique

Julián David Correa, « Cinéma colombien à Cannes 2007 : avancées et questions en cours »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.2143

Haut de page

Auteur

Julián David Correa

Il écrit des critiques de cinéma pour des publications de différents pays. Auteur de scénarios, de contes et de chroniques. Il a travaillé à l’élaboration des programmes de cinéma du Ministère de la Culture de Colombie. Il a dirigé la Cinémathèque Distrital et a été sous-directeur du Cerlalc-Unesco. Pendant trois ans, il a été assistant à la sélection du Festival d’Oberhausen. Représentant des metteurs en scène au Conseil National pour la Culture et les Arts du Cinéma et au Conseil National de la Culture. Il a dirigé et présenté le programme de TV “En cine nos vemos” (“Rendez-vous au cinéma”). Il conseille et développe des projets culturels dans des institutions comme le Ministère de la Culture, Guana Records et le Goethe Institut, entre autres.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search