Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Entretien avec Júlio Bressane

Entretien avec Júlio Bressane

Sylvie Debs et Júlio Bressane
Traduction de Sylvie Debs
p. 103-107

Résumés

C’est l’absence du mythe de Cléopâtre en langue portugaise qui a incité Julio Bressane à consacrer un film à ce mythe. Passionné de peinture, d’histoire de l’art, de musique, de poésie et de philosophie, il a fait quinze ans de recherches et a cherché à traduire ce mythe au cinéma en s’appuyant sur la théorie de la “loi formelle du déplacement”, de sorte à utiliser toutes les disciplines étudiées. Adepte également du “hasard objectif” des surréalistes, il raconte comment sa découverte à Toulouse de bustes antiques au Musée Saint Raymond et de tableaux au Musées des Agustins en 2005 a contribué à la mise en scène de son film.

Haut de page

Texte intégral

Júlio Bressane à Toulouse, 2005

Júlio Bressane à Toulouse, 2005

SYLVIE DEBS Qu’est-ce qui motive un cinéaste du XXIe siècle à s’intéresser à un mythe comme celui de Cléopâtre ?

JULIO BRESSANE Il est très difficile de répondre à une telle question, car on ressent un désir qu’on ne peut définir, une sorte de passion inexplicable pour le mythe. J’ai essayé, en réalité, de savoir en quoi consistait ce désir. Mais la raison pour laquelle on fait un film ou autre chose dans la vie, est en grande part inconsciente. C’est une pulsion que vous ne dominez pas. Au fond, je pense que ce qui m’a le plus attiré, c’est le fait que le mythe de Cléopâtre n’existe pas dans la langue portugaise !

SD Comment cela ?

JB En dehors du carnaval, il n’y a aucune tradition du mythe de Cléopâtre dans la littérature, la poésie, la peinture, encore moins dans la musique ou notre culture. Même si Cléopâtre est citée dans Les Lusiades de Camões, le mythe n’a eu aucune résonance dans la langue portugaise. Il avait été propagé par le latin, dès le premier siècle : Properce, Horace, Tibulle. En français et en anglais, il est apparu dès le XIVe siècle, en raison de son côté épique. Je voulais faire une version en langue portugaise en suivant le principe appelé “loi formelle du déplacement”. En effet, selon les philologues, la force de la langue portugaise, bien qu’elle soit d’origine très bâtarde, c’est sa lyrique. Et la lyrique, c’est un point de vue depuis lequel vous pouvez observer le sujet, le moi. Je voulais faire une version du mythe à partir de la lyrique. Je voulais que les images soient suggérées par la langue. Et comme vous pouvez étudier le mythe de Cléopâtre à travers la littérature, la poésie, le théâtre, la peinture, la musique, voire même la philosophie, j’ai pris toutes les disciplines pour qu’elles se rencontrent au cinéma.

SD Vous avez commencé par évoquer les textes, mais la recherche iconographique semble avoir joué un rôle déterminant dans le film.

JB En effet, j’ai fait une recherche assez exhaustive, depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours, mais je n’ai vraiment étudié qu’une centaine de tableaux sur les quelques deux cent cinquante que j’ai répertoriés. Je me suis attaché au trait sensible, aux “engram”, aux éléments formels, gestuels, picturaux et symboliques de ces œuvres, éléments que j’ai ensuite déplacés vers la perspective de la lyrique portugaise, en suivant mon intuition comme toujours. Et j’ai construit l’image à partir de “parergon”, selon la théorie de Derrida : à savoir qu’il y a quelque chose dans l’œuvre qui est important, tout en étant marginal. Pour la construction de mes images, je me suis approprié de parties de tableaux, ainsi que de la sonorité de la langue portugaise. Je me suis demandé ce qui survivait de ce mythe après tant de siècles. Pour y arriver, il faut beaucoup de recherches, mais aussi ce que les surréalistes appellent le “hasard objectif”.

SD Est-ce que votre séjour à Toulouse en 2005, en tant qu’invité des Rencontres, fait partie de ce “hasard objectif” ?

JB D’une certaine façon. J’étais à trois mois du tournage, quand j’ai fait une découverte inattendue au Musée Saint Raymond : il y a là, une collection de statues de l’époque de Cléopâtre, unique au monde. J’ai pu voir tous les bustes de la génération de Marc Antoine, y compris ceux des femmes, ce qui a été déterminant pour moi, sachant qu’il n’existe aucun buste de Cléopâtre. Je me suis nourri de ces détails intimes. En voyant ces volumes, j’ai compris en partie, ce qu’étaient les relations entre les hommes et les femmes de ce temps, ce qu’était leur désir. Et puis, il s’est produit une chose proche du spiritisme. Il existe en France des centaines et des centaines de peintres inconnus qui ont fait des toiles splendides et qui montrent le côté kitsch de la peinture française, inséparable du mythe de Cléopâtre. J’ai étudié un tableau de Jean André Rixens qui se trouve dans le musée des Augustins de Toulouse. Ce tableau représente la mort de Cléopâtre, un des rares tableaux qui ne mentionne pas le serpent qui l’aurait mordue. C’est une vérité historique qui est représentée, car l’autopsie a révélé qu’elle s’était empoisonnée. Quand je suis allé voir le tableau, j’ai eu une autre surprise. En me tournant, j’ai aperçu un autre tableau qui n’avait rien à voir avec Cléopâtre, Le massage de Edouard Debat-Ponsan, qui montre une femme étendue, mais qui est imprégné de l’ambiance de l’époque de Cléopâtre. Je me suis inspiré, j’observe, et après, je dévore quelques “engram” de ce tableau pour le film. Ces rencontres en présentiel, après avoir étudié les tableaux en reproduction, ont été extraordinaires de richesse et de stimulation pour le film.

Cleopatra (2007) de Júlio Bressane.

Cleopatra (2007) de Júlio Bressane.

SD En quoi cette rencontre inespérée a-t-elle modifié le film ?

JB D’abord, cela a été un choc pictural et je me suis demandé quels traits de ces images j’allais transposer dans le film. Quelles parties des tableaux seraient présentes dans le film ? J’ai pu non seulement regarder, mais aussi toucher les bustes romains. Ceci m’a donné l’impression d’une durée que je n’ai pu expérimenter que dans le musée. En dépit du passage du temps, les bustes étaient présents ! Même l’oxygène paraissait solide ! La richesse, cachée, du passé. C’est une perception fantastique, une expérience de “déplacement” extraordinaire : la Grèce, Alexandrie et Rome en France ! à Tolosa !

Júlio Bressane à Toulouse, 2005

Júlio Bressane à Toulouse, 2005

SD Pourquoi cet intérêt si marqué pour les déplacements spatio-temporels des références culturelles ?

JB C’est la loi de la survivance de formes ! Quels traits sensibles du mythe survivent ? En quelles valeurs s’est-il transformé ? Quelles métamorphoses surgissent avec lui ? La loi centrale de la survivance est la transformation et le changement de valeurs et de sens !

SD Au cours de ces quinze années de recherches dans diverses disciplines, y compris le cinéma, quelle découverte a le plus stimulé votre capacité créative ?

JB Ce qui vous stimule, c’est la possibilité de toucher, de voir. La beauté est liée au désir sexuel. Ce sont les éléments visuels qui attirent votre pulsion scopique. Je compare un peu mon expérience de Cléopâtre avec l’histoire du Déjeuner sur l’herbe de Manet. Le tableau, présenté en 1863 au Salon des Refusés, a été exécré à cause de la curieuse économie qu’il présentait des relations que l’art entretient avec les différences en général et la différence sexuelle en particulier. D’où vient le tableau de Manet ? Il vient, disait Aby Warburg, d’une suite d’images qui a traversé le temps depuis un sarcophage romain qui représente le jugement de Pâris. A la Renaissance, Raphaël a fait sortir une ébauche de ce sarcophage qu’il a donnée à un de ces disciples, M. A. Raimondi, qui en a fait une gravure qui a circulé dans les ateliers d’Europe. Et l’on retrouve les mêmes gestes et postures dans le tableau de Manet. C’est un exemple de “loi formelle du déplacement” et aussi d’un parergon. Transporter un mythe du Ier siècle d’avant Jésus Christ qui a une longue tradition vers une culture où il n’existe pas, voilà quel était mon objectif. Je me souviens d’un écrivain français, Quatremere de Quincy, qui a beaucoup critiqué la politique culturelle de Napoléon, au nom du principe de “l’adhérence au sol”.

SD Comment, sur le tournage, se traduit le travail de vos recherches et de vos lectures ?

JB Je fais du cinéma d’improvisation, car tout ce que j’ai étudié me semble complètement épuisé. Il ne me reste qu’à improviser. Une phrase, une image, une idée, un mouvement m’a été donné et je m’en approprie avec liberté, sans cette timidité culturelle dont parle Emerson. Quand on s’approprie d’un thème, on le travaille en toute liberté de choix, et à l’écoute de son hasard de son inconscient. J’ai cherché à faire une succession d’images fantômes, d’images symptômes, à partir d’éléments de ma propre pathologie. La pathologie engendre le style...

Júlio Bressane à Toulouse, 2005

Júlio Bressane à Toulouse, 2005
Haut de page

Table des illustrations

Titre Júlio Bressane à Toulouse, 2005
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Cleopatra (2007) de Júlio Bressane.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Júlio Bressane à Toulouse, 2005
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Júlio Bressane à Toulouse, 2005
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2170/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Debs et Júlio Bressane, « Entretien avec Júlio Bressane »Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 103-107.

Référence électronique

Sylvie Debs et Júlio Bressane, « Entretien avec Júlio Bressane »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.2170

Haut de page

Auteurs

Sylvie Debs

Attachée de Coopération et d’Action Culturelle à l’Ambassade de France au Brésil, et Docteur en Littérature Générale et Comparée de l’Université de Toulouse, Sylvie Debs participe à des festivals (jury), suit des tournages, collabore à des revues, séminaires et événements culturels. Elle a publié des livres et des articles sur la culture populaire, le cordel, la littérature et le cinéma brésiliens et assure la programmation de films brésiliens dans des festivals. Elle enseignait la théorie de la communication à l’Université Robert Schuman de Strasbourg. En France, elle a publié Cinéma et littérature au Brésil, Les mythes du sertão : émergence d’une identité nationale (2002) et Brésil, l’atelier des cinéastes (2004).

Articles du même auteur

Júlio Bressane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search