Navigation – Plan du site

Un tigre de papier spécialement vrai nécessairement faux

Isleni Cruz Carvajal
Traduction de Michelle Ortuno
p. 119-123
Cet article est une traduction de :
Un tigre de papel especialmente verdadero, necesariamante falso

Résumés

Un tigre de papier, le dernier travail du cinéaste colombien Luis Ospina, est un essai sous forme de faux documentaire dont la réflexion porte sur l’histoire nationale des quarante dernières années, écho en partie de la politique mondiale et qui se reflète dans la vie et les mésaventures d’un tel Pedro Manrique Figuerroa, symbole d’une génération d’artistes qui tous finirent dans l’exclusion et le désenchantement après avoir passé leur vie à militer à gauche.

Haut de page

Texte intégral

1Après avoir exploré tous les outils du genre documentaire, étudié les possibilités de ses codes dans une trentaine de productions et après trois décennies passées à capturer avec une originalité impressionnante des fragments de présent et des impressions du passé, la carrière de Luis Ospina semblerait avoir atteint un sommet avec Un tigre de papier : synthèse d’innovations formelles et méthodologiques ainsi que point culminant, jusqu’à présent, en termes de transmission de la mémoire à la fois socioculturelle et politique, celle d’une génération de son pays. Que l’œuvre de cet auteur ait fini par déboucher sur l’essai et le faux documentaire ne fait de nouveau que souligner que – à l’instar des meilleurs créateurs du langage et de l’histoire audiovisuelle – les limites entre les genres ont fini par lui sembler trop étroites au regard de ses découvertes sur l’expressivité du langage et de son besoin de réflexion de plus en plus précise et complexe.

Un tigre de papel

Un tigre de papel

2En épurant également sa tendance bien connue à faire du collage, cette dernière œuvre d’Ospina compose, avec une grande quantité de matériaux différents, une sorte d’essai où le véritable sens de certaines expériences historiques d’une génération est révélé à travers des personnages-amis pour qui a été écrit une part du scénario, habilement construit au long de cinq épisodes inscrits dans la trajectoire politique de la Colombie, de 1934 à 1981, années qui correspondent à la vie romanesque d’un certain Pedro Manrique Figueroa, pionnier du collage dans son pays, dont le parcours politique et artistique est au cœur des interviews, mais dont on ne conserve pas une photo que l’on puisse tenir pour vraie. Dans la grande histoire, il s’agit d’un parcours qui va depuis la consolidation internationale des idées du socialisme/communisme jusqu’à leur échec issu des totalitarismes virulents. Parallèlement, dans la petite histoire, et en conséquence de la grande, il s’agit de l’évolution de millions d’individus, en Colombie et dans le monde, qui ont vécu d’abord dans la foi et le dévouement total jusqu’au plus douloureux des désenchantements. Mais l’auteur, dont les implications autobiographiques sont évidentes, tend vers un traitement par l’absurde plutôt que par la nostalgie.

3En posant la question de la mort des utopies pour une génération qui, il y a quarante ans, avait le sentiment et les raisons de croire qu’elle pouvait changer le monde, Un tigre de papier est, dans toutes ses dimensions, un questionnement du vrai et du faux: dans l’histoire, la politique, l’art et la représentation, dans sa forme même en tant que “documentaire” où les témoignages ont été écrits d’avance mais dont le contenu fait référence à des faits qui se sont réellement déroulés, bien que certains d’entre eux ne fassent que décrire avec une minutie toute scientifique des anecdotes qui n’ont jamais eu lieu sur un personnage qui n’a jamais existé.

  • 1 Luis Ospina dans « Notes du réalisateur » qui accompagne la diffusion pour la presse de Un tigre de (...)

4Et peut-être parce que l’inexistence du protagoniste permet autant de possibilités – toutes proportions gardées – que Macondo où il a pu se passer l’inimaginable, ainsi de façon significative Un tigre de papier est plus vrai que n’importe quel autre documentaire sur l’histoire de la Colombie de la deuxième moitié du siècle dernier. “En temps de troubles, les faux documentaires aident à développer des stratégies de réflexion, et deviennent non pas des contrepoints de fiction mais de vrais marqueurs de réalité; ils font partie d’une dialectique historique nourrie de vrai et de faux […] La figure de Pedro Manrique Figueroa est un mécanisme pour établir des conversations au sujet du passé dans un temps présent. En voulant faire un faux documentaire sur cet artiste, un représentant typique de l’art et de la politique en Colombie dans les années 60 et 70, je remets en question la validité ultime des événements historiques dont il est question, en projetant une suspicion systématique sur les pouvoirs techniques, pratiques et institutionnels de la création de réalités et leur crédibilité”1.

L’Histoire et le sens de l’absurde

Luis Ospina à Toulouse, 2004

Luis Ospina à Toulouse, 2004

5Même si on peut considérer dans une première approche que Un tigre de papier a comme fil conducteur la vie de Pedro Manrique Figueroa, né en 1934 et “disparu” en 1981, en réalité sa structure s’élabore à partir de quatre décennies d’histoire politique exposées en cinq étapes, et qui correspondent chacune – sauf la première – à une “couleur d’années”. Tout de suite après, le personnage semble un prétexte pour parcourir différents contextes géopolitiques et, simultanément, insérer une accumulation d’anecdotes représentatives du vécu d’une génération qui, après le temps de la désillusion, n’a vu d’autre solution dans la plupart des cas que celle la tournait vers un mysticisme qui finalement n’a eu de place nulle part.

6Le corps de ce travail provient d’un ratissage rigoureux aussi bien des archives historiques que des informations sur l’origine et les sources de l’histoire même, un thème qui renvoie de nouveau à la question sur la vérité et le mensonge dans l’histoire officielle dont on dit souvent qu’elle est l’histoire de celui qui l’écrit. Pour Ospina, alors, elle est aussi celle de celui qui la filme (et en fait le montage comme il l’entend, faudrait-il préciser). C’est pourquoi le témoignage de l’historien Arturo Alape devient essentiel lorsqu’il dit que “l’histoire se construit à partir d’une rumeur”. De la même façon, Pedro Manrique Figueroa est aussi une rumeur dont le souvenir permet l’expression des événements tels qu’ils furent vécus, ressentis ou subis, assez souvent par les gens interviewés eux-mêmes, qui sont, de fait, la personne même de Pedro Manrique Figueroa.

7L’ordre cardinal part de trois événements qui ont eu lieu au cours de l’année 1934, et qui sont particulièrement décisifs dans l’histoire des mouvements socialiste et communiste : Alexandre I de Yougoslavie est assassiné (par des terroristes croates), Mao Tsé Toung entreprend la Longue Marche qui libèrera définitivement la Chine de l’ancien régime et le Parti Communiste Russe impose de façon définitive aux écrivains la méthode du réalisme socialiste provenant des principes «de fidélité et de représentation artistique» du léninisme et du stalinisme. Le macro contexte de la conjoncture mondiale sera à son tour une ombre constante dans l’histoire officielle colombienne et par extension dans la vie hasardeuse – vie militante, artistique et affective – de Pedro Manrique Figueroa, né justement le 28 décembre 1934 et présent lors des événements les plus significatifs de l’histoire nationale – et parfois même internationale – au cours des décennies suivantes.

8Une des intentions d’Ospina est de suivre le schéma que certains livres adoptent lorsque, en faisant l’exposé de l’évolution d’un artiste, ils renseignent dans une colonne sa vie selon l’ordre chronologique et mettent en parallèle dans une autre les faits historiques marquant cette même période. Le scénario de Un tigre de papier, en plus de ces deux “colonnes”, développe une grande quantité de parenthèses épisodiques complémentaires qui fonctionnent comme des révélateurs de la culture colombienne – et latino-américaine, d’après les remarques de Patricio Guzmán à propos de ce travail – et qui ne sont plus exactement en rapport avec l’histoire mais plutôt avec une façon particulière de la vivre. Et c’est dans cette dimension qu’intervient avec une juste lucidité ce sens raffiné de l’absurde propre à l’auteur.

  • 2 Entretien de Luis Ospina avec Santiago Andrés Gómez et Carlos Eduardo Henao pour la revue Kinetosco (...)

9Comme il le dit lui-même, Un tigre de papier est aussi une comédie : “une comédie documentaire”2.

De l’amour à la mémoire

10Les “Années Zéro” se situent entre 1934 et 1952 et prennent comme point de départ l’assassinat de Jorge Eliécer Gaitán en 1948, élément déclencheur d’une crise politique grave en Colombie. Pedro Manrique Figueroa avait été témoin des faits, d’après le témoignage d’Arturo Alape qui est un des historiens les plus reconnus dans le pays. Les “Années Rojas” se situent entre 1952 et 1957 et se focalisent sur le dur affrontement entre conservateurs et libéraux, qui sont respectivement des extensions de la droite (nazisme) et de la gauche (socialisme/communisme).

11On pourrait affirmer que les “Années Rouges”, entre 1957 et 1968, constituent le premier noyau de la structure; il s’agit en effet de l’épisode le plus élaboré en matière idéologique, culturelle, plastique et géopolitique (et ces années correspondent en plus aux trente ans du protagoniste et de plusieurs personnes interviewées). Le début de cette partie donne à voir un portrait plus intime de Manrique ainsi que son rôle en tant qu’artiste plasticien engagé dans la critique sociale, et en passant, impliqué dans le mouvement “nadaísta” mené par le poète Gonzalo Arango et que l’on découvre dans des archives de la télévision, ainsi que plusieurs personnages représentatifs de la vie artistique et socioculturelle de ces années-là. Une deuxième partie est centrée sur la fièvre révolutionnaire, amplifiée par l’influence de Cuba, dont la propagande est également utilisée comme images d’archives, mais dans ce cas, la sélection et le montage sont faits de telle sorte que la réalité historique finit par devenir comique. Pour conclure cette période, Un tigre de papier voyage de Bénarès jusqu’à New York, en passant par la Russie, la Roumanie, Londres, la France et Pékin, cette dernière ville permettant d’introduire les premiers désaccords de Manrique avec l’idéologie communiste: ses collages sont interdits dans la Chine maoïste car jugés profanes.

12La crise deviendra plus aiguë entre 1968 et 1974, durant des “Années Rose” – Rosa Luxembourg en est l’inspiratrice – qui racontent d’une part la relation de Pedro Manrique avec les femmes et d’autre part, l’affrontement de son œuvre plastique avec l’imposition du réalisme socialiste, affrontement qui devient le paradigme de ce qu’ont vécu des milliers de créateurs qui, à cause de l’absence de critères clairs et sensés au sujet de l’existence et du rôle de l’art, ont vu leur travail interdit ou interrompu, avant ou après leur expulsion du Parti Communiste. Ces événements seront considérés comme le début des “Années Noires” – entre 1974 et 1981 – durant lesquelles les anciens militants de gauche désenchantés se tourneront vers le mysticisme ou vers le mouvement hippie.

13Le dernier collage dont on aura trace s’appelle Au diable Mao ! (1976). La légende du protagoniste finit sur la rumeur d’une éventuelle donation de son propre corps au Musée National de Colombie, sans que pour autant ses services administratifs aient réussi à comprendre comment il a pu se transformer en cette momie retrouvée un beau jour sans identification au milieu des œuvres de la collection. Tout de suite après, le film se termine – comme dans différentes productions de ce cinéaste – en insistant sur le rôle prépondérant de la mémoire, considérée comme le contenu le plus sacré que nous ayons dans le présent: Pedro Manrique Figueroa n’existe que dans les fragments de souvenirs qui ont permis de construire ce collage intitulé Un tigre de papier. Une composition qui, si l’on considère les différents registres du passé, est si riche que l’auteur ne peut qu’accorder un crédit véritable aux différents techniciens anonymes qui nous ont légué leurs images: de minuscules bouts d’Histoire optimisés par Luis Ospina non pas pour en faire une reconstruction linéaire mais surtout pour exprimer comment cette histoire se manifeste à travers nos vies.

Haut de page

Notes

1 Luis Ospina dans « Notes du réalisateur » qui accompagne la diffusion pour la presse de Un tigre de papier.

2 Entretien de Luis Ospina avec Santiago Andrés Gómez et Carlos Eduardo Henao pour la revue Kinetoscopio, n°80, Medellín, septembre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Un tigre de papel
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Luis Ospina à Toulouse, 2004
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isleni Cruz Carvajal, « Un tigre de papier spécialement vrai nécessairement faux », Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 119-123.

Référence électronique

Isleni Cruz Carvajal, « Un tigre de papier spécialement vrai nécessairement faux », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2191 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2191

Haut de page

Auteur

Isleni Cruz Carvajal

Journaliste d’origine colombienne vivant en Espagne, où elle est également enseignante et chercheuse.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals