Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Clairs-obscurs du court métrage a...

Clairs-obscurs du court métrage argentin

Œuvres, auteurs et tendances entre 1995 et 2007
Paulo Pecora
Traduction de Aurélie Verwilghen
p. 124-134
Cet article est une traduction de :
Claroscuros del cortometraje argentino [es]

Résumés

La situation actuelle du court-métrage argentin pourrait être comparée – pour l’abondance des propositions et les difficultés qu’affrontent les réalisateurs – à celle que le format a connu dans les années 50 : une production importante qui ne trouve pas l’espace de diffusion, ne parvient pas au public et ne récupère pas l’investissement économique. Les cinéastes poursuivent ses efforts avec beaucoup de talent et d’imagination. C’est l’art de l’autogestion, de la petite entreprise.

Haut de page

Texte intégral

Una tango (2007 ) de Fernando Cricenti

Una tango (2007 ) de Fernando Cricenti

1Amateurs ou professionnels, adeptes du récit classique ou expérimentaux à outrance, les auteurs de courts métrages argentins agissent en totale indépendance. Ils sont capables de transformer la pauvreté de moyens en potentiel créatif, les limitations diverses en vertus esthétiques et les aléas de la production, ainsi que le faible soutien de l’État, en autant d’éléments dont les effets bénéfiques se font ressentir sur le résultat final. Originalité, diversité, autogestion, en plus d’une reconnaissance internationale, caractérisent les courts métrages filmés en Argentine ces douze dernières années.

Primera nieve (2006 ) de Pablo Agüero

Primera nieve (2006 ) de Pablo Agüero

En cours de tournage

2La lumière du projecteur découpe les ombres des arbres qui s’étirent sur l’herbe, comme s’il s’agissait de la lune éclairant l’entrée d’un bois fantomatique. Là, une jeune fille gît inanimée sur le sol, entre les ombres, endormie ou évanouie, tandis que le directeur de la photographie et ses assistants avancent vers elle avec une prudente lenteur. Nous sommes sur le tournage de bouts d’essai pour Ausencias, un projet de long métrage que Milagros Mumethaler poursuit depuis un an, avec des soutiens internationaux.

3Lauréate de nombreux prix avec ses courts métrages El patio, Cape Code et Amancay, elle n’est que la partie visible d’un gigantesque iceberg composé d’un nombre de plus en plus important de cinéastes qui tournent des courts métrages en Argentine.

4À l’instar de Pablo Trapero, Julia Solomonoff, Juan Villegas, Néstor Frenkel, Luis Ortega, Albertina Carri, Ezequiel Acuña, Lucía Cedrón, Hernán Sáez, Ariel Rotter, Celina Murga et Alexis Dos Santos, parmi bien d’autres, Mumenthaler fait partie d’un groupe de plus en plus nombreux de cinéastes qui sont passés du court au long métrage, ou qui – comme elle – sont sur le point de le faire.

5Cela ne signifie nullement qu’ils considèrent le genre comme une période de transition ou un tremplin pour atteindre le statut de cinéaste. Certainement pas. L’essor et la vigueur dont il fait preuve depuis des années, ont fait du court un espace aux valeurs esthétiques propres et un domaine propice à l’expérimentation et à l’essai cinématographiques.

6Même s’il est très difficile d’obtenir un chiffre exact, on estime qu’il y a aujourd’hui 17 000 étudiants de cinéma dans le pays, ce qui implique un nombre équivalent d’auteurs de courts potentiels.

7Depuis le milieu des années 1990, l’accès aux nouvelles technologies digitales, la démocratisation des outils d’enregistrement et de montage, et la prolifération des écoles, ont favorisé le travail des nouveaux cinéastes, mais aussi d’auteurs chevronnés comme Ricardo Becher, Claudio Caldini ou Jorge Polaco.

8Les années 1995-2007 constituent une période de rénovation esthétique, dont les répercussions se sont fait sentir sur les types de productions, et qui a eu pour premier représentant Historias breves, pépinière de talents et embryon d’un courant de rénovation connu sous le nom de Nouveau Cinéma Argentin.

9C’est de là qu’ont surgi des auteurs qui ont mis en pratique de nouvelles façons de produire, de filmer, et de dire les choses. Lucrecia Martel, par exemple, a commencé à dessiner dans Rey muerto un univers marqué par les contradictions morales et culturelles de sa Salta natale, qu’elle allait développer ensuite dans La ciénaga et La niña santa. D’autres auteurs de courts métrages qui se sont fait connaître à travers le film Historias breves pour ensuite contribuer à donner un nouveau souffle au cinéma argentin sont Adrián Caetano, Bruno Stagnaro, Jorge Gaggero, Sandra Gugliotta, Ulises Rosell, Andrés Tambornino et Daniel Burman.

10L’évolution du genre au cours de la période a été considérable, tant sur le plan des moyens de production, plus souples et économiquement viables, que sur le plan des thématiques, plus diverses et inattendues, fondées sur des histoires originales et une grande diversité dans les esthétiques mises en pratique pour les raconter. Armés de leur seul talent, de leur imagination et de leur obstination, les réalisateurs se sont frayé un chemin dans un domaine créatif jusqu’alors laissé à l’abandon par le manque d’intérêt, les préjugés et le mépris.

11S’il est vrai qu’aujourd’hui encore, la gestion de l’Institut National du Cinéma et des Arts Audiovisuels (Incaa) apparaît insuffisante, elle a tout de même contribué à ce changement en soutenant divers concours et festivals, ainsi que la production de Historias breves et la création de la Nuit du Court métrage.

12Malheureusement, et malgré son développement, les propriétaires de salles considèrent toujours le court métrage comme un format difficile pour le public. C’est la raison pour laquelle il possède très peu de canaux de diffusion et de distribution commerciale, ce qui le condamne à un retour sur investissement nul. Le manque d’intérêt pour voir des courts résulte en grande part de la faible distribution dont ils sont l’objet, ainsi que du non respect systématique de la Loi Cinématographique n° 24 377 qui, dans son article 46, rend “leur diffusion et distribution dans les salles obligatoire”.

13Pourtant, malgré les difficultés qu’il rencontre dans le pays pour atteindre un niveau de diffusion à la mesure de son importance, le court argentin traverse une bonne passe à l’étranger, comme le montrent les prix obtenus à Cannes par El hombre sin cabeza (L’Homme sans tête, Juan Solanas), Primera nieve (Pablo Agüero), Ge y Zeta (Gustavo Riet) et Ahora todos parecen contentos (Gonzalo Tobal).

El guante (2001) de Juan Pablo Zaramella

El guante (2001) de Juan Pablo Zaramella

Étudiants et amateurs

14“En Argentine, les courts sont généralement produits dans le cadre d’institutions. Ils voient le jour en tant qu’outil d’apprentissage et qu’exercice académique dans les écoles de cinéma. Un tel système de production implique une double condition : le court est à la fois une pratique amateur et un espace d’expérimentation en marge des impératifs commerciaux”. C’est ce que déclare Daniela Goggi, ancienne étudiante aujourd’hui enseignante à la FUC.

15La FUC et l’Enerc, tout comme de nombreuses autres écoles, fonctionnent comme des centres de production et de soutien aux étudiants, auxquels ils fournissent caméras, projecteurs, outils pour la prise de son et la postproduction, afin qu’ils puissent tourner leurs courts, en plus des contacts nécessaires à leur diffusion locale et internationale.

16Pour fêter ses 15 ans d’existence, la FUC a publié en 2005 un DVD avec 23 courts de ses étudiants les plus remarquables. On y trouve des films tels que Rutas y veredas (Juan Villegas), Nosotros (Rodrigo Moreno), Derecho viejo (Mariano Llinás), 100 % lana (Ariel Winograd), Una forma estúpida de decir adiós (Paulo Pécora), Cantautor (Emiliano Romero) et El nexo (Sebastián Antico).

17De son côté, l’Enerc a fait de même en 2006 et a publié en DVD une sélection de travaux comme El secreto de la sangre (María Andino), La vanidad de las luciérnagas (Gabriel Stagnaro), Trillizas propaganda (Fernando Salem), Los visitantes (Lautaro Brunatti) et Se comen la cosecha (Fabián Cristóbal).

18Réalisatrice du long métrage Vísperas, Daniela Goggi signale que “rares sont les courts qui bénéficient d’un financement commercial, ce qui est sans aucun doute lié à la rareté des canaux de distribution et de diffusion qui existent dans le pays. C’est pourquoi il me semble que le court est toujours une expérience underground, de résistance et de désir”.

19Auteur des courts Pueblo Chico, Caribe et Guiños, et membre du collectif “La nave de los sueños”, qui organisait le Festival Sueños Cortos, le journaliste et cinéaste Martín Wain estime que “la première difficulté à laquelle se heurte le court est sa condition de film amateur, parce qu’en tant que tel, il ne possède pas les moyens de rentrer dans ses frais.”

20En général, et à quelques exceptions près dans les domaines de la publicité et du vidéo clip, le court en Argentine est réalisé sans aucune forme de rétribution matérielle. “En plus des faveurs qu’il faut demander pour pouvoir tourner un court sans argent, il est nécessaire de disposer de beaucoup de temps et d’avoir la ferme conviction de mener le court à son terme ; c’est la seule façon d’arriver à le faire, parce que les obstacles sont permanents”, indique Wain.

21La réalisatrice Adriana Yurcovich, dont le court en 35 millimètres Un vaso de soda est l’un des dix travaux qui font partie de l’édition 2007 de Historias breves, pense qu’”il est difficile de former une équipe de gens qui travaillent sans être payés pour le faire, car ils ont besoin de consacrer la majeure partie de leur temps à gagner leur vie. Ainsi, on finit par monter un projet étriqué, afin de s’adapter à ces conditions. Et pour couronner le tout, les possibilités de diffusion sont très rares.”

Lapsus (2007) de Juan Pablo Zaramella

Lapsus (2007) de Juan Pablo Zaramella

Espaces et écrans

22Il existe dans le pays un réseau de plus en plus vaste de programmations, cycles et festivals. Un des concours qui réserve au court un espace de choix est le Festival du Cinéma Indépendant de Buenos Aires (Bafici). En plus de la compétition internationale, on y organise des rétrospectives de cinéastes (Julia Solomonoff, Juan Pablo Zaramella, Matías Guitler, Juan Ramón Ojuez, Martín Mainoli, Daniela Cugliandolo et Paulo Pécora), et c’est sur ses écrans que sont sortis des courts comme Bajo figuras (Inés Braun), Diego la silla (Pablo Mazzolo), Violeta (Nicolás Alvarez), Sobre la tierra (María Florencia Alvarez), Guacho (Juan Minujín) et La sombra (Nicolás Tuozzo). Le Bafici diffuse également des œuvres de réalisateurs argentins qui tournent à l’étranger, comme Ana Fresco, Alexis Dos Santos, Jorge Gaggero, Nicolás Pucciarelli, Andrés Muschietti, Pablo Agüero, Federico Martini Crotti et Juan Flesca.

23De son côté, le Festival de Cinéma de Mar del Plata offre dans sa section “Le regard intérieur” un espace de choix aux courts produits dans tout le pays. Dans sa dernière édition, il a diffusé des courts comme Al sol en bici (colectivo Humus), Sirenas (Iván Fund) et Impossibility (Marcelo Obregón). Mais les meilleurs courts se retrouvent dans la section de la compétition intitulée “À venir”, comme ce fut le cas de El amor a las cuatro de la tarde (Sebastián Alfie), In golf we trust (Pablo Mazzeo y Gustavo Kaplan), La escalera Benzer (Martín Deus) et Puertas adentro (Martín Carranza).

24C’est aussi à Mar del Plata qu’a lieu le Festival de Cinéma Indépendant (Marfici), qui possède une riche compétition de courts argentins. Dans son édition de 2007, il a organisé des rétrospectives autour de trois maisons de production indépendantes spécialisées dans les courts et longs métrages de terreur et de science fiction : Farsa Producciones, avec des œuvres de Hernán Sáez, Pablo Parés, Walter Cornás, Paulo Soria y Berta Muñiz ; Kiwi Producciones, avec des films de Damián Leivovich et Juan Cruz Varela ; et Crepusculum, avec des courts de Gabriel Grieco.

25Afin de récompenser le meilleur de tous les films primés dans ces différents festivals, ainsi que dans d’autres, l’Incaa a créé la Nuit du Court métrage, au cours de laquelle un jury et le public décernent le prix du meilleur film de l’année, assorti d’un gonflement en 35 millimètres, et de sa diffusion dans des salles soutenues par l’Incaa. Pour l’édition de 2007, le prix a été remporté par Amor autoadhesivo, de Leticia Christoph et Pablo Barbieri.

26D’autres canaux de diffusion pour le court sont les programmations et les cycles organisés par la Bibliothèque Nationale, le Centre Culturel Ricardo Rojas, l’Institut Goethe, le Musée d’Art Moderne (Mamba), le Musée d’Art Latino-américain (Malba), et le Centre Culturel Hugo del Carril à Córdoba.

27Pourtant, et malgré leur nombre, tous ces espaces de diffusion ne parviennent pas à résoudre l’absence de rentabilité économique de ces films, qui génèrent des frais de production rarement couverts.

Télévision

28L’essor d’une production de plus en plus dynamique, ainsi que le prestige et les prix que certains réalisateurs ont obtenus à l’étranger, ont permis au court métrage d’attirer sur lui l’attention de nombre des principales chaînes de télévision argentines.

29Sur la télévision gratuite – où il n’existait pas la moindre possibilité de projeter un court – la chaîne Telefé organise chaque année un concours national de courts métrages afin de les insérer dans sa grille de programmes, tandis que sur le câble, de tels programmes se sont multipliés sur des chaînes comme I-Sat, Canal (á), Volver, TNT, l’ancienne Ciudad Abierta et AXN.

30“S’il est vrai que la diffusion de courts sur le câble existe depuis des années, l’apparition de Telefé Cortos a marqué un fort essor de leur diffusion”, signale Federico Huber, producteur artistique de l’émission. “Ce programme – ajoute-t-il – a entraîné la création de nombreux concours et a ouvert dans la télévision gratuite un espace qui auparavant était pratiquement inexistant pour le court métrage argentin.”

31Parmi les courts diffusés par Telefé Cortos, on trouve El patio, de Milagros Mumenthaler, Cam 810, de Enrique Meziat, Dog Me Again!, de Javier Rodríguez et Manuel Martí, El ángel de Dorotea, du dessinateur et cinéaste Juan Matías Loiseau, La cita, de Hernán Guerschuny, Dosis, de Fabián Forte, et La semilla, de Gianfranco Quattrini.

Viaje a Marte (2004) de Juan Pablo Zaramella

Viaje a Marte (2004) de Juan Pablo Zaramella

Des dettes qui courent

32Malgré l’espace gagné sur la télévision gratuite, et celui qu’il a obtenu et dont il bénéficie depuis quelque temps sur le câble dans des émissions comme Cortocircuito, A cara de perro, Cortos-copía, El acomodador et Cortos I-Sat, de nombreux réalisateurs se plaignent du fait qu’ils ne reçoivent pas le moindre subside en retour de l’utilisation que fait la télévision de leurs courts.

33“On voit fleurir les émissions qui diffusent des courts gratuitement, ou, pire encore, sans l’accord des réalisateurs. Je peux concevoir qu’un réalisateur qui tourne son premier court soit prêt à le diffuser gratuitement parce qu’il a besoin de se faire connaître, mais il me semble malsain que l’on spécule à partir de cette situation”, accuse Juan Pablo Zarmella, réalisateur reconnu de courts d’animation et lauréat de nombreux prix avec des œuvres comme El guante, Viaje a Marte et Lapsus.

34De son côté, Daniel de la Vega, spécialiste du film de terreur et auteur de courts comme Sueño profundo, La última cena et El martillo, a affirmé que “le meilleur espace de diffusion en termes de public pour le court métrage a toujours été la télévision par câble. Mais de tels programmes n’existent que grâce au fait qu’ils sont produits à très faibles coûts et qu’en Argentine, personne ne paie pour passer un court métrage.”

35Selon Wain, “le court est de plus en plus prisé comme contenu, mais les responsables de programmation de la télévision éludent un problème fondamental : l’argent. Pourquoi paient-ils des milliers de dollars pour diffuser un long métrage, et rien quand il s’agit de courts ?”

Le rôle de l’État

36En Argentine, il n’existe pas pour l’heure de politique étatique solide et soutenue en ce qui concerne le court métrage. L’Incaa, l’organisme le plus important du pays dans le soutien au secteur audiovisuel, prend en charge des actions qui pour certains cinéastes s’avèrent insuffisantes et ont pour but de masquer l’absence de vision à long terme sur le sujet.

37Pour le président de l’Incaa, Jorge Álvarez, “la politique de l’État envers le court métrage représente un soutien sans précédent. Nous avons lancé une politique d’aide à travers un département de conseil, d’appui et de diffusion. Le court est très important, mais il ne bénéficiait pas d’un puissant soutien de l’État. Nous sommes en train de le mettre en place.”

38Il est vrai que l’Incaa produit chaque année, depuis 1994, une série de courts métrages en 35 millimètres, qu’il diffuse ensuite dans les salles commerciales en les regroupant sous la forme d’un long métrage intitulé Historias breves. Il est tout aussi exact qu’il offre son soutien à des concours qui promeuvent la production de courts, et que depuis quatre ans il organise la Nuit du Court métrage.

39Malgré tout, ces efforts se trouvent ternis par le non respect systématique de la Loi Cinématographique, qui stipule l’obligation de diffuser des courts dans les salles au début de chaque séance. C’est pourquoi Martín Wain estime que “le respect de la loi, tout comme la possibilité de réglementer l’activité, sont des thèmes toujours négligés. Pourtant, on constate un plus grand intérêt pour le court, à travers un renforcement du secteur de l’aide à la production mis en place par Rubén Bianchi en 2002.”

40“Les institutions doivent soutenir les courts même s’il est très difficile qu’ils soient rentables sur le plan commercial. Il faut mettre en place une politique culturelle claire, autour de ces expressions périphériques qui en ont le plus besoin”, affirme le réalisateur originaire de Rosario Gustavo Galuppo.

41Hernán Guerschuny est l’un des directeurs de la revue Haciendo cine, qui programme le cycle “El independiente” et organise le Festivel 64 Film Festival. Il est également cinéaste : il prépare le tournage de El Crítico, son premier long métrage, et il vient de gagner un prix lors du dernier AXN Film Festival avec son court La cita. Selon lui, “la loi n’est pas respectée et passe après les intérêts économiques, car le fait de programmer des courts en salles enlève autant de possibilités de vendre des espaces publicitaires”.

42Ignacio Masllorens, auteur de nombreux clips et courts métrages (parmi lesquels 1999 et Trasatlántica), va encore plus loin en affirmant que “l’État n’a jamais eu de véritable politique en matière d’aide à un cinéma indépendant et audacieux. On considère le cinéma comme quelque chose qui doit rapporter de l’argent, davantage que comme un art.”

Quelques petites œuvres majeures

43Il serait impossible de passer en revue tous les courts réalisés dans le pays ces 12 dernières années. Cependant, il apparaît utile d’en mentionner certains, qui ont été à l’origine du regain de vigueur de ce format sur le plan local et international. Parmi eux se trouvent Cuesta abajo (Adrián Caetano), Guarisove (Bruno Stagnaro), La prueba (Diego Lerman), Ratas (Diego Sabanés et Dieguillo Fernández), Más quel mundo (Lautaro Nuñez de Arco), Furia Siniestra (Ana Fresco), Nostalgia en la mesa 8 (Andrés Muschietti), Medianeras (Gustavo Taretto), Tiempos modernos (Simón Franco), Una Tango (Fernando Cricenti) et Gorgonas (Salvador Sanz).

44Un cas à part est celui des films collectifs Mala época, produis par la FUC avec des courts de Nicolás Saad, Rodrigo Moreno, Salvador Roselli et Mariano De Rosa ; Casi ángeles, avec des courts de l’Université de La Plata ; et 18-J, un projet doté d’un important budget pour lequel dix cinéastes ont réalisé des courts sur l’attentat contre l’AMIA, qui a eu lieu à Buenos Aires en juillet 1994. Le film a été étudié par des élèves de l’Enerc dans l’ouvrage Voces de la memoria, un des rares travaux à prendre le court métrage comme objet d’analyse critique.

Artistes expérimentaux

45Il existe dans le pays un groupe d’auteurs qui font le choix de l’expérimentation et de la recherche d’un langage personnel pour s’exprimer. Parmi les plus connus se trouvent Claudio Caldini, Goyo Anchou, Gabriela Golder, Graciela Taquini, Andrés Denegri, Marcello Mercado, Gabriel Boschi, Jorge La Ferla, Gustavo Galuppo et Ernesto Baca.

46Ils se distinguent par leur réflexion sur les possibilités du langage filmique, en prenant soin d’éviter les conventions esthétiques ou narratives afin de mettre en place des univers audiovisuels singuliers, uniques. Ils font partie d’un courant lié à la vidéo, au Super 8, à la musique et aux arts plastiques, qui impose d’autres signifiés à la grammaire habituelle du cinéma.

47Caldini – sans doute le plus remarquable parmi ces artistes expérimentaux – a innové sur le plan de la forme et de la narration, et a influencé de nombreux réalisateurs. Auteur de nombreux courts, parmi lesquels se distinguent plus particulièrement Ofrenda, Heliografía et Film-Gaudí, Caldini estime que “les limitations de tous ordres se transforment en autant de possibilités et stimulent l’imagination. Le court n’est pas un genre, mais représente la possibilité de se passer des catégories institutionnalisées. Le court est spontanéité, expérimentation, précision et musicalité.”

48Gustavo Galuppo, dont l’œuvre est fondée sur l’appropriation d’images d’autres films et l’utilisation de dispositifs d’enregistrement amateurs, pense que “faire du court implique d’être conscient (et d’accepter) de ne pas avoir accès aux circuits commerciaux de diffusion. Dans le secteur expérimental – ajoute-t-il – de tels circuits n’existent même pas.”

49Dirigé par Ricardo Becher et Tomás Larrinaga, le Néoexpressionisme Digital est un collectif de cinéastes et d’artistes qui partagent une même conception du cinéma fondée sur la “recherche de l’essence de la réalité”, à partir de son enregistrement en vidéo et d’un complexe travail de montage. Intuitifs, spontanés et opposés au naturalisme, les néoexpressionistes ont réalisé des courts comme Herencia, Surfly et Morir en otoño, dans lesquels ils jouent la carte de l’exaltation de la couleur et de l’altération des formes.

50“Pour moi, il est indispensable que chaque œuvre possède son autonomie linguistique et fasse preuve d’originalité sur le plan de l’expression. Je suis convaincu que les limitations matérielles ne sont pas un problème, c’est pourquoi je les mets au service de mes convictions”, affirme Baca, un des artistes expérimentaux les plus intéressants de ces dernières années. Auteur des longs métrages Cabeza de palo, Samoa et Semen, et de la série de courts métrages Música para astronautas, Baca déclare faire du cinéma “par nécessité expressive. Le court métrage est un espace qui permet d’expérimentation des idées sur le cinéma. Chaque film est différent, mais le cinéma – assure-t-il – est toujours une machine à voyager.”

Amancay (2006) de Milagros Mumenthaler

Amancay (2006) de Milagros Mumenthaler

L’énigme Lumière

51Pour Tetsuo Lumière, “un court métrage peut tout être, sauf quelque chose d’ennuyeux.” Acteur et cinéaste au talent surprenant et discret, Lumière est l’auteur et le protagoniste de plus de 20 courts et du long métrage TL-1: mi reino por un platillo volador. Il possède le don de transformer en idées brillantes le manque absolu de moyens économiques et développe un style extrêmement ludique et visuel, qui s’inspire de gags, de formes et de personnages de la comédie slapstick et de la bande dessinée.

52Autodidacte, il a commencé à tourner en 1992 avec une caméra domestique qu’on lui avait prêtée. “Mon cinéma est artisanal, économiquement pauvre, mais c’est surtout un cinéma de l’urgence”, affirme Lumière, une sorte d’Ed Wood argentin. Tous ses courts – Páginas doradas, Inferno, Luna de miel et Mi amigo dinosaurio, pour citer les plus audacieux et les plus amusants – portent la marque prononcée de la présence de leur auteur, repérable dans l’humour, la fantaisie, la surprise et un fort parti pris en faveur du rythme chorégraphique et visuel.

53Malgré la précarité de ses moyens, le cinéaste reste optimiste et suggère : “Quitte à être pauvres, soyons le plus pauvres possible. Je profite de ma pauvreté actuelle, parce que c’est la seule chance que j’ai de faire des choses que je n’aurais peut-être pas le courage de faire si j’avais de l’argent.”

Historias breves (2004) de Daniel Bustamante

Historias breves (2004) de Daniel Bustamante

En guise de conclusion

54La situation actuelle du court métrage argentin pourrait être comparée – du fait de l’abondance des propositions et des difficultés auxquelles sont confrontés les réalisateurs – à la situation qu’a connue ce format dans les années 50 : une production de plus en plus abondante et diversifiée qui malheureusement ne trouve pas l’espace de diffusion qu’elle mériterait, pas plus qu’elle ne parvient pas à atteindre un public nombreux, ou à obtenir les investissements matériels dont elle a besoin.

55Les cinéastes continuent de s’efforcer de mener à bien leurs projets comme ils peuvent, avec ce qu’ils ont sous la main, et surtout avec beaucoup de talent et d’imagination. C’est l’art de l’autogestion, de la petite entreprise où le réalisateur est, dans bien des cas, son propre producteur, son propre directeur de la photographie et, malheureusement, son propre public.

Haut de page

Bibliographie

José Agustín Mahieu, Historia del cortometraje argentino, Santa Fe, Editorial Documento, 1961.

Horacio Bernades, Diego Lerer, Sergio Wolf et autres membres de la Fipresci Argentina, Nuevo Cine Argentino. Temas, autores y estilos de una renovación, Buenos Aires, Ediciones Tatanka, 2002.

Fernando Martín Peña et autres, Generaciones 60/90. Cine argentino independiente, Buenos Aires, Fundación Eduardo F. Costantini, 2003.

Gonzalo Aguilar, Otros mundos. Un ensayo sobre el nuevo cine argentino, Buenos Aires, Santiago Arcos Editor, 2006.

Paulo Pécora, “¿De qué hablamos cuando hablamos de Súper 8 en Argentina?”, Barcelona, Projeccions de Cinema, n° 5, 2002-2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Una tango (2007 ) de Fernando Cricenti
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Primera nieve (2006 ) de Pablo Agüero
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre El guante (2001) de Juan Pablo Zaramella
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Lapsus (2007) de Juan Pablo Zaramella
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Viaje a Marte (2004) de Juan Pablo Zaramella
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Amancay (2006) de Milagros Mumenthaler
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Historias breves (2004) de Daniel Bustamante
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulo Pecora, « Clairs-obscurs du court métrage argentin »Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 124-134.

Référence électronique

Paulo Pecora, « Clairs-obscurs du court métrage argentin »Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cinelatino.2208

Haut de page

Auteur

Paulo Pecora

Est né à Buenos Aires, Argentine, en 1970. Il est cinéaste et travaille également comme journaliste cinématographique. Il a écrit, réalisé et produit plus d’une vingtaine de courts métrages et de vidéo-clips, notamment Siemprenunca, Oscuro, ainsi que Áspero, 8cho et Una forma estúpida de decir adiós, qui ont gagné divers prix. Il a remporté en 2007 le prix Signis du meilleur court métrage latino-américain. Il termine actuellement la postproduction de El sueño del perro, son premier long métrage.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search