Navigation – Plan du site

Nouvelles technologies et art colombien : entretien au collectif Fantasmas

Diana Rojas-Bannery
Traduction de Aurélie Verwilghen
p. 139-148
Cet article est une traduction de :
Nuevas tecnologías en el arte en Colombia: entrevista al Colectivo Fantasmas

Résumés

La rencontre avec le Collectif Fantasmas, (Bogotá) révèle l’entrée des nouvelles technologies dans l’art colombien, faisant d’Internet un outil et mode d’expression. L’appropriation de ces médias a permis à ces jeunes artistes d’entamer une réflexion sur le multimédia ainsi qu’une recherche sur l’espace urbain et l’expérimentation sensorielle.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur remercie Javier Trujillo (étudiant en journalisme à l’Université Javeriana de Bogotá) et les membres du Collectif Fanstasmas pour leur collaboration.

Texte intégral

  • 1 Artbo : IIIe Exposition d’Art Moderne et Contemporain, Corferias, Bogotá, du 18 au 22 octobre 2007.
  • 2 La Otra : Ier Salon d’Art Contemporain, Canal Ramírez Antares, Bogotá, du 18 au 23 octobre 2007.
  • 3 Netart : Exposition en ligne, Musée Banco de la República, Bogotá, du 5 septembre 2007 au 5 mars 20 (...)

1Au mois d’octobre dernier, alors que je visitais Bogotá, la capitale colombienne, j’observais l’incroyable effervescence artistique de la ville. La Faculté des Arts Visuels de L’Université Javeriana fêtait son dixième anniversaire, et une longue liste de galeries nationales et internationales exposait dans l’espace de Corferias (Centro Internacional de Negocios y Exposiciones)1. Au long de ce parcours parmi les acteurs de la scène multimédia de Bogotá, j’ai découvert La Otra2, un salon d’art contemporain dont les locaux sont situés dans une ancienne imprimerie lithographique reconvertie. Mais mon attention s’est arrêtée sur l’exposition d’art en ligne du Musée Banco de la República, à Bogota: Netart3. Elle regroupait une sélection de 25 artistes colombiens “dont les projets vivent à travers Internet, média premier de création, de participation, de transmission ainsi que de consommation de l’œuvre, et qui sont conceptuellement structurés selon les caractéristiques de ce même média” (Netart).

Carlos Osuna, Leonardo González et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

Carlos Osuna, Leonardo González et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

2Le phénomène émergent des nouvelles technologies dans l’art en Colombie, qui englobe des disciplines telles que l’art-vidéo ou la performance, se développe notamment grâce à l’avènement d’Internet. La plasticienne colombienne Adriana Marmorek, qui a exposé à Corferias, considère la vidéo comme un outil permettant d’analyser les phénomènes médias actuels.

3Progressivement, ces créateurs d’images s’approprient de nouveaux espaces tels qu’Internet pour exposer leurs œuvres, mais l’ouverture de galeries est également à l’ordre du jour, ainsi que les festivals, sans parler de la ville en soi, source intarissable de dispositifs artistiques. On notera l’intérêt pour l’interactivité avec le public, l’utilisation de nouveaux outils scénographiques et conceptuels ainsi que l’interactivité technologique avec des expériences temporelles et spatiales.

4L’entretien a été réalisé dans les locaux du Collectif Fantasmas. Carlos Osuna (cinéaste et artiste visuel), Alejandro Quintero (musicien et écrivain) et Leonardo González (architecte et VJ) jouent un rôle clé sur la nouvelle scène artistique de Bogotá.

Diana Rojas Comment le projet du Collectif Fantasmas est-il né ?

Carlos Osuna Le projet remonte à l’époque où, faisant de l’art et de la musique expérimentale avec Alejandro depuis un certain temps, nous avons ressenti le besoin de nous regrouper au sein d’un collectif. Nous avons alors commencé à travailler ensemble, tous les deux, dans un souci conceptuel plutôt qu’une proposition musicale ou visuelle en soi. Nous voulions ouvrir la voie à une expression qui ait une sensibilité humaine à partir d’un travail réalisé sur ordinateur.

DR Quel genre de message souhaitez-vous transmettre ?

Carlos Osuna Il s’est modifié avec le temps et les projets. Fantasmas était un groupe d’expérimentation multimédia. Il est devenu un groupe qui utilise aussi les moyens de communication. À l’heure actuelle, nous occupons ces deux salles et adaptons leur utilisation en fonction des projets sur lesquels nous travaillons. D’un côté, il y a notre travail musical et de performance vidéo et audio en temps réel. De l’autre, il y a tout ce qui est en relation avec Internet, c’est-à-dire tout ce qui a à voir avec notre chaîne de télévision PooR TV ou avec la transmission audio et vidéo de l’émission radio Web, Radio Fantasmas, qui est aussi émettrice.

DR Comment les programmes sont-ils retransmis, sur le plan technique ? Et quelles difficultés avez-vous rencontrée ?

Leonardo González Le problème ce n’est pas l’enregistrement mais la retransmission en direct. Le fonctionnement est le même que pour la radio AM ou FM, mais à travers des serveurs situés en Espagne qui jouent en quelque sorte un rôle de miroir. Nous envoyons un signal audio et les gens peuvent accéder directement à ces serveurs pour nous écouter. Ce qui est intéressant, plus que l’enregistrement, c’est la capacité de retransmettre en temps réel et que les auditeurs puissent nous écouter en direct.

DR La retransmission se fait-elle depuis ce studio ?

Leonardo González Ça dépend. Il nous suffit d’avoir une connexion internet wi-fi ou dial-up. À BogoTax par exemple (Festival d’Expressions Électroniques et d’Art de Bogotá), nous n’avions pas de connexion ADSL, nous nous sommes donc connectés via le réseau téléphonique. Nous avons déjà retransmis depuis des aéroports en captant le réseau Internet de l’aéroport. Nous pouvons donc retransmettre et interviewer en direct des artistes qui sont là par hasard ou jouer avec l’espace. C’est un “plus” dans la mesure où nous n’avons besoin ni d’un lieu ni d’une largeur de bande spécifiques. Nous pouvons retransmettre depuis la rue ou un cyber-café.

Carlos Osuna Notre intérêt pour la radio nous vient d’une invitation de Roberto Junca, artiste colombien, à une émission radio alternative diffusée par l’Université nationale de Colombie pour faire un concert en direct. Un de nos référents musicaux est Brian Eno, musicien et artiste en art vidéo. Nous avons été séduits par la musique faite tout spécialement pour évoluer dans l’espace. Quand nous avons fait cette émission radio, nous nous sommes rendu compte que ce que nous étions en train de produire depuis cette station radio était écouté par certaines personnes pour lesquelles les ondes sonores que nous produisions réagissaient de manières différentes selon les endroits, qu’elles rebondissaient différemment. Et penser que les ondes produites par notre musique étaient retransmises par une infrastructure technologique qui atteignait les autres personnes et qui en plus voyageait via des signaux invisibles autour de la ville, nous a littéralement éblouis. C’est alors que nous avons réalisé l’étendue du champ des possibles qu’ouvrait Internet.

Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.

Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.

DR En tant qu’écrivain, comment intervenez-vous dans le projet ?

Alejandro Quintero La musique est fondamentalement ce qui nous a unis avec Carlos. Ma formation musicale est empirique, je suis batteur et possède une certaine expérience des moyens de communication numériques, notamment pour les manipuler en direct, en temps réel. Ces deux aspects se sont parfaitement nourris, et l’origine de ma participation au projet est la partie musicale.

DR La musique que vous faites est-elle purement instrumentale ou à textes ?

Carlos Osuna Pour ce qui est de la musique, nous avons deux intentions. L’une d’elles est de composer la musique par morceaux.

Leonardo González Quand nous nous réunissons pour travailler nous réalisons des œuvres, performances, performedia; plusieurs éléments y interviennent tels que l’audio, la vidéo, etc. et il y a une quatrième dimension: Internet. Mon travail est d’être VJ (video jockey).

Carlos Osuna Je joue un peu de piano mais ce que nous faisons n’est pas comparable à un groupe de rock. Par exemple, Alejandro peut arriver avec une piste très aboutie, une création personnelle. Nous regardons ça ensemble et décidons de ce que nous pouvons en faire, ou tout peut partir d’une improvisation, par exemple un des disques qui est sur notre site, Les sessions minimales, est une totale improvisation. Après, il y a le rapport ou le dialogue entre vidéo et audio; nous avons conçu et développé les premiers logiciels de mix vidéo en temps réel pour nous mêmes. Nous faisons deux types de musique: d’un côté il y a les pistes audio classables en pop, pas dans le sens où elles vont passer à la radio mais plutôt pour le style, et de l’autre, il y a l’improvisation étroitement liée à la performance, avec l’idée que le son que nous produisons soit compris comme phénomène temporel, quelque chose de comparable aux phénomènes climatiques comme la pluie, l’orage ou une tornade, qui arrivent de manière éphémère. La perception du spectateur pourrait être assimilée à un coup de fouet qui, une fois reçu, reste ancré dans la mémoire.

Leonardo González Radio Fantasmas a commencé avec ce projet puis s’est dirigée vers la radio. Nous avons rejoint Cristian Galarreta du Pérou et Emiliano Hernández du Venezuela et le projet a commencé à grandir de manière géométrique parce que nous nous sommes engagés dans d’autres collectifs et d’autres festivals. L’année dernière, par exemple, nous avons retransmis depuis le festival d’art électronique de Lima vers le Centre culturel espagnol de Lima. Nous sommes capables de retransmettre de l’audio et de la vidéo en direct.

DR Le projet télévisuel est-il une réalité pour vous ?

Carlos Osuna Nous faisons des tests de retransmission. Notre but est de créer des espaces communautaires que la télévision commerciale ne propose pas. Cette initiative peut créer de nombreux réseaux. Je pourrais présenter les travaux de mes élèves, mais pourrais tout aussi bien retransmettre une caméra de sécurité de chez moi. La retransmission se fait de manière si artisanale; une connexion Internet, un ordinateur et une webcam suffisent. Ça permet d’associer les formats et les idées à l’infini. Notre objectif n’est pas d’atteindre une grande chaîne télé mais plutôt de rester proches des gens.

DR Comment la coopération internationale fonctionne-t-elle ?

Carlos Osuna Ce travail s’est fait sur toute l’année 2005 avec l’Amérique hispanique.

Leonardo González Nous nous sommes d’abord engagés sur les festivals professionnels et de fil en aiguille nous avons commencé à travailler avec le Pérou, le Venezuela, Radio Microbio et Alobardi Radio, puis avec le Brésil et l’Argentine, en programmant sur leur radio.

DR Alejandro, comment votre intérêt pour les arts visuels vous est-il venu ?

Alejandro Quintero Lors de la fondation du Collectif Fantasmas, parce que c’était le moment où nous avons commencé à expérimenter l’audio numérique, analogique et vidéo. Notre premier travail audio a été baptisé Les sessions minimales. Ce sont des sessions d’improvisation à quatre mains à partir de logiciels tels que Jambient, Fractmus, Anvil Studio et des instruments avec des effets analogiques. C’est la première approche du numérique par le collectif. Ensuite, le premier projet d’improvisation audio et vidéo en direct a donné le jour à Bandes sonores pour petits films d’horreur. Carlos mixait les clips vidéo en temps réel (choisis auparavant et qui faisaient référence à ceux qui nous inspiraient de la terreur) cherchant à recréer un film, et à l’aide d’un ordinateur et de quelques claviers, Leonardo Bohórquez, guitariste du collectif, et moi composions la bande sonore en temps réel.

DR Vous avez étudié la littérature à l’Université nationale de Colombie, spécialisation en critique littéraire. Comment passe-t-on de la littérature aux arts visuels ?

Alejandro Quintero Le moment précis est la création du collectif. Par contre, l’expérimentation des nouveaux moyens de communication me permet d’explorer d’autres types de langages. En tant qu’écrivain occasionnel, l’interdisciplinarité a enrichi mon approche de l’esthétique ainsi que mon travail de création.

DR Dans quelle mesure votre formation apporte-t-elle quelque chose au travail du collectif ?

Alejandro Quintero Je crois que ce qui nous unit est une recherche esthétique commune qui inclut la littérature et bien évidemment la musique. Nous faisons de la musique ensemble depuis longtemps. Pour ce qui est de la littérature à proprement parler, je pense que c’est elle qui m’a mené au cinéma. Se sont des langages connexes, le cinéma est plus littéraire qu’un tableau par exemple. La compénétration de différentes disciplines m’intéresse fortement, j’ai d’ailleurs écrit une thèse sur l’adaptation théâtrale d’un roman de Dostoïevski.

DR Vous êtes architecte, comment cette aventure avec la vidéo et le Collectif Fantasmas a-t-elle débuté ?

Leonardo González Depuis tout petit déjà j’expérimente la vidéo, l’audio ainsi que toutes sortes de disciplines. J’ai toujours été passionné par tout ça, ainsi que par la publicité d’un point de vue technologique. Mes moyens d’expression ont toujours été le graphisme et la vidéo spatiale. J’ai découvert qu’avec Internet on pouvait faire des choses intéressantes. À cette époque, c’était seulement un outil et j’ai commencé à explorer la vidéo avec Internet. Et même si ça a évolué dans le temps, j’ai aussi commencé à m’intéresser à l’espace. Actuellement, j’exploite cette capacité technique, spatiale et d’expression de la vidéo. Aujourd’hui je suis VJ et je ne travaille pas seulement sur l’espace vidéo mais également sur tout l’espace architectural.

DR Comment parvenez-vous à explorer l’espace par l’intermédiaire du VJ ?

Leonardo González J’ai connu le Collectif Fantasmas lors d’un concert dans lequel je jouais avec des VJ de Bogotá, de Mexico et d’Allemagne. C’était un concert célèbre à Bogota parmi ceux à public nombreux. Je me suis fait connaître comme VJ grâce à ce genre d’événements. Par exemple, j’étais le VJ officiel de Rock al Parque, Electrolux: la fête de la musique ou d’événements artistiques tels qu’Artrónica, entre autres. Après, je suis devenu régisseur d’Artrónica sur ce type de projets. Puis j’ai rencontré Carlos Osuna et Alejandro Quintero (Collectif Fantasmas) lors d’un grand concert, et ils ont été attirés par ma façon de manier la vidéo, et la façon dont je travaillais le contenu de l’image de manière spatiale et massive.

DR Quel type d’images utilisez-vous ?

Leonardo González Des images que je prends avec ma caméra numérique. J’ai commencé avec des images brutes, puisque je pouvais les utiliser pour les concerts et que j’aimais jouer avec ce type de résolution. Fantasmas m’a demandé de me joindre à l’équipe lors d’une de mes prestations. C’était très intéressant, puisque j’explorais l’espace d’un point de vue architectural, massif, et ce rapport de la ville au spectacle, aux situations, à l’éphémère, etc., me plaisait. Bref, la ville et ce tout ce qui s’y rapporte, ce sur quoi ils travaillaient à ce moment-là. L’offre de Fantasmas renforça ces points de vue et nous avons immédiatement commencé à travailler en équipe. Après, Radio Fantasmas est née, et puisque nous étions attirés par Internet, nous avons travaillé dans cette direction.

DR Radio La Paz est le tout dernier projet de Fantasmas n’est-ce pas?

Leonardo González C’est en effet quelque chose de très récent. D’ailleurs, en septembre dernier, nous avons été invités pour donner une conférence lors du premier festival d’art électronique de La Paz en Bolivie. Ce genre de festivals qui rassemblent aussi bien la musique traditionnelle, qu’électronique ou électroacoustique, la performance avec des moyens électroniques, etc., sont essentiels à notre travail. Avant ça, nous avons participé à plusieurs festivals électro en ligne en Amérique latine, et c’est quelque chose qui a eu pas mal de succès sur les festivals, en raison de la difficulté à se déplacer, chose qui arrive parfois, à cause du manque de temps ou des problèmes de mobilité physique, notamment dans le transport. C’est pourquoi la radio par Internet marche très bien. Ces projets ont commencé à donner leurs fruits, nous nous sommes mis à travailler avec des amis péruviens, vénézuéliens, etc. et nous sommes en train de produire et d’informer depuis “la maison”. C’est pendant ce festival que nous avons créé Radio la Paz.

Carlos Osuna et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

Carlos Osuna et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

DR Avec qui le Collectif Fantasmas travaille-t-il le plus ?

Leonardo González Actuellement, principalement avec la maison de production Patofeofilms. Nous disposons d’une zone expérimentale qui s’est transformée en un espace d’invitations à des concerts, des conférences, etc. Cette section est internationalement reconnue et c’est aussi de là que emet Radio Fantasmas. À partir de là, le département de synchronisation audiovisuelle a été créé pour des concerts événements. Nous y avons travaillé avec des spécialistes de différents domaines allant de l’aspect esthétique à l’aspect technologique. Nous voulons en faire un épicentre culturel. Avec Patofeofilms, nous voulons organiser un festival vidéo en collaboration avec le Collectif Tropical Effect dont le festival vidéo, Tremor, est basé aux Etats-Unis.

DR Quels sont projets nés de cette “zone expérimentale” et de ces “nouveaux formats” ?

Leonardo González Il y a par exemple le travail du chanteur colombien Fonseca. Des artistes de la pop aussi reconnus en Colombie que lui, nous ont permis de développer des offres de concerts événements avec un espace réservé à l’art-vidéo, webcams, vecteurs, interactivité avec le public, etc.

En tant que VJ de Fonseca nous apprécions le résultat d’un point de vue esthétique. D’autres artistes semblent intéressés par ce type de proposition. C’est très intéressant d’essayer ces technologies sur des concerts d’une telle ampleur.

Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.

DR Quels sont les nouveaux projets en préparation ?

Leonardo González Nous sommes actuellement en train de travailler sur un groupe de recherche qui se nommera département de synchronisation audiovisuelle pour des événements d’envergure. Nous avons des techniciens spécifiques qui planchent sur le développement de notre propre logiciel. L’idée est de travailler ce type de choses et de changer de niveau à tous points de vue: technologique, conceptuel, artistique, etc.

DR Lequel de tous ces projets vous apporte le plus ?

Leonardo González Les réseaux de travail social, par exemple par internet, les projets radio via internet à caractère artistique, les connaissances, les résseaux de radio, d’amis, de professionnels, etc. Le travail dans les villes de Medellín ou de Cartagena avec le groupe Tumba Catre par exemple, nous a apporté une grande satisfaction. Nous travaillons également avec Minimal, groupe colombien de recherche culinaire qui a aussi des projets radio sur les ondes FM et AM. Et puis il y a le projet que nous avons en Bolivie avec Radio La Paz, que nous aimons beaucoup, notamment pour l’importance qu’il a en Amérique latine. Malgré les grandes difficultés économiques que connaît le pays, il a été possible de créer cette Radio, grâce aussi au soutien de l’État sur qui nous avons pu compter depuis le début. Ce projet est pour nous très important dans la mesure où il contribue à renforcer le travail entre nos régions et le reste de l’Amérique latine.

DR Quel est l’avenir de ce type de projet en Colombie et en Amérique latine ?

Leonardo González Il y a un avenir très intéressant puisque nous pouvons renforcer ces systèmes dans l’art électronique, dans l’audio et sur les réseaux. Nous nous rendons compte que le système est truffé de réseaux, mais que personne ne travaille en équipe, ni ne renforce ses régions. Ce type de projets qui abordent des thèmes spécifiques, en équipe, de région à région, ouvert comme Open Source, nous intéresse dans la mesure où ça permet de générer et de modifier les ruptures spatiales. Nous n’avons plus, comme avant, le problème de la concurrence. L’information circule vite. Nous sommes dans l’ère du trop-plein d’informations. Mais maintenant il y a des projets de collectifs indépendants et consciencieux. Aujourd’hui, les systèmes ouverts existent. En plus de générer un travail en équipe avec les réseaux, nous voulons aussi créer un Open Server depuis l’Amérique latine. Il s’agirait du premier réseau latino-américain.

DR Croyez-vous que la Colombie est capable de créer ces réseaux indépendants ?

  • 4 IXe Festival International de Musique Contemporaine, Université nationale de Colombie, Bogotá, Du 1 (...)

Leonardo González Le projet que nous proposons a été pensé pour La Paz puisque la mairie l’a soutenu. Heureusement, nous avons également le soutien des collectifs Platonic et Joystick de Barcelone, qui travaillent sur les phénomènes de contre-culture, etc., et qui ont créé le serveur Open Server. Ils travaillent avec la Colombie depuis l’Espagne, chose qui facilite la communication artistique entre eux, nous et l’Amérique latine en général. Ils gèrent leur propre serveur, et c’est précisément ce que nous voulons faire pour la Colombie. Une coopération est née avec la station radio de l’Université nationale de Colombie, à Bogotá, avec qui nous avons déjà fait des émissions. Nous sommes actuellement en train de travailler sur le IXe Festival International de Musique Contemporaine de cette université4 où nous enregistrons des programmes retransmis à la radio, chose d’une importance majeure par rapport à ce que nous souhaitons construire à l’échelle de la Colombie. Notre principal objectif est de pouvoir renforcer le travail des régions en Colombie. Et Radio Fantasmas par exemple s’est clairement proposé dès le début, outre de présenter nos propres talents, de donner des conférences et diffuser des programmes divers et variés, avec l’intervention d’érudits, de festivals, d’interprètes, d’artistes, d’art numérique, etc.

Leonardo González, Alejandro Quintero et Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.

Leonardo González, Alejandro Quintero et Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.

DR Comment l’idée de la télévision par Internet est-elle née ?

Leonardo González Nous avons en partie été inspirés par le Collectif Platonic, même si eux sont spécialisés dans l’audio (leur fort, c’est la radio). Ensuite, nous avons connu Giss, un collectif espagnol qui retransmettait des vidéos depuis l’Espagne et l’Afrique. Il s’intéressait au thème du détroit de Gibraltar et avait créé des points de connexion depuis l’Algérie et le Maroc. Ils ont invité des spécialistes en architecture aussi bien que des artistes pour débattre au sujet du détroit; la frontière, le premier monde et le tiers-monde, l’Afrique et l’Europe. Nous avons découvert cette technologie et comme Carlos Osuna (Fantasmas) s’intéressait au thème de la télévision depuis longtemps déjà, nous avons décidé de créer un festival vidéo en ligne “artisanal” via Internet, avec notre propre chaîne de télévision (PooR TV). À défaut de maîtriser la technique pour le développement, nous avons lancé un appel et avons des travaux de nombreux pays à exposer, dont la France.

Haut de page

Notes

1 Artbo : IIIe Exposition d’Art Moderne et Contemporain, Corferias, Bogotá, du 18 au 22 octobre 2007.

2 La Otra : Ier Salon d’Art Contemporain, Canal Ramírez Antares, Bogotá, du 18 au 23 octobre 2007.

3 Netart : Exposition en ligne, Musée Banco de la República, Bogotá, du 5 septembre 2007 au 5 mars 2008, http://www.artenlared.org/

4 IXe Festival International de Musique Contemporaine, Université nationale de Colombie, Bogotá, Du 13 au 21 octobre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carlos Osuna, Leonardo González et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Carlos Osuna et Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Alejandro Quintero à Bogota le 19 octobre 2007.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Leonardo González, Alejandro Quintero et Carlos Osuna à Bogota le 19 octobre 2007.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diana Rojas-Bannery, « Nouvelles technologies et art colombien : entretien au collectif Fantasmas », Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 139-148.

Référence électronique

Diana Rojas-Bannery, « Nouvelles technologies et art colombien : entretien au collectif Fantasmas », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2245 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2245

Haut de page

Auteur

Diana Rojas-Bannery

Diana Rojas-Bannery est linguiste diplômée de l’Université Pédagogique Nationale de Bogotá. Elle vit en France depuis 14 ans. Pendant 8 ans elle a animé une émission radio “Buenos días América” sur Radio Occitania à Toulouse, où elle habite. Elle a fait des reportages sur festivals de cinéma. Elle a écrit pour magazines français et espagnols, et collabore à la diffusion du Collectif Fantasmas et du festival du film d’animation LOOP de Bogotá.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals