Navigation – Plan du site

Histoire du cinéma d’animation en Colombie (1926-2008)

Juan Manuel Pedraza et Oscar Andrade
p. 149-159
Cet article est une traduction de :
Historia del cine de animación en Colombia (1926-2008)

Résumés

L’animation est une industrie naissante en Colombie, et dont les débuts remontent aux années 70. Bien que la présence colombienne sur la scène internationale reste discrète, elle a produit des séries, des longs métrages et des films d’animation tant indépendants que publicitaires de grande qualité, s’appuyant sur son marché national pour s’épanouir. En l’absence d’écoles spécialisées dans l’étude de cet art, le savoir-faire s’est développé de manière empirique à partir de l’apprentissage autodidacte. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes auteurs ont pris des initiatives esthétiques et narratives audacieuses, qui, enracinées dans leur culture nationale, empruntent à leur tour des éléments esthétiques à l’animation japonaise et américaine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’Espagnol (Colombie) par le Master I IUP de traduction, Université Toulouse-Le Mirail
(Héloïse Boungnasith, Juliette Brégeon, Chloé Cadamuro, Marie-France Cochard, Thérèse Dignan, Lise Decaunes, Emmanuelle Dunn-Vasquez, Nina Elisabeth, Francisco-José Fernández Castellón, Sara Gayarre Lete, Valérian Guilley, Baptiste Largillière, Pauline Loffredo, Raquel Moya Silván, Nora Ochoa de Olza, Maria Tenorio, Sabrina Villepinte, Brice Wittmann)

Texte intégral

Los pájaros de Uruguay city, de Oswaldo Cibils

Los pájaros de Uruguay city, de Oswaldo Cibils

1L’histoire du cinéma colombien serait incomplète si l’on omettait de mentionner les productions animées. Bien que le volume de la production de la Colombie dans ce domaine n’ait pas été constant, elle a tout de même réalisé des longs métrages et des séries animées qui ont marqué la mémoire du public national. C’est en matière de réalisation de spots publicitaires animés et de courts métrages que la Colombie a fait les progrès les plus remarquables.

Prémices

2Le cinéma d’animation est apparu en Colombie au début du XXe siècle, lorsque l’industrie cinématographique nationale naissante a commencé à utiliser des techniques de graphisme telles que la gravure sur pellicule et le stop-motion. L’animation, de courte durée (quelques secondes à peine), a servi à montrer le nationalisme dans Garras de Oro (Cali Films, 1926), un film en noir et blanc sur la Colombie pendant sa séparation du Panama. On y voit un plan du drapeau national coloré à la main image par image. En 1933, le documentaire Colombia victoriosa des frères Acevedo, montrait une animation dans laquelle figuraient, de manière très illustrative pour le spectateur, des bateaux militaires naviguant sur le fleuve Putumayo. Ils continueront à recourir à cette technique pour indiquer des parcours ou des emplacements sur des cartes géographiques, et ce, dans de nombreuses projections de leur Noticiero Nacional.

L’animation commerciale, de 1960 à 1992

3De jeunes réalisateurs colombiens trouvèrent dans les films de Disney, le travail du Canadien Norman McLaren, et quelques courts métrages européens projetés en Colombie, une source d’inspiration, voyant dans cet art une forme d’expression personnelle. A cela il faut ajouter, en 1960, l’arrivée de Robert Rossé, un animateur que le Français Balaboine avait fait venir pour qu’il l’assiste dans la section animation de Corafilm, sa société de réalisation de spots publicitaires. Rossé fut très probablement le premier à monter un studio d’animation en Colombie. Peu de temps après, ce fut au tour de la société de production de courts métrages et de films publicitaires Cinesistema de voir le jour. Certains artistes de Corafilm la rejoignirent, entraînant avec eux des nouveaux venus dans le métier, comme Nelson Ramírez.

4A la fin des années 70 et au début des années 80, les productions animées ont connu une forte demande dans les domaines commercial et publicitaire. Trois entreprises dominaient alors le marché de la ville de Bogota: celles de Nelson Ramírez, d’Alberto Badal, et de Juan Manuel Agudelo. C’est grâce à un certain nombre de livres étrangers, américains pour la plupart, que la technique du dessin animé et le métier d’animateur ont pu se faire connaître localement. Parmi ces techniques, on compte entre autres celle des dessins séquentiels au crayon, réalisés sur table lumineuse à plateau tournant. Ces dessins étaient ensuite reportés sur des feuilles d’acétate, passés à l’encre et peints au vinyle sur le verso. Certains devaient être retouchés à l’aérographe, lorsqu’il fallait faire des ombres ou des effets spéciaux filmés avec des filtres ou des doubles expositions. Dans les débuts du cinéma d’animation, bon nombre de ces tables d’animation étaient fabriquées artisanalement à partir d’agrandisseurs photographiques, et en encastrant une caméra, parfois de fabrication locale. C’est de cette même façon qu’on a obtenu, certes en moindre quantité, des tables à plusieurs plans.

5En 1972, Nelson Ramírez créa sa propre société de production d’animations. Persévérant et doté d’un véritable esprit d’entreprise, il fonda l’une des sociétés d’animation traditionnelle les plus remarquables. Le peuple colombien se souvient encore de son œuvre (quelque 1 200 spots animés), notamment de Con mis Gudiz soy feliz, Mano Gorgojo, ou encore le générique du feuilleton colombien Escalona. Ses créations étaient connues pour être toujours impeccables, créatives et de bon goût.

Sonar (2004) de Daniel Páez.

Sonar (2004) de Daniel Páez.

6Alberto Badal, un artiste qui venait de travailler dans son Espagne natale, sur le long métrage Mago de los sueños, et qui avait dirigé pendant une saison la série animée Mortadelo y Filemón Agencia de Información, arriva en Colombie avec l’envie de lancer sa propre maison de production d’animations traditionnelles. Cette dernière devint rapidement la deuxième grande entreprise du moment. Elle s’est consacrée à la réalisation de centaines de spots publicitaires, en se spécialisant dans l’animation des mascottes de banques ou d’entreprises colombiennes. On peut par exemple citer le Gigante de Las Villas, et l’Estomaguito de Alka-Seltzer, personnage entièrement conçu en Colombie. Cette société s’est distinguée en réalisant des pré-productions d’excellente qualité, qui répondaient au mieux aux besoins des clients, et en essayant de donner assez de liberté à ses animateurs pour qu’ils développent leur propre style.

7Nelson Ramírez et Alberto Badal ont été rejoints par Juan Manuel Agudelo, avec JMA Estudios. Outre la réalisation d’un grand nombre de spots publicitaires, ce dernier chercha le soutien financier des Français Philippe et Madgdalena Massonat, pour mettre en place des projets de narrations animées. En 1982, en codirection avec Philippe, il mit en scène deux musiciens humoristes, Emeterio et Felipe, connus du public colombien sous le nom de Los tolimenses. Grâce à la technique de l’acétate, Agudelo filma Tolimenses Go West, un pilote destiné à vendre une série animée qui ne prospéra pas, mais qui permit d’afficher son intention de ne pas se cantonner à l’animation publicitaire.

8Grâce au marché que leur avaient ouvert leurs prédécesseurs, d’autres animateurs se lancèrent dans la création de leur propre société : Álvaro Sanabria, Ernesto Díaz, Eduardo Gómez parmi tant d’autres.

Monster Green (2006) de Gabriel Hernández

Monster Green (2006) de Gabriel Hernández

Animation d’auteur 1972-1992

9Parallèlement à la réalisation de films publicitaires, beaucoup d’artistes ont eu à coeur de réaliser des œuvres de type narratif et expérimental : Ernesto Franco dans les années 50 avec El sediento refinado et Made in USA ; Luis Enrique Castillo dans les années 70 avec Renacuajo paseador, Simón el bobito et Toche Bemol; ainsi que Phillipe et Magdalena Massonat dans les années 80 avec Emmanuela no tiene quien la escuche, Donde hay payasos et Canto a la victoria.

10L’un des plus illustres représentants de ce mouvement est sans nul doute le réalisateur colombien Fernando Laverde. De retour en Colombie après un voyage en Espagne où il expérimente l’animation image par image en prenant comme modèle les films de Jiri Trnka, il décide de créer des histoires audiovisuelles animées. S’inspirant d’une caméra en bois, il demande la fabrication d’une caméra pour l’animation, qu’il appellera «la vieille». Il filme avec celle-ci ses premiers courts métrages parmi lesquels il convient de citer El país de Bellaflor (1972), critique politique entièrement réalisée avec des marionnettes animées, sa marque de fabrique. La maquinita, La cosecha, Un planeta llamado tierra ainsi que Pepita rojas lui succèderont.

11En 1978, Fernando Laverde réalise La pobre viejecita, le premier long métrage d’animation colombien, adapté de l’une des plus célèbres fables pour enfants de Rafael Pombo, poète colombien du XIXe siècle. Ce film obtient le prix Colcultura du meilleur long métrage national. Son deuxième film, Cristóbal Colón : valiente, terco y soñador, sort quatre ans plus tard et remporte un vif succès auprès du jeune public. Film d’une grande complexité, il se voit décerner le prix Corail du meilleur film d’animation lors du IVème Festival international du nouveau cinéma latino-américain de la Havane en 1983 et le prix de l’Association des artisans de Tashkent au Festival de cinéma de l’Union Soviétique en 1984. Son troisième film, Martín Fierro, est une coproduction argentino-cubaine qui s’efforce de rester le plus fidèle possible à l’histoire et à l’identité argentines. Il est important de souligner que l’équipe de travail qui accompagne Fernando est sa propre famille. Fernando Laverde se charge de la fabrication des marionnettes en bois et de la direction générale; son épouse Karina, des costumes et des perruques; sa fille Anna María, de la conception scénographique tout en assurant le rôle d’assistante de direction; et son fils Fernando, de la direction de la photographie et de la réalisation scénographique.

12L’œuvre de Fernando Laverde est mondialement reconnue et, au fil du temps, son approche de l’animation deviendra une source d’inspiration pour bon nombre de jeunes créateurs.

13Carlos Santa est l’un des plus célèbres auteurs d’animation d’œuvres d’art. Son approche surréaliste est le fruit d’expérimentations et du mélange de techniques telles que le collage, la gravure, la rotoscopie ou encore les photocopies retouchées. Dans la majorité de ses œuvres prédominent le noir et blanc (encre de chine sur papier), comme dans El pasajero de la noche, l’une de ses œuvres les plus célèbres, réalisée avec Mauricio García Matamoros en 1989. Il met en avant des situations étranges, des lieux peu communs, des thèmes oniriques et des esthétiques obscures, ainsi que des jeux avec des effets de son en décalage avec l’image. Il réalise entre autres, Concreto avec Roberto Pizano, Resonancia ainsi que La selva oscura en partenariat avec Ana María Rueda, et en 2007, El hombre que alquiló su cabeza, plus connu sous le nom de El circo, en collaboration avec un collectif d’auteurs.

14En 1982, María Paulina Ponce filme en super 8, de manière totalement autodidacte un castelet où évoluent des marionnettes en carton découpées dans un style naïf. Elle conservera cette technique dans ses œuvres suivantes, créant ainsi Filemón y la gorda, qui sera projeté dans plusieurs salles de cinéma de Bogota. Llegó la hora (1995) et Remedios (2002) témoignent d’une réalisation plus raffinée et reflètent un monde intérieur intime et féminin.

Danza macabra (2006) de Edgar Alvárez

Danza macabra (2006) de Edgar Alvárez

Films d’animation commerciaux contemporains (1992-2008)

15Les années 90 marquent un changement technologique majeur au sein de l’industrie de l’animation avec l’apparition des logiciels d’animation 3D (volumes numériques) et 2D (qui transposent les techniques d’animation traditionnelles sur ordinateurs personnels).

16La société Conexión Creativa, fondée par les frères Hernán et Diego Zajec et gérée par Maribel Echeverry, naît de cette révolution technologique. L’entreprise était d’abord spécialisée dans la vente d’ordinateurs et de logiciels 3D. Petit à petit, les deux frères apprennent à maîtriser ces programmes grâce à leur service de support technique, puis décident de tenter leur chance dans la création de spots publicitaires. C’est ainsi qu’ils produisent, en association avec Nelson Ramírez, leur première publicité entièrement réalisée en numérique, consacrée à Max Caiman, la mascotte de l’équipe colombienne de football. En 1996, après avoir réalisé un pilote pour une émission de rock avec des présentateurs animés, Conexión Creativa parvient à convaincre le chanteur Carlos Vives de participer à la création de El siguiente programa. Cette série d’animation télévisée, la première d’Amérique latine, reprend en partie les personnages de son émission La tele, qui remportait alors un franc succès auprès du public adolescent et adulte. Caractérisé par une technique rudimentaire, une animation minimaliste et un style grotesque, El siguiente programa (1997) est graphiquement proche de la série populaire de MTV Beavis and Butthead. Le succès de cette série a grandi grâce à des scénarios très critiques envers certaines coutumes et célébrités propres à la culture colombienne. Au cours de ses 113 épisodes, la série a donné lieu à l’émergence d’un langage inédit parsemé de termes tels que “Chibchom-biano” ou encore “Iguazo”, employés par ses fans dans la vie de tous les jours, faisant de la série une œuvre culte pour toute une génération.

17Vient ensuite Blanca y pura (1999), un feuilleton animé racontant l’histoire d’une famille de mafieux colombiens, mais qui reçut un accueil frileux de la part du public. Quelques années plus tard, grâce au succès international du feuilleton Yo soy Betty, la fea, Conexión Creativa réalise la série Bettytoons (2001), qui reprend les personnages du feuilleton en les mettant dans la peau de jeunes écoliers. L’entreprise emploie alors 70 personnes à la production: dessinateurs, coloristes, éditeurs. Forte de son succès auprès du jeune public, la série est ensuite vendue à Cartoon Network.

18Par la suite, Diego Zajec se sépare de son frère pour fonder sa propre entreprise, Fusionarte. Il réalise alors le long métrage Bolívar, el héroe (2003), une histoire simple destinée au jeune public. Cependant, le film, vivement critiqué pour son style manga, fait face à de nombreux problèmes techniques et ne réussit pas à attirer les foules dans les salles obscures.

19Du côté des films commerciaux en 3D, la société Camaleon, dirigée par Gabriel Cuéllar, ouvre ses portes en 1992. La plus grande réussite de cette entreprise est d’avoir développé son propre logiciel de compositing (animations graphiques et effets spéciaux), avec une équipe d’ingénieurs système entièrement colombienne, dirigée par l’ingénieur uruguayen Gabriel Mañana. Appelé Caramba, le logiciel est ensuite vendu au fabricant de matériel informatique Intergraph.

20Au milieu des années 90, le sculpteur sur pâte à modeler Edgar Alvárez, qui travaillait comme coursier avec Nelson Ramírez, se fait connaître du grand public grâce à l’émission populaire ¿Cómo le parece?. Ce tremplin pour sa carrière lui permet de fonder sa propre entreprise, Plastilina Creativa. En mettant l’accent sur la dimension éducative et en proposant des cours d’animation, il crée une école au style unique, mélangeant techniques numériques et traditionnelles. En plus de produire des séquences en pâte à modeler pour des programmes jeunesse tels que La brújula mágica, Verde manzana et Jack el despertador, il réalise en 2001 la série animée Historias al derecho, un plaidoyer en faveur des droits des enfants.

Time was money (2003) de Felipe Puig

Time was money (2003) de Felipe Puig

21Dans la ville de Medellín, Álvaro Tangarife et Edwing Solórzano, animateurs autodidactes, adoptent également un style hybride, entre traditionnel et numérique. Avec son studio Animateam, Edwing Solórzano a produit un grand nombre de dessins animés éducatifs pour le compte des entreprises de la région, ainsi que des films d’auteur indépendants. Il accorde dans son œuvre un soin tout particulier à la technique narrative, et met en valeur le folklore local. Pour sa part, Álvaro Tangarife produit, avec sa société Animet, réputée pour son savoir-faire technique et artistique de haut niveau, des publicités et des séquences de films d’entreprise principalement destinées au marché régional.

Epacta de Carlos Reyes et Carlos Osuna

Epacta de Carlos Reyes et Carlos Osuna

22Dans la même ville, les publicitaires Diego Cardona et Andrés Vargas lancent en 1993 le projet Zape pelele, un magazine de bande dessinée qui parodie les super-héros et la culture pop. Ils créent également une émission de radio humoristique, aujourd’hui bien connue des jeunes de la ville. Leur expérience dans ces deux domaines leur permet de créer des séquences animées humoristiques comme Vulgarcito ou encore Abanico Sanyo, qui visent un large public et font preuve d’un humour à double sens. L’entreprise se consacre actuellement à la création «d’advertainment», des séries animées à but promotionnel.

23À Bogota, l’entreprise Zero Fractal, qui a commencé en 1998 en proposant des services de visualisation architecturale, produit actuellement la majeure partie de l’animation 3D de personnages pour le milieu commercial. La production colombienne avait perdu de l’importance face aux studios de production argentins. Elle est cependant redevenue une référence aux yeux des agences publicitaires, grâce à Zero Fractal et aux entreprises de post-production Efe-x (Wilson Gómez) et Crear TV (Claudia Guerra), dont la qualité finale est reconnue au niveau international.

Animation éducative et d’auteur 1998-2008

24A la fin des années 90, grâce à l’apparition d’Internet, des auteurs issus de la génération des jeux vidéos ont appris par leurs propres moyens à se servir des outils les plus répandus dans le domaine de la 3D et de la 2D.

25Miguel Urrutia, artiste plastique et sculpteur de Bogota, a fait ses débuts dans l’animation en réalisant des spots publicitaires en 3D pour l’entreprise Conexión Creativa. Par la suite, il s’est mis à son compte et a produit, en 1998, Histeria de amor et La vida secreta de las momias, deux courts-métrages d’auteur. Le premier, présenté dans de nombreux festivals européens, a révélé une maîtrise de l’animation 3D impressionnante pour son époque. Il alterne productions commerciales, pour lesquelles il expérimente des techniques mixtes, et productions indépendantes, basées sur des fictions aux scénarios torturés.

26Le réalisateur indépendant Diego Alvárez utilise principalement la technique Flash dans ses films. Fort de son expérience en tant que producteur d’animatiques pour des agences de publicité, il offre des intrigues d’une rigueur narrative qui parvient à toucher le spectateur. Cet auteur revisite des histoires universelles en y apportant sa vision personnelle, dans un style mélancolique, presque tragique. Celui-ci repose en grande partie sur l’utilisation du noir et blanc, et s’accompagne toujours d’une bande son angoissante, qui met en relief l’atmosphère et l’action. Ses œuvres les plus connues, Cabeza de mono, Wendidali et El amor es una bala en el corazón, ont été réalisées dans les années 90 et au début de l’année 2000. Diego Álvarez a participé, entre autres, aux festivals d’Annecy, de Berlin et Sundance.

27Pour sa thèse de fin d’études, María Arteaga, conceptrice graphique, a adapté le conte de Gabriel García Márquez, Sólo vine a hablar por teléfono. En 2003, elle a réalisé, en collaboration avec l’entreprise Jaguar Taller Digital, le clip vidéo du groupe colombien Sonorama, pour leur chanson Vamo´ a Baila´. Il fut largement diffusé sur la chaîne MTV latino et a encouragé l’utilisation de l’animation dans les clips vidéos colombiens. A travers ses deux oeuvres La declaración del bizco et Corte Eléctrico, elle a fait ses preuves en tant que cinéaste indépendante dans l’écriture de scénarios, l’animation et le dessin artistique.

An apple day (2000) de Juan Duque

An apple day (2000) de Juan Duque

28Le réalisateur Álvaro Bautista a fait une incursion dans l’animation aux côtés d’Andrés Forero pour une thèse de fin d’études, adaptation de l’œuvre de Fernando Pessoa El marinero. Leur travail se caractérise par l’utilisation de la technique du stop-motion pour l’animation de marionnettes en tissu et latex. Sa tragi-comédie Vivienda Multifamiliar, primée dans de nombreux festivals nationaux en 2006, en est un bel exemple.

29L’entreprise Toonka Films, quant à elle, basée à Cali, a réalisé des épisodes de séries originales ainsi que des animations pour la télévision commerciale. La création du logiciel open source K-toon, qui offre un système d’animation 2D gratuit, utilisable sous la plateforme Linux, est l’une des grandes réalisations de Toonka Films. Juan Manuel Acuña, lui aussi originaire de Cali, a réalisé plusieurs courts-métrages d’animation 3D entièrement seul. Son oeuvre El último golpe del caballero, en partenariat avec la société Patofeo Films de Bogota, est le premier court-métrage d’animation numérique à être sorti dans les salles de cinéma commercial en 2006.

30Andrés Barrientos, spécialisé en art visuel, raconte dans son œuvre La Escalera (2003) l’odyssée d’une petite fille dans l’escalator d’un centre commercial. Ce court-métrage, d’une grande richesse narrative et d’une finition graphique impressionnante, laisse présager un immense succès pour sa prochaine réalisation Tríptico, qui met en scène la ville de Bogota, victime d’une inondation fictive, à trois périodes différentes de son histoire.

31Sur le plan éducatif, des séries animées telles que Wanana (2001) d’Albert Badal, Jaibaná (2002) de Luis Antolinez, Super-O (2007) de l’entreprise Conexión Creativa et Flotanautas (2008) de l’entreprise Jaguar Taller Digital, diffusées sur des chaînes publiques, sont réalisées avec des moyens limités et destinées à un jeune public. Jaguar Taller Digital est actuellement en pleine réalisation du long-métrage Nacidos Bajo Fuego, en coproduction avec Jairo Carrillo, qui recueille les témoignages d’enfants nés durant la guerre civile colombienne.

32Internet a également facilité l’émergence de nouvelles séries, produites à bas coût et presque entièrement réalisées par une seule et même personne. Parmi ces auteurs, nous pouvons citer Karmao de Phyco Studios, dessinateur de bandes dessinées, qui s’est largement inspiré du manga. Son oeuvre, aux rythmes très contrastés, s’inspire de titans indigènes ou médiévaux qu’il réintroduit de nos jours dans la capitale colombienne. Dans le même esprit, on trouve “El viejo James” (Jaime Moreno), qui, dans sa série 4 extraños en DC aborde le thème des populations originaires des différentes régions de Colombie qui cohabitent au sein de la capitale. Son style naïf s’inspire des mouvements limités de la série South Park et dépeint avec humour le langage et la culture de la rue, si importante pour les jeunes colombiens.

33En 2003, l’entreprise Jaguar Taller Digital a été à l’origine de la création du festival LOOP (www.loop.la), le premier à être consacré à l’animation et aux jeux vidéos en Colombie. Les différentes éditions du festival ont permis de révéler un certain nombre de jeunes auteurs qui, sans aucune formation académique spécialisée, ont réalisé des œuvres aux narrations audacieuses et d’une grande qualité visuelle. Leurs animations abordent des thèmes allant de la solitude de l’homme moderne à la comédie, en passant par la remémoration de l’histoire de la Colombie.

34L’animation en Colombie a bénéficié d’un second souffle et le monde universitaire a commencé à s’y intéresser avec la création, en 2004, du Diplôme d’animation de l’Université Javeriana et avec l’ouverture, en 2007, de la Filière Animation à l’Université de Colombie. Autant d’initiatives qui laissent d’ores et déjà présager un brillant futur pour le cinéma d’animation colombien.

Intento (XXXX) de Xxxxxxxxx Xxxxxxxxx

Intento (XXXX) de Xxxxxxxxx Xxxxxxxxx
Haut de page

Bibliographie

Andrade, Oscar / Pedraza, Juan Manuel.Maestros de la Animación Colombiana. Loop, 2003-2007.

Bendazzi , Giannalberto. Cartoons, 110 años de cine de animación. Ocho y Medio. Madrid, 2003.

Buitrago, Jairo. Diccionario del cine Español e Iberoamericano. Fundación Autor et SGAE. Madrid, 2007.

La Animación en Colombia, Chile, Perú y Uruguay”, article de Miradas, www.eictv.co.cu/miradas Cuba, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Los pájaros de Uruguay city, de Oswaldo Cibils
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Sonar (2004) de Daniel Páez.
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Monster Green (2006) de Gabriel Hernández
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Danza macabra (2006) de Edgar Alvárez
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Time was money (2003) de Felipe Puig
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Epacta de Carlos Reyes et Carlos Osuna
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre An apple day (2000) de Juan Duque
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Hada Pompita
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Intento (XXXX) de Xxxxxxxxx Xxxxxxxxx
URL http://journals.openedition.org/cinelatino/docannexe/image/2261/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Manuel Pedraza et Oscar Andrade, « Histoire du cinéma d’animation en Colombie (1926-2008) », Cinémas d’Amérique latine, 16 | 2008, 149-159.

Référence électronique

Juan Manuel Pedraza et Oscar Andrade, « Histoire du cinéma d’animation en Colombie (1926-2008) », Cinémas d’Amérique latine [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cinelatino/2261 ; DOI : 10.4000/cinelatino.2261

Haut de page

Auteurs

Juan Manuel Pedraza

Concepteur graphique et illustrateur. Il a réalisé des films d’animation et des séries pour des chaînes de télévision colombiennes en tant que directeur artistique, compositeur numérique et concepteur d’animations. Il était membre du jury du comité de sélection au dernier festival LOOP, organisme avec lequel il poursuit depuis quatre ans des recherches sur l’histoire de l’animation colombienne.

Oscar Andrade

Réalisateur pour le cinéma et la télévision. Actuellement directeur de la création chez Jaguar Taller Digital et organisateur du festival de l’animation et des jeux vidéo LOOP. Ses 15 ans d’expérience professionnelle ont été centrés sur la production de films d’animations publicitaires et éducatifs. En tant que professeur, il a dispensé des cours d’animation numérique à l’Université des Andes et a dirigé des thèses à l’Université Nationale de Colombie qui ont été récompensées.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cinémas d’Amérique latine est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals